Archives de Tag: Traduit

Le châle de cachemire

Le Châle de cachemire de Rosie Thomas, traduit de l'anglais par Marie-Axelle de La Rochefoucauld est publié chez Guy Saint-Jean éditeur dans la collection Charleston.

Le Châle de cachemire de Rosie Thomas, traduit de l’anglais par Marie-Axelle de La Rochefoucauld, est publié chez Guy Saint-Jean éditeur dans la collection Charleston Québec.

Dans la série de romans Charleston Québec, Le Châle de Cachemire, emmène les lectrices dans les Indes britanniques et au pays de Galles fournisseur de missionnaires sans trop d’éducation autre que leur religion mais convaincus du bien-fondé de leur mission révolutionnant les manières locales d’un pays conquis, un petit village à la fois. C’est aussi bien sûr une histoire d’amour mais aussi bien sûr de différents malheurs qui surviennent au fil du temps, d’abord à la maison de la grand-mère qui vient de décéder et qui détenait dans ses affaires un châle absolument unique en cachemire comme il ne s’en trouve plus de nos jours en plus d’avoir été finement brodé à la main. Mair qui choisit là son héritage veut en savoir plus et part en quête de l’histoire de cette femme qui s’est mariée si rapidement et qui a suivi son mari si loin.

CITATIONS / EXTRAITS

« Elle avait alors commencé à répliquer qu’elle n’avait pas peur de la tâche et qu’elle n’était pas égocentrique, qu’elle souhaitait juste discuter de ce qu’ils voyaient tous deux sans cesse. Mais il l’avait coupée. Evan ne voulait parler de rien à l’exception de leur routine quotidienne. Il était concentré sur son travail de façon si stricte et inébranlable, qu’elle s’était mise à le soupçonner de craindre où pourrait le mener la spéculation. » (p. 63)

« Le lendemain matin, au petit jour, un cortège de quinze poneys fut assemblé. Il fallut deux heures pour défaire tous les bagages d’Evan et de Nerys et pour les répartir entre les animaux et les hommes qui les accompagnaient. Un petit Indien tout maigre, Sethi, avait la charge de leur caravane. Leb était à près de cinq cents kilomètres et il fallait emprunter une ancienne route commerciale à travers la chaîne de l’Himalaya. Ils voyageraient le jour et s’arrêteraient le soir pour camper sur le chemin. » (p. 70)

Le Châle de cachemire  de Rosie Thomas, traduit de l’anglais par Marie-Axelle de La Rochefoucauld est publié chez Guy Saint-Jean éditeur dans la collection Charleston Québec.


Poussière rouge

Poussière rouge Auteure : Jackie KAY Titre original : Red dust road Traduit de l'anglais par Catherine Richard  Éditions Métailié, Paris

Poussière rouge
Auteure : Jackie KAY
Titre original : Red Dust Road
Traduit de l’anglais par Catherine Richard
Éditions Métailié, Paris

Dans ce livre racontant une vie qui ressemble à la sienne, Jackie Kay dépicte l’Écosse où elle a grandi dans une famille adoptive impeccable mais également ses autres pays et familles, celle de sa génitrice qu’elle a retrouvée un peu démolie psychologiquement et de son géniteur nigérian du peuple igbo qui comme sa compagne d’amours s’est lui aussi ancré profondément dans une religion.

Jackie Kay parle au «je» dans ce produit littéraire, récit ou autobiographie partielle, où la mémoire se ballade d’une année à l’autre, d’une époque à l’autre et revient descriptivement sur des événements. Elle y parle de ses années d’école, des sentiments que peut ressentir une fille adoptée, une fille à la couleur de peau différente de ses compagnes ayant pour résultat qu’elle se retrouve toujours rejetée par les garçons qui se choisissent tous des filles sans trop de différences visibles.

Devenue poète et lesbienne, elle part à la recherche de sa mère biologique exilée en Angleterre et de son père reparti vivre au Nigeria où elle voyage ainsi que dans d’autres pays à travers le monde à titre d’invitée littéraire. Elle décrit leurs rencontres, les pays d’origine, leur vie loin d’elle, l’acceptabilité qu’elle perçoit de leur part. Elle observe et décrit les routes, les lieux et les gens en Écosse comme en Afrique.

EXTRAITS

« C’est étrange de regarder les hommes l’un après l’autre en se demandant lequel est son géniteur. » (p. 13)

« Les parents de ma mère ont passé vingt-six ans en Nouvelle-Zélande, à regretter l’Écosse tout en devenant toujours plus écossais dans ce pays étranger. » (p. 28)

« Je me rends compte avec horreur que Jonathan me considère comme le péché, l’impure, moi la bâtarde, l’illégitime. Je suis là, devant lui, preuve de son péché passé, mais c’est moi la pécheresse, la vivante incarnation de son péché. » (p. 17)

« – Notre père était un Canadien français, et pendant un temps, notre mère a emmené deux d’entre nous au Canada en laissant les autres […] Mais René Léveillée, notre père, n’était pas quelqu’un de gentil, contrairement à notre grand-père. » (pp. 145-146)

« Comment dissimule-t-on une femme adulte ? Pourquoi une femme adulte devrait-elle contribuer à sa propre dissimulation ? » (p. 164)

L’AUTEURE
JACKIE KAY est née à Édimbourg. Poète, nouvelliste et romancière reconnue, elle enseigne à l’université de Newcastle et vit à Manchester. Un de ses romans, Le trompettiste était une femme, a été traduit en France en 2001.
Voir la fiche du livre sur le site des éditions Métailié.


La dette, un roman sur la corruption

Je viens de terminer la lecture d’un nouveau roman écrit à partir d’un fait divers survenu au Chili et qui rappelle étrangement le combat que mènent actuellement les Québécois contre la corruption, contre la collusion, contre les escroqueries.

La Dette	  - 	 Rafael GUMUCIO . Titre original : La deuda . Traduit de l'espagnol par Bertille Hausberg

La Dette
Auteur : Rafael GUMUCIO
Titre original : La deuda
Traduit de l’espagnol par :
Bertille Hausberg
Éditions Métailié, Paris

C’est l’histoire d’un cinéaste reconnu qui, au moment d’avoir enfin obtenu du financement de sources diverses jusqu’en Espagne pour tourner le film de ses rêves, se fait dire par son comptable que ce dernier lui vole son argent et que loin d’être en mesure de commencer ce nouveau projet si longtemps planifié il est en fait criblé de dettes. Et pas seulement lui, par ailleurs…

De fait, le comptable qui l’épiait tout le temps était un escroc qui jouait double jeu avec tous ses clients, ceux de jour comme ceux de nuit. Et lui, l’artiste cinéaste, en aura pour plusieurs années à se débattre contre les accusations puisque c’est lui qui apposait sa signature aveuglément depuis des années et donc c’est lui qui est pointé du doigt alors qu’il n’a rien fait de mal ! Comment survivre, comment faire, à qui s’adresser, qui sont ces gens qui l’entourent et qui se disent ses amis, qu’ils soient sous-traitants, employés ou politiques ?

LA DETTE est un roman extraordinaire, riche en réflexions très très opportunes, en bouleversements, en réalité trop tristement vraie quand on fait confiance à un escroc. C’est un roman exceptionnel et infiniment d’actualité, au Québec en tout cas, un roman marquant.

EXTRAITS

Comment choisir parmi les 92 marqueurs que j’ai mis de part en part, tout au long de ces chapitres très courts…. Je ne mettrai pas les numéros de page. Tout est dans le livre, et c’est cité dans le désordre. Un livre à lire puisqu’on ne sait jamais quand ou comment nos proches parmi nos proches se mettront en tête de nous saigner à blanc.

« Des employés qui n’étaient pas des employés, une maison de production qui n’en était pas une, un chef d’entreprise qui ne voulait pas se reconnaître comme tel. »

« Et la chargée de communication s’avance vers les pompiers pour les interroger d’un ton péremptoire comme s’il s’agissait de serveurs surpris à cracher dans sa soupe. »

« Si personne ne s’était donné la peine de prévenir Fernando, c’était seulement parce qu’on supposait qu’il était le mieux informé. »

« Moi, j’écoute mieux quand je parle. »

« Tu fais jouer sa femme dans ton film et il financera tout ce que tu voudras. La nana est jolie, complètement refaite. »

« Le règlement de la clinique interdit à une femme d’être inséminée sans que son mari lui tienne la main. »

« … je me suis finalement rendu compte que je pataugeais dans la merde et j’ai décidé de me réveiller. »

Consulter la fiche du livre ou en lire un extrait sur le site des Éditions Métailié

Calendrier CINÉMA

servicesmontreal.com depuis 2002femmophobie.com
Citations à propos des femmes au Québec
Depuis 2002  ServicesMontreal.com


Neuf nuits (Suites)

Neuf nuits (Suites) Auteur : Bernardo CARVALHO Titre original : Nove noites Traduit du brésilien par Geneviève Leibrich Paru en français aux Éditions Métailié, Paris

Neuf nuits (Suites)
Auteur : Bernardo CARVALHO
Titre original : Nove noites
Traduit du brésilien par Geneviève Leibrich
Paru en français aux Éditions Métailié, Paris

Neuf nuits est la page finale d’un anthropologue, Buell Quain, une histoire vraie entrecoupée de fiction.

Le tout débute par un message s’adressant à une personne inconnue qui serait la destinataire d’une ultime lettre que l’on aurait conservée secrète étant donné l’enquête officielle sur cette triste histoire d’un jeune diplômé des États-Unis qui aurait été promis à un avenir brillant, s’il ne s’était suicidé parmi les amérindiens du Brésil.

« Posez toujours la même question. Et chaque jour vous recevrez une réponse différente. » (p. 13)

« … car le secret, qui est le seul bien qu’on emporte dans la tombe, est aussi le seul héritage qu’on laisse à ceux qui restent et qui, comme vous et moi, sont en quête d’un sens » (p. 13)

« Elle ne pouvait soupçonner pourquoi j’étais si avide d’avoir une copie de ce document et pourquoi j’avais ce sourire nerveux sur les lèvres depuis qu’elle avait commencé à me le lire. » (p. 37)

« Le cauchemar est une façon d’affronter la peur avec les yeux de celui qui rêve. » (p. 59)

« Son insistance tourmentée laisse l’impression qu’elle essayait inconsciemment d’acheter le silence des Indiens sous le couvert de la philanthropie ou alors de suborner sa propre conscience. » (p. 60)

Accéder à la fiche du livre sur le site des éditions Métailié, Paris.

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com

Livres sur l’histoire du monde et romans historiques monde
Vieillir (nouvelle page sur ServicesMontreal.com)

À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles

 


L’art de la résurrection, roman chilien

Auteur :  Hernán RIVERA LETELIER Titre original :  El arte de la resurreccion  Traduit de l'espagnol par Bertille Hausberg

L’art de la résurrection
Auteur :
Hernán RIVERA LETELIER
Titre original :
El arte de la resurreccion
Traduit de l’espagnol par :
Bertille Hausberg
Publié aux :
Éditions Métailié, Paris
Bibliothèque hispano-américaine
Prix Alfaguara 2010

Prix Alfaguara 2010

Des fous ou des saints ?

L’art de la résurrection, c’est l’histoire principalement de deux individus à l’écart de la société et considérés fou et folle par le Gringo anglais et ses sbires britanniques tout-puissants d’une ville à employeur unique, une salpêtrière au Chili.

– ou bien sont-ils saint et sainte ? –
Le Christ d’Elqui et la pute dévote seraient-ils en réalité des saints ? À en voir leur implication, les premiers intéressés finiront peut-être par le croire… Puisque le roman se situe peu après l’invention de la radio dans une région aride où les populations vont peu à l’école, on peut bien leur enseigner autant une religion que n’importe quoi sur tout et rien, semble-t-il. Mais le Christ d’Elqui, lui, en tant que Dieu ressuscité, se classe bien au-dessus de tout fanatisme.

Religion, pouvoir ou fanatisme ?
Sur un ton joyeux, voire moqueur, l’auteur dépeint avec beaucoup de réalisme et de verve la cupidité, la concupiscence, les relations abusives bourreau-victime d’autorité-pion ; malgré la pauvreté et les malheurs, les rires éclatent à la lecture. Car c’est aussi l’histoire des travailleurs de cette mine et des autres de la région qui se battent pour leur dignité et contre la main-mise ; aussi celle du curé dont les tics nerveux déforment le visage ; celle d’un fou qui tout jeune comme le Christ d’Elqui a décidé de sa mission sur terre ; celle d’une femme qui n’a pas choisi sa profession de prostituée mais oui celle de dévote, renommée dans tous les cantons qui ne manque jamais de faire à ses clients les ablutions locales préalables.

L’AUTEUR

Hernán Rivera Letelier est né en 1950 à Talco, il a toujours vécu dans le désert d’Atacama. Longtemps mineur pour les compagnies salpêtrières, à la fermeture de la mine « Pedro de Valdivia », il a 20 ans, il émigre à Antofagasta, et suit des cours du soir pour apprendre à lire et à écrire, puis fait des études secondaires.
Son parcours apparaît dans Le Soulier rouge de Rosita Quintana.

Avant d’écrire des romans, il s’est fait remarquer en poésie, mais c’est surtout en tant que conteur qu’il a acquis sa notoriété. Certains de ses récits ont paru dans des anthologies.

Le texte qui l’a consacré est La Reine Isabel chantait des chansons d’amour (1994) pour lequel il a reçu le Prix de Littérature du Conseil National du Livre, récompense qu’il a obtenue aussi en 1996 pour Le Soulier rouge de Rosita Quintana, ce qui confirme le talent de cet auteur comme romancier exceptionnel au sein de la littérature chilienne des années 1990. Ses premiers romans sont adaptés au théâtre et au cinéma.

EXTRAITS

« Les hommes poursuivirent leur partie comme s’ils ne l’avaient pas entendu. Les pièces de leur jeu étaient des capsules de soda Lautaro. Celles du garde-barrière étaient posées du côté pile. » (p. 36)

« … il avait toujours cherché une Marie-Madeleine pour l’accompagner sur son chemin de croix, une femme non seulement pratiquante et pleine de foi chrétienne mais aussi capable de forniquer de tout son coeur et sans manières. » (p. 54)

« Le Christ d’Elqui indiquait dans ses prêches que la sieste ne devait pas durer plus de quinze minutes car une simple perte de conscience était suffisante mais lui, installé en haut du kiosque comme s’il était au paradis, dormit plus de deux heures de suite. » (p. 66)

Voir la fiche du livre sur le site de l’éditeur.

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles