Archives mensuelles : novembre 2015

Trio Fibonacci

Ce soir le trio Fibonacci a donné un concert inédit fait de transcriptions uniques, c’est-à-dire que la formation a remodelé les morceaux pour les adapter aux violoncelle, violon et piano.

Les pièces musicales étaient de Brahms, Liszt, Schubert, Schoenberg et Tchaïkovski. Elles reflétaient l’émerveillement et aussi parfois la nostalgie de la saison hivernale.

C’était un premier concert pour entamer la saison de Noël qui valait vraiment le déplacement.

On pourrait par ailleurs signaler que pour les concerts de musique classique, on s’attend du public qu’il n’applaudisse seulement à la fin des morceaux et non pas entre chacun des mouvements d’une même composition, d’autant plus que cela peut parfois déconcentrer certains musiciens classiques qui sont déjà en train de s’engager dans la suite. Par exemple, pour ce concert, il aurait suffi d’applaudir un grand total de cinq fois au lieu de 22. Comment savoir ? Il s’agit de compter les mouvements et attendre qu’ils aient tous été joués pour affirmer votre appréciation. Malgré tout, ces applaudissements fréquents ont certainement été fort chaleureux en cette soirée de pluie et de vent qui s’est transformée en neige. Tout à fait d’occasion.

Publicités

Sordide complot

« Si tu crois que j’ai réussi
à me rendre où je suis en étant honnête,
tu rêves en couleur. »

SLM 2015
Tant d’hommes sont tellement prêts à tout et n’importe quoi pour parvenir à leurs fins.

Perso, il m’est déjà arrivé d’avoir à subir une seconde fois des tests pré-emploi en raison d’une maladie impossible. Ce jour-là, une infirmière a soit subi de l’intimidation soit reçu un grosse enveloppe brune de la part de cet homme d’une cinquantaine d’années qui discutait vivement avec elle de l’autre côté des vitres. Dommage qu’en échange de ses problèmes de prostate je n’aie pas été enceinte…

J’ai aussi connu un cancre qui est un jour passé VP d’une grande banque canadienne et dont le visage se défaisait immanquablement quand je lui disais que non je ne connaissais personne là où je venais d’être embauchée. Moi je n’avais pas accès à tous ces lieux réservés aux hommes.

Et connaissez-vous quelqu’un qui faisait tout bien et qui était sur le sentier d’une belle carrière et qui dans l’espace d’un éclair a vu le sol se dérober sous ses pieds et soudain se voir déchu au profit de trolls aux magouilles bien rodées avec des intermédiaires et même un journaliste bien graissés qui en beurrent épais pour convaincre tout l’entourage ?

Nous aurions besoin de la chouette équipe de Caméra Danger pour nous sortir de tous ces cauchemars.

Tome 9, Sordide complot, raconte l’histoire d’une course de vélo de montagne qui tourne au cauchemar à Sugarloaf. C’est un roman, un polar oh combien d’actualité.

Une fiction grinçante de vérité avec des rebondissements vraiment bien menés.

CITATIONS / EXTRAITS

« Il espère s’y voir tenant fièrement la médaille d’or qui lui ouvrira la porte des prochains Jeux olympiques. Il vient d’avoir dix-huit ans. Passionné par son sport et très tenace, il envisage l’avenir avec optimisme. » (p. 14)

« Il semble plutôt du genre solitaire, mais il est quand même venu s’entraîner un pe avec nous. Il est vraiment bon et m’a d’ailleurs donné quelques conseils. » (p. 45)

Sordide complot, tome 9 de la série Caméra Danger, est écrit par Lucia Cavezzali et est publié chez Marcel Broquet, la nouvelle édition.

J’ai eu le plaisir de rencontrer l’auteure en entrevue au Salon du livre de Montréal 2015.


Rencontres au SLM 2015

SLM 2015

Voici les entrevues vidéo réalisées avec des auteurs au Salon du livre de Montréal 2015 :

 


Beaux livres

SAVOIR ET DÉCOUVERTES - Encyclopédie thématique est publié aux éditions Broquet.

