Archives mensuelles : juin 2013

DVD Mes héros

Ce film est tellement génial et sublime, c’en est complètement inouï.

« Tu sais jouer au Petit Bonheur ? »

DVD MES HÉROS. Quarante ans qu ils s aiment et qu ils s engueulent !

DVD MES HÉROS
Un film de Éric Besnard
avec Gérard Jugnot, Josiane Balasko
et Clovis Cornillac
disponible en DVD, Vidéo sur Demande et sur iTunes le 25 juin 2013
Quarante ans qu ils s aiment et
qu ils s engueulent !

C’est une histoire infiniment attachante d’un couple de grands-parents, joués magistralement par Josiane Balasko et Gérard Jugnot, elle naturellement battante hyper engagée et lui tout aussi naturellement gentil avec des airs de lutin. Elle passe son temps à le guetter mais ils s’adorent toujours après toute une vie.

« Je suis sure qu’il fume en douce… »

Et puis, un jour, elle part pour plusieurs jours et revient avec un petit Africain qui lui est confié dans le cadre d’un réseau d’entraide depuis que la mère de l’enfant risque la déportation après plusieurs années en France.

« Tu voudrais quand même pas que je reste les bras croisés pendant que mon pays mène une politique d’exclusion massive !!!? »

Et leur fils interprété par Clovis Cornillac est lui-même en plein désastre amoureux et peut parfois perdre pied mais court tout de même récupérer sa mère en garde à vue pour s’être battue avec un flic qui était violent dans la chambre d’hôtel au-dessus de la sienne…

« C’est toi qui gueulais comme ça ? Qu’est-ce qui s’est passé ? »

Il y a dans ce film énormément d’humain véritablement humain. Rarissime. Il y a surtout tout un discours de la part du fils à deux policiers venus chercher le petit illégal venu d’Afrique dans l’espoir d’une vie meilleure dont voici quelques lignes mais il faut vraiment voir ce film pour l’apprécier au complet :

« Si vous voulez qu’on fasse une déposition, on viendra la faire à la gendarmerie. En attendant, vous la lâchez ! […] Regardez-vous : vous êtes en train de vous battre avec une femme qui pourrait être votre mère parce qu’elle a aidé un enfant […] Vous ferez comment pour regarder vos enfants en face ? »

Avec la participation de Pierre Richard.

« Tu devrais venir avec nous, aux champignons. »

Et puis, deux autres citations parce qu’elles sont trop top :

« La prochaine fois que tu m’appelles pépé…. j’te déshérite ! »

« Attends, je vais t’aider avec les sacs. »

MES HÉROS est une superme comédie familiale scénarisée et réalisée par Éric Besnard qui met en vedette Gérard Jugnot, Josiane Balasko et Clovis Cornillac. Disponible en DVD, Vidéo sur Demande et sur iTunes depuis mardi 25 juin. Un film qui sera apprécié par toutes celles et tous ceux qui trouvent que les gouvernements manquent d’humanité et que la violence policière avec les gens qui n’ont pas une pierre à la place du coeur a assez duré.

Plus de 600 000 entrées en France
Sorti en salles au Québec le 15mars 2013
Langue : français
Durée : 91 minutes – Son : 5.1 Dolby Digital
TVA Films

Publicités

DVD EXIL

« Il suffit que quelqu’un de Jérusalem se présente quelque part pour que tout le monde obéisse. »

Exil – Enquête sur un mythe Et si cet exil ne s’était jamais produit?

Exil – Enquête sur un mythe
Et si cet exil ne s’était jamais produit?

Un film exceptionnel sur un sujet exceptionnel donnant lieu à toutes sortes d’exceptions favorables depuis des siècles voire des millénaires. Et si c’était de la frime ???

Se pourrait-il que des Palestiniens soient descendants des Juifs ? Ceux-là même qui, même si le film ne le mentionne pas, se font expulser et couper leurs oliviers pour la construction d’un mur ?

De quoi se faire excommunier
Voici un documentaire vraiment extraordinaire qui, contrairement au souhait de tout leader communautaire ou spirituel, retourne véritablement sur les traces de l’Histoire par le biais de l’archéologie et ose déconstruire une légende qui est tenue pour un fait réel et qui rapporte énormément à ceux qui l’exploitent.

Lieux de guerres et de pèlerinages
Le film compare une ville israélienne/israélite/palestinienne au Vatican qui est aussi une ville (village, en fait, puisqu’on y recense moins de 2000 habitants) et État religieux imbriqué dans une ville d’importance.

« D’un côté, ils font partie de la même société mais en même temps ils sont prêts à se déchirer à la moindre occasion. »

Et finalement, l’occasion c’est trop souvent ce qui rapporte beaucoup d’argent, dans ce cas-ci le tourisme dont font l’objet les cités antiques, qu’elles soient vraies ou reconstituées virtuellement sur la base d’écrits.

D’où proviennent les écrits cités par les guides touristiques rieurs
Mais d’où viennent ces écrits ? Qui les a commandés ? Quels buts cherchaient-ils à atteindre ? Que voulaient-ils prouver ? Que nous enseignent les fouilles archéologiques ? Est-ce que quelqu’un cherchait à asseoir sa légitimité ? Ces questions font l’objet de ce documentaire du réalisateur Ilan Ziv qui sera à Montréal ce soir pour le lancement du DVD en compagnie de Jean-François Lépine qui animera la discussion suite au visionnement. Tous les détails au calendrier CINÉMA.

Et si on comparait avec les politiciens ou écrivains d’aujourd’hui
Vraiment, on n’a qu’à voir aujourd’hui en politique à quel point certaines gens réussissent à se faire valoir en transformant légèrement ou amplement la vérité en leur vérité, c’est-à-dire en ce qui fait leur affaire, c’est-à-dire en ce qui leur est personnellement profitable, pour s’imaginer que les raconteurs d’exil ou d’autre soit-disant épopée historique ayant permis de vaincre un ennemi redoutable pouvaient se laisser influencer par l’idée de surfaire un récit.

« … est aujourd’hui l’un des sites les plus visités d’Israël. »

« On l’appelait […] en hébreu : celui qui trompe, le menteur. »

Le coffret de l’ONF contient deux DVD, un disque pour chacune des versions française et anglaise de cet exceptionnel documentaire.

Office national du film


MINOU

Minou (thriller, correspondance) Auteurs : Pierre Fortin et Pierre K. Malouf Marcel Broquet, la nouvelle édition

Minou (thriller, correspondance)
Auteurs : Pierre Fortin et Pierre K. Malouf
Marcel Broquet, la nouvelle édition

Minou est un drôle de roman, un thriller par lettres interposées, rassemblant tout un échange de correspondance entre deux vieux amis, l’un comptable dans la ville (Montréal) où ils ont tous deux vécus à l’enfance et l’autre devenu lutteur de mise en scène en tournée permanente.

Ils auraient vécu un traumatisme en raison d’une petite fille qui serait disparue du jour au lendemain ; les deux se demandent ce qu’il a bien pu lui arriver et mettent en commun leurs idées en plus de se rappeler les fois où ils se sont revus lors d’occasions spéciales ou d’événements politiques québécois.

C’est assez spécial aussi comme lecture car les deux ne se gênent pas pour se dire leurs vérités et s’accuser, se reprocher ceci ou cela.

EXTRAITS

« Pourquoi tous ces efforts, hein ? Pourquoi ? À quoi bon ? Disons qu’une terrible injustice a été commise il y a quarante ans, que je dois réparer, mais sans savoir exactement comment m’y prendre. » (p. 34)

«  As-tu déjà compris pourquoi ces enfants-là se promenaient toujours en groupe, comme une meute, un essaim ? Des coquerelles ! » (p. 36)

« Tes lettres illustrent très bien ton choix de carrière : comptable ! Des listes numérotées, des erreurs magistrales d’addition ! Travailles-tu pour un parti politique ? » (p. 55)

« La nouvelle sur le sort de Picard me réjouit. Oh ! Que je suis un mauvais chrétien, mais au nom des jeunes mortes ou violées qu’il a laissées derrière, c’est vraiment une bonne nouvelle. » (p. 93)

Le roman est publié chez Marcel Broquet, la nouvelle édition.


Photos : exposition d’art naïf québécois

Du coq à l’âme – L’art populaire au Québec au Musée du Château Ramezay
Jusqu’au 3 novembre 2013

Le musée du Château Ramezay présente une exposition d’art naïf et indiscipliné du Québec, des oeuvres peintes ou sculptées pour le plaisir, comme la sculpture du couple à l’automne de la vie, ainsi que des objets d’utilité tels que le hachoir à tabac, les armoires à pharmacie de salle de bain, les girouettes… Ici et là, on soulève un panneau nous ayant proposé un choix de réponse quant à la technique utilisée ou on nous raconte une ancienne légende. Aussi, des entrevues vidéo avec quelques-uns ou quelques-unes des artistes dont les travaux sont exposés.

Toujours dans ce même cadre de petit château français datant de plusieurs siècles, un espace a été aménagé pour que les enfants puissent créer leur propre art à l’aide d’objets laissés sur une table.

Exposition permanente et la Salle de Nantes

Photos
Crédit photos Jacqueline Mallette

 


Photos : expositions de cartes anciennes

Toujours situé dans l’ancien fort de l’île Sainte-Hélène, le musée Stewart présente cet été des cartes géographiques et même des cartes célestes. Des globes et des cartes que l’on examine de continent en continent ou de pays en pays dans certains cas comme la France ou même sur une ville, Montréal. Mappemondes, les pôles, l’Europe, l’Afrique, l’Asie et l’Amérique tels qu’on les dessinait aux 15e, 16e, 17e, 18e siècles…

Plus d’infos : 20 000 LIEUX SUR LA TERRE

Aussi au musée Stewart, l’exposition permanente intitulée Histoires et Mémoires

Photos :
Crédit photos : Jacqueline Mallette


Mosaïcultures

Mosaïcultures Internationales Montréal 2013 – Terre d’Espérance

L’homme qui plantait des arbres inspirée du film d’animation créé par Frédéric Back
Portion de la sculpture, avec ses moutons qu’il a fini par délaisser car ils se nourrissaient et donc détruisaient l’oeuvre de sa vie.
Mosaïcultures Internationales Montréal 2013 – Terre d’Espérance
Photo Jacqueline Mallette


Mosaïcultures Internationales de Montréal 2013 – Terre d’Espérance

Du 22 juin au 29 septembre 2013 à Montréal.

Mosaïcultures Internationales de MontréalÀ Montréal, c’est loin d’être comme on voudrait, même « au milieu du roseraie » dans le grand jardin fondé par le frère Marie-Victorin. En attendant, voici une occasion d’admirer de magnifiques oeuvres de plantes et de fleurs de toutes sortes pour former singes, oiseaux, buffles, crocodile, ours, chevreuils, phoenix, chevaux, moutons, cygnes, abeilles : tous en mosaïcultures avec ici et là des chutes d’eau, des structures gigantesques avec des visages de femmes, d’hommes ou d’enfants, un faux arbre géant, plus grand que les vrais qui l’entourent…
Les Mosaïcultures Internationales de Montréal sont de retour dans la ville où elles sont nées, sous le thème de Terre d’Espérance. L’événement conceptualisé par une femme, Lise Cormier, est allé se balader à Shanghai et au Japon depuis la superbe exposition dans le Vieux Port de Montréal en 2003.

Dix ans plus tard, y participent à nouveau plusieurs pays et villes : Shanghai, Japon, Turquie, Qatar, Belgique, Montréal et sa vie urbaine, Repentigny avec son moulin à vent, Trois-Rivières qui y représente son pont Laviolette tout en hauteur,  de nombreuses autres.

Les Iroquois qui vivaient à et autour de Montréal avant l’arrivée des blancs ont participé à l’inauguration de cette exposition estivale par une danse de deux couples accompagnés d’une femme qui jouait du tambour et qui chantait.

Diaporama
Crédit Photos : Jacqueline Mallette La femmophobe lutte contre l’homophobie


Les classiques de FRÉDÉRIC BACK (coffret 4 DVD bilingues)

Tous les détails sur le site Internet des Mosaïcultures Internationales de Montréal


Cercle des Jeunes Philanthropes

Un article de Leslie Merle
Crédit photos : Leslie Merle

mbam-cerclejeunes
Hier soir se tenait la troisième édition des D-Vernissages du Cercle des Jeunes Philanthropes du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). Soirée culturelle, soirée jasante, soirée colorée.

Le MBAM accueillait les jeunes philanthropes dans une atmosphère haute en musique où tous échangeaient, un verre à la main.

MBAM : Pérou, Royaumes du Soleil et de la Lune, Crédit Photo : Leslie Merle

MBAM : Exposition
Pérou, Royaumes du Soleil et de la Lune

Ambiance VIP : L’exposition Pérou, Royaumes du Soleil et de la Lune, fermée au grand public depuis le 16 juin 2013, était ré-ouverte pour l’occasion.

Bouchées et cocktails péruviens ajoutaient une note exotique à cette séance de réseautage entre jeunes professionnels branchés.  DJ, percussionniste et danseuses traditionnelles mettaient l’ambiance à la fête : quand art et philanthropie se rencontrent, on voyage !

Musée des beaux-arts de Montréal
Exposition Pérou, Royaumes du Soleil et de la Lune

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002 ServicesMontreal.com
À la Une sur les blogues

Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


DVD Mortelle randonnée

Dans ce film, Claude Miller est à l’écoute d’individus en manque de quelqu’un : un père sa fille et une fille son père.

5 nominations aux César, dont meilleur acteur pour Michel Serrault et meilleure actrice dans un second rôle pour Isabelle Adjani.

DVD Mortelle Randonnée

DVD Mortelle Randonnée
5 nominations aux César, dont meilleur acteur pour Michel Serrault et meilleure actrice dans un second rôle pour Isabelle Adjani.

Mortelle randonnée raconte l’histoire d’un détective (Michel Serrault) surnommé L’Oeil à qui une agence dirigée par une femme confie le mandat d’en savoir plus sur une histoire soi-disant d’amour qui implique un fils de famille trop riche et pas assez réfléchi. La jeune femme en question, c’est Isabelle Adjani qui l’interprète, une première personnalité de femme dans ce film sur un total de six dans lesquelles elle s’incarne tour à tour pour tuer et prendre le bien de celui ou celle qu’elle séduit.

« Nous ignorions jusqu’à l’existence de cette jeune personne. »

Oui mais voilà que L’Oeil voit éventuellement en elle la fille qu’il a perdue et se met à vouloir lui venir en aide dans ses ultimes et moribonds desseins. Mais chaque fois qu’on voit l’actrice embrasser quelqu’un, on s’inquiète pour son avenir dans ce film qui se ballade dans les capitales et sur les routes européennes et de châteaux en immense spa luxueux, tourné de manière à rappeler une époque d’avant la libération des frontières entre les pays en Europe.

Il faut savoir que l’acteur principal Michel Serrault a perdu une fille en 1977 et que le coscénariste Michel Audiard a perdu un fils en 1975 ; les deux jeunes adultes sont morts dans des accidents de voiture. Ce n’est possiblement donc pas, à prime abord, l’embryon du mouvement actuel des pères voulant écarter les femmes qui a mis en route ce film mais un roman de Marc Behm, auteur de scénarios et de romans noirs déjantés.

« Finalement, je mourrai dans mon lit, de chagrin, comme tous les pères. »

Parmi les rôles secondaires dans ce film, on retrouve l’actrice Stéphane Audran et Guy Marchand qui assurent quelques diversions divertissantes, elle avec ce maquillage incroyable et lui avec ses pompes jaunes.

« C’est vrai. Vous êtes extraordinairement moche. »

Macha Méril dans le rôle de Caroline (c’était le nom de la fille de Michel Serrault) ainsi que Jean-Claude Brialy dans le rôle de Voragine font également partie de la distribution.

« Alors on t’a fait sortir de ton placard ? Qui suis-tu cette fois ? »
« Lâche-moi ou j’te casse le bras ! »

C’est dans ce film que l’on retrouve cette fameuse scène de l’aveugle (Sami Frey) qui se fait rouler par un serveur au moment de payer dans un restaurant. « C’est répugnant ! », lance la tueuse en série pour qui son histoire avec cet énième millionnaire fera tourner sa chance…

Autres citations tirées des dialogues :

« Mais pourquoi vous me parlez de ma bagnole ? »
« Signe particulier : a tué un homme cette nuit. »
« En avion. Montréal […] First Class. »
« D’après ce que j’ai pu comprendre, la mère de la petite était une pas-grand-chose. »
« Non mais mon chérie, on ne m’a pas toujours appelé L’Oeil. Autrefois, on m’appelait L’Oreille. »
« Elle déteste les filles. Elle se les envoie mais elle les déteste. »
« Faut jamais se séparer des choses auxquelles on tient ! »
« De toute façon, on n’a que des jeunes filles ici. »

Mortelle randonnée est un film vraiment captivant qui ne se révèle pas à un simple visionnement et qui mérite d’être vu et revu. Il est sorti en DVD le 28 mai, en même temps que L’effrontée et Garde à vue dans la collection Axia Films qui regroupe des classiques du cinéma français.

http://www.youtube.com/watch?v=4lVMc1RU700

http://www.youtube.com/watch?v=1WVZ-6XFXWA

TVA Films
120 minutes
Réalisé en 1982

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles
femmophobie.com
Citations – femmes – monde
Livres pour la famille


Thaïs

La voix de la lutte des femmes
Biographie de Thaïs Lacoste-Frémont,
une grande dame montréalaise
et féministe de la première vague
1886-1963

Thaïs.  La voix de la lutte des femmes  1886-1963  Auteure : Denise Girard  Éditeur : Septentrion

Thaïs.
La voix de la lutte des femmes
1886-1963
Auteure : Denise Girard
Éditeur : Septentrion

Deux de ses soeurs ont été vastement reconnues mais Thaïs est restée dans l’ombre, malgré son implication féministe. Voici maintenant une biographie dans laquelle on retrouve aussi le quotidien des femmes de son époque, Thaïs ayant vécu le changement de siècle du dix-neuvième au vingtième, vécu les deux guerres et la grande dépression, le droit de vote accordé aux femmes, les salons bourgeois, les débuts d’une jeune femme pour rencontrer des jeunes gens à marier dans leur milieu, l’influence des rencontres sociales hebdomadaires des épouses…

C’est tout un monde à découvrir ou à redécouvrir à travers la vie et les yeux d’une grande femme de Montréal qui a combattu pour nombre de bonnes causes et c’est aussi l’histoire du ou des Canadas que l’on reconnaît dans les textes. Agrémenté de photos d’époque, Thaïs dans sa robe de première communion, postant sa toilette de mariée, photos de famille, encadrés éloquents comme le premier conseil d’administration – entièrement constitué de femmes – de l’hôpital Sainte-Justine, etc.

EXTRAITS

« Au moment où elle est encore sur les bancs d’école, les aînés de la famille quittent la maison familiale pour se marier » (p. 26, Une enfance heureuse, L’âge tendre)

« Tout en ne reniant pas totalement le contenu des études, Marie Gérin-Lajoie, la soeur aînée de Thaïs, n’a pas accepté ce régime pour sa fille Marie-Justine, le jugeant trop limité. Sa volonté de lui offrir une instruction supérieure équivalant à celle des garçons est bien arrêtée. » (p. 29, Une formation traditionnelle)

« Des ce moment, Justine s’emploie à rassembler toutes les énergies disponibles autour d’elle. On se mobilise pour accueillir le premier petit malade à la fin de novembre 1907, dans une maison dénichée par Lady Lacoste, près de chez elle. Si les débuts sont modestes, ils sont prometteurs. » (p. 44, Création de l’hôpital Sainte-Justine)

« Lorsqu’elle se présente sur une tribune partisane pour la première fois le soir du 26 octobre 1925, au moment de prononcer son premier discours politique, elle le fait dans un esprit d’entraide envers ses amis candidats et leurs épouses, sans idée préconçue sur l’avenir, semble-t-il. Le soir, les femmes sont là pour entendre parler de choses qui les touchent de près. Thaïs veut les convaincre de soutenir les hommes qui ont le courage de travailler pour leurs concitoyens. » (p.  71, Le magnétisme des tribunes électorales)

« À l’hiver 1927, Thaîs reçoit une missive du Women’s Canadian Club de Port Hope en Ontario qui l,invite à venir rencontrer les femmes de leur groupe et à leur parler de son milieu […] Elle en profitera pour rencontrer d’autres groupes à travers la province […] Cette mission comme on décrira souvent son voyage chez les anglophones, fait suite au mouvement nationaliste initié dans la population francophone au cours des années 1910. En effet, pour les francophones du Québec, la foi dans les bienfaits de la Confédération est largement mise à mal pendant cette période. Des débats font rage dans les journaux. Parmi d’autres, l’affaire des écoles françaises en Ontario a soulevé les passions. » (p. 83, Opération Bonne entente)

« Entre le 8 janvier et le 29 août 1931, elle écrit 25 articles. » (p. 115, vignette, Le Journal, Québec, article intitulé  Association des femmes conservatrices de la cité et du district de Québec : Le sens de la responsabilité)

Accéder à la fiche du livre sur le site du Septentrion : http://www.septentrion.qc.ca/catalogue/livre.asp?id=3367

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles
femmophobie.com
Biographies, vie des gens
Citations – femmes – Québec


CHIHULY

Exposition de structures de verre soufflé au Musée des beaux-arts de Montréal
8 juin – 20 octobre 2013

CHIHULY Un univers à couper le souffle Musée des beaux-arts de Montréal Photo Jacqueline Mallette

CHIHULY
Un univers à couper le souffle
Musée des beaux-arts de Montréal
Photo Jacqueline Mallette

Avec ses multiples doctorats honorifiques et expositions incluant une expo solo au Louvre, ce grand maître du verre nous présente des sculptures comme on en a jamais vu.

Un univers inspiré par l’eau, la mer, l’Italie…

En haut de l’escalier de marbre du Musée se trouve une sculpture créée pour cette exposition. Elle représente des roseaux de 3 mètres de haut montés sur de véritables troncs d’arbres centenaires, des cèdres thuya qu’il a visiblement dénichés sur la grève.

Dans la première galerie à gauche de l’escalier sont installés des coussins grandeur de femmes pour admirer le plafond que l’on a rabaissé et auquel ont été ajoutées des poutres de métal afin d’y placer 12 000 pièces petites et grandes et de toutes les couleurs y compris des putti, angelots insérés parmi les fleurs, coquillages et autres objets de son inspiration et qui décoraient autrefois le fond de sa piscine où il faisait sublimement ses longueurs avec toutes ces oeuvres qui voguaient avec lui.

Dans les autres galeries, les sculptures sont posées sur du plexi-glass noir, ce qui permet à l’oeuvre de se miroiter gracieusement ; il faut remarquer aussi les reflets et les ombres portées sur les murs environnants.

On dit que Chihuly est le Tiffany contemporain. Il a 300 couleurs  qu’il fait faire pour lui. Son atelier fait 45 000 pieds carrés ; une quinzaine d’artistes y travaillent depuis que lui ne peut pratiquement plus souffler le verre.

Cette exposition est exceptionnelle. Je répète : on n’a jamais vu de telles sculptures en verre soufflé. Moi qui ai personnellement visité Murano (Chihuly y a séjourné un an grâce à une bourse lui ayant permis d’observer les grands maîtres traditionnels qui gardent leur art secret depuis des siècles) et testé ma capacité touristique à souffler et travailler le verre dans un château en Tchéquie, je n’ai jamais vu de structures aussi vastes, grandes, grandioses, imposantes. Il faut voir ces montages énormes qui occupent des galeries entières et ces corolles aux teintes et aux veinures, rainures et motifs les plus multiples qui décorent tous les murs du haut de l’escalier ainsi que ces boules plus grandes que des ballons de plage et aux coloris les plus inventifs qui se côtoient sans se mélanger pour former une nouvelle couleur unie comme on voit le habituellement. C’est vraiment fabuleux.

Musée des beaux-arts de Montréal

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles
femmophobie.com