Archives de Tag: population

Gynocide

GYNOCIDE : filles éliminées à la naissance ou avant même de naître
=> déséquilibre de la population
=> viols en Inde
http://femmophobie.com/2012/12/23/77-100/
C’est plus que préoccupant !
Signez la pétition sur CAUSES

"GYNOCIDE

GYNOCIDE : Filles éliminées à la naissance
ou avant même de naître
=> déséquilibre de la population
=> viols en Inde
http://femmophobie.com/2012/12/23/77-100/

Publicités

DEAD MAN TALKING

Une histoire belge tenant de la fable, du surréalisme politique hyper-clean-de-façade-seulement manipulant une population cherchant le véritable humain dans un monde complètement happé par le reality show exterminateur systématique ou sauveur in extremis.

Patrick Ridremont, Réalisateur et interprète, DEAD MAN TALKING, comédie dramatique proposée dans le cadre du FOCUS BELGE au festival CINÉMANIA

Patrick Ridremont, Réalisateur et interprète,
DEAD MAN TALKING,
FOCUS BELGE au festival CINÉMANIA

L’initiateur de cette comédie dramatique proposée dans le cadre du FOCUS BELGE au festival CINÉMANIA est un individu qui est issu de l’impro et qui aurait lui-même demandé sa femme en divorce lors d’une émission télé. (On en trouve des liens sur Internet.) C’est un individu qui aime les enfants dit-il et qui en a lui-même trois. Cet individu, c’est Patrick Ridremont.

Réalisateur et tenancier du rôle d’un meurtrier s’étant acharné en abruti enragé sur une victime innocente, peut-être deux, Patrick Ridremont incorpore tellement et tellement de vérités sur notre monde actuel dans ce film qu’il est difficile de tout cerner au premier visionnement. Il y a le gardien de prison noir ancien arbitre à la boxe qui prend soin de sa femme invalide et qui fait son décompte de 10 secondes en donnant toutes les chances au condamné, il y a  le responsable qui ne voulait pas de sa fille et qui s’aperçoit maintenant que sa femme est morte qu’il y tient éperdument, il y a le prisonnier qui profite de l’occasion pour faire connaître au monde entier l’histoire de sa vie teintée d’humanisme autant véritablement bon que véritablement cassant… bref, de la fille du responsable qui célèbre son anniversaire toute seule en offrant son dernier morceau de gâteau au condamné jusqu’au fameux Gayland portant des habits excentriques et même ridicules travaillant pour le politicien manipulateur tout aussi ridicule qui n’est là que pour se faire voir, pour jouer au golf et pour ramasser le fric : tout le monde est représentatif de ce qui ressemble infiniment à d’innombrables cellules du microcosme globalisé actuel.

DEAD MAN TALKING est un film humain et déroutant qui tient du conte et de la fable, du drame et de la comédie, du vrai et du faux se faisant passer pour plus vrai que nature et plus pur que tout le monde qui est trop vrai pour perdre son temps à en faire un plat ou un chocolat qui n’en finit plus de fondre dans la bouche pour retarder l’issue improbable d’une pub. DEAD MAN TALKING, c’est tout un menu sur la peine de vie avec une technicienne médicale qui laisse couler le sang et personne ne la rappelle pour faire la correction, la peine de vie qui traite de la peine de mort dans le cadre d’un reality show créé pour de l’opportunisme politique sans véritablement parler de la peine de mort alors qu’il est plus qu’évident que le condamné est archi-coupable mais vu qu’il est connu on pourrait peut-être s’en servir pour les intérêts personnels des ridicules à façade hyper-clean.

DEAD MAN TALKING se passe quelque part sur une planète qui ressemble à la Terre et dont les humains parfois inhumains ou trop humains qui l’habitent se laissent éclairer la nuit par des étoiles et par une autre planète qui ressemble à la Lune sur laquelle on peut reconnaître les contours de la Belgique.

Pas sure, M. Ridremont, qu’il n’y ait que la Belgique qui soit dans la lune. Vous auriez pu, de toute évidence très très actuelle, mettre aussi les contours du Québec sur cette lune à éclairage douteux. Vous auriez aussi pu y dessiner un talon, on aurait cru y voir l’île de Montréal…

Bref, si vous pensez que nous vivons dans un monde complètement faux et tordu, courrez voir ce film quand il sortira en salles !

Réalisé par Patrick Ridremont sur un scénario de Patrick Ridremont et Jean-Sébastien Lopez, interprété principalement par François Berléand, Patrick Ridremont, Virginie Efira, Christian Marin et Jean-Luc Couchard, DEAD MAN TALKING est présenté au Festival de films francophones CINÉMANIA 2012.


LIVRES : Pierre Laporte

Pierre Laporte de Jean-Charles Panneton

Pierre Laporte de Jean-Charles Panneton

Auteur : Jean-Charles Panneton
Éditeur : Septentrion, Québec

On se souvient au Québec de Pierre Laporte, ce ministre québécois qui fut enlevé, séquestré puis assassiné par des terroristes québécois de la Révolution tranquille, révolutionnaires qui furent par la suite condamnés pour leurs actes et déportés à Cuba.

Ce livre est la première biographie sur le journaliste d’enquête qu’il fut au préalable, journaliste qui opposait ses articles au mutisme imposé par Maurice Duplessis, premier ministre de l’époque, chef incontesté et incontestable du parti politique de l’Union nationale, aujourd’hui disparus le chef autant que son parti.

« Je me suis intéressé plus précisément à ses Lettres de Québec et à ses éditoriaux puisqu’il s’agit de textes polémistes qui se démarquaient singulièrement du travail journalistique des autres correspondants
parlementaires » indique l’auteur dans son introduction qu’il poursuit (page  27) : « Le talent de Laporte est reconnu par ses pairs : sa plume infatigable est concise et efficace, ses attaques sont percutantes ».

Pierre Laporte et ses confrères de classe
Le livre part de l’origine du nom, des données de l’arbre généalogique de la famille et ses influences politiques, les études de Pierre Laporte où on peut lire en page  37 qu’il a débuté son cours classique « au collège Jean-de-Brébeuf […] jusqu’en 1936 où il côtoie les fils de la bourgeoisie canadienne-française, dont Pierre Elliott Trudeau, Paul Gérin-Lajoie, Jacques Ferron, Pierre Baillargeon. »

Pierre Laporte, son époque, ses contemporains
Cette publication est le résultat d’un travail de recherche ardu d’une durée de cinq ans. Il nous fait connaître non seulement Pierre Laporte mais nous dépicte également de quoi se composait le cours classique de l’époque ainsi que les à-côtés des pensionnats et études universitaires. Il nous fait découvrir les débuts journalistiques du personnage et survole sa vie, ses années de Journaliste de combat de 1944 à 1961 et beaucoup sur sa vie par rapport à laquelle il est également question d’autres personnalités de son époque ou d’influence, Georges-Émile Lapalme, Lesage, Daniel Johnson, René Lévesque de même que Pearson, Mackenzie King, Diefenbaker…

PRÉFACE

« Comme tout historien qui connaît et respecte les règles de son beau métier, Jean-Charles Panneton est un adepte de la sobriété et de “ l’incontournable épaisseur de la réalité ”, dirait François Mitterrand. » (p.  9, Préface, Pierre Laporte, le parcours d’un homme d’action), préface dans laquelle le journaliste Jean Lesage reprend en page 19 un texte déjà publié en 1977  (L’exécution de Pierre Laporte – Les dessous de l’opération) concernant « la version la plus farfelue. Celle de Pierre Vallières, selon lequel “ Pierre Laporte aurait pu avoir été victime d’un règlement de comptes politiques au sein du Parti libéral [ndlr : du Québec] parce qu’il n’aurait pas remis à l’organisation centrale certaines sommes recueillies en certains milieux pour le financement de la caisse électorale ”».

EXTRAITS

« Quant à l’homme politique, on ne sait pratiquement rien de son action ni de ses idées politiques, notamment son rapport au nationalisme, à l’indépendantisme et au fédéralisme. L’homme politique nous est connu par ce qu’en disent les autres, dont Pierre Vallières, l’un des idéologues du Front de libération du Québec. » (p. 25, Introduction)

« C’est encore Nathalie Petrowski qui rappelle aux organisateurs du Moulin à paroles, en septembre 2010, qu’ils devraient ajouter la lettre de l’homme qui a été assassiné pendant la crise d’Octobre, puisqu’ils avaient retenu le manifeste du FLQ parmi les 140 textes choisis » (p. 26, Introduction)

« Les membres de la famille Laporte sont tricotés serré : ils demeurent très proches les uns des autres, à tel point qu’ils parlent entre eux du clan. » (p.  50. Les années de formation ; Pierre Laporte, homme de famille)

« En plus de la famille, de nombreux amis et collaborateurs du journaliste l’accompagnent dans le deuil : Gérard Filion, André Laurendeau, Louis Robillard, Marcel Thivierge et André Leroux du Devoir ainsi que d’autres personnalités politiques telles que Pierre Des Marais du comité exécutif de la Ville de Montréal,
Jules-Zénon-Léon Patenaude de la Ligue d’action civique et le chanoine Lionel Groulx. Plusieurs députés libéraux et conseillers municipaux sont également présents. » (p.  51, Les années de formation ; Pierre Laporte, homme de famille)

« Avec son 1,78 mètre et ses quelque 82 kilos, l’homme a une forte carrure que le politologue Gérard Bergeron associe à celle d’un joueur de hockey. » (p. 55, Les années de formation ; Un travailleur infatigable)

« Dans un billet signé de son pseudonyme, Laporte tourne en dérision le livre de Rumilly » (p. 126, Journaliste de combat 1944-1961 ; Laporte et Rumilly croisent le fer)

« À Montréal, la lutte contre la pègre fait une victime […] Tout en condamnant cette attaque, Laporte juge qu’elle permettra peut-être de sensibiliser une population de plus en plus indifférente à la chose publique montréalaise. Il s’élève contre ceux qui voudraient taire l’affaire pour ne pas entacher la réputation de Montréal » (pp. 128-129, Journaliste de combat 1944-1961 ; Au coeur de la campagne électorale fédérale)

« Laporte fait la démonstration que le montant minimal payé pour la tonne de minerai de fer est de 22 cents, et le montant moyen est de 63 cents, alors qu’il n’est que de un cent la tonne selon l’entente conclue par le gouvernement Duplessis. » (p. 198, chapitre  IV • Révolutionnaire tranquille, 1956 -1966 ; Le candidat Laporte et la question ouvrière)

« Laporte explique qu’à son ministère la majorité de ses fonctionnaires ont la conviction que l’île de Montréal constitue un même tissu urbain. » (p. 257, Révolutionnaire tranquille, 1956 -1966 ; Une île, une ville ?)

Toujours d’actualité, ne pas répéter les mêmes erreurs
En conclusion de cet article, on peut voir que Pierre Laporte est encore très près de l’actualité et par conséquent, la lecture du livre intitulé PIERRE LAPORTE, publié au Septentrion, pourrait s’avérer passionnante et avisée pour connaître notre passé afin de ne pas répéter indéfiniment les mêmes erreurs, tout particulièrement en ce moment de contestations étudiantes face à un gouvernement qui ne semble pas vouloir les entendre, en ce moment de développement minier important, en ce moment de lutte contre la corruption et de post-défusion des villes fusionnées par Montréal et Québec, pour ne nommer que ces grands enjeux-là.

Les articles signés Pierre Laporte
On peut aussi accéder à la médiagraphie colligée par son auteur Jean-Charles Panneton sur les articles rédigés par Pierre Laporte du début des années 1940 jusqu’en 1968, à septentrion.qc.ca/laporte.

On peut consulter la fiche du livre, en feuilleter quelques pages ou l’acheter en format numérique ou papier sur le site de Septentrion, également en librairie.

Depuservicesmontreal.com depuis 2002is 2002  ServicesMontreal.com