Archives de Tag: journaliste

Un voyou chez Monsieur P

Un voyou chez Monsieur P. Auteur : Daniel Rioux Éditions Pratiko

Un voyou chez Monsieur P.
Auteur : Daniel Rioux
Éditions Pratiko

Oui, le travail a énormément changé et l’auteur de ce récit, Daniel Rioux, est un original. Et tant pis pour les autres si ces autres sont des femmes (il n’y a pas de place pour elles qui n’étaient même pas des personnes majeures) ou si ces autres sont arrivés après que toutes les idées aient déjà été lâchées par lui et sa bande d’amis journalistes d’une époque révolue.

Daniel Rioux a couvert la crise d’octobre, les affaires juridiques, le tourisme avec voyages multiples entre gars sachant quoi faire pour obtenir un Veuve Cliquot de première (encore là, oublie ça si t’es une femme, je sais de quoi je parle)… pour passer ensuite aux téléromans puis aux spectacles et au cinéma. Bref, une carrière bien remplie avec les augmentations de salaire et de statut comme il s’en faisait à son époque.

Vous aimez le name-dropping ? Il s’y adonne à la tonne. Des pires criminels aux comédiens du monde les plus adulés, il a eu l’occasion de les côtoyer. Vous adorez les histoires cocasses ? Vous serez servis.

Sur deux des citations suivantes, j’aimerais signaler que j’ai fait partie des gens qui ont bien ri des petites annonces semblables à celles relatées par l’auteur dit le voyou dans son récit, lors de mes passages à Montréal (mais s’il fallait que je raconte le millième de ce qu’il y a dans ce livre, on me regarderait incrédule – je sais, je l’ai déjà souvent vécu) et pour ce qui est de la troisième citation, si elle date de la Révolution tranquille, je l’ai encore entendue cette semaine.

EXTRAITS / CITATIONS

« Je fouille dans mes poches, trouve mon talon de chèque de paie et je regarde ça. Je gagne 55$ brut par semaine… » (p. 49)

« Aux petites annonces, l’erreur est humaine et bien souvent très drôle et certains messages, pris au téléphone, sont écorchés au passage. » (p. 93)

« Que les anglophones ont de la difficulté à comprendre et à parler le français en raison de la nervosité. » (p. 118)

« J’allais rapidement constater que partout, mais absolument partout, Paul et sa soeur Julie sont (presque) accueillis comme s’ils étaient Johnny Cash et June Carter. Oups ! Entre Bora Bora et L’Autobus du show-business, il y a ici un phénomène qui nous a échappé, moi et mes nouveaux acolytes du grand monde de la ville. » (p. 262)

Bref, Daniel Rioux fait le récit de sa vie depuis ses escapades-découvertes dès l’enfance et ensuite de journaliste au Journal de Montréal sous le titre Un voyou chez Monsieur P., publié aux éditions Pratiko. Vous ne vous ennuierez pas ou peut-être souffrirez-vous d’un trop-plein de foie gras, tout en vous gavant tout de même de très nombreuses pages des petites et grandes histoires du Québec.

Publicités

FFM : Kajarya

d5029-afficheffm2014Ce Bollywood amène très adroitement le sujet des bébés filles sacrifiées en Inde par le biais d’une jeune journaliste qui est envoyée à 80 km de la capitale pour couvrir une cérémonie religieuse. Elle y découvrira une femme complètement ravagée que sa famille avait mariée de force à 13 ans à un vieillard lequel est décédé un an plus tard mais seulement après l’avoir menée au temple trois fois la semaine, seule, sur les conseils du beau du village afin qu’elle puisse enfin concevoir (un fils).

« S’il était mort un an plus tôt, j’aurais été sauvée. »

« Avez-vous vraiment tué ces filles ? … de vos mains ? … 10… 20… 100 ? »

« On en tue une, on en tue 100. »

« Mais on s’en fout ! Dans ce pays, les femmes se font tuer pour toutes sortes de raisons, parfois sans raison aucune. »

« Pourquoi n’utilisent-elles pas des machines à ultrasons comme tout le monde à Delhi ? »

« J’étais seulement le bourreau. Ces petites filles avaient été condamnées à mort par leurs parents. »

« Ils ne veulent que des fils. Ils veulent radier toutes les femmes de la surface de la Terre ! Ça ne sert à rien de simplement emprisonner celle qu’ils utilisent comme bourreau ! »

Ce film de moins de 2 heures est captivant sur des sujets graves, l’avortement et l’assassinat des bébés filles mais aussi les mariages forcés en Inde alors qu’il faut des gens d’autorité venues de l’extérieur pour faire prendre conscience de cette horreur car au village, typiquement, tout le monde se tient et n’importe quel homme peut commettre les pires méfaits et imposer sa méchanceté et sa cruauté sans jamais être inquiété grâce à la politique de la mafia des hommes. Par contre, une femme se fait vite battre physiquement, socialement ou moralement, traiter de folle ou de tous les noms d’oiseaux si elle ose s’affirmer ou dénoncer – et ça, c’est pratiquement global.

Kajarya est un film réalisé par Madhureeta Anand.

Festival des films du monde


Derrière l’information officielle

Derrière l'information officielle

Derrière l’information officielle 1950-2000
Auteur : Claude Jean Devirieux
Éditions du Septentrion, Québec

Savoureux et pas froid aux yeux, l’abécédaire historique de l’ancien journaliste de Radio-Canada Claude Jean Devirieux s’avère une lecture juteuse de vérités cachées.

Plus drôle que bien des émissions soi-disant dédiées au rire, ce livre se rappelle de gens, de moments, de faits trop vrais pour être dits sur les ondes de la télé fédérale nationale canadienne.

De page en page, on rigole, on rit dans sa barbe en lisant ces histoires qui ont souvent encore aujourd’hui d’immenses répercussions immédiates et concrètes sur notre vie mais qui furent ou sont encore cachées parce que « les preuves n’existent pas ou disparaissent […] la rectitude politique repose aussi sur le public qui n’est pas prêt à accepter comme crédible une information a priori incroyable, même si elle est fondée […] je n’ai jamais vraiment eu le temps de fouiner » (Introduction).

Quelques extraits

Ça commence en lion, par ACCUSATION
« Un proverbe dit : Qui veut noyer son chien l’accuse de rage. » (p. 13)

Tout est dit… Mais non, poursuivons :

ÉCOLOGIE
« Si l’on ne fait rien (attention : ça va gicler), les poissons ne se reproduiront plus, les filles qui sont déjà hypersexualisées aiguicheront les hommes dès l’âge de huit ans et les hommes deviendront impuissants. » (p. 87)

FÉMINISME
« Les femmes ont été traitées comme des citoyennes de seconde classe jusqu’au XXe siècle. » (p. 102)

HOMOSEXUALITÉ
« Le seul problème c’est que quand une minorité, quelle qu’elle soit, religieuse, ethnique, politique ou philosophique (franc-maçonnerie), se transforme en société d’entraide mutuelle. Un membre de cette minorité entre dans une organisation et, profitant de son poste, il y fait entrer aussi d’autres membres de cette minorité. Si bien que ces gens-là, vivant entre eux et partageant les mêmes idées et les mêmes aspirations, en arrivent à ne plus tenir compte, voire à ne plus percevoir les besoins de la majorité vivant à l’extérieur de leur groupe. » (pp. 120-121)

Comme il dit vrai !

Un livre à savourer pour toutes les vérités qu’il contient et qui font habituellement l’objet d’autocensure. Et puis, rajoutons cet extrait, pour l’histoire :

« D’ailleurs, au cours du même voyage, une vieille missionnaire des soeurs grises qui, venue toute jeune de Montréal, avait descendu le Mackenzie en canot, comme du temps des coureurs des bois, m’avait certifié qu’avant les nouvelles lois linguistiques toute la vallée du Mackenzie était francophone. » (p. 23, BILINGUISME-BICULTURALISME)
… Ce à quoi je pourrais personnellement rajouter : la même histoire de l’anglais ayant supplanté le français s’est produite à l’Union européenne !

Voilà, rafraîchissez-vous le cerveau de toute la propagande proactive radio-canagayienne festivalière muséale musicale baroque scientifique élecgrisante femmophobe actuelle…

Derrière l’information officielle 1950-2000 est publié chez Septentrion. Disponible en formats papier et PDF. Offrez ce livre en cadeau à tous vos amis et toutes vos amies, famille, parenté, ex-collègues remerciées… à tous ceux et toutes celles qui se plaignent de toujours rester sur leur faim avec la télé actuelle et les nouvelles/journaux/actualités encore très ou autrement censurés d’aujourd’hui.