SAVOIR ET DÉCOUVERTES – Encyclopédie thématique est publié aux éditions Broquet.

Avec le Salon du livre de Montréal qui débute mercredi, je vous propose trois livres grand format, à couverture cartonnée et inondés de photos. Les deux premiers sont quelque peu narcissiques, le troisième, mon préféré, est universel.

Les DOORS – toute l’histoire illustrée

Formation musicale dont le chanteur n’a pas vécu passé ses 23 ans et sa copine l’a suivi dans la mort par la drogue trois ans plus tard, les DOORS ont parcouru les scènes de spectacles à la fin des années 1960. On dit dans cet ouvrage que même ses musiciens ne savaient pas ce que Jim Morrison allait faire sur scène et que chaque spectacle apportait son lot de surprises.

Extrait / Citation

« On s’interroge alors sur la pertinence de la sortie d’un autre single extrait de l’album, Light My Fire. Une chanson de Robby, principalement, la première et la dernière de sa composition. Jim a écrit les paroles du second couplet » (p. 36)

Les livres, c’est comme les timbres ? Auquel cas, celui-ci serait un livre de collection puisqu’en page 180, un concert est inscrit en date du 14 novembre au « St. Lawrence Market, Toronto, Quebec, Canada ». (En même temps, le Québec a tellement contribué au riche développement de l’Ontario…)

Les DOORS – toute l’histoire illustrée, Un portrait des DOORS côté scène côté coulisses, de Gillian G. Gaar, est publié aux éditions Broquet.

CANADIEN PACIFIQUE – L’empire du voyage

Un ouvrage parfait pour vos amis monarchistes avec ses archives graphiques et anecdotes de lieux, hôtels grand luxe, monuments navals, visites royales sans oublier pour les cocktails les quelques lignes sur les trois chinois morts par jour lors de la construction de la ligne de chemin de fer allant jusqu’au Pacifique. Du parfait reminiscing pour gentilshommes au-dessus des nuages, par exemple du tricentenaire de Québec au Château Frontenac, il y a 107 ans, et autres moments mémorables.

Extrait / Citation

« Les premières brochures étaient de puissants argumentaires à l’adresse des Anglais bien nantis, amoureux de l’empire, passionnés de pittoresque, d’exotisme, de sport et d’aventure. L’extrait qui suit est un véritable catalogue des plaisirs destinés à l’aristocrate anglais en quête de loisirs pouvant combler son désir d’inédit. » (p. 55, Le voyageur britannique et la première classe)

CANADIEN PACIFIQUE – L’empire du voyage, de Barry Lane, est publié aux éditions Sylvain Harvey.

SAVOIR ET DÉCOUVERTES – Encyclopédie thématique

Un véritable trésor pour jeunes voulant des réponses aux questions que se posent leur cerveau en éveil. Un ouvrage universel, des planètes à l’humain en passant par les animaux, les plantes, les océans, les continents, les peuples, des hameaux aux mégalopoles, les dinosaures, les riches et les pauvres, les religions, les migrations, les réfugiés, le tourisme, la météo, l’enregistrement en studio, le corps humain avec ses os, ses muscles, une grande image en transparence des organes du corps humain où l’on peut voir un graphisme du cerveau, des poumons, de la thyroïde…

Vraiment un très bel ouvrage de survol qui permettra aux jeunes de connaître quelques grandes lignes sur un très grand nombre de sujets rassemblés en un volume unique de 320 pages et un glossaire à la fin de chacun des 10 chapitres.

Extraits / Citations

« Environ 12 millions d’immigrants, en majorité européens, en quête du rêve américain sont passés par Ellis Island (à New York) entre 1892 et 1954. Après avoir enduré un voyage en mer très pénible, ils devaient subir d’interminables examens médicaux et juridiques à l’arrivée, pour s’assurer qu’ils étaient aptes à entrer et à travailler dans le pays. » (p. 168, Les peuples, Les migrations, L’info en plus : La porte de l’Amérique)

« La plus grande partie du cerveau est le télencéphale, qui représente 85% de son poids total. C’est la zone que nous utilisons pour penser et pour contrôler nos muscles squelettiques. » (p. 246, Le corps humain, Le cerveau, Le quartier général)

SAVOIR ET DÉCOUVERTES – Encyclopédie thématique est publié aux éditions Broquet.


Cinemania 2015

Un plus Une, film de Claude Lelouch

Un plus Une, plus récent film de Claude Lelouch présenté en clôture du festival Cinemania 2015

Septième jour du festival Cinemania qui se poursuit jusqu’à dimanche avec plusieurs excellents films dont le plus récent Claude Lelouch qui terminera amoureusement l’édition 2015 et à visionner jusqu’à la tout fin du générique afin d’en bien apprécier la touche finale.

Quelques-uns des films présentés à Cinemania 2015
L’édition semble présenter plusieurs films sur les départs cette année, auxquels départs il vient à l’esprit encore une réplique tirée d’un autre film de Claude Lelouch : « La guerre, ce n’est pas l’affrontement de ceux qui se détestent, mais d’abord la séparation de ceux qui s’aiment. »

La guerre, ce n'est pas l'affrontement de ceux qui se détestent, mais d'abord la séparation de ceux qui s'aiment.VIE SAUVAGE
Il a le défaut de ses qualités, il est autoritaire et il a su ultimement employer le ton pour se faire obéir de ses deux fils et les emmener loin et très longtemps après qu’elle n’a plus voulu vivre dans la boue partout, cette vie de bohème qui l’avait séduite. Mais le changement radical de vie, c’est pas toujours les vacances. Inspiré d’une histoire vraie, cet homme a fui la maison et la police pendant 10 ans en imposant à ses deux fils sa décision et son choix à lui tout en leur faisant croire qu’à l’âge de 9 ou 10 ans ils étaient en mesure de décider qu’ils deviendraient des asociaux, sauvages et rebelles qui changent de trottoir quand ils croisent la police.

LE DERNIER COUP DE MARTEAU
Une femme a un jour conçu un enfant avec un chef d’orchestre toujours en tournées et qui contrairement à lui vit dans une roulotte avec le minimum. Leur fils est doué pour le foot mais il s’intéresse aussi à la musique lorsqu’il noue avec son père le jour où il repasse par là.

PARIS-WILLOUBY
Vous allez bien rigoler mais c’est tout de même quelque peu dramatique… C’est le départ sur la route d’une famille. Elle, son mari et leurs enfants, avec en plus son frère qui squatte chez eux depuis deux ans, partent découvrir la maison du papa qui vient de décéder et avec qui ils s’étaient brouillés quand il s’est remarié avec une femme dont il était de 30 ans son aîné. Avant, pendant et après la route, il se passe toutes sortes d’événements.

VOYAGE EN CHINE
L’immense comédienne Yolande Moreau joue dans ce film le rôle d’une mère dont le fils est parti vivre en Chine. Elle apprend sa mort et décide de partir pour ce pays qu’il avait choisi. Un voyage pour se retrouver soi et découvrir des rituels et des paysages chinois.

DISCOUNT

MON ROI

UN PLUS UNE
Un très grand film d’amour, façon Claude Lelouch. Ne pas quitter avant la fin du générique.

Le film se passe majoritairement en Inde où la femme de l’ambassadeur de France décide de partir seule pour participer à des rituels indiens dans le but de tomber enceinte de l’homme qu’elle aime. Débarque Antoine, musicien charmeur volage qui vient faire la musique d’un film d’amour intitulé Juliette et Roméo.

– C’est quoi pour toi une femme ?
– Un mec réussi.
Claude Lelouch, Un plus Une

festivalcinemania.com


Cinemania : DISCOUNT

cinemania.filmdiscountLouis-Julien Petit réalise un film drôle pour démontrer le ras-le-bol du petit peuple à qui l’employeur corrosif axé uniquement sur ses profits accorde 75 secondes pour ses pauses-toilette. Eh oui, quand on travaille pour un grand magasin à rabais, tout est compté et en plus de se faire comptabiliser le nombre de clients et clientes qu’ils passent à la minute, les caissiers et les caissières doivent sourire et donner comme on le sait ici leur 110 % minimum pour un maigre salaire de 1000 euros par mois.

Et voilà qu’ils apprennent qu’ils seront bientôt remplacés par des caisses self-service et qu’ils doivent envisager leur mise à pied prochaine. Tissés serré, ils célèbrent l’anniversaire de l’un d’eux, et l’alcool doublé du découragement il y en a un qui avoue qu’il pique déjà son shampoing et ses brosses à dents. Il leur donne un petit cours pratique et ils s’y mettent tous avec l’efficacité exemplaire typique des piteusement appréciés travaillant pour employeur miteux jusqu’à ce qu’ils cumulent tout un stock et ouvrent boutique aux voisins et amis.

Bon, ça n’ira pas toujours sans erreurs… Mais l’erreur, elle est où en réalité quand les milliardaires sont tellement pauvres dans la tête qu’ils ne voient plus clair dans leur frénésie de profits toujours plus fabuleux ?

DISCOUNT est un film cocasse de société dramatiquement détournée, un film qui n’hésite pas à mettre en lumière toutes ces denrées qui sont jetées, piétinées et gâchées alors que tant de personnes ont tant de mal à se nourrir.

Le film a eu un grand succès en France apparemment. Présenté ce matin, on  peut le revoir vendredi 13 novembre à Cinemania.


RIDM : Maman ? Non merci !

Vraiment un sujet exceptionnel dans ce monde où nous les femmes sommes à nouveau et de toutes sortes de manières le but et le butoir des « encouragements » à multiplier les enfants dans ce monde pour les hommes.

Maman ? Non merci ! est un film qui nous permet de rencontrer plusieurs femmes et aussi quelques hommes qui sont d’accord avec elles-mêmes, eux-mêmes ou avec leur compagne de vie qu’il n’y a pas obligatoirement lieu pour elles ou eux de se prolonger dans l’éternité en donnant naissance à une nouvelle génération. Et cela n’est pas nécessairement pour des motifs d’égoïsme ou d’égocentrisme contrairement à ce que les faiseurs de réputation et donneurs de leçons en pensent, tout particulièrement quand ils vous infantilisent pour ne pas vouloir « devenir adulte » en devenant mère ou père (père qui agit comme un père, s’entend et pas seulement celui qui n’est là que le temps de son petit plaisir).

Le film de Magenta Baribeau nous permet aussi de connaître différents mouvements comme la dénatalité mais aussi une nouvelle fête belge.

Parlant de la Belgique, il y a aussi une je-sais-tout Française qui y transpose ses « histoires belges » aux Québécois. (Pour ceux qui ne connaissent pas, les « histoires belges » sont des blagues insultantes et dénigrantes avec le rictus hautain par des Français ultra-fiers de danser sur le fait d’avoir des idées s’ils n’ont pas de pétrole et d’afficher la supériorité du hasard de leur naissance sur le dos des Belges lors de cocktails opulents). Mais nous, au Québec, nous avons quelque chose de plus : nous avons du sang mêlé amérindien grâce aux coureurs des bois de toutes origines et surtout à la liberté des femmes amérindiennes d’alors. Cette double personnalité et surtout l’humilité réaliste qui en découle nous permet de ne pas nous prendre pour le nombril du monde et sont loin de nous diminuer, elles nous sauvent de la désopilante désobligeance qu’impose une trop grande fierté nombriliste et dénigrante qui ne sont que de mauvaises habitudes colonialistes, habitudes qui font qu’une poignée de milliardaires se targuent de régner avec violences au-dessus de millions de pauvres et d’appauvris afin qu’ils n’en finissent plus de voir leur richesse s’accroître… Un peu comme les femmes qui deviennent mères et qui voient le père prendre ses jambes à son cou lorsque vient le temps des responsabilités et du partage, comme ceux qui reçoivent des subventions mais qui disparaissent ensuite ou utilisent les abris fiscaux pour ne pas payer d’impôts, impôts qui aideraient à défrayer le système qui les a poussés vers le succès, abrités, éduqués et soignés. Et pour cela, j’aimerais ajouter que si vous avez des surplus, il y aurait lieu de les offrir aux multiples centres qui aident celles et ceux qui ont cru les paroles fausses des manipulateurs, comme les centres pour les femmes qui sont toujours tellement tellement tellement bloquées dans leurs carrières et dans toutes les sphères de vie.

Les Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) ont lieu du 12 au 22 novembre 2015.


Cinemania : MON ROI

Maïwenn, qui était venue à Cinemania pour présenter son film POLISSE, réussit à nouveau avec le film MON ROI un tour de force immense.

MON ROI, le nouveau film de Maïwenn, est présenté demain et mercredi à Cinemania.

Maïwenn, au festival Cinemania, lors de la présentation de POLISSE. Photo Jacqueline Mallette

Maïwenn
Crédit Photo : Jacqueline Mallette

Le tout nouveau film de Maïwenn est une bombe sur les relations homme-femme et sur la maternité et sur la paternité, une histoire d’amour percutante et passionnante dans laquelle Tony (Emmanuelle Bercot, Meilleure actrice, Cannes 2015) revit en flash-back ses 10 ans de mariage tumultueux avec le séduisant Georgio (Vincent Cassel).

Le film débute sur des images panoramiques de ski dans les Alpes où les pistes sont un peu glacées mais surtout où la skieuse est perturbée par ses émotions. La scène grandiose fait place à une épouse et mère en fauteuil roulant dans une clinique de réadaptation près d’un magnifique lac.

Le long processus de remise en forme de son genou donne à l’avocate le temps de revivre les épisodes de leur histoire : leur rencontre, les premiers jours, leur mariage, son obsession à lui d’avoir un enfant d’elle mais aussi ses escapades, ses absences, ses déboires… Les bons comme les désastreux moments ont tous imprimé leur impact sur elle, elle qui se laisse séduire par son charme, son comportement rempli de folies et de farces qui la font rire aux éclats mais qui font en sorte que ses absences sont d’autant plus cruelles. Même avec toutes ses études de droit, elle n’est qu’un pantin entre ses doigts habiles. Restaurateur qui en met plein la vue, il a l’habitude de jouer avec les gens.

Mais même s’il n’est pas physiquement violent avec elle, ses manoeuvres de manipulation ne font-elles pas aussi mal, un mal plus sournois puisque invisible, qu’un coup de poing ? Et puis pour les amoureux de la conversation-débat post-ciné, on a envie de poursuivre la discussion pour inclure celles qui en plus sont précaires financièrement. Un jour je te donne tout, le lendemain tout disparaît. Un jour je fais tout pour te séduire, le lendemain je suis avec mes potes. T’as qu’à l’accepter. Mais quand c’est l’inverse ?

Maïwenn, qui était venue à Cinemania pour présenter son film POLISSE, réussit à nouveau avec le film MON ROI un tour de force immense.

Le Festival Cinemania débute ce soir au cinéma Impérial.


LES ANIMAUX TOTEMS

LES ANIMAUX TOTEMS, un ouvrage de la sagesse et de la connaissance ancestrale amérindienne, reflète l'expérience et le respect à  la nature que voue l'auteur, Aigle Bleu, et est publié aux éditions Le Dauphin Blanc.

LES ANIMAUX TOTEMS
Auteur : Aigle Bleu
Éditions Le Dauphin Blanc.

Pour nous guider ou nous aider à survivre dans la vie, il existe une littérature amérindienne publiée par les éditions Le Dauphin Blanc.

Par exemple, les Premières Nations sont connues pour arborer des totems dans leur village ou près de leurs habitations, totems sur lesquels sont sculptés des animaux. L’auteur Aigle Bleu vient de publier un livre dans lequel, après avoir brièvement expliqué l’idée et comment cela fonctionne, il décrit les forces et les qualités de 45 animaux que l’on peut identifier comme des guides de comportement ou d’inspiration.

Cet ouvrage permet donc de démystifier l’ours, le chevreuil, le saumon, l’aigle, l’oie sauvage, la fourmi, le porc-épic, le jaguar…

EXTRAITS / CITATIONS

« Tous les animaux totems sont porteurs d’enseignements bien précis. » (p.15, Introduction)

« L’une des raisons pour lesquelles les totems sont si importants, aujourd’hui, c’est qu’ils nous aident à nous reconnecter à la nature et à notre nature intérieure. Remarquez à quel point les enfants adorent les animaux. En fin quelque chose de vrai dans leur vie ! Depuis leur naissance qu’on leur donne des jouets, des objets qui n’ont aucune réalité, aucune signification réelle qui pourraient les aider à comprendre la vie. Mais, les animaux, oh là là, enfin quelque chose de vrai ! Et c’est pareil avec nous. » (p. 43, Comment travailler avec les totems ?)

« Ce sont des gens qui savent toujours trouver ce dont ils ont besoin et savent aussi le partager avec les autres. Ils font de très bons amis. Ils sont d’excellents atouts dans toute organisation, et le rôle d’artiste leur convient particulièrement. » (p. 105, Le Phoque)

LES ANIMAUX TOTEMS, un ouvrage de la sagesse et de la connaissance ancestrale amérindienne, reflète l’expérience et le respect à la nature que voue l’auteur, Aigle Bleu, et est publié aux éditions Le Dauphin Blanc.


Sirènes

La série littéraire québécoise à succès Les Ailes d'Alexanne de Anne Robillard est publiée aux éditions Guy Saint-Jean. Le tome 6 Sirènes tout comme les précédents amène à se côtoyer savamment la réalité à la fiction fantastique.

Les Ailes d’Alexanne
Tome 6, Sirènes
Auteure : Anne Robillard
Éditeur : Guy Saint-Jean

Anne Robillard a publié le tome 6 des Ailes d’Alexanne sous le titre Sirènes aux éditions Guy Saint-Jean. Le nouvel épisode d’aventures captivantes de la jeune fée nous emmène dans le Sud où elle et 3 autres personnes dont sa jeune soeur amérindienne feront face à des extraterrestres voulant s’approprier la Terre et qui comme dans la vie actuelle se cachent sous le couvert de bienfaiteurs milliardaires, un gouvernement invisible, avide d’or et de pouvoir, qui fera tout pour éliminer le petit groupe de véritables bienfaiteurs qui cherchent à sauver notre planète de malins envahisseurs. Un nouveau personnage amérindien leur viendra en aide de même que des sirènes et des archéologues, ces derniers se trouvant là pour mener à bien un programme de recherches notoire.

C’est donc à un voyage multimodal que nous convie l’auteure dont les cinq premiers tomes se sont écoulés à plus de 150 000 exemplaires dans la francophonie. Il faut savoir que Anne Robillard est passionnée par tout ce qui touche au domaine du fantastique et que ses livres ont atteint des ventes de plus de 5 millions d’exemplaires au cours de sa carrière.

CITATIONS / EXTRAITS

« – Charles Peter Boyens est un puissant homme d’affaires qui possède des intérêts financiers partout dans le monde. Mieux encore, selon d’autres sources, moins officielles, il influencerait même les décisions de certains gouvernements. À mon avis, la seule façon de savoir ce qu’il veut, c’est de le rappeler. » (p. 22)

« – J’essaie de déterminer si c’est une image de bon garçon qu’il se donne, qui pourrait cacher des activités moins angéliques. » (p. 25)

« – En effet. Je pense qu’il n’a pas l’habitude qu’on lui refuse ce qu’il demande. Il vient de nous faire parvenir quatre billets d’avion pour les Bahamas. » (p. 34)

« – J’ai plus d’un tour dans mon sac. Et puis, qui sait si ce n’est pas mon destin à moi de finir ma vie en débarrassant la planète d’un des membres du gouvernement invisible dont Sylvain n’arrête pas de parler ? » (p. 61)

La série littéraire québécoise à succès Les Ailes d’Alexanne de Anne Robillard est publiée aux éditions Guy Saint-Jean. Le tome 6 Sirènes tout comme les précédents amène à se côtoyer savamment la réalité à la fiction fantastique.