Archives de Tag: nouvelles

Les trains sous l’eau

prennent-ils encore des passagers ?

Les trains sous l'eau prennent-ils encore des passagers ?  de Joanie Lemieux publié dans la collection Réverbération chez Lévesque éditeur.

Les trains sous l’eau prennent-ils encore des passagers ? de Joanie Lemieux publié dans la collection Réverbération chez Lévesque éditeur.

Un recueil de nouvelles en pur imaginaire tout en partant du réel de la vie, de Joanie Lemieux publié dans la collection Réverbération chez Lévesque éditeur.

Dix nouvelles, dix femmes dont la vie n’est pas à la hauteur de leurs attentes et dont l’univers sort, parfois, des rails du réel. Un recueil marqué par l’improbable — voire l’impossible — qui laisse l’impression qu’un ailleurs existe.

Ma préférée est l’histoire d’une maman qui finit par se laisser séduire par un vieux loup de mer… Une fabuleuse histoire !

CITATIONS / EXTRAITS

« L’histoire de son amie est terminée. N’importe quelle excuse est bonne pour quitter la table. » (p. 29, Itinéraires)

« Pas facile, non, répondait simplement Marie-Ève, avec un sourire faux, l’air de dire pas facile d’oublier quand tous ceux qu’on croise tournent le fer dans la plaie. Victor. Celui qui en quatre ans lui a mille fois chuchoté t’es la femme de ma vie à l’oreille. » (p. 39, Miroirs)

« Je reste là longtemps avec Amélie, à fixer les poissons et autres créatures marines, pendant que monsieur Henri fait visiter le pont à maman, lui explique à quoi servent les différents cordages, comment fonctionne le gouvernail. » (p. 73, Écume)

Les trains sous l’eau prennent-ils encore des passagers ?  de Joanie Lemieux publié dans la collection Réverbération chez Lévesque éditeur.

Publicités

Tatouages

 TATOUAGES de Claudine Potvin est publié chez Lévesque éditeur.

TATOUAGES de Claudine Potvin est publié chez Lévesque éditeur.

La plume d’Hubert Aquin renouvelée, améliorée dans la main d’une vraie femme, Claudine Potvin. Professeure émérite dans une université canadienne, elle lui a déjà consacré un ouvrage, et dans son texte resurgit non seulement son éclat mais ici et là des rappels, titres de livre même, dès les premières pages.

TATOUAGES, qui vient de paraître dans la collection Réverbération chez Lévesque éditeur, est un recueil de nouvelles, un album d’êtres tatoués par la vie, des histoires de relations amoureuses, de voyages, d’exil, de passions, de filiations, entre autres. Tant et tant de gens se reconnaîtront dans ces personnages. Il y a dans ce recueil un désir d’écrire une littérature qui vaille, un besoin d’expression qui vient des tripes, ce qui est tout simplement rafraîchissant dès lors que tant de publications s’adonnent en ce moment à tant de propagande campée sans affichage des commanditaires.

EXTRAITS / CITATIONS

« Prochain épisode. Dans tous les cas, cette image apparaîtrait plutôt saugrenue aux yeux de mes amis. » (p. 19, K de Kafka ou de Kurt ou de Kébec)

« En fin de journée, ils flânaient dans les restaurants, se promenaient en voiture, magasinaient frénétiquement. Ils rapportèrent à Montréal tout un assortiment d’objets plus ou moins heureux dont la préciosité égalait la prétention des acheteurs. » (p. 30, Le tapis rose)

« Je ne veux pas être retournée dans mon pays d’origine comme une œuvre d’art accrochée à un mur quelconque, statique. Le sang qui coule dans mes veines n’est pas de l’ordre de la reconnaissance, ni même de l’appartenance. J’ai lu quelque part que les continents étaient jadis réunis en un seul mégacontinent, mais qu’avec le temps ils se sont éloignés les uns des autres. Les artères communiquent. Une nouvelle géographie s’installe. » (p. 95, Accommodement raisonnable)

 TATOUAGES de Claudine Potvin est publié chez Lévesque éditeur.

 

 


Derrière l’information officielle

Derrière l'information officielle

Derrière l’information officielle 1950-2000
Auteur : Claude Jean Devirieux
Éditions du Septentrion, Québec

Savoureux et pas froid aux yeux, l’abécédaire historique de l’ancien journaliste de Radio-Canada Claude Jean Devirieux s’avère une lecture juteuse de vérités cachées.

Plus drôle que bien des émissions soi-disant dédiées au rire, ce livre se rappelle de gens, de moments, de faits trop vrais pour être dits sur les ondes de la télé fédérale nationale canadienne.

De page en page, on rigole, on rit dans sa barbe en lisant ces histoires qui ont souvent encore aujourd’hui d’immenses répercussions immédiates et concrètes sur notre vie mais qui furent ou sont encore cachées parce que « les preuves n’existent pas ou disparaissent […] la rectitude politique repose aussi sur le public qui n’est pas prêt à accepter comme crédible une information a priori incroyable, même si elle est fondée […] je n’ai jamais vraiment eu le temps de fouiner » (Introduction).

Quelques extraits

Ça commence en lion, par ACCUSATION
« Un proverbe dit : Qui veut noyer son chien l’accuse de rage. » (p. 13)

Tout est dit… Mais non, poursuivons :

ÉCOLOGIE
« Si l’on ne fait rien (attention : ça va gicler), les poissons ne se reproduiront plus, les filles qui sont déjà hypersexualisées aiguicheront les hommes dès l’âge de huit ans et les hommes deviendront impuissants. » (p. 87)

FÉMINISME
« Les femmes ont été traitées comme des citoyennes de seconde classe jusqu’au XXe siècle. » (p. 102)

HOMOSEXUALITÉ
« Le seul problème c’est que quand une minorité, quelle qu’elle soit, religieuse, ethnique, politique ou philosophique (franc-maçonnerie), se transforme en société d’entraide mutuelle. Un membre de cette minorité entre dans une organisation et, profitant de son poste, il y fait entrer aussi d’autres membres de cette minorité. Si bien que ces gens-là, vivant entre eux et partageant les mêmes idées et les mêmes aspirations, en arrivent à ne plus tenir compte, voire à ne plus percevoir les besoins de la majorité vivant à l’extérieur de leur groupe. » (pp. 120-121)

Comme il dit vrai !

Un livre à savourer pour toutes les vérités qu’il contient et qui font habituellement l’objet d’autocensure. Et puis, rajoutons cet extrait, pour l’histoire :

« D’ailleurs, au cours du même voyage, une vieille missionnaire des soeurs grises qui, venue toute jeune de Montréal, avait descendu le Mackenzie en canot, comme du temps des coureurs des bois, m’avait certifié qu’avant les nouvelles lois linguistiques toute la vallée du Mackenzie était francophone. » (p. 23, BILINGUISME-BICULTURALISME)
… Ce à quoi je pourrais personnellement rajouter : la même histoire de l’anglais ayant supplanté le français s’est produite à l’Union européenne !

Voilà, rafraîchissez-vous le cerveau de toute la propagande proactive radio-canagayienne festivalière muséale musicale baroque scientifique élecgrisante femmophobe actuelle…

Derrière l’information officielle 1950-2000 est publié chez Septentrion. Disponible en formats papier et PDF. Offrez ce livre en cadeau à tous vos amis et toutes vos amies, famille, parenté, ex-collègues remerciées… à tous ceux et toutes celles qui se plaignent de toujours rester sur leur faim avec la télé actuelle et les nouvelles/journaux/actualités encore très ou autrement censurés d’aujourd’hui.


Éclats de lieux

Recueil de nouvelles, Auteure : AUDE

Éclats de lieux
Recueil de nouvelles
Auteure : AUDE
Lévesque éditeur
ISBN : 978-2-923844-26-8 (édition papier)
978-2-923844-32-9 (édition numérique).

Recueil de nouvelles, un vrai recueil puisque reliées entre elles, la première déterminante pour toutes les autres qui en dépendent.

Un recueil émouvant : AUDE, l’auteure, est atteinte de cancer du sang ; on lui avait donné deux ans à vivre… C’était il y a 7 ans ! Une battante merveilleusement littéraire ! « Fuck la mort ! », comme elle s’exclame en page 15. « Est-ce que la mort peut me faire la peau si je n’y suis pas ? »

AUDE s’oublie dans ses personnages qui reflètent l’état du monde dans lequel nous vivons, un monde en plein chaos où l’espoir s’entête.

Les histoires sont parfois très courtes mais lourdes de sens ou s’étendent parfois sur plusieurs pages pour marquer tout autant le lecteur ou la lectrice.

AUDE est publiée chez Lévesque éditeur ; son recueil est en caractères un peu plus grands que la normale.

EXTRAITS

« Dehors, la folie des hommes, déjà si grande, a dépassé toutes les limites du fanatisme, de la cupidité, de la barbarie et de l’indifférence. Rien ne trouve grâce à leurs yeux. » (p. 25, Les fileuses)

« Elle a cherché ailleurs une autre nourriture […] Des hommes sont venus, mais qui ont tous fini par s’en aller. De même que des enfants, qu’elle aurait pourtant voulu garder pour toujours, ultime recel. » (pp. 68-69, Âme qui vive)

« Il allait hanter l’école, se glisser partout et “frapper” à sa manière. » (p. 114, L’histoire de Colin)

Voir la fiche du livre sur le site de Lévesque éditeur

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
Les femmes dans le monde
Livres sur l’histoire du monde et romans historiques monde
Vieillir (nouvelle page sur ServicesMontreal.com)

À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles