Archives de Tag: Québec

Trente tableaux, féminisme rarissime au Québec

Trente tableaux, Paule Baillargeon ONF

Trente tableaux,
Paule Baillargeon
ONF

« J’ai 64 ans et je me souviens… »

C’est à partir d’aujourd’hui que l’on peut télécharger ou se procurer en DVD le documentaire exceptionnellement artistique et autobiographique de la cinéaste Paule Baillargeon qui concerne toutes les femmes du monde et tout particulièrement les Québécoises dites de souche, celles que l’on envie parce qu’elles ont toutes sortes de loi qui soi-disant les protège, celles qui soi-disant ne travaillent pas, celles…

Trente tableaux, cinéaste réalisatrice narratrice Paule Baillargeon

Trente tableaux est un film absolument exceptionnel et extraordinaire. C’est un film humain et féministe (oui, oui, les femmes même québécoises sont de la race humaine) tout en images avec la réalisatrice, auteure et narratrice qui revient sur 30 moments de sa vie de femme et d’artiste, Paule Baillargeon qui s’est fait rabattre le caquet plus souvent qu’à son tour.

Elle se rappelle des tableaux précis qui entre 6 et 64 ans ont marqué sa vie et elle les raconte tout doucement, sans toutefois trop chercher à cacher son désarroi, sa colère ou sa révolte. Elle explique sans expliquer, à l’aide d’images extraites de sa filmographie, d’archives ou filmées exprès pour ce documentaire, illustrant son propos par les paysages, photos d’elle-même, de sa mère, les scènes de théâtre ou de la vie ou même son chien et surtout ses propres dessins d’artiste illustrant ses dires trop vrais… elle qui s’est fait dire toute jeune qu’elle ne savait pas dessiner avant même d’avoir pu essayer, elle qui si loin, en Abitibi, n’avait aucun livre et le prix pour y avoir accès…

Elle raconte les petits voisins violents de son enfance, la religion, Pierre Elliott-Trudeau, les maris et les hommes dans un monde à deux poids deux mesures guidé par la religion catholique, plus catholique que le pape qui se vivait au Québec…

Paule Baillargeon raconte tout particulièrement bien toute sa vie de femme au Québec, les humiliations, les femmes battues, femmes violées et violentées, femmes dénigrées, femmes esclaves, femmes victimes d’une tuerie masculiniste que le reste du monde appelle The Montreal Massacre… la répression des femmes, les femmes que l’on rend invisibles partout dans le monde.

Elle revient aussi sur la crise d’octobre 1970 alors qu’on a perdu la liberté au Québec au nom d’une révolution dite tranquille.

C’est à une phénoménale prise de conscience que vous convie Paule Baillargeon, cinéaste parmi les cinéastes québécoises qui sont mal représentées et mal subventionnées par rapport aux cinéastes masculins.

Trente tableaux est un documentaire majestueux dans le sens artistique du terme, avec un propos anti-masculiniste, féministe et surtout humain qui marque, qui dénonce pour mieux corriger et ne plus se laisser berner, pour que peut-être au Québec les femmes s’entraident au lieu de s’entredéchirer, au lieu de collaborer bêtement, au lieu de s’entretuer pour des miettes disputées âprement… Que le monde entier comprenne que par rapport à n’importe quel groupe ou communauté, ce sont vraisemblablement les femmes qui ont de tout temps subi le plus de maltraitance.

CITATIONS tirées de la narration :

« Nous, les femmes, sommes perpétuellement dans les événements d’Octobre »

« J’ai 16 ans, je fais mon cours classique, j’apprends le grec et le latin, choses qui ne peuvent servir à grand’ chose quand on est destinée à laver la vaisselle et à torcher les autres. »

« Ce n’est pas de sa faute si les filles n’ont pas assez de poumon pour souffler dans la trompette. »

« Ces femmes travaillent comme des bêtes, ces femmes dont on dit qu’elles ne travaillent pas. »

« Il n’y a pas de révolution tranquille pour les femmes. C’est une révolution sanglante. »

« Anasthasie, c’est moi. »
Si toutes les scènes sont marquantes, certaines ponctuent infiniment la narration de Paule Baillargeon, par exemple les séquences de la jeune fille qui se fait enfiler une robe rouge à jupons multiples par deux hommes qui en profitent largement pour la tripoter abondamment.

MAIS PAS SEULEMENT
Trente tableaux ne parle pas seulement des femmes ; plusieurs séquences peuvent parfois s’appliquer à tout le monde :

« Je n’ai pas encore compris que tout le monde souffre tout le temps. »

LIENS

Consulter la fiche du film sur le site de l’ONF. C’est un film qui conscientise !

Trente tableaux peut aussi être visionné en anglais à partir du DVD de l’ONF.  Trente tableaux de Paule Baillargeon en DVD et en version téléchargeable dès le 16 octobre 2012.


Au temps de la petite vérole

La médecine au Canada aux XVIIe et XVIIIe siècles

Au temps de la petite vérole. La médecine au Canada aux XVIIe et XVIIIe siècles, un livre important sur l'histoire de la médecine

Au temps de la petite vérole. La médecine au Canada aux XVIIe et XVIIIe siècles
Auteur : Rénald Lessard
Éditions du Septentrion, Québec

Le Canada
A prime abord il faut entendre que le « Canada concentre, avant 1788, presque toute sa population dans la vallée du Saint-Laurent, sur une bande de terre s’étendant sur 600 kilomètres des Cèdres à Rimouski. » (p. 13, Introduction)

Les XVIIe et XVIIIe siècles
C’est en 1760 que le Canada est devenu britannique mais les Britanniques n’ont pris le leadership médical qu’en 1788 « au détriment des Français, des Canadiens et des Allemands », ces derniers venus comme mercenaires à partir de 1776.

À partir de documents 
On connaissait déjà certaines humeurs par le biais de la comédie théâtrale de l’époque, voici maintenant un livre qui nous en révèle beaucoup plus et ce, à partir de documents et livres d’époque, sermons d’église (eh oui, c’est Dieu qui envoyait la maladie pour affirmer sa puissance, par punition ou sinon par précaution…), photos, graphiques, gravures, planches anatomiques comme celle présentant le cerveau et datant de 1735, tableaux, plans et tracés d’architecte ou de vasseur arpenteur ou encore par une religieuse avant 1755 tel que celui incluant le carré de  l’apothicairie que l’on retrouve en page 187.

Extrait : Une commande de Paris
« En 1756, le Marquis de Montcalm demande à la supérieure de l’Hôtel-Dieu de Québec de préparer une caisse afin d’envoyer à Paris ‘six Bouteilles de Baume de Canada Et … dix livres de Suc d’Érable’ » (bas de vignette, p. 108)

Extrait : Réglementation
Un autre bas de vignette : « Acte ou ordonnance qui défend à qui que ce soit de pratiquer la médecine et la chirurgie dans la Province de Québec, ou la profession d’accoucheur dans les villes de Québec ou Montréal, sans permission, 30 avril 1788, publiée […] dans la Gazette de Québec, no 1187, 15 mai 1788. » (p. 366)

Le livre et les maladies
Dans ce très beau livre divulguant la thèse impressionnante de Rénald Lessard, thèse qui était attendue depuis longtemps par les historiens, disponible au grand public et se présentant sous couverture cartonnée avec reliure cousue et imprimé sur papier couleur crème, les maux sont abordés  « selon les grandes rubriques de la Classification internationale des maladies (CIM), dixième révision, de l’Organisation mondiale de la Santé » (p. 25).

Les gens et la maladie
On y apprend l’état des lieux quant aux maladies et aux remèdes traditionnels d’ici tout comme aux recherches sur les plantes médicinales cultivées en jardin ou encore produits offerts en vente ; quant aux personnels soignants, les chirurgiens du roi et chirurgiens-majors des troupes, médecins, apothicaires, infirmières ; quant aux hôpitaux ; quant aux  instruments utilisés ; quant au fonctionnement de la médecine et du corps médical… et même après comme on peut le lire dans l’extrait éloquent suivant :

« Le cimetière, dans lequel se trouve un charnier, occupe une assez large superficie entre la rue Couillard et l’allée de l’hôpital. » (p. 186)

Les folles, les pécheresses et les abeilles travailleuses
Les femmes de l’époque tenaient déjà une place importante dans le milieu médical : « Dès 1693, des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Québec s’occupent de l’hôpital. Six ans plus tard, elles forment leur propre communauté. L’institution est complétée par un asile pour les femmes aliénées en 1717 et par un second asile, pour les hommes en 1722. Un logement réservé aux femmes ‘pécheresses’ sera par la suite ajouté, en même temps que l’hôpital se transforme en ‘Hôtel des Invalides’ pour accueillir les soldats infirmes ou impotents qui versent leur demi-solde en paiement. (pp. 178-179)

Ce livre impressionnant sur l’histoire de la médecine a inspiré une exposition
En lien avec cet ouvrage important qui s’intéresse à l’histoire, à l’archéologie et à la médecine dans son rapport avec l’être humain, il est encore temps de visiter l’exposition au Musée du château Ramezay à Montréal www.chateauramezay.qc.ca .

L’ouvrage aux nombreuses notes en bas de page, à la bibliographie imposante et à l’index des patronymes, lieux, instituts…, répertoriés en fin de thèse est publié aux Éditions du Septentrion. Consulter la fiche du livre sur le site Internet ou acheter en ligne : www.septentrion.qc.ca – Au temps de la petite vérole. La médecine au Canada aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Liens connexes :

Les Coeurs tigrés, roman historique et thriller médical
Si ALYS m’était chantée, première grande star internationale du Québec
Le malade imaginaire, pièce présentée cet été en bar-théâtre à Montréal

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


Je viens d’aller voter… !!! CARRÉ ROUGE !!!

C’est jour d’élections au Québec. J’attrape au vol le paquet d’enveloppes et de courrier reçus pendant le FFM, je cherche l’endroit désigné pour ma circonscription. J’ai de la chance : j’ai reçu la première carte avec mon nom et de lieu pour le vote par anticipation qui m’indique que le lieu pour le jour de l’élection sera sur la carte de rappel. Non, pas de chance, j’ai par reçu l’autre. Je commence à marcher en direction d’un lieu de vote précédent mais je me dis que c’est une école et que c’est sûrement ailleurs.

PAS DE CARTE DE RAPPEL !
Je cherche quelqu’un qui pourrait me l’indiquer. Je vois une femme que je connais en train de laver ses vitres et puis d’autres personnes… On me dit que c’est à tel endroit. Je m’y rends – il n’y a pas grand monde mais certains parmi les quelques voteurs qui sont là se plaignent de n’avoir pas reçu la carte de rappel et repartent en maugréant. A moi aussi, on me dit de me rendre à tel autre endroit (une école primaire) et je leur dis que moi non plus je n’ai pas reçu la carte de rappel qui m’aurait non seulement indiqué où me rendre mais qui sert aussi de laissez-passer, de carte de droit de vote.

DE RETOUR
Un groupuscule s’est formé dans la rue ; sur 5 personnes (y compris moi) 4 n’ont pas reçu leur carte de rappel et 1 n’a reçu aucune carte.

Est-ce que des poches entières auraient disparu ? À quel niveau de distribution ? De quel entrepôt, quel… ? C’est de toute évidence pas juste dans ma rue !

Et puis un autre raconte que des artistes vendent leur vote pour 25,000 $.

FRAUDE FACILE : moi, comme pièce d’identité, ils ont pris une des autres enveloppes de courrier reçu que je tenais dans la main et sur lesquelles on peut lire mes nom, prénom, adresse…

Aurons-nous bientôt besoin des Nations Unies pour vérifier nos élections ?

ALLEZ VOTER !!!! Si vous n’avez pas reçu vos cartes, affirmez-vous !!!!

carré rouge : mon vote n.est pas à vendre

CARRÉ ROUGE : mon vote n’est pas à vendre et je n’ai pas reçu ma carte de rappel et je suis loin d’être la seule !


Vidéos – Éditeurs indépendants du Québec

Hier, les éditeurs indépendants du Québec ont lancé leur nouvelle saison. Pour en découvrir quelques-uns d’entre eux, huit entrevues vidéo ont été réalisées :

Diane Borgia, Petit dictionnaire du bonheur

Diane Borgia, Petit dictionnaire du bonheur

Petit dictionnaire du bonheur : http://youtu.be/dopEI0xyS60

Polar fantastique – un individu a le contrôle de vos rêves : http://youtu.be/3c9zXqoJA0A

Alain Lafond, Les voyageurs de la nuit

Alain Lafond, Les voyageurs de la nuit
Une trilogie en 3 briques, polar fantastique –
Stephen King québécois

Roman historique et divers auteurs : http://youtu.be/T7fhE_dqLlg

Recettes allergiques  : http://youtu.be/s8obVCi9HR8

Vocabulaire : http://youtu.be/CLs2EK0n8Tw

Droit et art, les deux côtés du cerveau : http://youtu.be/RdHYSM3rXaI

Rubis Beaulieu Force de l'univers

Rubis Beaulieu
Force de l’univers

Du Nouveau-Brunswick, connaître la force de l’univers : http://youtu.be/HrHBa0gCNiA

Traduction – engagement d’une enseignante aux potentiels décrocheurs : http://youtu.be/amQzHQUOXHM

http://www.enlibrairie-aqei.com/

 

Vidéos d’auteurs 2010 et 2011 et 2012

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


Un léger désir de rouge

Auteure Hélène Lépine, Les éditions du Septentrion, collection Hamac

Un léger désir de rouge
Auteure : Hélène Lépine
Les éditions du Septentrion, collection Hamac
Québec

Premier roman de l’auteure avec un personnage principal de toute évidence né de parents citoyens du monde, Un léger désir de rouge laisse se raconter une femme, Toulouse, qui à vingt-huit ans combat un cancer. Elle vient de subir l’ablation d’un sein. Elle qui a un corps d’acrobate, solide et souple. Elle qui a simultanément perdu l’amour de sa vie, son partenaire trapéziste. Elle qui ne peut plus travailler dans ce métier trop physique.

Paroles lyriques du repli sur soi
C’est l’histoire du repli d’une femme qui a perdu une partie de sa féminité et en même temps toutes ses passions.

Elle décide de rentrer à la maison, oui mais la maison c’est où en fait quand la fratrie s’appelle Paris, Oslo, Delhi, Coaticook et Louvaine, cette dernier adoptée, à qui la maison a été confiée ce qui irrite l’aîné qui se sent privé de ses droits « Sans nous, les parents l’auraient entendu, écouté » (p. 22) ?

Recherche à l’intérieur de soi
Alors que le paraître disparaît, Toulouse cherche sa force dans ses souvenirs et dans les souvenirs de ses rêves, y compris le fleuve Casamance et sa région. Et Moumbala, personnage qui lui est resté d’un rêve, à qui elle s’adresse dans toutes ses pensées depuis que tout le monde qu’elle avait choisi s’est éclipsé.

Elle s’évade dans ce monologue jusqu’en Afrique, berceau du monde.

Force et résilience
Dans ce roman, Toulouse est absorbée par cette tristesse mais elle trouve en elle la force de vivre ; en cela, elle nous ramène en pensée la résilience de ces femmes courageuses qui malgré les traitements se rendent une ou deux fois la semaine aux pratiques d’un sport d’équipe tel que le bateau-dragon, ou d’une chorale, les unes participant aux courses locales ou internationales, les autres présentant un concert à Noël… toutes affirmant le bienfait de ces activités.

L’AUTEURE
Hélène Lépine a étudié la littérature comparée et le russe. Elle a vécu en Bulgarie, à Moscou, puis à Saint-Domingue où elle a enseigné le français et l’anglais. Par la suite, elle a été professeure d’espagnol et de lettres au Collège Brébeuf à Montréal, sa ville natale. Un léger désir de rouge est sa quatrième publication.

EXTRAITS

« J’ai quitté les airs, si rassurants pour une trapéziste. J’apprends la marche en emboîtant le pas à Coaticook. Je dois pouvoir fouler le sol si je veux reprendre la route. » (p. 19)

« Demain, je me rendrai dans la ville superbe. Je retournerai à l’hôpital pour les traitements de chimio. Je reverrai la salle drabe et les arbres de métal où sont suspendus les sacs de potion agressive qu’on m’injectera dans les veines. Je retournerai mes pareilles, les atteintes, des femmes plus âgées, des jeunes aussi, et je fermerai les yeux sur mes paysages sans joie. Moumbala, parle-moi du rose mauve sur les eaux du Casamance à l’heure du couchant. » (p. 21)

« Je n’ai rien dit à Louvaine de cette sortie, je ne dis rien à Louvaine de Coaticook, de moi. Elle ne me dit rien d’elle pas plus qu’Oslo ou mes frères. Je ne cherche pas à savoir. Des murs érigés depuis l’enfance nous séparent. » (p. 27)

« Le colvert a pris son envol, sans hâte, le corps et les ailes légèrement inclinés, confiés au vent. Coaticook ne s’est pas troublé. Sur le terrain de la maison normande, c’est moi le phare à présent, a-t-il dit à voix basse. Aussitôt il a hésité.
« Suis-je le phare ou rien que le gardien du phare ? » (p. 33)
Accéder directement à la fiche du livre sur le site Internet de l’éditeur :
hamac.qc.ca/collection-hamac/leger-desir-rouge-3278.html


Quoi faire à Montréal en famille, avec enfants, calendrier intergénérationnel

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com

Livres sur la santé des femmes
Livres sur l’histoire du monde et romans historiques monde

À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


Squelettes

CONFIDENCES D’UN SQUELETTE et le livre « Au temps de la petite vérole. La médecine au Canada aux XVIIe et XVIIIe siècles »

CONFIDENCES D’UN SQUELETTE, activités d’archéologie au Musée du château Ramezay
et le livre « Au temps de la petite vérole. La médecine au Canada aux XVIIe et XVIIIe siècles » publié aux éditions du Septentrion à Québec.

Activités muséales d’archéologie

En août, plusieurs lieux d’histoire participent au mois de l’archéologie. En fin de semaine, samedi et dimanche les 18 et 19 août, c’est au Château de Ramezay que ça se passe tout particulièrement avec Les confidences d’un squelette. Au programme : ateliers de bioarchéologie pour les enfants et conférences pour les grands. Tous les détails au calendrier intergénérationnel de ServicesMontreal.com

Un livre important sur l’histoire de la médecine ayant inspiré l’exposition
Et pour ceux et celles qui s’intéressent à l’histoire, à l’archéologie et à la médecine dans son rapport avec l’être humain, il y a les Éditions du Septentrion qui viennent tout juste de faire paraître un livre exceptionnel, un beau livre superbement relié, imprimé sur du papier doux et d’un beige pâle magnifiquement reposant à lire… avec des squelettes aussi ! et qui est en rapport exactement avec l’exposition courante du Musée en question. Je vous en reparlerai bientôt !

www.chateauramezay.qc.ca

www.septentrion.qc.ca :
Au temps de la petite vérole. La médecine au Canada aux XVIIe et XVIIIe siècles

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


DISPARU entre montagnes et mer

« Après autant de va-et-vient entre les montagnes du Québec et la mer de l’Acadie,
j’ai fini par y tracer un sentier. Et je crois que cela aura valu les détours », a souligné Raymond Breau.

« je ne savais pas que je t’aimais autant »

DISPARU
entre montagnes et mer

Auteur : Raymond Breau
Les éditions GID, Québec

Poursuivant son récit autobiographique, le poète, chansonnier, entrepreneur, fonctionnaire, homme de coeur… Raymond Breau nous ouvre à nouveau sa boîte à souvenirs pour nous raconter son implication dans le monde de la chanson et dans le milieu de l’éducation au Québec où il oeuvre en parallèle depuis le début de sa carrière mais aussi sa rencontre avec Francine Lelièvre, la femme de sa vie qu’il a eu peur de perdre un jour où son avion avait disparu dans le brouillard… Une journée qui bouleversa sa vie au point d’en modifier sa perception pour toujours.

«Par ce récit, j’ai aussi voulu rendre hommage aux personnes qui, chacune à sa manière, ont osé défier l’inconnu, que ce soit la page blanche ou la mise en valeur de notre culture. Mais aussi, j’ai voulu souligner le courage et l’héroïsme des personnes qui ont survécu à cet accident d’avion survenu sur le flanc enneigé du mont Saint-Joseph en Gaspésie. La phrase, je ne savais pas que je t’aimais autant pourrait résumer ce livre », a conclu l’auteur Raymond Breau.

Entre ses conversations avec ses collègues et son cri du coeur «Alphonse ma femme a disparu! », entre ses moments de bouillonnements d’idées et ses moments d’angoisse, l’itinéraire inclassable de l’auteur nous emmène dans cette narration où se côtoient des moments de drame et d’humour, des paroles de chansons mais aussi de savoureux petits contes illustrant sa vie comme artiste et comme créateur.

EXTRAITS

« — Comment ça, disparue ? Ça ne se perd pas comme ça une femme. CRois-en mon expérience ! J’essaie depuis longtemps. Rien à faire. Il faut l’avoir cherché. » (p. 19, Serais-tu un oiseau ?)

« J’ai appris qu’à force de persévérance, non seulement je crée moi-même mon emploi, mais que j’arriverai à transmettre aux jeunes un peu du bagage culturel que j’ai accumulé avec le temps. » (p. 21, Serais-tu un oiseau ?)

« — Et ta femme dans tout ça ?
[…]
« — Nous vivions le contexte de la chanson : Une femme dans la peau.
« — Bonne chanson, mais mince consolation. Tu la laissais seule. Pour une chanson ? » (p. 150, De  Saint-Isidore au G)

L’AUTEUR
Lauréat du prix France-Acadie en 2010 pour le récit sur son enfance Le vol de l’aigle pêcheur, l’écrivain laisse à nouveau voguer sa plume et son art de raconteur en nous menant encore plus loin dans la suite de son itinéraire atypique et varié. Premier lauréat de la chanson en Acadie, Raymond Breau a transmis son goût de la création dont les traces sont présentes partout où il est passé. Raymond Breau est connu et reconnu comme artiste tant en Acadie qu’au Québec et ailleurs au Canada. Il a déjà enregistré trois albums de ses chansons et publié Chansons, poèmes et photos, en 1982, Le bonheur est multiple, en 2004, et le récit, Le vol de l’aigle pêcheur, en 2010. Avec Disparu entre montagnes et mer, l’auteur signe aujourd’hui sa quatrième oeuvre littéraire.


servicesmontreal.com depuis 2002
Depuis 2002  ServicesMontreal.com

Entrevue avec Francine Lelièvre : Les Étrusques, Civilisation de l’Italie ancienne

8 mars :  Journée internationale des femmes dans le monde

Calendrier EXPOSITIONS
Calendrier intergénérationnel : enfants, parents, aînés

À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


Le Québec célèbre les 50 ans d’indépendance de l’Algérie

Cette célébration Québec-Algérie 50 était l’occasion de retrouvailles pour nombres d’Algériens vivant à Montréal. C’était hier, au parc Jean-Drapeau, île Sainte-Hélène… derrière la piscine ou plutôt les piscines, secteur boisé. Ce qui est merveilleux, c’est qu’on en a profité pour se rappeller et pour saluer les femmes qui ont perdu leur mari ou leurs fils dans cette guerre d’indépendance. Ces femmes qui se sont fait attaquer avec hargne par les islamistes des années 1990. Ces femmes qui sont toujours bel et bien là, solides et bien dans leur peau et dans leur tête.

Photos Jacqueline Mallette, ServicesMontreal.com


servicesmontreal.com depuis 2002
Depuis 2002  ServicesMontreal.com

8 mars :  Journée internationale des femmes dans le monde

Quoi faire à Montréal
Calendrier intergénérationnel : enfants, parents, aînés

À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


La Gaspésie de Métis à Miguasha . Carnet du littoral

La Gaspésie de Métis à Miguasha
Carnet du littoral
Auteur et artiste : Jacques Martineau
Les éditions du Septentrion, Québec

Pour vos rêves, loisirs ou vacances d’été, un livre de croquis et quelques mots vous guident vers la poésie des lieux pittoresques dans la Gaspésie côtière avec ses rochers, ses phares et ses galets.

C’est vraiment un guide sans en avoir l’air, sans les listes de lieux d’hébergement et restaurants, c’est un recueil de pastels accompagnés d’une mini-description. Un livre qui exerce l’oeil à reconnaître les endroits à remarquer au détour de la route, les lieux à apprivoiser, les paysages pittoresques où s’arrêter quand on part en voyage, en Gaspésie.

C’est vraiment aussi d’une poésie tranquille, au rythme de prendre le temps de poser son regard et d’apprécier le moment que l’on y passe.

C’est vraiment un très beau petit recueil. Un chouette carnet du littoral gaspésien.


EXTRAITS

« Les lichens colorent les rochers de la grève en orangé. » (p. 11, Métis-sur-Mer, la Côte)

« Sauvé in extremis de la démolition, il est devenu le Musée des phares. » (p. 51, La Martre, La Haute-Gaspésie)

« À la pointe aux Corbeaux, on a la surprise de découvrir un rocher percé. » (p. 76, La Pointe et la Baie-des-Chaleurs)

Guides touristiques et souvenirs du Québec
Du même auteur : Carnet de Québec

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com

Fête des pères
Les femmes dans le monde

Livres sur l’histoire du monde et romans historiques monde

Quoi faire à Montréal en famille, enfants, calendrier intergénérationnel

À la Une sur les blogues

Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles



Cap sur les oiseaux

Du 25 au 27 mai, la Biosphère met le Cap sur les oiseaux, événement où l’ornithologie et le monde des oiseaux seront au centre d’une demi-douzaine d’activités.

Fascinants oiseaux de proie
Découvrez tout sur les oiseaux de proie en participant à une animation de l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie et admirez quelques espèces sur place.

Ingénieuse Nature
Saviez-vous que le chardon a inspiré l’indispensable velcro? Découvrez des inventions géniales inspirées des oiseaux et de la nature en participant à ce grand jeu interactif et instructif.

L’observation des oiseaux, bien plus qu’un loisir
Vous pourriez jouer un rôle plus important que vous ne le pensez en observant les oiseaux. Cette conférence du Regroupement Québec Oiseaux présente des projets de conservation et de protection réalisés grâce à la participation citoyenne.

Attirer les oiseaux chez soi
Parcourez la mini-exposition À chacun sa cabane et apprenez à choisir et à installer des nichoirs adaptés aux espèces d’oiseaux d’ici.

Une installation artistique d’oiseaux faits à partir de bonbonnes de propane récupérées, des spectacles de cerfs-volants ainsi qu’un « lounge nature » sont au centre d’une scénographie ludique et colorée à ne pas manquer!

Présentées sur le site extérieur de la Biosphère dans le cadre du Festival plein air et voyage, les activités de Cap sur les oiseaux sont offertes gratuitement. Accès payant aux salles d’exposition, sauf pour les 17 ans et moins (ne s’applique pas aux groupes organisés).

Visitez www.ec.gc.ca/biosphere pour obtenir des renseignements sur l’horaire des activités.

La Biosphère, musée de l’environnent, est située au 160 chemin Tour-de-l’Isle sur l’île Sainte-Hélène à Montréal. Métro Jean-Drapeau.

servicesmontreal.com depuis 2002 Depuis 2002  ServicesMontreal.com

Fête des pères
Les femmes dans le monde

Livres sur l’histoire du monde et romans historiques monde

Quoi faire à Montréal en famille, enfants, calendrier intergénérationnel

À la Une sur les blogues

Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles