Archives mensuelles : février 2017

Cyclo Défi

Vous voulez participer à un voyage vélo mais vous ne faites pas confiance aux voyagistes qui emploient des guides qui vous ont laissés derrière sans se soucier de vous ? Cela ne peut pas arriver ici, on me l’a super garanti ! Participez au cyclo-défi contre le cancer, un deux-jours à plein régime avec parmi les participants et les participantes des survivants et des survivantes du cancer. Donc, leurs bénévoles ne sont pas là pour se pavaner et avoir des vacances gratuites mais pour vraiment soutenir les participants et les participantes.

Rabais sur l’inscription

cyclo-defiUtilisez ce lien, vous aurez un rabais de 50$ pour une super excursion de deux jours à vélo tout organisée les 8 et 9 juillet 2017 avec pauses tous les 25 km et autocar de soutien, une route historique suivant le fleuve Saint-Laurent entre Montréal et Québec :

http://mo17.conquercancer.ca/site/TRR?pg=tfind&fr_id=1591&fr_tm_opt=none&s_subsrc=4184691

cyclodefi

Copiez et partagez ce lien avec vos amies, collègues, familles, voisins…

C’est mon super coup de coeur 2017 au Salon du Vélo.

Publicités

Noix de coco

noixdecocoUn petit trésor de livre de cuisine pour célébrer le mois de l’amour : Les bienfaits de la noix de coco, avec des recettes nourrissantes irrésistibles pour toutes les heures de la journée, pour des repas complets, des smoothies, des desserts à partir de lait de coco, eau de coco, farine de coco, huile de coco ou noix de coco séchée.

Le bonheur, tous les jours, à la noix de coco, mon coco ! Un superaliment pour une super personne.

Je sais pas si je pourrai attendre à l’été pour savourer la crème glacée instantanée, mets végétarien, sans produits laitiers, sans gluten… Un super dessert super simple à préparer, précédé peut-être de brochettes saumon et aubergine au miso.

Ou bien pour se sucrer le bec, le carpaccio d’ananas :

« Ce carpaccio élève un simple fruit tranché à un statut qui épatera vos invités. Les copeaux croustillants de noix de coco grillée et le sucre vif à la lime créent de merveilleuses textures et saveurs. »

Bon appétit !

Les bienfaits de la noix de coco, d’Emily Jozen, est disponible aux éditions Broquet.

http://www.broquet.qc.ca/produit/les-bienfaits-de-la-noix-de-coco/


Choisir la solidarité féminine

choisir-la-solidarite-feminineLa merveilleuse salvatrice Marthe Saint-Laurent reprend son bâton de pélerine, elle qui en 2009 a été la première à dénoncer l’immense problème du bitchage entre femmes.

Dans ce nouveau livre, elle analyse l’ampleur des forces féminines, les qualités qui nous caractérisent et pourraient nous propulser vers l’entraide et le succès si la jalousie, l’envie ou la trahison passées ou présentes ne nous poussaient pas à nous faire bêtement du tort mutuellement.

Pourquoi parler de bitchage et d’intimidation ? Comment reconnaître une relation saine ? Comment choisir une bonne alliée ? Quels sont les parallèles entre mère de famille et gestionnaire ?

Je dois avouer que j’étais contente de lire dans cet ouvrage qu’une femme qui travaillait en milieu d’aide aux femmes a dù se rendre aux constatations de Marthe Saint-Laurent puisque par expérience personnelle, c’est clair que dans ces milieux aussi, les femmes peuvent être confrontées au déni 101, à la mauvaise foi 203, aux clans fermés 306, à l’hypocrisie 405, etc.

CITATIONS / EXTRAITS

Pourquoi parler de bitchage et d’intimidation ? Simplement parce qu’il faut cesser d’avoir peur de dénoncer (p. 17)

Diviser pour régner, c’est parler dans le dos des autres, c’est monter un clan à force de gérer et de régenter afin d’affaiblir un individu ou un groupe. (p. 26)

Bien qu’il demande conseil, il ne suit pas nécessairement les recommandations. Il éprouve de la difficulté à essuyer un refus. Il vit dans la tristesse et pleure souvent. Bien qu’il recherche l’indépendance, il s’accroche rapidement aux autres. (p. 86, L’abandon)

Dans la mesure où une relation nous détruit, qu’elle gruge notre énergie et fait sortir ce qu’il y a de plus laid en nous, c’est qu’elle n’est pas ou plus pour nous. (p. 78)

Choisir la solidarité fémnine, de Marthe Saint-Laurent, est publié aux éditions Québec-Livres. En librairie le 8 février 2017.

Autres livres de Marthe Saint-Laurent sur le bitchage et l’intimidation :
servicesmontreal.com/jacqueline/l.bitchage.html
servicesmontreal.com/jacqueline/l.bitchage-guide-survie.html


Ai-je du sang de dictateur ?

Résultat d’une recherche identitaire personnelle, Didier Lucien présente ici le despotisme à travers un spectacle historico-burlesque mettant sous des projecteurs multimédias l’histoire d’Haïti.

aijedusangdedictateur-soi-memeDu dictateur aux hommes en robe ou en costume militaire qui imposent leurs diktats aux autres en passant par l’homme blanc qui en impose à l’homme noir ou par l’homme tout court sur la femme ou l’homme orchestre sur les enfants, toutes les raisons sont bonnes pour exploiter les noirs comme biens meubles (ou les femmes, au même titre, sauf qu’il n’y a pas de mois de l’histoire des femmes – il y a bien eu un frêle essai une année mais il fut avorté à mi-chemin et ne revint jamais – il a dû se perdre dans les méandres des petits bouts précaires et cassés de la rue Jeanne-Mance alors que le Sieur de Maisonneuve a, lui, un long boulevard avec ligne de bus, ligne de métro, piste cyclable, etc.

Mais revenons à notre sujet des dictateurs et despotes. (L’avions-nous quitté ?)

Dans ce spectacle, il y a en plus du burlesque, plusieurs ressentis qui assaillent la spectatrice : la perplexité et même l’effroi qui fait sursauter lors d’une expérience multi-sensorielle, le tout menant à une réflexion d’inquiétude face à  un mauvais sort de se retrouver dans une situation contrôlée par un fou nombriliste narcissique qui ne voit dans le monde que lui-même et lui-même seul, sauf quand il s’agit de surplomber des insectes qui le vénèrent. Mais dès que tels insectes atteignent la grosseur d’un chat, ils sont bons pour l’extermination.

De nombreuses images multimédia sur grand écran format cinéma multiplient le personnage et s’il y en a d’autres, ils lui ressemblent de multiples façons ou encore c’est lui-même dictateur narcissique qui est multiplié ad nauseam. Les gestes d’intolérance qu’il pose sont mimés ou accompagnés de textes, musique ou images marquantes.

Un montage graphique est assez réussi lorsque, comme un squelette pour étudiants d’arts, un des soi-mêmes à lunettes se retrouve avec un corps entièrement composé, pour chaque membre pliant, d’une tête de soi-même à lunettes.

Le spectacle a par ailleurs le mérite de raconter l’histoire de l’esclavage et celle d’Ayiti en moultes détails mais en soulignant les failles imposées aux noirs il pourrait aussi souligner les failles qui écrasent les femmes depuis la nuit des temps alors que la situation est loin de s’améliorer ces dernières années tout particulièrement depuis que les droits des femmes sont solidairement dénigrés et volontairement niés par les hommes qui posent en victimes entre eux et réussissent à se convaincre pour convaincre les autres et parvenir au narcissisme suprême. Mais il ne faut pas s’attendre à une pensée pour autrui dans un spectacle où l’unique personnage narcissique et despotique se met à chanter (faux) habillé d’une devanture rappelant une femme en décolleté, devanture qui lui est tombé du ciel et qui est accrochée un peu comme une robe sur une poupée de carton.

http://montreal157.blogspot.ca/2016/11/ai-je-du-sang-de-dictateur.html