Archives mensuelles : janvier 2019

L’effet bicyclette

Méditer tout en pédalant

Non mais, quelle journée idéale pour faire du vélo ! Certainement les personnes qui ont un fatbike pensent exactement ça.

Mais qu’il s’agisse de vélo d’été ou vélo d’hiver, l’auteur du livre, Juan Carlos Kreimer, partage la véritable zenitude de la bicyclette. En effet, tout cycliste comme toue marcheuse ou randonneuse vous le confirmera, quand on enfourche son vélo c’est un peu comme quand d’autres s’installent pour faire du yoga. La bicyclette est un sport qui fait du bien autant au corps qu’à l’esprit.

 » L’esprit remplit une double fonction : il est responsable de s’occuper de tous les détails et d’envoyer l’aide nécessaire (l’information). Il participe à une chorégraphie qui transcende le vocabulaire.  » (p. 19)

 » Nombreux sont ceux (ndlr : nombreuses sont celles) qui constatent que la bicyclette ne comble pas uniquement leurs besoins physiques, et qu’elle peut également devenir une méthode d’harmonisation interne.  » (p. 20)

L’auteur aujourd’hui âgé de 70 ans enfourche toujours son vélo chaque jour pour une randonnée d’une quarantaine de kilomètres. Nombres de femmes et d’hommes le font aussi chez nous, été comme hiver.

L’effet bicyclette, Méditer tout en pédalant, est disponible aux éditions Le Dauphin Blanc.

https://dauphinblanc.com/

Publicités

10 clés

10 clés


Les 10 clés du développement personnel

Ce qui fonctionne vraiment pour aller bien
Auteur : Yves-Alexandre Thalmann
Éditeur : Broquet, collection VIVRE

Être heureuse en 2019 et suivantes, c’est ce que pourrait vous apporter la lecture de cette nouvelle publication remplie de  »véritables bonnes idées propices à votre épanouissement, un épanouissement durable ».

En effet, le grand amoureux du développement personnel Yves-Alexandre Thalmann explique dans ce 50e ouvrage comment ne pas suivre 10 croyances populaires ou possiblement popularisées pour mieux comprendre le véritable fonctionnement du bonheur.

Un exemple : l’adaptation hédonique. Hein ? C’est quoi l’adaptation hédonique ? C’est l’exigence qui augmente à mesure qu’on a des moyens plus grands.

 » Imaginez un étudiant sans le sou. (…) Grâce à quelques économies réalisées, il peut acquérir un vélo qui lui permet de gagner du temps lors de ses déplacements. La bicyclette achetée d’occasion n’est plus toute neuve : sa peinture est abîmée, quelques pièces sont attaquées par la rouille, un grincement se fait entendre lorsqu’on pédale, etc. Mais l’essentiel est là : il roule et notre étudiant en éprouve une grande satisfaction. Tous les matins, lorsqu’il enfourche son engin, il se répète à quel point ce véhicule lui est utile et améliore sa qualité de vie. »

L’histoire de l’étudiant ne se termine pas là et on peut à la fin apprécier ce qu’il se passe lorsque devenu mature il se remet au vélo à un âge avancé afin de recouvrer la santé mais que ses moyens d’entrepreneur à succès lui permettent maintenant l’achat d’un rutilant vélo de luxe qui représente bien son image et son haut standing.

Tout au long des 10 clés du développement personnel expliquées dans ce livre de Yves-Alexandre Thalmann, on trouve des énoncés invalidés par la recherche suivis de versions alternatives en fonction des connaissances actuelles en psychologie. Également, une anecdote est intercalée entre chacun des chapitres. De plus, des encadrés vous permettront de faire des comparaisons à bon escient et ce, malgré l’interdit qui vous ferait dénigrer ou vous sentir moindre. Il traite aussi de communication non verbale dont le décodage pourrait être équivoque dans un monde où le mensonge est l’enfance de l’art…

Vraiment, c’est un des meilleurs livres de développement personnel que j’ai vu et surtout il a pour objet de vous apprendre à être heureuse ! Quel magnifique moyen de débuter l’année !


Désolée Cendrillon

Le prince charmant n’existe pas

 

désolée cendrillon

Désolée Cendrillon, le prince charmant n’existe pas

Un roman féministe amie des hommes de France Bourbeau paru aux éditions Essor-Livres.

A travers toutes sortes de situations vécues par les femmes, ce roman peint la vie d’une femme qui, à travers les épreuves de sa vie, prend conscience de sa situation de victime. On a beau vouloir aimer les hommes, leur faire l’amour, la situation est branleuse.

De page en page, de chapitre en chapitre, cette lecture autant que son écriture tel que l’avoue l’auteure de Charlesbourg mène une réflexion profonde sur la place que la société masculiniste à l’extrême octroie aux femmes. Finalement, on a eu beau faire la libération des femmes il y a 50 ans, cela s’est encore retourné contre nous au profit des hommes désespérément escalavagistes à double face.

Et je le sais par expérience personnelle, en tant que femme on a beau travailler pendant des années à créer quelque chose qui nous ressemble, ils vont toujours se mettre en travers de notre route si c’est bien et si cela nous fait du bien, et ils vont surtout s’en emparer et y apposer leur signature pour en profiter et ne rien nous laisser si notre création peut leur rapporter quoi que ce soit.

Désolée Cendrillon, le prince charmant n’existe pas.