Archives mensuelles : septembre 2013

Indridason : Le livre du roi

Un roman complètement inouï qui amène le lecteur dans la réalité et dans la détermination d’accomplir une quête, de remettre les choses en place.

Le Livre du roi  -  Auteur : Arnaldur INDRIDASON Titre original :  Konungsbók Traduit de l'islandais par : Patrick Guelpa  Éditions Métailié, Paris

Le Livre du roi
Auteur : Arnaldur INDRIDASON
Titre original : Konungsbók
Traduit de l’islandais par :
Patrick Guelpa
Éditions Métailié, Paris

Roman, thriller historique et voyage en Islande et dans les mondes nordique européen et germanique d’il y a 50 ans et quelques siècles, d’un professeur et de sa passion pour retrouver un parchemin du patrimoine islandais volé par les nazis mais pas seulement, raconté par l’auteur islandais aux talents de conteur Arnaldur Indridason, en donnant la parole pour raconter ce qu’en aurait appris pour y avoir survécu un jeune étudiant qui aurait accompagné ce professeur que des illuminés auraient cherché à éteindre mais dont les agissements n’auraient eu d’effet réel que de mieux raviver la flamme et le feu sacré du vrai. On les accompagne dans toutes leurs péripéties et aventures en lutte pour retrouver ce livre du patrimoine islandais et contre ces wagnérianistes de malheur, descendants et amis des nazis, ennemis du monde entier autre qu’eux-mêmes et leurs collabo ; on est absolument charmé par autant de passion pour ce qui est juste.

CITATIONS / EXTRAITS

« Parfois, le paysan essayait d’engager la conversation avec le voyageur, mais il s’en retournait maussade, celui-ci n’était visiblement pas venu pour le distraire. » (p. 17)

« Je rêvais depuis longtemps de pouvoir toucher ces parchemins anciens d’une valeur inestimable » (p. 30)

« Rien n’aurait pu m’y préparer. » (p. 31)

« — Ce sont des hommes dangereux, Valdemar, expliqua le professeur. Ils s’emparent de tout ce qui leur tombe entre les mains et tu peux être sûr qu’on ne le revoit jamais. Leur société secrète m’a causé des ennuis dès l’arrivée au pouvoir des nazis et maintenant, j’ai l’impression qu’ils se réveillent. » (p. 66)

Le Livre du roi est publié aux éditions Métailié.


servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
Livres sur les prédateurs humains
Polars
L’Arctique
LIVRES HISTOIRE MONDE ET ROMANS HISTORIQUES MONDE
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles

Publicités

Les faits divers n’existent pas

Les faits divers n'existent pas Auteure : Martine Latulippe, Éditions Druide

Les faits divers n’existent pas
Auteure : Martine Latulippe,
Éditions Druide

Un recueil de nouvelles noires, des petites histoires courtes sur des vies qui ont basculé comme si elles étaient dépeintes par des journalistes qui s’intéresseraient d’abord aux gens et qui chercheraient à savoir ce qu’il pourrait se trouver derrière tous ces écueils au quotidien, connaître ce qui pourrait avoir amené tel ou tel « fait divers », nommément agression, effraction, etc.  Comme si les éditeurs de journaux allaient plus loin que la facilité de recopier les communiqués, remplir des pages et des pages d’histoires à faire peur, à rendre triste ou à glacer le sang.

Et puis il y a les faits divers qui auraient pu se produire, qu’en est-il de ceux-là ?

Et puis, il y a les questions que l’on se pose face aux finalités d’un coup sec. La fille avait-elle connu trop de types sans coeur ? Un vieil homme inoffensif peut-il attirer le malheur ? Tant d’histoires qui finissent par se rejoindre…

CITATIONS / EXTRAITS

« Ses yeux ont rencontré ceux d’un garçon assis quelques tables plus loin. Un homme assez jeune, la trentaine à peine, aux cheveux mi-longs, aux yeux sombres, qui lève doucement son verre dans sa direction, portant un toast muet avec elle, buvant une gorgée, lui adressant un clin d’oeil ? » (p. 24, Le réveil)

« Les voilà de retour en ces lieux, Marie et lui. Les jambes fragiles, ils font quelques pas dans le grand champ où ils ont tant couru jadis. » (p. 60, Le pèlerinage)

Les faits divers n’existent pas est publié aux éditions Druide.

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
Polars
Citations ados filles
Vieillir
Biographies, chronologies, histoire, vie des gens
femmophobie.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


L’exposition Splendore a Venezia

Le retour du Bucentaure au Môle le jour de l’Ascension (détail) de Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto, Une des œuvres majeures de l’exposition Splendore a Venezia  Au Musée des beaux-arts de Montréal  Du 12 octobre 2013 au 19 janvier 2014  Photo Jacqueline Mallette

Le retour du Bucentaure au Môle le jour de l’Ascension (détail)
de Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto,
Une des œuvres majeures de l’exposition Splendore a Venezia
Au Musée des beaux-arts de Montréal
Du 12 octobre 2013 au 19 janvier 2014
Photo Jacqueline Mallette

Splendeurs à Venise
Le tableau datant de 1760 dont la photo ci-dessus nous rapproche de certains détails du palais des doges, du palais flottant Bucentaure et des gondoles sur le Grand Canal fera partie d’une grande exposition débutant le mois prochain au Musée des beaux-arts de Montréal.

Tableau unique
La représentation sur toile de cet événement annuel aurait existé en plusieurs exemplaires « uniques » selon ce que disait apparemment chaque fois l’artiste à chacun de ses clients qui lui demandait de peindre ce festival religieux avec le vaisseau officiel des doges qui régnaient à Venise, ville d’eau par excellence où se trouvait également le pape à cette époque.

Viens, embarque avec moi
Vous connaissez Venise ? Tout s’y fait en bateau. Le transport public est un bateau. Les taxis sont des bateaux. Les calèches sont des gondoles. Par conséquent, les doges avaient bien entendu un navire d’office, un palais flottant remarquable qu’ils utilisaient pour se déplacer et pour recevoir des dignitaires ou ceux qui réussissaient à s’y faire admettre. Chaque année, des événements marquants s’y tenaient, entre autres une cérémonie pendant laquelle toute la ville renouait son alliance avec la mer, et c’est le pape qui aurait offert l’anneau à Venise afin que chaque année, la cité des doges « épouse » la mer.

Détails et ressemblances…
C’est étonnant à quel point le nom de cette ville résonne à l’oreille sa ressemblance à celui de la déesse de l’Amour… Mais y avait-il seulement des femmes dans ces événements ? Il faudra bien regarder les peintures et autres objets… pas de trop près quand même puisque ces oeuvres ont traversé plusieurs siècles et qu’il ne faut pas trop s’en approcher.  Je conseillerais donc d’apporter vos petites lunettes d’approche à fioritures pour en apprécier tous les détails avec classe, ce qui vous permettra aussi de vous cacher les yeux sans être masquéE et ainsi camoufler votre identité comme cela se faisait aussi à Venise afin de se faufiler sans faire scandale sous le diktat.

Riches dorures religieuses
Cette nouvelle exposition promet de vastes splendeurs vénétiennes visuelles et musicales, renouant temporairement avec des coutumes anciennes toutes en dorures riches pour les régnants, comme dans ce tableau autour de la Festa della Sensa (fête de l’Ascension).

Le vaisseau en question
La première des quatre versions du navire fut construite en 1311 ; la deuxième en 1526. La troisième, de 1606, était semblable aux deux autres, mais elle présentait un décor encore plus exubérant de motifs fantastiques, symboliques et mythologiques. La dernière version, la plus magnifique, avait été mise à l’eau en 1729 ; elle fut détruite sur ordre de Napoléon en 1798, officiellement en raison de sa valeur symbolique : il fallut trois jours pour la réduire en cendres après l’avoir dépouillée de l’or dont elle était revêtue.

L’exposition est en préparation ; elle débute le 12 octobre 2013 au Musée des beaux-arts de Montréal.

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
Citations – religions
Dieu est au MacDo
CHIHULY , Un univers à couper le souffle

femmophobie.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


Mario Villeneuve : Dieu est au MacDo !

« 3. Re-choisissez vos croyances, au besoin »

Dieu est au MacDo ! Découvrir son bonheur et le propager Auteur : Mario Villeneuve Béliveau éditeur

Dieu est au MacDo !
Découvrir son bonheur et le propager
Auteur : Mario Villeneuve
Béliveau éditeur

Un livre plus qu’intéressant en ces semaines et années de tourmentes et de guerres religieuses et politiques.

Faire une pause du marketing intensif et de la propagande guerrière
Dans ce recueil écrit par un homme originaire d’un village aujourd’hui fantôme et touristique, l’auteur témoigne de l’extraordinaire possibilité de joie et de bonheur inscrite au fond de chacun de nous et propose une réflexion motivante sur ce formidable cadeau qu’est la Vie. Il reconnaît que nous avons tous de petites ou grandes blessures bien cachées à l’intérieur de nous, mais que nous pouvons en guérir pour trouver une plus grande sérénité. Il nous propose de devenir l’acteur principal de notre vie et de définir nos propres vérités. Cet ouvrage nous invite à un temps d’arrêt pour découvrir notre propre paradis

Pour bien démarrer : 7 principes à retenir pour avoir accès au bonheur
En tout début d’ouvrage, Mario Villeneuve donne 7 précieux conseils à ses enfants, 7 règles concises pour mener une vie à la recherche du bonheur, 7 judicieux principes de vie. L’un d’eux se trouve cité en exergue.

Dieu, la vie, le bonheur, la foi
L’auteur nous invite à voyager avec lui. Son point de départ étant la genèse, les sujets traités passent par la santé mentale, la foi, les croyances, le plaisir, la souffrance, le pardon et le paradis à la fin de vos jours ! Les voyageurs dans ce périple sont les petites voix de votre for intérieur, l’une positive et l’autre moins, qui dialoguent tout au long des pages.

CITATIONS / EXTRAITS

« Je veux démonter qu’au-delà des clivages qui opposent croyants et non-croyants, le succès (voire le bonheur) de notre avenir comme espèce passe par un humanisme qui unit tous ceux et celles intéressés par la dignité et la liberté humaines. » (p. 19, Introduction)

« Vous verrez que la foi n’est pas qu’une affaire de religion, je dirais même qu’elle n’est surtout pas une affaire de religion, en tout cas au départ. » (p. 75, chapitre 3, La foi, mais en quoi ?)

« Chez moi régnait la peur du péché et la culpabilité. Cela devait être plus facile pour nos parents qui, un peu malgré eux, imitaient le comportement abusif de l’église au niveau des consciences. Je dis plus facile parce qu’ils ne se posaient pas de questions ; tout était clair et bien dicté. Ils n’avaient qu’à suivre. » (p. 76, chapitre 3, La foi, mais en quoi ?)

« Cet homme remontait le moral de tous et il était fier de lui, fier de goûter à la vie. Malgré ses souffrances et ses limites physiques, il rayonnait de bonheur. » (p. 158, Chapître 5, Le plaisir et le bonheur)

L’AUTEUR
Mario Villeneuve est psychothérapeute et conférencier, originaire de Saint-Jean-Vianney. À 12 ans, il avait déjà défié la mort à trois reprises. Il souffre pendant plus de 20 ans de fibromyalgie.

Publié chez Béliveau éditeur,

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
Citations – religions
Un court métrage dans le silence du diktat For The Birds
femmophobie.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


Femmes discriminées : le film FOR THE BIRDS

Le film court métrage For The Birds a été présenté au FFM et je n’écris que maintenant ma critique car c’est un film infiniment émouvant et intériorisant, un film qui mérite réflexion et pas seulement au niveau cinématographique.

Quelle valeur universelle peuvent donc avoir des écrits et des traditions aussi durs et cruels envers la moitié de la population ?

Être une femme est un handicap immonde.

Il s’agit de l’histoire d’une jeune femme qui fut pendue pour avoir forniqué. L’histoire se passe dans un pays musulman, un pays de soleil brûlant et de tempêtes de sable avec chaque petit grain comme autant d’aiguilles, un pays dans lequel on impose un vêtement unique aux femmes seulement.

Comme dans le cas de l’excision, ce sont deux femmes qui amènent de force la jeune femme, l’adolescente accusée. Comme dans le cas des jeux du cirque dans la Rome Antique, les gens regardent, comme s’il s’agissait d’un divertissement, sauf un seul jeune homme se rebiffe.  Comme dans le cas de la jeune Québécoise de Ste-Sophie, on n’a pas l’impression que l’homme impliqué autant qu’elle dans l’affaire ayant mené à de telles conséquences sans retour subira le moindrement ou autant la haine des hommes. En vérité, ils vous le diront ou plutôt ils le feront mais ne l’admettront pas que dans la plupart des régions et des religions, l’homme poursuivra sa vie comme si de rien n’était, comme s’il n’avait rien à se reprocher, comme s’il n’avait jamais rien eu à voir avec ça. Il faut bien qu’il se vide, disait la grande soeur d’une amie décédée à 20 ans. Il oubliera et passera à autre chose. Il aura appris à utiliser sa force et ses relations mâles de famille ou de religion pour écraser les femmes sur son chemin avec la collaboration des masculinistes au pouvoir, des femmes collabo et des fils qui prolongeront le mal… C’est pourtant l’homme qui a un corps qui se transforme en besoin de relations sexuelles sitôt qu’on s’en approche le moindrement, mais c’est la femme qui écope des problèmes. Être une femme est un handicap aussi grave qu’immonde et ce ne sont pas les hommes qui leur viendront en aide la grande majorité du temps. La plupart des femmes non plus… Elles sont trop appauvries, trop bloquées…

Le film For The Birds est inspiré d’une histoire vraie, l’exécution d’Atefeh Rajabi Sahaaleh.

Elle avait 16 ans, comme la jeune mère de Ste-Sophie abandonnée de tous à l’heure de l’accouchement.

Le court métrage For The Birds  se passe dans un pays lointain et en langue étrangère, sans paroles, sans sous-titres, dans le silence assourdissant du diktat de la mort. Comment dire que toute parole serait superflue sans ajouter que toute parole est la plupart du temps inutile quand il s’agit des femmes et qu’il ne s’agit pas d’une promesse de sexualité ? Le film montre bien et fait comprendre toute la portée de cette pendaison au nom des hommes, par extension de tous ces gestes de violences, dans le quotidien des femmes, de par le monde. Y a-t-il une seule religion qui ne soit pas néfaste aux femmes ?

Quelle valeur universelle peuvent donc avoir des écrits et des traditions millénaires aussi cruels envers la moitié de la population, la seule moitié capable pendant des millénaires de repeupler le monde ?

Être une femme est un handicap immonde.

Merci au Festival des films du monde de Montréal de nous avoir présenté ce film.

Équipe de production
Réalisation : Tara Atashgah
Scénarisation : Tara Atashgah
Direction photo : Daniel Rink
Montage : Tara Atashgah
Interprètes : Chervine Namani, Nazli K. Lou, Kamran Malak Motiei
Musique : David Reynolds

Maison de production et ventes : Tara Atashgah, Motamedia Productions, 1112 Montana Ave. #842, Santa Monica, CA 90403 (États-Unis), tara.atashgah@gmail.com

http://atefehproject.wordpress.com/
Filles excisées et femmes grillagées, lapidées, brûlées, bloquées, bitchées…
La jeune québécoise de Ste-Sophie

FILM : La source des femmes
ROMAN : À tous et à personne
ESSAI : Dieu est au MacDo !
TÉMOIGNAGES : Survivre à la violence pour enfin vivre
Spectacle demain soir pour La maison de Mélanie : J’ai été une esclave sexuelle .  Se sortir des gangs de rue


Québécois, Immigrés, Intégration, Valeurs, Vivre ensemble

Cette intervention reflète ce que je croyais quand je vivais à l’étranger.

« On vit dans une société laïque pour laquelle des Québécois se sont battus et ont fait des sacrifices. Et aujourd’hui, certains groupes aimeraient qu’on recule dans le temps. Rappelons-nous le Québec des curés, 100 % catholiques. »
http://plus.lapresse.ca/screens/4119-e58c-523721e1-86dc-364eac1c606a%7COffz.8_ILehJ

Au Québec
Des Québécois de même que des Québécoises se sont battuEs et ont quitté les églises qui étaient occupées trop souvent par des manipulateurs prédateurs d’enfants qui exigeaient d’user à la corde les mères de famille de 20-25 enfants vivant dans l’extrême pauvreté, la misère et l’ignorance ; des curés, prêtres, évêques et frères abuseurs qui désiraient surtout beaucoup de petits garçons…, des pédophiles en fait qui trouvaient toutes sortes de moyens pour tenir les femmes à l’écart de leurs petites jouissances sous la soutane en catimini sur des enfants croyants et ce, malgré leurs voeux bidon de chasteté et qui surtout avaient mis la table pour se faire écouter en grimpant au-dessus de leurs ouailles pour nous faire des sermons, pour régner par la peur, par la honte et la menace d’excommunication…, des faiseurs de victimes de toutes sortes ! Tout cela était inacceptable. Les femmes ont alors cessé de croire avec raison que la religion apportait une solution morale puisque le comportement de ceux qui la représentaient était immoral, ignoble et indigne. Les femmes et les hommes ont alors cessé de fréquenter les églises qui utilisaient, à des fins douteuses, des écrits millénaires dénigrant les droits et libertés mais aussi la science et l’intelligence ainsi que l’égalité des femmes et des hommes.

DVD EXIL
http://www.youtube.com/watch?v=E0XrnwpN7cI
http://www.youtube.com/watch?v=KNfOl2-7sT8


La raconteuse de films

La raconteuse de films Hernan Rivera Letelier Éditions Métailié

La raconteuse de films
Hernan Rivera Letelier
Éditions Métailié

Sur un ton de fort contentement naïf, une petite fille seule dans une maison avec son père et ses 4 frères raconte dans ce roman attendrissant une cité du Chili à l’époque des salpêtrières au fin fond du désert.

Une cité et des gens entièrement dépendants de la compagnie qui y crée de l’emploi à diverses conditions. Une cité où il y avait tout de même un cinéma même s’il fallait vraiment rassembler toutes les pièces de monnaie pour pouvoir y aller.

Elle est grande, la petite
Un livre qui semble-t-il se parcourt assez rapidement mais que l’on choisit de lire à mesure qu’elle grandit, un roman qui en dit long…

Et c’est un livre à lire, surtout avec l’adaptation cinématographique en cours !

CITATIONS / EXTRAITS

« Les derniers rayons du soleil teintaient d’or la rouille des tôles ondulées et les couleurs du crépuscule étaient assorties aux foulards de soie de ma mère. » (p. 24)

« Vous imaginez ce que ça représente de grandir dans une maison, seule au milieu des garçons ? Je n’ai jamais joué à la poupée. Par contre, j’étais une championne aux billes et aux quilles. Et aussi pour tuer les lézards dans les salpêtrières. » (p. 17)

« Bien sûr, je dois préciser qu’ils ne m’envoyaient pas au cinéma parce que j’étais la seule fille de la famille et eux – mon père et mes frères – des hommes galants avec les dames. Non, monsieur. Ils m’y envoyaient parce que j’étais plus forte qu’eux pour raconter les films. » (p. 16)

Publié aux éditions Métailié, Paris.

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
Citations ados filles
femmophobie.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


Le monde des CONSERVES

Le monde des conserves Vos aliments en bocaux Auteure : Lucy Cornell Éditeur : Broquet

Le monde des conserves
Vos aliments en bocaux
Auteure : Lucy Cornell
Éditeur : Broquet

Ce livre prépare pendant plusieurs dizaines de pages avant de fournir plein de belles recettes de confitures, vins, ketchups et sauces, chutneys, beurres, compotes, gelées, marmelades, fruits au sirop, soupes et plats préparés, glaces…

Des pages et des pages de techniques pour préserver sous forme de fruits confits ou pour rassembler des ingrédients pour des marinades ou encore des astuces pour bien faire sécher des fines herbes ou des champignons, des méthodes de conservation selon le fruit ou le légume, congeler et surtout mettre en pots.

Un livre vraiment emballant, publié juste au bon moment de l’année quand les fruits et légumes sont en pleine récolte. Avec de très nombreuses photos pleines couleurs pour vous donner de l’appétit ou le goût de vous mettre à faire des conserves : betteraves, carottes, prunes, oranges, limes, fraises, framboises, mûres, tomates, courgettes, citrons, menthe, pommes, pastèques, piments, canneberges…

Le monde des conserves . Vos aliments en bocaux de Lucy Cornell est publié en français chez Broquet


servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
Livres de recettes
Livres sur la santé (prévention)
femmophobie.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


Des hommes et des plantes

« L’auteur nous offre ici un livre extrêmement bien documenté qui allie le plaisir de la découverte, pour le dilettante, à celui de la consultation ou de la référence spécifique pour l’intervenant du milieu de la santé. »

Des hommes et des plantes Auteur :  Claude Gagnon Éditeur : Marcel Broquet

Des hommes et des plantes
Auteur : Claude Gagnon
Éditeur : Marcel Broquet

Tout est dit dans cette préface du Dr Nathalie de Grandpré.

Ce tout nouveau livre de Claude Gagnon publié chez Marcel Broquet, soutitré la petite histoire des médecines nutritionnelles c’est tout simplement, la santé par les plantes.

On y trouve plein d’information à savoir comment préserver sa santé ; quelles découvertes font en sorte que les gens se sont mis à manger des pommes grenades ou à boire du jus de grenade et pourquoi choisir l’un ou l’autre ; des techniques nutritionnelles concernant la conservation, la congélation, la restauration, la supplémentation des aliments ; on apprend laquelle est « la plante de l’immortalité », une plante « accessible à tous, dans toutes les cultures, sous presque tous les climats et à peu de frais » (p. 135).

Les textes sont faciles à lire, faciles à comprendre.

EXTRAITS

« D’un point de vue purement esthétique et gustatif, il n’est pas compréhensible que les nutritionnistes doivent encourager la consommation des fruits qui sont pourtant si bons au goût. Cette prescription  de s’obliger à manger cinq portions de fruits et légumes quotidiennement est en soi le signe incontestable d’une déviance de la fonction alimentaire moderne. Devoir s’obliger à manger des cerises, des raisins et des pêches est un parfait non-sens et signifie que notre goût est perverti. » (p. 160, La grande vertu des fruits)

« De son côté […] le pigment rouge aide à réparer le foie en empêchant les dépôts de triglycérides (les acides gras) et combat la formation de l’homocystéine (un acide soufré) souvent responsable de l’arthérosclérose. (p. 167, La bétaïne ou la betterave transformée en rose)

Des hommes et des plantes, c’est pour tous les êtres humains, hommes et femmes, qui se soucient de leur santé.


servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
Livres sur la santé (prévention)
femmophobie.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


Le guide non-officiel LEGO

Le guide non-officiel LEGO  Auteurs : Oliver Albrecht et Joachim Klang  Éditions BROQUET.

Le guide non-officiel LEGO
Auteurs :
Oliver Albrecht
et
Joachim Klang
Éditions BROQUET.

Pour  les passionnés des petites briques en plastique, voici le cadeau idéal : un livre fournissant des données et techniques avancées de construction LEGO, des instructions pour construire voitures, auto-patrouille, camion de pompier, maison simple ou avec grand escalier, balcon et toit en pentes, grand magasin, tracteur, avion, hélico, pelle mécanique… bref tout ce qu’il faut pour construire une ville en famille !

Le guide non-officiel LEGO procède à vous fournir les explications listant d’abord les pièces et les sortes de briques qu’il faudra et leur nombre et ensuite à l’aide de nombreuses photos, étape par étape jusqu’au produit fini. On y trouve également des sites Internet pour joindre des clubs ou trouver des pièces rares.

Oubliez votre stress : des heures de bonheur tranquille en perspective !

Le guide non-officiel LEGO a été écrit par deux passionnés, Oliver Albrecht et Joachim Klang ; disponible en ligne et en librairie, publié en français aux éditions BROQUET.