Le Bison d’Amérique

Le Bison d'Amérique Auteur : Jean-Pierre Sylvestre, reporter-photographe animalier  et journaliste scientifique  spécialisé dans les sciences naturelles Éditions du Septentrion

Le Bison d’Amérique
Auteur : Jean-Pierre Sylvestre,
reporter-photographe animalier
et journaliste scientifique
spécialisé dans les sciences naturelles
Éditions du Septentrion, Québec

Un livre d’information, de données historiques et statistiques, de graphiques, de photos récentes et d’archives ainsi que de dessins découverts dans des cavernes… C’est un livre que l’on pourrait croire impossible à publier de nos jours étant donné la triste historique de cet animal qui fut la nourriture principale des amérindiens et qui fut la cible des décideurs étatsuniens qui souhaitaient habiter les grandes terres sur lesquelles les bisons d’Amérique vivaient en liberté ; il y a pratiquement autant de photos que de pages dans ce livre qui est une mine d’informations sur le sujet.

On y découvre tous les aspects propres au plus gros animal des grandes plaines, sa généalogie, ses origines depuis l’époque Tertiaire, sa classification, les principales espèces dans le monde ; ses caractéristiques biologiques, du squelette à la reproduction en passant par la morphologie, l’anatomie externe, l’alimentation, les sens, jusqu’à sa longévité ; les moeurs et les comportements du bison, ses pas, son trot, son galop, ses bonds, sa vie en société, les interactions – amis, prédateurs, maladies… – ses déplacements et ses migrations ; et enfin le bison et l’homme.

Les photos et graphiques
Crânes, cornes, mues… de même que le comparatif du squelette avec celui du boeuf domestique, les photos de combat entre mâles ou d’une femelle avec son jeune ; les graphiques démontrant sa manière d’avancer par le pas, le trot ou le galop sont fascinants…

EXTRAITS

« De toute la faune étatsunienne et canadienne, le bison d’Amérique est devenu un véritable animal symbolique pour plusieurs raisons : il est le plus gros […], il a failli disparaître alors que sa population était importante […] et son histoire n’a malheureusement pas permis aux humains de comprendre la gravité de nos dégâts sur cette planète. » (p. 7, Introduction)

« En 1889, William Hornaday évaluait, dans son ouvrage […] la population totale de bisons qui survivait à 1901 individus, dont seulement 635 à l’état sauvage. » (p. 9, Introduction)

« Le bison antique (Bison antiquus) devient le boviné le plus largement répandu en Amérique du Nord. Sa taille s’est un peu réduite par rapport au bison géant, mais elle reste toutefois assez imposante : 1300 kg pour les mâles et une envergure égale à deux mètres pour les cornes. Sa population se distribue de l’Alaska au Nicaragua et de la Californie à l’Ohio. Ces fossiles sont également présents au Canada, notamment en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest. » (p. 19)

Un beau livre et un livre super intéressant
Véritable petite encyclopédie du Bison d’Amérique, c’est un livre aussi beau qu’intéressant dans lequel on trouve même des légendes, des données sur les fouilles archéologiques et des photos du Wild West, avec ses cow-boys et ses indiens, avec ses ours, ses antilopes et ses chiens de prairies… C’est le rêve de la Conquête de l’Ouest, vue à partir du regard de son animal le plus gros et le plus légendaire.

L’AUTEUR
Jean-Pierre Sylvestre est reporter-photographe animalier et journaliste scientifique spécialisé dans les sciences naturelles. Il a travaillé au Muséum national d’histoire naturelle de Paris puis a étudié le comportement des mammifères marins au Japon. Il voyage à travers le monde depuis 35 ans. Installé au Québec depuis 1993, il a fondé la société Orca, dont l’objectif est de faire connaître et de promouvoir la biologie, principalement celle des animaux marins. Il est l’auteur de nombreux articles dans des revues spécialisées et de plusieurs ouvrages sur la faune sauvage.

Consulter la fiche du livre sur le site du Septentrion.


