Archives mensuelles : février 2015

Tresses et autres coiffures

COIFFURE – 82 leçons pour savoir réaliser tresses, chignons, nœuds…, de Christina Butcher, est publié aux éditions Broquet.

COIFFURE – 82 leçons pour savoir réaliser tresses, chignons, nœuds…, de Christina Butcher, est publié aux éditions Broquet.

Sous votre chapeau, vous cachez une magnifique tresse dentelle ou un chignon tressé. Pour l’été vous voulez vous pratiquer à la tresse de sirène ou à la grecque ou encore au bouffant classique sixties.

Broquet vous propose un livre de Christina Butcher sur la COIFFURE en 82 leçons avec explications pas à pas illustrées. Dans ce livre, on trouve des cheveux en coeur, en boucle noeud et en torsade… et même une tresse pour cheveux courts.

Les étapes pour réaliser les styles de queue de cheval, double tresse cascade et autres coiffures faciles à vivre sont illustrées en images et en texte : d’abord, une photo ou plus du résultat final suivie des graphiques étape par étape et des explications étape par étape, additionnés des conseils de pro. De plus, la description indique s’il faut une extension de cheveux, si de l’aide ou des accessoires sont nécessaires, le niveau de difficulté, les variantes… En fin d’ouvrage, quelques pages sur les outils et accessoires, quelques adresses d’école et enseignement spécialisé au Québec ainsi qu’un glossaire.

EXTRAIT

« Allez un peu plus loin avec la tresse à quatre brins. Elle demande un peu d’entraînement mais vous serez récompensée de vos efforts par les nombreux compliments que vous recevrez. Ressemblant à la tresse classique, le brin supplémentaire crée un entrelacement très élaboré. Cette coiffure offre un superbe rendu sur cheveux raides comme bouclés. » (p. 52, Tresse à quatre brins, avec 3 photos en points de vue différents + 5 graphiques d’exécution)

COIFFURE – 82 leçons pour savoir réaliser tresses, chignons, nœuds…, de Christina Butcher, est publié aux éditions Broquet.

Publicités

Romans d’amour

Réchauffez votre coeur avec les nouveaux romans Charleston Québec :

Bienvenue à Big Stone Gap Auteure : Adriana Trigiani

Bienvenue à Big Stone Gap
Auteure : Adriana Trigiani

L’histoire se passe en Virginie dans un petit village des Blue Mountains où une pharmacienne célibataire endurcie s’occupe d’organiser un spectacle d’été. Elle est amie depuis des lustres avec un homme qui lui plait bien… Ce roman fera bientôt l’objet d’un film qui mettra en vedette Ashley Judd et Whoopi Goldberg.

CITATION

« De temps en temps, les mines ou l’école embauchent une personne du monde extérieur. Et, inévitablement, ces gens-là chamboulent tout en arrivant. Théodore a redonné vie à notre orchestre en même temps qu’à la libido de toutes les femmes de la ville » (p. 32)

La colline aux esclaves
Auteure : Kathleen Grissom
Une histoire de classes, de dignité et de lourds secrets avec une fillette ramenée par le capitaine du bateau sur lequel a émigré la famille d’Irlande. Les parents sont décédés pendant la traversée, son frère vendu et elle a perdu la mémoire. Elle se retrouve parmi les esclaves noires parmi lesquels certains sont les enfants du capitaine et sont des serviteurs vivant dans les dépendances alors que les enfants blancs vivent dans la grande maison avec tous les jouets qu’ils peuvent désirer…

« Et puis, aussi, dès que son père s’en va, Marshall recommence à m’embêter, à lancer des pierres quand je travaille dans le jardin. Il est sournois. Il agit quand personne ne peut le voir. Je sais qu’il pense que c’est moi, le problème de sa mère. » (p. 28)

Une valse à trois temps
Auteure : Patricia Gaffney

Après Les quatre Grâces, une merveilleuse histoire de complicité et de solidarité entre mères et filles. Carrie vient de perdre son mari dans un accident de voiture au cours duquel il a fait une crise cardiaque. Elle se tourne vers sa mère et sa propre fille.

« Les gens – surtout Birdie, et parfois Carrie – prétendent que je manque de tact. C’est faux. Je crois simplement qu’il y a un temps pour le tact et un temps pour l’action. Ce souper en est un parfait exemple. Le tact avait donné lieu à cet entretien d’embauche et l’action ferait le reste. » (p.  51)

Les romans Charleston Québec sont publiés chez Guy Saint-Jean éditeur.


INSOUMISE de Mathilde Saint-Jean

Une nouvelle écrivaine de 18 ans qui publie un petit chef d’oeuvre !

 INSOUMISE, Au-delà du mur, vient tout juste de paraître. Il est superbement écrit par Mathilde Saint-Jean, publié chez Guy Saint-Jean éditeur.

INSOUMISE, Au-delà du mur vient tout juste de paraître. Il est superbement écrit par Mathilde Saint-Jean, publié chez Guy Saint-Jean éditeur.

INSOUMISE – Au-delà du mur est le premier tome d’une trilogie du futur racontant l’histoire d’une adolescente qui grandit dans une république où les pauvres vivent d’un côté du mur et les riches du bon côté. Elle vit plusieurs problèmes typiques de jeune comme des profs qui la prennent en grippe et s’acharnent sur elle et les garçons en meute qui lui causent du malheur. Elle a la chance d’avoir un grand frère qui prend sa défense et son meilleur ami qui garde la brèche par laquelle elle passe pour aller travailler dans un bar jazz du côté des nantis. Évidemment, ces escapades sont tellement interdites qu’elles méritent des châtiments à solution finale pour les pauvres qui oseraient s’y aventurer et de surcroît faire les allers-retours à des heures interdites.

Le roman est d’une acuité et d’une sensibilité fabuleuses, tout particulièrement pour une si jeune auteure. Les thèmes abordés sont l’adolescence, la liberté, la soumission et la majorité silencieuse, le petit frère autiste, la famille et la pauvreté, l’insouciance et la richesse… et la manipulation autoritaire. INSOUMISE de Mathilde Saint-Jean passionnera tous les vrais indignés.

CITATIONS / EXTRAITS

« Il y a toujours quelques détails qui diffèrent, mais dans l,ensemble, nous en savons bien peu. Pourquoi ? Parce que les autorités ne veulent pas qu’on sache. Le peu d’enseignement qu’on reçoit est minutieusement contrôlé et réglé au quart de tour. » (p. 10)

« Seulement, ce n’est pas en couvrant un défaut qu’on le fait disparaître. Il est toujours là. Couche par couche, il ne fait qu’empirer le problème » (p. 13)

« Nous avons aboli le système de castes depuis longtemps, mais la hiérarchie persiste. Les quartiers de ce côté-ci sont divisés en communautés dont la richesse est comparable entre elles pour soutenir l’économie. Contrairement à l’Élite, où la population se retrouve à peu près toute sur un même pied d’égalité de quasi-perfection économique. » (p. 16)

« – Parce qu’ils ne se mêlent pas à nous et leur richesse ne s’en retrouve pas affectée ? » (p. 17)

« Je joue une mascarade qui les berne simplement parce qu’ils sont trop occupés à regarder le spectacle sur la scène alors que celui d’une jeune fille terrorisée qui ne vient pas d’ici se déroule tout près. » (p. 70)

On attend vivement le tome 2 de la trilogie INSOUMISE. En attendant, le premier volet, Au-delà du mur, vient tout juste de paraître. Il est superbement écrit par Mathilde Saint-Jean, publié chez Guy Saint-Jean éditeur.


PAC : Grecs, archéologie, NEIGE

Une visite à Pointe-à-Callière et c’est le tour humain qui vous remplit les yeux.

Reproduction en or d’un masque appelé « masque mortuaire d’Agamemnon », Mycènes, XVIe siècle avant notre ère. © Ministère de la Culture et des Sports de la Grèce

Les Grecs – D’Agamemnon à Alexandre le Grand
À commencer par l’extraordinaire exposition sur les Grecs de l’Antiquité avec de très nombreux objets en or et en marbre, toute l’historique des différentes époques sous formes de cartes et de vidéos accrocheuses. Mon coup de coeur : les parures de coiffe d’une finesse inouïe mais aussi les masques de guerriers ! L’exposition exceptionnelle de plus de 500 artefacts provenant de 22 musées grecs est présentée dans la Maison des Marins jusqu’au 26 avril 2015 et fera par la suite une tournée nord-américaine dans quatre grands musées.

NEIGE
Une toute nouvelle exposition inédite qui met en vedette la neige, ses contraintes, ses plaisirs d’hiver. 250 artéfacts présentés jusqu’au 3 janvier 2016.

Relâche scolaire
Les Symphonies portuaires : la Grèce en tête d’affiche
Semaine de relâche : Les Grecs

J’ai eu le plaisir de rencontrer Madame Francine Lelièvre en vidéo-entrevues et même Bonhomme-Carnaval qui était à Montréal pour l’occasion de NEIGE :
http://youtu.be/oLGGW8qLX2M

http://youtu.be/RfmaSlUxvKQ

Pointe-à-Callière, Cité d’archéologie et d’histoire de Montréal


Faire pousser ses graines germées

Faire pousser ses graines germées (lentilles, céréales, alfalfa, pois chiches, trèfle, radis, quinoa, brocoli, cresson), de Rita Galchus, est publié chez Broquet.

Faire pousser ses graines germées Auteure : Rita Galchus
Éditeur : Broquet

Il fait encore trop extrême dehors pour sortir acheter des légumes vitaminés ? Qu’à cela ne tienne, prenez vos légumineuses, noix, céréales en grains et regardez-les se créer des vitamines sur votre comptoir de cuisine.

C’est effectivement très facile et une nouvelle publication Broquet vous en explique les modes d’emploi, avec recettes et conseils de conservation. On peut utiliser un simple pot de confitures ou des germoirs en plastique ou même en céramique, tout est expliqué… du chia au jus d’herbe de blé.

CITATIONS / EXTRAITS

« Les graines sont de bonnes sources de nutriments non transformés. Les bons lipides et les protéines sont facilement accessibles dans les graines de courge et de tournesol décortiquées, de sésame (décortiquées ou non). Ces graines ne vont pas forcément germer jusqu’au stade feuillu, mais elle complètent une alimentation où les graines germées ont la part belle. » (p. 44, Courge, sésame, tournesol et autres oléagineuses)

« Les pois et les pois chiches aiment les températures fraîches. […] Ce petit séjour hivernal les requinquera. » (p. 62, Faire germer des légumineuses dans un bocal)

« Les germes apportent un surplus de fibres au régime alimentaire de vos animaux. Cela participe à la prévention des maladies cardiaques et du diabète. Ils fournissent les enzymes importants dans les fonctions métaboliques. Le système immunitaire des animaux est renforcé par cet apport de graines germées fraîches. » (p. 128, Cultiver de l’herbe à chat)

« Si vous avez tout d’un coup une folle envie de tacos, vous pouvez aller au fast-food, dans un restaurant mexicain ou au rayon surgelé de votre magasin. Cependant, si vous avez des pousses fraîches chez vous, vous pouvez faire vos propres tacos, bien meilleurs, bien plus sains, bien plus frais. Quoi de mieux ? » (p. 131, Que faire avec les graines germées ?)

Faire pousser ses graines germées (lentilles, céréales, alfalfa, pois chiches, trèfle, radis, quinoa, brocoli, cresson), de Rita Galchus, est publié chez Broquet.


La cuisine, un véritable laboratoire !

La cuisine, un véritable laboratoire !, Tome 2 : 52 expériences pour s'initier à la science de Lina Scarpellini est publié aux éditions Broquet.

La cuisine, un véritable laboratoire !, Tome 2 : 52 expériences pour s’initier à la science de Lina Scarpellini est publié aux éditions Broquet.

Avec l’hiver archi-froid que nous avons, je vous suggère cette petite merveille pour la semaine qui vient, pour la relâche prochaine et pour vos fêtes d’enfants toute l’année. Le livre est rempli de photos, d’idées géniales pour passer le temps, pour apprendre des trucs futés et conscients de l’environnement avec plein de jeux, questions quiz, explications, infos additionnelles pour les curieux, etc. Quelques exemples :

EXTRAITS / CITATIONS :

« Explication Curieusement, le glaçon enveloppé dans le papier essuie-tout fond beaucoup moins vite que le glaçon exposé à l’air libre ! Le papier agit comme un isolant en réduisant les échanges thermiques avec l’air ambiant. Le glaçon exposé à l’air ambiant ne dispose d’aucune protection. Le phénomène physique de radiation est à l’oeuvre, ce qui fait fondre le glaçon comme neige au soleil ! » (p. 40, Le libre-échange… thermique)

« Un goût qui ne fait ni chaud ni froid ? Pas si sûr… 1. Déguste la crème glacée tout droit sortie du congélateur. Note tes impressions. 2. Laisse reposer la crème glacée jusqu’à ce qu’elle soit presque fondue. 3. Goûtes-y à nouveau. As-tu l’impression de goûter du sirop ? » (p. 91, Le goût… de la science)

« Observation La tranche coupée sur le dessus du fruit, là où il y avait la tige avant sa cueillette, est plus sucrée. Comme est-ce possible ? Pourquoi ? » (p. 11, Le goût change-t-il d’une partie à l’autre d’un même fruit ?)

« Savais-tu que… . Christophe Colomb a apporté les premiers plants d’orangers en Amérique lors de son deuxième voyage en 1493. » (p.11, Le goût change-t-il d’une partie à l’autre d’un même fruit ?)

La cuisine, un véritable laboratoire !, Tome 2 : 52 expériences pour s’initier à la science de Lina Scarpellini est publié aux éditions Broquet.


L’homme qu’on aimait trop

Réalisateur : André Téchiné
Avec Catherine DENEUVE, Guillaume CANET et Adèle HAENEL

L'homme qu'on aimait trop Réalisateur : André Téchiné Avec Catherine DENEUVE, Guillaume CANET et Adèle HAENEL

L’homme qu’on aimait trop
Réalisateur : André Téchiné
Avec Catherine DENEUVE, Guillaume CANET et Adèle HAENEL

Présenté Hors compétition à Cannes l’an dernier
Disponible en DVD et vidéo sur demande
AZ Films et TVA Films

Elle est jeune, belle et rebelle. Elle revient d’Afrique, ouvre une librairie, offre un livre à l’avocat de la propriétaire d’un casino qui déjà n’indique pas un bilan glorieux et qui vient de se faire arnaquer de 5 millions par un quatuor de truands élégants qui blanchissent de l’argent mafieux et veulent faire tomber tous les casinos de la côte. Elle se défend bien d’être comme sa mère et pourtant. Elle ne veut pas en tout cas suivre ses traces à cette mère, une femme très forte qui subit de toutes parts les intimidations autant masculines que filiales. Elle veut absolument récupérer immédiatement sa part d’héritage de son père.

Des thèmes d’aujourd’hui, un film inspiré d’une histoire vraie
Thèmes de la femme chef d’entreprise dont la place est discutée par le chapelet d’hommes autour d’elle, de la jeune rebelle prête à s’associer à n’importe qui pour avoir sa part d’héritage sur-le-champ même si et surtout s’il s’agit de ceux qui veulent la peau de sa mère, du blanchiment d’argent et des comptes en Suisse, des francs maçons ou riches entrepreneurs mafieux toujours prêts à s’emparer d’affaires légales, des individus qui font déchoir ceux et celles auxquels ils viennent soi-disant en aide et de la confiance gratuite qu’on leur donne, des informateurs et intermédiaires amoureux, de la trahison, des besoins d’attention et de claquer beaucoup d’argent, de l’amour et de la passion, du mal que l’on peut faire par égoïsme ou pour la fortune volée à n’importe quel prix, du grand dîner où l’on chante…

Catherine Deneuve excelle dans ce rôle de grande dame élégante et forte qui doit s’afficher en même temps que se méfier, Adèle Haenel aussi qui joue la rebelle prête à tout et n’importe quoi pour atteindre son objectif y compris de faire confiance à n’importe qui pour s’affirmer contre sa mère et pour récupérer son argent, de même que Guillaume Canet dans le rôle de l’avocat célibataire, avocat et célibataire coincé et parano avant tout, qui semble toujours prêt à s’impliquer pour ces deux femmes mais manoeuvrant toujours uniquement pour lui-même.

Un film très d’actualité inspiré d’un véritable fait de justice survenu en France, et des rôles courageux. Il ne faut rien rater de ce film qui se déroule comme de l’eau sur le dos d’un canard mais qui traduit drame par-dessus drame causés par des manipulateurs parfois loup solitaire d’autres fois organisés. Il ne faut rien rater, surtout pas les infos sur la suite des événements juste avant le générique de fin. Après avoir pensé telle mère telle fille, on a envie de dire  tel père tel fils…

EXTRAITS DES DIALOGUES
« Faut dire que les pions, après le bacc, on les oublie vite. »
« Elle vous attend dans la voiture. Je crois qu’elle n’a pas une grande passion pour les casinos. »
« – Si la situation est mauvaise, pourquoi on vend pas le palais ?
– Mais tu plaisantes : le palais, c’est ma vie. »
« Vous méprisez trop notre personnel. »
« Et ces difficultés profitent à qui ? »
« Mais ça aussi, c’est sûrement le hasard »
« Depuis que le maire est devenu ministre, il sait tout sur tout »
« Mais votre élection est un coup de force, Madame Le Roux. »
« Non, ce qu’il vous faut c’est du renfort »
« La villa, c’est ma mère c’est pas moi. »
« Quelqu’un est entré dans mon bureau ce matin. »
« Vous ne comprenez pas, on essaie de vous intimiter c’est la guerre. »
« Je pensais pas que ça irait si vite. »
« C’est trop facile de regretter quelque chose, c’est déjà plus difficile de s’excuser. »
« Et ça te fait rigoler, en plus ! »

Bande-annonce : https://www.youtube.com/watch?v=56tEYf9yZw0


Le goût des souvenirs

Le goût des souvenirs d'Erica Bauermeister est publié aux éditions Guy Saint-Jean, collection Charleston.

Le goût des souvenirs d’Erica Bauermeister est publié aux éditions Guy Saint-Jean, collection Charleston.

Paru à l’automne dans la collection Charleston Québec, ce roman d’Erica Bauermeister réchauffera votre coeur et votre âme avec toutes ses histoires d’amour qui se font, se défont, se nouent selon toutes les inhabitudes de la vie.

Tout plein de réflexions infiniment tendres et humaines, c’est un véritable plaisir de lecture, des histoires de femmes et d’hommes de tous âges.

EXTRAITS / CITATIONS

« – Faire de la comptabilité, c’est un peu comme résoudre un meurtre, mais sans que le sang gicle, lui expliqua-t-il. Donne-moi des chiffres, et je te dirai pourquoi une affaire a périclité ou comment un mariage s’est dissous. » (pp. 16-17)

« Al n’avait jamais rien vu de pareil. Il avait bien tenté de compter les vagues, mais il avait rapidement compris qu’il valait mieux laisser tomber. Au lieu de cela, il avait demandé à sa mère quand les vagues s’arrêtaient, si elles s’immobilisaient pendant la nuit. L’infini devait avoir ce son-là. » (p. 32)

« Ce devait être horrible de passer du temps avec une grand-mère qui ne vous reconnaissait même pas. » (p. 173)

« À l’automne, Bob et Abby s’étaient retrouvés à l’université, presque gênés de se revoir. Le Bob et l’Abby réels correspondaient difficilement aux images qu’ils s’étaient faites l’un  de l’autre pendant l’été, et il leur sembla soudain déroutant d’être touchés par des mains plutôt que par des mots. » (p. 179)

« Il déchiffra ces accolades qui n’étaient, dans le fond, rien d’autre que des épaules qui se touchaient, des mains qui tapotaient un dos comme autant d’applaudissements mutuels. » (p. 214)

Le goût des souvenirs d’Erica Bauermeister est publié aux éditions Guy Saint-Jean, collection Charleston.


Le sortilège des chemins

Le sortilège des chemins récit de Sergio Kokis avec six paysages de sentiers peints par l'auteur Lévesque éditeur, collection Réverbération

Le sortilège des chemins
récit de Sergio Kokis
avec six paysages de sentiers peints par l’auteur
Lévesque éditeur

À l’aube de la soixantaine, un couple montréalais d’origines diverses se met en tête de fouler le Chemin de Compostelle pour la première fois. Il est écrivain et peintre, elle vient de prendre sa retraite, le moment semble idéal pour partir à l’aventure. Et après avoir testé leur endurance sur les trottoirs et sentiers de la ville, ils s’envolent avec, typiquement, un sac à dos bien trop plein.

Ce récit épate par une qualité de texte devenue rare en ces temps de littérature marketing. L’auteur Sergio Kokis, d’origine brésilienne mais aussi d’autres origines antérieures russes comme on l’apprend vers la fin nous raconte en détails le premier périple suivi de plusieurs autres dans plusieurs pays européens. Mais ils ont tout de même quelques habitudes de bons restaurants qu’il nous raconte tout en intercalant leurs pèlerinages de réflexions sur ses romans précédents, son ancienne maison d’édition vendue et ses livres soudainement sans point de vente, l’art contemporain pour ce qu’il vaut… et surtout les rencontres, les petits bonheurs, les gîtes… et de nombreuses vérités existentielles.

CITATIONS / EXTRAITS

« Après deux mois de vie dépouillée, avec mon sac à dos pour tout bagage, cette abondance d’objets superflus m’est apparue dans toute son absurdité, comme un boulet destiné à entraver ma liberté. » (p. 75)

« Souvent, durant nos randonnées, je me perdais en rêveries tout en observant distraitement non pas les paysages alentour mais le sentier lui-même. J’étais captivé par cette étroite portion de terrain qui serpentait devant moi, bordée soit d’herbes, soit des racines des arbres de la forêt. Le passage d’autres marcheurs avant nous avait dessiné ce lieu de marche, lui conférant le statut de chemin. À leur tour, nos pas contribuaient à le maintenir vivant. (p. 133)

« En tant que peintre et intellectuel, je ne me sens aucunement solidaire des enfantillages et des bricolages ridicules qu’on présente dans les musées en guide d’art contemporain. » (p. 122)

« La dissimulation – distincte du simple déguisement – est une attitude spécifiquement humaine. Elle peut atteindre des sommets de sophistication ou même constituer une façon permanente d’être au monde, d’où son intérêt pour un artiste préoccupé par l’analyse existentielle. » (p. 161)

« C’est curieux comme ce genre de rencontres nous arrivent souvent durant nos randonnées, tandis que nous sommes si sauvages chez nous, à Montréal. » (p. 188)

Le sortilège des chemins, récit de Sergio Kokis avec six paysages de sentiers peints par l’auteur est publié chez Lévesque éditeur, collection Réverbération.


Entre le Québec et le Manitoba

En cette journée exceptionnellement froide, tellement glaciale qu’elle me rappelle le surnom de Winterpeg pour la capitale manitobaine, cela semble une bonne occasion pour se rappeler le métis Louis Riel et surtout son fils Jean Riel qui est l’objet d’une biographie écrite par Annette Saint-Pierre, romancière essayiste, pionnière de l’édition et de l’institutionnalisation de la littérature francophone de sa province des vastes Prairies canadiennes.

Jean Riel, fils de Louis Riel, Sous une mauvaise étoile est publié aux Éditions du Blé. L'auteure, Annette Saint-Pierre, est originaire de Saint-Germain-de-Grantham et est Membre de l'Ordre du Canada.

Jean Riel, fils de Louis Riel, Sous une mauvaise étoile est publié aux Éditions du Blé. L’auteure, Annette Saint-Pierre, est originaire de Saint-Germain-de-Grantham et est Membre de l’Ordre du Canada.

Sous une mauvaise étoile renseigne sur la vie de ce jeune homme qui, ayant perdu son père dans les circonstances historiques que l’on sait, a subi le poids de son héritage mais aussi a reçu toutes sortes d’aides pour devenir un grand personnage sans toutefois réussir à la tâche.

Le livre contient aussi des photos et des textes de lettres de nombreuses personnalités canadiennes : Alfred Pelland, Horace Chevrier, Honoré Beaugrand…

EXTRAITS / CITATIONS

« Les sympathisants que comptait Louis Riel au Québec sont restés d’une grande fidélité à sa mémoire, surtout les politiciens qui ont appuyé son mouvement de résistance en 1869-70 et qui, tout en honorant son souvenir, voient comme un devoir d’assurer l’avenir des orphelins. » (p. 55)

« Julie est dans la soixantaine, mais elle en paraît beaucoup plus : son dos est voûté et des rides profondes se creusent au coin de ses yeux privés de l’éclat de leur jeunesse. Il faut dire que son mari l’a laissée veuve avec neuf enfants et peu de ressources financières. » (p. 17)

Donc, un peu d’Histoire canadienne pour une journée arctique : Jean Riel, fils de Louis Riel, Sous une mauvaise étoile est publié aux Éditions du Blé. L’auteure, Annette Saint-Pierre, est originaire de Saint-Germain-de-Grantham au Québec et réside maintenant à Saint-Boniface au Manitoba. Elle est Membre de l’Ordre du Canada.