Archives de Catégorie: GÉO

Atchoum !

Quelle chaleur ! Que Calor !
Livre chanson de Véronique GagnéATCHUM

Un super bel album pour enfants qui ouvre l’esprit des frontières et qui pourrait aider les enfants et leurs parents à découvrir une autre culture, des jeux de mots rigolos entre un aliment et une danse ainsi que les soins préventifs aux rayons du soleil, le tout d’une légèreté exceptionnelle, des personnages sympathiques et une histoire amusante se terminant par une chanson à télécharger.

L’auteure Véronique Gagné s’intéresse à la comédie et à la musique depuis son plus jeune âge et, à l’adolescence, participait à des matchs d’impro, amusait les enfants déguisée et jouait dans un groupe de musique rock à titre de chanteuse et guitariste.

Vraiment, avec Atchum !, tout le monde s’amuse et tape du pied avec la musique sous le soleil, publié aux Presses Aventure du Groupe Modus.

Le livre s’adresse aux enfants de 3 à 6 ans.

https://www.groupemodus.com/produit/atchoum-quelle-chaleur/

Publicités

Expo Dis-moi ta maison

A la suite d’un triple atelier écriture + illustration + céramique de trois fois trois heures chacun et donné par trois animatrices conceptrices, neuf participant.Es ont conçu une maison chacune des plus originale.

Cet atelier pluridisciplianire proposait aux participant.Es un voyage intérieur sur le thème de la maison, celle des symboles, des souvenirs, des rêves. Dans un esprit ludique et spontané, chacun est parti à la découverte de ce qui l’habite en explorant trois disciplines artistiques différentes : l’écriture, l’illustration et la céramique, donnant lieu pour l’une à des écrits extrêmement poétiques, pour l’autre à une histoire fantastique, possiblement publiable si l’une ou l’autre décidait de poursuivre sa démarche.

L’exposition gratuite qui en est le résultat exceptionnel est présentée du 8 au 29 mai 2018 au Centre culturel Georges-Vanier, à l’angle des rues Notre-Dame ouest et Viger à Montréal. C’était le groupe initial de ces ateliers réalisés entre le 13 février et le 24 avril permettant à chaque participant d’englober ses écrits, son illustration et sa maison d’argile en une seule œuvre à son image.

Description des ateliers
L’expérience très convaincante de ce triple atelier est menée par trois animatrices qui ont conçu ensemble cette introspection menant à une extériorisation plurielle et à une appréciation mutuelle véritable au sein du groupe dans le bonheur de la sincérité et de l’estime de soi :

  1. Ateliers d’écriture avec Céline Vangheluwe : partir à la rencontre de soi et de son imaginaire grâce à une alternance de jeux littéraires et de temps de partage stimulants qui permettent de faire jaillir une écriture sensible, personnelle, poétique. (3 x 3 heures)
  2. Ateliers d’illustration avec Sophie Casson : comment insuffler l’essence des poèmes réalisés dans une image et créer une illustration en métaphores, en utilisant des techniques telles que le pochoir, le dessin, la gravure, le papier découpé. (3 x 3 heures)
  3. Ateliers de céramique avec Marie Serreau : travailler l’argile par différentes techniques; réaliser une maison-boîte dans lesqelles des écrits secrets se sont glissés. Des exercices d’exploration, de jeux avec la terre ont été proposés afin d’approfondir le ressenti et l’expérience de la matière. (3 x 3 heures)

Ne vous souhaitant que du bonheur, je vous souhaite un jour de participer à ces ateliers.

Pour cette première édition, les participant.Es exposant sont : Jeannine Asselin, Christian Blanchet, Jocelyne Bourgeois, Dominique Laguë, Caroline Legault, Jacqueline Mallette, Nenita Mariano, Véronique Rondeau, Mireille Trudelle.

dis-moi ta maison

Centre culturel Georges-Vanier : www.ccgv.ca


CCA Utopie radicale

La Maison Shaughnessy était pleine à craquer hier soir pour célébrer l’inauguration de la nouvelle exposition : Utopie Radicali: Florence 1966–1976 en compagnie, sur place ou en vidéo, de professeurs architectes qui ont innové et où par exemple le travail de fins d’études pouvait être la conception d’une discothèque.

Dans les salles d’exposition, des photos, des objets dont un fauteuil complètement rital.

C’est sûr qu’à cette époque l’utopie était complètement masculine puisque les places à l’université pour les femmes étaient rarissimes et pratiquement impossibles à obtenir. A Montréal, une des seules à avoir été admises aux études en architecture était Madame Lambert dont les expositions il y a un bon moment au CCA sur les années soixante étaient vraiment rigolotes.

Mon coup de coeur ? Une chaise que l’on s’atèle avec des harnais sur les épaules, comme un sac à dos, et ensuite sur place, malgré le look, on a son siège attitré. C’était le début des errances. En espérant que ce ne soit pas trop lourd ?

Utopie Radicali : Florence 1966-1976
02.05. – 07.10.2018

cca.qc.ca


Salon Aventure et Plein Air

Il vous reste à peine quelques heures pour visiter le Salon Aventure et Plein Air au Palais des Congrès et y découvrir entre autres au vaste kiosque de Parcs Canada les outils traditionnels inuits expliqués par une guide des parcs du Grand Nord canadien ou du Nunavik, Grand Nord québécois où se trouve le nouveau parc national des Pingualuit mais aussi plein d’accessoires camping futés comme le chic fauteuil qui se replie en un sac banane et la petite table qui va avec…

Le salon est dense de ses nombreux stands nutrition, tourisme, voyage, avec des rampes d’essai et au beau milieu, un grand jeu avec des gros câbles pour les enfants, ici et là des conférences, des produits bio ou cueillis en forêt par les amérindiens qui en font des produits de beauté et plein d’autres découvertes pour de belles aventures en plein air.

C’est une température idéale pour s’y rendre d’ici 17h.

http://outdooradventureshow.ca/montreal/francais/renseignements/#heures

 


Carine au micro

Nuits d’Afrique a présenté une soirée intitulée LA RENCONTRE DE LA NOUVELLE GÉNÉRATION récemment avec YAO en première partie et l’extraordinaire CARINE AU MICRO en spectacle principale.

Avec visiblement une grande admiration pour l’immortelle Miriam Makeba dont elle a chanté l’immense succès Malaika. Et sûrement que ce n’est pas sans raison qu’elle la chante car CARINE AU MICRO possède une voix sure et magnifiquement contrôlée qu’elle accompagne de gestes et de pas de danse super classe.

En plus, elle nous fait ce petit son drrrit qui est vraiment rigolo et auquel répond un de ses excellents musiciens à la guitare. Vous entendez parler d’un spectacle avec CARINE AU MICRO ? Ne le ratez pas !

http://carineaumicro.com/

 


Conversion

Avec par moments autant d’intensité que A Streetcar Named Desire, ce qui n’est pas peu dire, cette pièce en anglais couvre un sujet globalisé sur des gens qui ne voient qu’eux-mêmes et qui voient confortablement les autres comme des menaces à leurs petites habitudes, désirs, volontés, croyances et préjugés.

conversion2

Il s’agit ici d’une famille où la mère totalement détestable et son mari médecin rendent visite à leur fille juive et à leur gendre noir et islamisant. Et ce n’est là que le début des défis car la mère devenue juive pour mariage et son mari conservent bien caché un secret qu’ils ne souhaitent à aucun prix partager avec les autres même si le temps est venu. Et comme si ce n’était pas assez, voudraient-ils d’un petit Bamboula comme petit-fils ?

La pièce n’est pas tendre, oblige les uns et les autres à se regarder le nombril (donc, elle n’atteindra vraisemblablement pas ceux qu’elle critique, pas directement en tout cas) et est menée de front par quatre comédiens solides. Sous-titres certains soirs dans un français à deux cheveux d’être parfaits.

alysongrantConversion est un véritable petit chef d’oeuvre d’Alyson Grant et Infinity Theatre présenté dans une ancienne église, l’Espace Knox à NDG. d’une durée de 80 minutes sans entracte.

@Infinitheatre      www.facebook.com/InfinitheatreMontreal


Bitchage & harcèlement

Comment se protéger contre le bitchage et le harcèlement psychologique et sexuel
Auteure : Marthe Saint-Laurent
Les éditions Québec-Livres

Comment se protéger contre le bitchage et le harcèlement psychologique et sexuelVictimes de la collusion en bas de la ceinture des hommes entre eux autant que des femelles jalouses qui écrasent bec et ongles celles qui menacent leur soi-disant suprématie installée ou qui les excluent pour régner seules au milieu des hommes, les femmes et les filles n’en finissent jamais de se faire harceler, bafouer, exclure, expulser, et ce pour un oui ou pour un non, au nom d’un individu avec une face faussement harmonieuse ou d’une enragée de pouvoir au sourire dentaire menaçant ou encore d’une fille-de protégée par l’argent de sa famille, les uns comme les autres se croyant permis de s’attendre à des faveurs de type sexuel ou exclusif quelconque.

Et voilà qu’en plein milieu des multiples dénoncements #METOO et #MOIAUSSI, Marthe Saint-Laurent vient d’en faire un livre armé de tous ses écrits précédents et de sa connaissance approfondie sur le bitchage et le harcèlement que subissent les femmes et les filles… et certainement aussi en pourcentage minuscule comme à l’époque des curés, les petits garçons – mais d’eux on va certainement en entendre mille fois plus parler étant donné la solidarité et la collusion des hommes en bas de la ceinture.

EXTRAITS / CITATIONS

Ainsi, trop de femmes se voient contraintes de consentir des faveurs sexuelles en échange d’une promotion, d’un rôle à l’écran ou sur scène, d’une popularité ou encore de l’assurance de conserver leur emploi. (Oserais-je ajouter : ou même d’obtenir l’info et l’accréditation nécessaires des organismes subventionnés par les gouvernements avec l’argent public autant à une journaliste femme qui a le meilleur site en ville qu’aux journaliste masculins pour faire son travail si bien sûr nous ne vivons plus à l’époque des curés et de la grande noirceur où l’argent, le pouvoir et le plaisir étaient réservés aux hommes et aux masculinistes exclusivement)

Perso, je ne crois pas avoir eu un seul boulot ou participé à une seule activité où il n’y ait eu de harcèlement psychologique ou sexuel ou les deux (des hommes qui insistent pour satisfaire leurs élans sexuels ou qui vous expulsent si vous n’offrez pas illico votre corps en échange de votre présence et qui profitent de la solidarité masculiniste pour vous tenir la tête sous l’eau, des femmes qui vous attaquent et qui vous font jeter dehors en couchant avec ces hommes et en manipulant les autres) et j’ai vu du harcèlement psychologique et du harcèlement sexuel dans les endroits les plus grandioses et dans les endroits les plus microscopiques et réduits en nombres de personnes et en superficie même si très souvent subventionnés avec de l’argent public, tous des lieux où les femmes correctes subissent des complots malodorants et n’ont d’autre choix que de se faire briser la vie de même que des années de travail que des hommes leur volent solidairement en bas de la ceinture et ces femmes victimes décidant finalement n’y plus retourner pour leur sécurité ou pour vivre sans toute cette violence masculiniste haineuse organisée. C’est vraiment à vômir. Et c’est vraiment excécrable que les gouvernements endossent tacitement ces comportements misogynes, femmophobes et féminicides.  QU’ON SE LE DISE : Les élans sexuels au travail n’ont rien à voir avec l’amour !
#moi aussi

Bravo Marthe Saint-Laurent de nous donner la parole, d’éclaircir toute cette noirceur et de nous encourager à survivre et à vivre par des marches à suivre.

http://www.quebec-livres.com/comment-se-proteger-contre-bitchage-harcelement-psychologique-sexuel/marthe-saint-laurent/livre/9782764026717


Patricja Walton

Un exposition toute féminine à ne pas manquer d’ici au 15 janvier 2018.

patricja walton

Depuis la Virée des Ateliers dont elle est co-fondatrice, Patricja Walton est d’abord issue d’une famille de couturières industrieuses puis elle a poursuivi toute une longue formation en multiples lieux et aux côtés de nombreux maîtres qui ont inspiré un travail tout à fait personnel influencé par son handicap visuel.

L’exposition THIS IS WATER / C’EST DE L’EAU de Patricja Walton inaugure la toute nouvelle galerie Deux Poissons, #414 de l’édifice Belgo à Montréal. La série de peintures présente une rétrospective de son travail de 2005 à 2016 qui explore l’esthétique féminin.

C’est beau, émouvant et mystérieux.

 


Open Univ

Un jour la BBC décida que l’éducation, ce n’était pas seulement l’affaire des fils-de mais que c’était d’intérêt général. Alors la BBC mit tout en oeuvre pour créer des cours qui furent diffusés aux heures de grande écoute avec d’énormes kits envoyés dans de grosses boîtes par la poste aux femmes et aux hommes désirant faire quelque chose d’intelligent avec leurs dix doigts. Oui, oui, même avant Internet on pouvait communiquer et s’intéresser à tout, juste pour le plaisir ou juste pour avoir un vrai diplôme et juste pour peut-être se lancer dans une carrière plus intéressante.

openuniv

L’université à l’antenne : diffuser l’architecture moderne / The University Is Now on Air au CCA

ÉDUCATION MASSIVE
L’heure de l’UNIVERSITÉ OUVERTE et de l’éducation massive avait donc sonné en 1975 et c’est le sujet de la nouvelle exposition dans les grandes galleries du Centre Canadien d’Architecture qui dans cette même optique de toutes ses expositions présente aussi dans sa salle octogonale une série de photos datant des mêmes années sur le sujet de la pierre grise de Montréal. Profitez-en pour revoir le fameux viaduc infernal de l’avenue du Parc aux côtés du Vieux Séminaire St-Sulpice (17e siècle) et des maisons du carré St-Louis.

pierregrisemontreal

D’autres activités se tiendront en marge de l’exposition :

  • Une contre-visite guidée par Tim Benton, un professeur de cette université télévisée, aura lieu le jeudi 16 novembre à 19h30 au CCA.
  • lundi 20 novembre, 18h30, Conversation : L’école qui n’en a jamais été une, avec Joaquim Moreno et Mary Lou Lobsinger, conversation animée par John Harwood
  • Jeudi 25 janvier , 18h30, Commentaire en direct, Owen Hatherley présente des épisodes du cours A305
  • Jeudi 1er mars 2018, 18h30, Douglas Spencer sur la précarité et l’éducation des étudiants-entrepreneurs
  • le CCA publiera un épisode chaque semaine sur sa chaine youtube.

http://montreal157.blogspot.ca/2017/11/cca-luniversite-lantenne.html
http://montreal157.blogspot.ca/2017/10/la-pierre-grise-de-montreal.html

cca.qc.ca

 


WPP 2017

wpp2017

Cette photo représente un civil victime des guerres en Ukraine puisque ce sont toujours les hommes et les femmes ordinaires qui sont les vraies victimes des guerres que se mènent les hommes. Pour gagner le premier prix cependant, il faut photographier un homme car photographier une femme, pffft (c’est tellement banal), ça n’émeut pas grand monde, surtout pas ces nombreux hommes qui détiennent des postes clés et qui sont les stratèges femmophobes et leurs pions serviles les artisans des malheurs des femmes. Et donc, en même temps, photographier un homme ça donne raison aux misogynes d’appeler l’humanité les hommes. Avec un grand H pour encore donner plus d’importance aux hommes qui tirent amplement profit des statuts de victimes et encore davantage réduire la visibilité des femmes qui sont la plupart du temps beaucoup plus affectées par ces guerres que se mènent les hommes.

Ce qui nous mène à une exposition parallèle du World Press Photo 2017, à l’étage du Marché Bonsecours, sur ce que nous cachent les journalistes qui de plus en plus de toute façon ne savent faire que du copié-collé avec les communiqués de propagande rédigés par les fausses victimes en quête du dieu argent, du dieu pouvoir…

Une autre exposition parallèle montre des photos que des immigrés ont prises depuis leur arrivée chez nous.

Et bien sûr la grande exposition comprend d’autres photos d’hommes surtout à des événements marquants comme une série tirée lors d’un discours culturel où un ambassadeur se fait tuer par son garde du corps, des athlètes, des animaux comme les tortues qui se prennent dans les filets à la dérive, des migrants, des gens victimes du pétrole.

Le World Press Photo 2017 débute aujourd’hui et se poursuit jusqu’au 1er octobre. L’exposition est présentée tous les jours, du 30 août au 1er octobre 2017, de 10 heures à 22 heures, et jusqu’à minuit les jeudis, vendredis et samedis.

Avec 53 000 visiteurs en 2016, cet événement emblématique de la rentrée culturelle montréalaise accueille cette année trois invités d’honneur : le comédien et musicien Sébastien Ricard, porte-parole de l’édition du World Press Photo Montréal 2017, le photographe turc Burhan Özbilici de l’agence Associated Press, lauréat de la Photo de l’année du World Press Photo 2017 et, une rareté, la photographe canadienne Amber Bracken, Premier Prix dans la catégorie Sujets contemporains.

Exposition internationale World Press Photo 2017
Rez-de-chaussée, salle de la Commune | 325, rue de la Commune (Vieux-Montréal)

Les visiteurs parcourent les grands événements de l’année : 152 images primées dans 8 catégories, prises par 45 photographes de 25 pays.

Événement public et gratuit le jeudi 31 août à 18 heures

http://www.wppmtl.ca | #wppmtl