Le dernier Lapon

Le dernier Lapon  -  Olivier TRUC  Dans la sélection Télérama des cinq meilleurs policiers de la rentrée

Le dernier Lapon
Auteur : Olivier TRUC
Éditions Métailié
Dans la sélection Télérama des cinq meilleurs policiers de la rentrée

Dans la sélection Télérama des cinq meilleurs policiers de la rentrée

Et cette distinction est amplement méritée pour ce polar des régions polaires, remuant 456 pages de bouleversements, revirements, soubresauts, savoirs perdus, savoirs conquis, une histoire palpitante que j’ai appréciée du début à la fin, à la virgule près.

Vraiment un roman exceptionnel qui se passe chez les autochtones bergers de rennes en Laponie, une aventure qui nous emmène au nord du nord de la Suède, de la Finlande et de la Norvège, dans le Grand Nord européen, une vaste région où l’on parle sami et où en date du 11 janvier du roman il n’y a eu que 27 minutes d’ensoleillement.

Et les enjeux se ressemblent chez ces peuples de l’Arctique, dans ces territoires isolés aux tambours et aurores boréales qui peuvent être loquaces, aux tempêtes de froid mordant et de neige aveuglante… Et oui, comme chez nous sous les mêmes parallèles et on s’y retrouvera sûrement un petit peu puisqu’il y est question de vouloir faire beaucoup d’argent en exploitant des mines, et puis de retrouver un tambour et un meurtrier.

L’écriture de cette enquête est menée et ficelée comme pas une.  On reste totalement captivé(e) du début à la toute dernière ligne. Les détails nordiques, les comportements humains, les gens, les religieux, les frontières, les secrets, les traditions, le chant de gorge, la prospection, les coups tordus…

Un grand roman pour ses introspections, sa portée historique de même que sociale, un roman fabuleux et fascinant.

L’AUTEUR

Olivier TRUC est journaliste depuis 1986 ; il vit à Stockholm depuis 1994 où il est le correspondant du Monde et du Point, après avoir travaillé à Libération. Spécialiste des pays nordiques et baltes, il est aussi documentariste pour la radio et la télévision. Il est l’auteur de la biographie d’un rescapé français du goulag, L’Imposteur (Calmann-Lévy).

EXTRAITS

« – Qui sacrifie à d’autres dieux sera voué à l’anathème ! cria-t-il soudain, grondant d’une voix caverneuse qui effraya les hommes. » (p. 13)

« Lui et sa femme avaient atterri dans cet espace ignoré du Grand Nord norvégien à l’ère prétouristique. » (p. 19)

« Elle réalisait qu’elle venait de mettre un pied dans un monde inconnu. » (p. 24)

« Ça devait être un joïk de bienvenue. (p. 25)

« – Et de surveiller son troupeau quand on est tout seul, en plein hiver dans la toundra, c’est pas du travail peut-être ? » (p. 29)

«- Et les hypothèses ? demanda Nina avec un doux sourire. Cela faisait la deuxième fois aujourd’hui qu’un interlocuteur évitait de répondre à ses questions et elle commençait à trouver ça irritant. » (p. 38)

Accéder à la fiche du livre sur le site des éditions Métailié, Paris.

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com

Livres sur l’histoire du monde et romans historiques monde

À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


DVD Géronimo Stilton 3

Géronimo ne connaît pas la défaite dit la chanson thème à la suite d’une musique qui donne l’impression que ce Géronimo Stilton, c’est vraiment pas qu’un simple journaliste mais qu’il a quelque chose aussi d’un détective qui n’a pas froid aux yeux !

«… Désolé que ton prof soit si fêlé du fromage ! »
« L’information devrait être contrôlée par quelqu’un qui comprend son importance ! » réclame son vieux professeur Franz Ratonrat viré un peu fou qui, de son bureau à l’université de RareVard, décide de lui démontrer son projet « Grâce à mon armée de robots super intelligents… » c’est la première aventure de la Saison 3,  de cette série d’animation intelligente et vive qui plaît tellement et avec raison aux enfants.

DVD Geronimo Stilton Volume 3

DVD Geronimo Stilton Volume 3

Les épisodes du tout nouveau coffret DVD
Dans les épisodes # 27 à 39 inclusivement, la souris journaliste reporter aux aventures rocambolesques voyage pour son travail, et les imprévus se multiplient en Égypte et en Transratanie ; il fait des rencontres inquiétantes en plein naufrage face à des pirates ; il disparaît pour une simple recette de cuisine… Et c’est sans parler du dragon, du cowboy fantôme ou du roi du Moustachistan…

Le coffret 3 de la série animée Géronimo Stilton est en vente dès aujourd’hui et contient 13 épisodes, sur 2 DVD pour une durée de 5 heures. Il est disponible sur IMAVISION.COM au coût de 16,95 $ et en magasin.
Visionnez la bande-annonce:
http://www.imavision.com/bandeannonce/geronimostilton3.
Pour les jeunes de 6 à 12 ans
Aussi disponibles : les Coffret 1 et 2

Chez Imavision ou en magasin on peut également se procurer à partir d’aujourd’hui pour dès les plus petits le coffret 4 contenant 4 DVD d’une durée de 9 heures et trente minutes des SCHTROUMPFS au coût de 29,95 $ et en magasin. Visionnez la bande-annonce:
http://www.imavision.com/bandeannonce/schtroumpfs4


Quoi faire à Montréal en famille, avec enfants, calendrier intergénérationnel

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com

Les femmes dans le monde
Livres sur l’histoire du monde et romans historiques monde

À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


LIVRES : Pierre Laporte

Pierre Laporte de Jean-Charles Panneton

Pierre Laporte de Jean-Charles Panneton

Auteur : Jean-Charles Panneton
Éditeur : Septentrion, Québec

On se souvient au Québec de Pierre Laporte, ce ministre québécois qui fut enlevé, séquestré puis assassiné par des terroristes québécois de la Révolution tranquille, révolutionnaires qui furent par la suite condamnés pour leurs actes et déportés à Cuba.

Ce livre est la première biographie sur le journaliste d’enquête qu’il fut au préalable, journaliste qui opposait ses articles au mutisme imposé par Maurice Duplessis, premier ministre de l’époque, chef incontesté et incontestable du parti politique de l’Union nationale, aujourd’hui disparus le chef autant que son parti.

« Je me suis intéressé plus précisément à ses Lettres de Québec et à ses éditoriaux puisqu’il s’agit de textes polémistes qui se démarquaient singulièrement du travail journalistique des autres correspondants
parlementaires » indique l’auteur dans son introduction qu’il poursuit (page  27) : « Le talent de Laporte est reconnu par ses pairs : sa plume infatigable est concise et efficace, ses attaques sont percutantes ».

Pierre Laporte et ses confrères de classe
Le livre part de l’origine du nom, des données de l’arbre généalogique de la famille et ses influences politiques, les études de Pierre Laporte où on peut lire en page  37 qu’il a débuté son cours classique « au collège Jean-de-Brébeuf […] jusqu’en 1936 où il côtoie les fils de la bourgeoisie canadienne-française, dont Pierre Elliott Trudeau, Paul Gérin-Lajoie, Jacques Ferron, Pierre Baillargeon. »

Pierre Laporte, son époque, ses contemporains
Cette publication est le résultat d’un travail de recherche ardu d’une durée de cinq ans. Il nous fait connaître non seulement Pierre Laporte mais nous dépicte également de quoi se composait le cours classique de l’époque ainsi que les à-côtés des pensionnats et études universitaires. Il nous fait découvrir les débuts journalistiques du personnage et survole sa vie, ses années de Journaliste de combat de 1944 à 1961 et beaucoup sur sa vie par rapport à laquelle il est également question d’autres personnalités de son époque ou d’influence, Georges-Émile Lapalme, Lesage, Daniel Johnson, René Lévesque de même que Pearson, Mackenzie King, Diefenbaker…

PRÉFACE

« Comme tout historien qui connaît et respecte les règles de son beau métier, Jean-Charles Panneton est un adepte de la sobriété et de “ l’incontournable épaisseur de la réalité ”, dirait François Mitterrand. » (p.  9, Préface, Pierre Laporte, le parcours d’un homme d’action), préface dans laquelle le journaliste Jean Lesage reprend en page 19 un texte déjà publié en 1977  (L’exécution de Pierre Laporte – Les dessous de l’opération) concernant « la version la plus farfelue. Celle de Pierre Vallières, selon lequel “ Pierre Laporte aurait pu avoir été victime d’un règlement de comptes politiques au sein du Parti libéral [ndlr : du Québec] parce qu’il n’aurait pas remis à l’organisation centrale certaines sommes recueillies en certains milieux pour le financement de la caisse électorale ”».

EXTRAITS

« Quant à l’homme politique, on ne sait pratiquement rien de son action ni de ses idées politiques, notamment son rapport au nationalisme, à l’indépendantisme et au fédéralisme. L’homme politique nous est connu par ce qu’en disent les autres, dont Pierre Vallières, l’un des idéologues du Front de libération du Québec. » (p. 25, Introduction)

« C’est encore Nathalie Petrowski qui rappelle aux organisateurs du Moulin à paroles, en septembre 2010, qu’ils devraient ajouter la lettre de l’homme qui a été assassiné pendant la crise d’Octobre, puisqu’ils avaient retenu le manifeste du FLQ parmi les 140 textes choisis » (p. 26, Introduction)

« Les membres de la famille Laporte sont tricotés serré : ils demeurent très proches les uns des autres, à tel point qu’ils parlent entre eux du clan. » (p.  50. Les années de formation ; Pierre Laporte, homme de famille)

« En plus de la famille, de nombreux amis et collaborateurs du journaliste l’accompagnent dans le deuil : Gérard Filion, André Laurendeau, Louis Robillard, Marcel Thivierge et André Leroux du Devoir ainsi que d’autres personnalités politiques telles que Pierre Des Marais du comité exécutif de la Ville de Montréal,
Jules-Zénon-Léon Patenaude de la Ligue d’action civique et le chanoine Lionel Groulx. Plusieurs députés libéraux et conseillers municipaux sont également présents. » (p.  51, Les années de formation ; Pierre Laporte, homme de famille)

« Avec son 1,78 mètre et ses quelque 82 kilos, l’homme a une forte carrure que le politologue Gérard Bergeron associe à celle d’un joueur de hockey. » (p. 55, Les années de formation ; Un travailleur infatigable)

« Dans un billet signé de son pseudonyme, Laporte tourne en dérision le livre de Rumilly » (p. 126, Journaliste de combat 1944-1961 ; Laporte et Rumilly croisent le fer)

« À Montréal, la lutte contre la pègre fait une victime […] Tout en condamnant cette attaque, Laporte juge qu’elle permettra peut-être de sensibiliser une population de plus en plus indifférente à la chose publique montréalaise. Il s’élève contre ceux qui voudraient taire l’affaire pour ne pas entacher la réputation de Montréal » (pp. 128-129, Journaliste de combat 1944-1961 ; Au coeur de la campagne électorale fédérale)

« Laporte fait la démonstration que le montant minimal payé pour la tonne de minerai de fer est de 22 cents, et le montant moyen est de 63 cents, alors qu’il n’est que de un cent la tonne selon l’entente conclue par le gouvernement Duplessis. » (p. 198, chapitre  IV • Révolutionnaire tranquille, 1956 -1966 ; Le candidat Laporte et la question ouvrière)

« Laporte explique qu’à son ministère la majorité de ses fonctionnaires ont la conviction que l’île de Montréal constitue un même tissu urbain. » (p. 257, Révolutionnaire tranquille, 1956 -1966 ; Une île, une ville ?)

Toujours d’actualité, ne pas répéter les mêmes erreurs
En conclusion de cet article, on peut voir que Pierre Laporte est encore très près de l’actualité et par conséquent, la lecture du livre intitulé PIERRE LAPORTE, publié au Septentrion, pourrait s’avérer passionnante et avisée pour connaître notre passé afin de ne pas répéter indéfiniment les mêmes erreurs, tout particulièrement en ce moment de contestations étudiantes face à un gouvernement qui ne semble pas vouloir les entendre, en ce moment de développement minier important, en ce moment de lutte contre la corruption et de post-défusion des villes fusionnées par Montréal et Québec, pour ne nommer que ces grands enjeux-là.

Les articles signés Pierre Laporte
On peut aussi accéder à la médiagraphie colligée par son auteur Jean-Charles Panneton sur les articles rédigés par Pierre Laporte du début des années 1940 jusqu’en 1968, à septentrion.qc.ca/laporte.

On peut consulter la fiche du livre, en feuilleter quelques pages ou l’acheter en format numérique ou papier sur le site de Septentrion, également en librairie.

Depuservicesmontreal.com depuis 2002is 2002  ServicesMontreal.com