Archives de Tag: vidéo

Soeur Angèle et le bonheur

Elle est toujours souriante, débordante d’énergie et d’enthousiasme. Comment fait-elle ? C’est ce que nous explique Rosette Pipar dans un tout nouveau recueil d’inspiration sur le vie intitulé Le bonheur d’être soi… selon sœur Angèle.

100 questions sur la vie

 Le bonheur d'être soi... selon sœur Angèle, 100 questions sur la vie, compilées par Rosette Pipar, est publié chez Marcel Broquet, la nouvelle édition.


Le bonheur d’être soi… selon sœur Angèle, 100 questions sur la vie, compilées par Rosette Pipar, est publié chez Marcel Broquet, la nouvelle édition.

C’est bon comme du bon pain car il s’y trouve bien davantage que cent questions avec les réponses de sœur Angèle recueillies par Rosette Pipar : Comment faites-vous pour garder votre calme ?, Où trouvez-vous de la joie ?, Comment avez-vous réagi à l’annonce de votre maladie ?,  Que dire aux parents d’enfants atteints de maladie grave ?, Pourquoi tant de divorces ?, Comment réagir à une trahison ?, Comment faire face à l’insécurité ?, Quelles sont les principales sources de bonheur ?, Qu’est-ce que le talent ?, Comment faire des choix importants ?, Que pensez-vous des mantras, des chants religieux et spirituels ?

Ce livre sur les réponses à tant de questionnements est tellement bien construit qu’il se lit comme un roman. Et plus on lit, plus s’esquisse un sourire de bonheur. « Attention, cette lecture risque d’être contagieuse. Le bonheur vous y attend. »

CITATIONS / EXTRAITS

« Qu’y a-t-il à apprendre de cette femme qui incarne la joie de vivre alors qu’autour de moi dans le monde, le mal de vivre et la mélancolie surgissent en tout homme, en toute femme ? » (p. 21)

« On peut être millionnaire, posséder beaucoup d’argent, de biens, vivre dans le luxe tout en étant pauvre dans l’âme. » (p. 67)

« Notre perspective de la vie actuelle est encombrée de parasites que sont les nouveaux dieux : l’argent, la gloire, le statut, la réussite, la reconnaissance… » (p. 78)

« L’engagement, cela existe encore. C’est de plus en plus rare. Surtout dans les couples mariés ou non. Si une telle ne convient plus, on la laisse tomber. Le pire, c’est ce que les enfants peuvent subir. » (p. 128)

J’ai eu le bonheur de rencontrer à nouveau brièvement sœur Angèle lors du lancement à l’hôtel de ville. Voici la courte entrevue vidéo que j’y ai réalisée : http://youtu.be/HO0ZYCpFZjI

 

Le bonheur d’être soi… selon sœur Angèle, 100 questions sur la vie, compilées par Rosette Pipar, est publié chez Marcel Broquet, la nouvelle édition.

Publicités

La photographie de la ville arabe au 19e siècle

La photographie de la ville arabe au 19e siècle Exposition au Centre Canadien d'Architecture, Montréal

La photographie de la ville arabe au 19e siècle
Exposition au Centre Canadien d’Architecture, Montréal

Du 30 janvier au 25 mai 2014

Nouvelle exposition dans la salle octogonale du Centre Canadien d’Architecture préparée avec grand soin par un jeune chercheur polyglotte, spécialiste en histoire de l’architecture s’étant mérité une place l’an passé au CCA dans le cadre du programme d’accueil en recherche.

L’exposition se départage en plusieurs sections : les culs-de-sac, le mur qui les forme, le mur orienté  vers La Mecque, le panorama qui lui fait face et un autre pan du panorama un peu en retrait.

C’est à la découverte du concept de la ville chez les Arabes que nous convie le CCA, la découverte de l’autre et de sa philosophie d’architecture à travers l’oeil occidental de photographes partis dans des villes arabes qui étaient et sont parfois peuplées d’anciens nomades des lieux comme les Berbères ou les Bédouins, villes parfois existantes au moment des diverses conquêtes, culs-de-sac résidentiels où l’on ne se rend que si l’on y a à faire.

Laissons parler l’expert, le Dr. Jorge Correia, par le moyen de cette vidéo que j’ai pu réaliser sur les lieux mêmes de l’exposition :

Vidéo, entrevue et montage : Jacqueline Mallette

CCA : EXPOSITION La photographie de la ville arabe au 19e siècle


SLM Rencontres video

Rencontres d’auteurs et d’éditeurs au Salon du livre de Montréal
VIDÉOS Playlist

par ordre alphabétique

Francine Blanchette : La Pierre aux Fées (Vues et Voix)

Anabelle Boyer, L’ange gardien du Samouraï et Je lis en vous… savez-vous lire en moi ?  Synergologie : analyse du non-verbal (Béliveau éditeur)

Rencontre avec Robert Blake (en français) Le Voyage, Kaya, Le bleu de l’espoir, Jack et Koukie (Les éditions 9e Jour)
Robert Blake (en anglais) Paola’s Journey, Jack and Koukie (9th Day Publishing)

Christian Brien, Joe Hamster (AQEI)

Canal M, radio Internet et câble pour malvoyants

Melanie Carpentier : J’ai été une esclave sexuelle, Se sortir des gangs de rue (Béliveau éditeur)

Elisabeth Cerqueira, Savoir quoi manger : Arthrite et Inflammation, 21 jours de menus
Co-auteure : Marise Charron, nutritionnistes-diététistes (Modus Vivendi Cuisine)

Pierrette Daviau : Femmes artisanes de paix (Religion et Société)

Andrée Décarie, Alice au pays des cyber criminels (AQEI)

Louise Desautels
, Si j’avais su… témoignage S’ouvrir pour prévenir le suicide (AQEI)

Félix Descorbeaux, poésie d’horreur (AQEI)

François Dimitri : Les mauvaises langues (Béliveau éditeur)

Christine Dubois : Partie pour la gloire (Béliveau éditeur)

Gilles Gagnon, Gouverner avec équité, Comment mettre fin à la manipulation,
Constats et Solutions
(AQEI)

Evelyne Gauthier, Ariel à l’école des espions, Mathématiques et bombes (Guy Saint-Jean éditeur)

Nicole Gobeil : Le Journal des écrivains de la liberté (AQEI)

Marie Gray, Frédérick (Guy Saint-Jean éditeur)

Martial Grisé et Maryse Pepin, SEYRAWYN, trilogie médiévale québécoise complète (McGray)

Renaud Hentschel : On ne change pas en restant les mêmes (Performance éditions)

France Hutchison : 100 jeux avec NAMASTÉ (Béliveau éditeur)

Alain Lafond : L’Incréé (Éditions Onirium, AQEI)

Lise Lalonde, Les agresseurs et leurs victimes (Performance éditions)

Pierre Lambert, Ozias Leduc (Marcel Broquet, la nouvelle édition)

Carine Paquin, L’accouchement : pour tout savoir AVANT !  (Fontea)

Maryse Pepin et Martial Grisé, SEYRAWYN, trilogie médiévale québécoise complète (McGray)

Dav Pilkey, author of Captain Underpants (Scholastic)

Rosette Pipar : Poèmes à croquer (Marcel Broquet, la nouvelle édition)

André Pronovost

Johanne Raby : Chanter de tout son corps 

Agnès Reynaud, Le crack : les cailloux de l’enfer, récit d’une ex-toxicomane (Béliveau éditeur)

Marthe Saint-Laurent : 50 questions sur le BOTOX, 50 questions sur les IMPLANTS MAMMAIRES (Béliveau éditeur)

Joanne Simon : Millionnaire et célibataire (Béliveau éditeur)

Louise Tremblay-D’Essiambre, Les héritiers du fleuve (Guy Saint-Jean éditeur)

Gisèle Villeneuve : Outsiders, recueil de nouvelles (Lévesque éditeur)

Mario Villeneuve : Dieu est au MacDo . Découvrir son propre bonheur et le propager (Béliveau éditeur)

Vues et voix, Canal M, pour malvoyants

Rencontres au SLM VIDÉOS Playlist


Soeur Angèle, biographie

Avec effroi,
la population pétrifiée
était témoin de la scène,
étouffant douloureusement en sanglots
dans un silence glacial.

Soeur Angèle. biographie, Auteure : Concetta Voltolina, Marcel Broquet, la nouvelle édition, St-Sauveur, Qc

Soeur Angèle. Biographie
Auteure : Concetta Voltolina
Marcel Broquet, la nouvelle édition,
St-Sauveur, Qc

Soeur Angèle, le roman de sa vie, une vie qui se lit comme un roman à partir de son enfance en Italie, troublée par la Seconde Guerre Mondiale, puis son départ et sa vie au Québec où elle a innové avec ses cours de cuisine animés de son intarissable bonne humeur.

« Avec effroi, la population pétrifiée était témoin de la scène, étouffant douloureusement en sanglots dans un silence glacial. Soudain, un hurlement s’éleva, long, déchirant, lugubre, celui d’une mère aux pieds de son fils sauvagement pendu, pendant que les fauves, excités par la meute des loups déchaînés, couraient comme des fous d’un arbre à l’autre en tourmentant encore, dans un jeu sinistre, ces pauvres corps agonisants. Puis un brouillard bleuâtre descendit du ciel, comme un voile de pitié, pour recouvrir ces corps inertes qui se balançaient au bout de leur corde et qui allaient rester là jusqu’à ce que les bêtes féroces, repues de sang, décident de partir.
« Maudite guerre ! » (pp. 109–110, Chapitre 12, Possagno, la fosse aux agneaux)

« Soeur Angèle utilisait une toute nouvelle façon d’enseigner qui attirait les étudiants : ils ne s’ennuyaient jamais avec elle car elle réussissait à les intéresser avec des exemples pratiques sans s’encombrer de trop de théorie. Lorsqu’elle enseignait, elle essayait toujours d’être gaie, de plaisanter, de garder vivant l’intérêt de la classe, parfois même elle fredonnait quelques chansons italiennes. » (p. 244, Chapitre 8, Les trois voeux)

La biographie de Soeur Angèle est publiée en français aux éditions  MARCEL BROQUET, LA NOUVELLE ÉDITION.

ENTREVUE VIDÉO

http://www.youtube.com/watch?v=UZ8dYT-aaMk

IMAGES VIDÉO ET PHOTOS DU LANCEMENT

http://www.youtube.com/watch?v=VYfup4apaW4

PHOTOS DU LANCEMENT

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
Vies de femmes
Biographies

femmophobie.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


Kathleen Turner au FFM

Elle est toujours aussi rigolote, cette Kathleen Turner et hier, en conférence de presse, elle a parlé de la fin du film The War of the Roses, où les trois comédiens principaux avaient décidé que le couple ne devait pas survivre à leurs méchancetés mutuelles et qu’elle avait adoré lui repousser le bras à la toute fin.

Kathleen Turner video youtubeElle a aussi corrigé la fameuse citation que tout le monde lui prête faussement et donc voici ce qu’elle avait vraiment dit, traduction libre : « Si j’entre dans une pièce un jour où je me sens vraiment bien en tant que femme, tout homme qui ne me regarde pas est probablement gay. » Bien entendu, tout le monde s’est mis à la critiquer et à oublier la première partie de sa phrase. Trop facile de dénigrer les femmes. Trop facile de déformer la vérité pour coller des étiquettes homophobes qui font avancer la cause homophile.

D’ailleurs, j’ai tiré deux extraits de cette conférence de presse que j’ai montés et mis sur youtube. J’ai mis un titre : « Kathleen Turner at the Montreal World Film Festival ». J’ai rien mis dans les commentaires au départ.  Et que font les réseaux ? A la fin du visionnement, sur 4 vidéos suggérées qui apparaissent il y en a 2 qui sont nettement gayistes, une qui montre des petits bonshommes tous masculins promo bizness d’hommes (où vraisemblablement s’il y a des femmes, elles servent le café) et une d’un couple hétéro. Mais d’où sortent ces suggestions ? Il n’y avait rien d’autre sur YouTube à propos de Kathleen Turner ou Montreal ou World Film Festival ??? Si c’est basé sur ce qu’elle dit ou aurait dit dans le passé, il n’y avait rien sur l’activisme ou sur la santé des femmes ou sur la santé du monde ?

Enfin… Kathleen Turner sera au cinéma Impérial ce soir pour son hommage avec une entrevue sur scène, des extraits de ses films et la projection du film Body Heat.

Festival des films du monde

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
femmophobie.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


Amérindiens contre la domination masculine

Quel bonheur de finalement rencontrer au centre-ville de Montréal, pour une des rares fois depuis des années d’intolérance masculine se propageant contre les femmes jusqu’à ne plus même utiliser le féminin des mots et masculiniser tout, un festival qui enseigne la sagesse du matriarcat, qui dicte l’empathie, le vivre-ensemble et la paix, contrairement au patriarcat qui amène la destruction partout où il passe.

Sommes-nous à Montréal sur le point de reprendre nos esprits et agir de manière à respecter aussi les Femmes et la Terre ?

Adoptons le wampum à deux voies et enseignons aux hommes à agir avec civisme et respect universel et non pas seulement avec nombrilisme financier aplatventriste aux oreilles bouchées et aux oeillères qui se croisent comme c’est le cas de la propagande masculiniste actuelle dans la plupart des autres festivals sur cette place qui a été jusqu’à retirer un bout de rue à Jeanne Mance, co-fondatrice de la Ville.

Vive le Festival Présence autochtone !

Présence autochtone drapeaux 5 nations wampum à 2 voies

Présence autochtone drapeaux 5 nations amérindiennes et redesign beaucoup plus harmonieux du drapeau québécois, wampum à 2 voies

VIDÉO :

Extrait du discours mohawk au Festival Présence autochtone. à Montréal, le 3 août 2013.
Photo et Vidéo Jacqueline Mallette, ServicesMontreal.com, Montreal157.wordpress.com, femmophobie.com

 

http://servicesmontreal.com/jacqueline/fest.presence.autochtone.html


The New World – Broken

Cette petite merveille de montage vidéo a été réalisé par une jeune artiste de 15 ans, Ezia Tarantino, tout un jeune talent de monteuse vidéo :


Le Joueur

Le Joueur  Auteur : S.E.K. Beddiari Éditions BEROAF,  Montréal.

Le Joueur
Auteur : S.E.K. Beddiari
Éditions BEROAF, Montréal

Il vous est déjà arrivé de subir un individu qui se moquait de votre vie ? Qui vous manipulait et se servait de vous puis vous jetait comme un vieux mouchoir de papier usé ? Qui vous racontait une manière de vivre à la manière des enfants en étant complètement déresponsabilisé de tout ? Qui se foutait complètement de milliers voire de millions ou de centaines de millions de personnes, une à la fois ou en bloc pour satisfaire ses petites préoccupations à lui ?

Lisez Le Joueur de S.E.K. Beddiari, premier roman publié aux nouvelles éditions BEROAF, à Montréal.

Ceux qui mènent et qui décident
Le Joueur
, c’est l’histoire d’un homme hyper sérieux et hyper à ses affaires qui un jour entre dans un café pour un repas tardif du midi. Il se fait accoster de manière farfelue par un individu qui se met à lui présenter une manière de vivre autre que celle dans laquelle il vient de se faire rabattre le caquet par ses supérieurs hiérarchiques / partenaires financiers… ceux qui mènent et qui décident, ceux qui racontent une histoire aux uns et qui racontent l’inverse aux autres pour mieux régner.

La société, les nations, le monde
L’auteur, non satisfait de nous présenter cette philosophie effectivement bien en place dans notre société de regroupements ou communautés regroupées ceci ou cela, inclut à sa manière toutes les histoires d’emprises et de contrôles qui se passent dans la géographie du monde et aussi dans le monde du spectacle /arts / vedettariat suprême et superficiel à se tordre.

La plume de S.E.K. Beddiari
Algérien d’origine, le Montréalais d’adoption nous présente un français qui va chercher ses influences ailleurs qu’en Amérique du Nord avec des tournures de phrases qui ont des origines avec lesquelles on n’a pas pris d’habitude.

Un monde de mises en scène observées et dépeintes
Le roman présente un nombre incroyable de situations actuelles mettant en scène des gens qui se foutent de toutes manières complètement de la souffrance qu’ils imposent aux autres et ce, tant qu’ils peuvent se jouer de leur vie selon leur propre vision et leurs propres scénarios qu’ils s’écrivent pour s’amuser, pour rire, pour se rebeller contre l’ordre établi tout en souhaitant à tout prix le devenir, de gré ou de force, d’une manière ou d’une autre, de front ou par en-dessus, jusqu’à l’aboutissement devant le fait accompli.

Un roman tout à fait édifiant ! Et puis, à la fin, il faudrait savoir sur quel sein se trouvent ces grains de beauté !!!

Au-delà de la critique, voici des CITATIONS, QUELQUES EXTRAITS du livre :

C’est une arme insidieuse, car elle est invisible, elle s’installe petit à petit comme la poussière, elle se dépose en quantité infinitésimale, imperceptible à l’oeil nu, mais avec le temps elle nous couvre d’une couche épaisse empêchant la réception des signaux vitaux.  (pp. 31-32)

Tout mon cinéma n’est dû qu’à l’oeuvre de ce sacré Joueur, c’est une influence manifeste. Sa parole, comme une injection intraveineuse d’une composition hallucinogène ou telle une morsure d’une créature venimeuse, réveille tout un village de vers dans mon brouillard mental. (p. 36)

Puis tentant une diversion pour ne pas prolonger la discussion autour de cette question, il a ajouté : « Oh, vous savez ces temples sont érigés pour les gens qui sont initiés au monde du jeu. Ceux qui ne le sont pas risquent de subir, au contact de ces indiscrétions, des chocs hautement dommageables pour l’intégrité de leurs facultés. » (p. 55)

Éditions BEROAF

Entrevue et présentation de l’auteur et fondateur de la maison d’édition lors du double lancement :


Vidéo, Les Beatles à Montréal

12 photos de l’exposition LES BEATLES À MONTRÉAL, assemblées en vidéo, au son de la chanson THIS BOY que tout visiteur peut chanter en karaoké à titre de 5e Beatle, l’espace d’une chanson au musée Pointe-à-Callière, à Montréal.

Photos, prise de son et montage de la vidéo : Jacqueline Mallette

Calendrier EXPOSITIONS


Vidéo Pauline Marois : Inauguration de la Maison-des-Marins


Sur la vidéo : Francine Lelièvre, Directrice générale de Pointe-à-Callière et
Pauline Marois, Première Ministre du Québec.
Vidéo Jacqueline Mallette
C’est en présence de la première Première Ministre Pauline Marois (celle-là même qui a survécu à un attentat criminel le soir de son élection en 2012) que la toute nouvelle Maison-des-Marins, 5e pavillon muséal de Pointe-à-Callière, a été officiellement inauguré en date du 6 mars 2013.
Situé sur l’emplacement même où ont posé le pied le sieur de Maisonneuve et Jeanne-Mance en 1642, Pointe-à-Callière réalise un premier pas vers la Cité d’archéologie et d’histoire de Montréal avec l’inauguration de son cinquième pavillon, la Maison-des-Marins, un tout nouvel équipement culturel à Montréal dans lequel de nombreuses salles multifonctionnelles parmi les mieux équipées à Montréal permettront la présentation de grandes expositions et d’activités culturelles de premier plan.
L'œuvre d'art signée Nicolas Baier, que les visiteurs peuvent admirer dès leur arrivée dans le hall d’entrée de la Maison-des-Marins, s'intitule  Vanités 3. Les miroirs du temps.

L’œuvre d’art signée Nicolas Baier dans le hall d’entrée de la Maison-des-Marins : Vanités 3. Les miroirs du temps. (détail)
Photo Jacqueline Mallette

Une oeuvre d’art, des miroirs à consonance / harmonie historique
L’œuvre d’art signée Nicolas Baier, que les visiteurs peuvent admirer dès leur arrivée dans le hall d’entrée de la Maison-des-Marins, s’intitule Vanités 3. Les miroirs du temps. Visible à l’intérieur et de l’extérieur, elle a été conçue spécialement pour le cinquième pavillon de Pointe-à-Callière qui abrite aussi l’Atelier Archéo-aventure, un lieu de fouilles simulées pour les jeunes; la Boutique du Musée; les locaux de la Fondation Pointe-à-Callière; des espaces administratifs, et des salles pour tous genres d’événements publics et privés.

Un peu d’histoire et de l’origine du nom
Le nouveau pavillon qui était un abri pour les marins à l’époque où le port de Montréal correspondait au vieux-port historique actuel se dresse au cœur du Vieux-Montréal, à l’angle de la place d’Youville et de la place Royale. En 1875 et pour une soixantaine d’années, c’est le Montreal Sailors’ Institute qui aura pignon sur rue à cet endroit pour desservir les marins de la marine marchande qui font escale à Montréal. En 1940, les activités portuaires étant en croissance, les marins sont de plus en plus nombreux à utiliser les lieux, qui deviennent trop exigus.
L’ancien édifice est démoli en 1953 et le nouvel est érigé sur une période de deux ans. Non seulement une plaque commémorative datée de 1953 orne le bâtiment et a été préservée pendant la réhabilitation de la Maison-des-Marins mais les travaux de rénovation ont permis de retrouver une capsule de temps qui contenait un journal anglophone, des pièces de monnaie et autres objets.
À partir de 1954, des centaines de milliers de marins ont fait usage de ce bâtiment qui leur offrait des salles de séjour et de jeux, une chapelle, une salle de concert, une consigne pour bagages, un bureau de poste, un bureau de change, un salon de barbier et un bureau de médecin, sans oublier une cafétéria et des chambres.
En 1968, le Montreal Sailors’ Institute et le Catholic Sailors Club fusionnent pour fonder le Mariners House.

EXPOSITIONS
On a déjà apprécié dans la Maison-des-Marins une grande exposition inaugurale inédite sur les Étrusques. Une nouvelle est en préparation sur les Beatles au moment de leur visite à Montréal dans les années 1960.

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002 : ServicesMontreal.com
Calendrier EXPOSITIONS
Livres pour la famille, parents
Guides de voyages
femmophobie.com
Quoi faire à Montréal
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles