Archives de Tag: Maman ? Non merci !

RIDM : Maman ? Non merci !

Vraiment un sujet exceptionnel dans ce monde où nous les femmes sommes à nouveau et de toutes sortes de manières le but et le butoir des « encouragements » à multiplier les enfants dans ce monde pour les hommes.

Maman ? Non merci ! est un film qui nous permet de rencontrer plusieurs femmes et aussi quelques hommes qui sont d’accord avec elles-mêmes, eux-mêmes ou avec leur compagne de vie qu’il n’y a pas obligatoirement lieu pour elles ou eux de se prolonger dans l’éternité en donnant naissance à une nouvelle génération. Et cela n’est pas nécessairement pour des motifs d’égoïsme ou d’égocentrisme contrairement à ce que les faiseurs de réputation et donneurs de leçons en pensent, tout particulièrement quand ils vous infantilisent pour ne pas vouloir « devenir adulte » en devenant mère ou père (père qui agit comme un père, s’entend et pas seulement celui qui n’est là que le temps de son petit plaisir).

Le film de Magenta Baribeau nous permet aussi de connaître différents mouvements comme la dénatalité mais aussi une nouvelle fête belge.

Parlant de la Belgique, il y a aussi une je-sais-tout Française qui y transpose ses « histoires belges » aux Québécois. (Pour ceux qui ne connaissent pas, les « histoires belges » sont des blagues insultantes et dénigrantes avec le rictus hautain par des Français ultra-fiers de danser sur le fait d’avoir des idées s’ils n’ont pas de pétrole et d’afficher la supériorité du hasard de leur naissance sur le dos des Belges lors de cocktails opulents). Mais nous, au Québec, nous avons quelque chose de plus : nous avons du sang mêlé amérindien grâce aux coureurs des bois de toutes origines et surtout à la liberté des femmes amérindiennes d’alors. Cette double personnalité et surtout l’humilité réaliste qui en découle nous permet de ne pas nous prendre pour le nombril du monde et sont loin de nous diminuer, elles nous sauvent de la désopilante désobligeance qu’impose une trop grande fierté nombriliste et dénigrante qui ne sont que de mauvaises habitudes colonialistes, habitudes qui font qu’une poignée de milliardaires se targuent de régner avec violences au-dessus de millions de pauvres et d’appauvris afin qu’ils n’en finissent plus de voir leur richesse s’accroître… Un peu comme les femmes qui deviennent mères et qui voient le père prendre ses jambes à son cou lorsque vient le temps des responsabilités et du partage, comme ceux qui reçoivent des subventions mais qui disparaissent ensuite ou utilisent les abris fiscaux pour ne pas payer d’impôts, impôts qui aideraient à défrayer le système qui les a poussés vers le succès, abrités, éduqués et soignés. Et pour cela, j’aimerais ajouter que si vous avez des surplus, il y aurait lieu de les offrir aux multiples centres qui aident celles et ceux qui ont cru les paroles fausses des manipulateurs, comme les centres pour les femmes qui sont toujours tellement tellement tellement bloquées dans leurs carrières et dans toutes les sphères de vie.

Les Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) ont lieu du 12 au 22 novembre 2015.

Publicités