Archives de Tag: Inuits

Entre l’aurore et la nuit, roman, un homme au Nunavik

Un roman de Marc-André Moutquin qui se passe au Nunavik

Entre l’aurore et la nuit
Un roman de Marc-André Moutquin
Guy Saint-Jean éditeur
Collection Parfums d’ailleurs
Nunavik

Pour être allée dans le Grand Nord, je l’ai vastement reconnu dans ce magnifique roman de Marc-André Moutquin.

Publié dans la Collection Parfums d’ailleurs chez Guy Saint-Jean, l’histoire se passe entièrement au Nunavik.

Solitaire et sans attaches, Jacques suit les conseils d’un ami pilote et accepte un contrat de travail pour la construction d’une école dans un village situé au nord de Puvirnituq. Dans cette communauté isolée, il découvre un monde incroyablement différent de Montréal qui n’est pourtant qu’à quelques heures d’avion. Il y fait la rencontre de plusieurs individus parmi les expatriés de sa vie quotidienne mais également parmi les Inuits dont Martha qui travaille au chantier comme traductrice-interprète et qui à la maison est régulièrement victime de violence conjugale ainsi que d’autres Inuits avec lesquels par exemple il part en voyage de pêche.

Témoin d’un monde en transition où les codes culturels ne sont pas les mêmes qu’au Sud, Jacques ne sortira pas indemne de son expérience.

Ce qui est particulièrement génial dans ce roman, c’est d’abord que l’auteur décrit très bien la vastitude et l’isolement qui dictent les comportements mais il inclut également quelques légendes, des réponses à tel ou tel pourquoi et des dialogues courts en inuktitut avec lexique de quatre pages à la fin.

C’est à un dépaysement extraordinaire que nous convie l’auteur, un dépaysement appelé à changer avec l’océan Arctique qui les dessert devant vraisemblablement bientôt s’ouvrir à d’innombrables traversées commerciales.

À propos de l’auteur

Né en Nouvelle-Zélande, Marc-André Moutquin a étudié les arts, les lettres et les langues avant de se tourner vers le domaine de la santé. Infirmier-praticien spécialisé en première ligne, il a effectué plusieurs stages à l’étranger. Son travail l’amène à voyager régulièrement entre Montréal et les villages du Grand Nord. En 2008, son nom apparaissait parmi les finalistes du prestigieux prix Anne-Hébert pour son premier roman, No code. En 2009, il publiait Inch’Allah, un autre roman de la collection Parfums d’ailleurs (Guy Saint-Jean Éditeur).

COLLECTION PARFUMS D’AILLEURS

Ces ouvrages littéraires, tantôt récits étonnants, tantôt romans fascinants, transportent le lecteur au cœur des cultures les plus exotiques du monde, offrant un regard privilégié sur l’ailleurs. Des coulisses d’un mariage marocain aux chaleurs sahariennes d’un dispensaire sénégalais… Bienvenue ailleurs.

EXTRAITS

« Selon toute vraisemblance, il s’agissait d’un accident de motoneige comme il en arrive si souvent au Nunavik (7)
« (7) Appelé autrefois le Nouveau-Québec, le Nunavik, soit ‘la terre où vivre‘ en inuktitut, 507 000 kilomètres carrés » (p. 17)

« C’était bien Philippe de m’organiser des petits passe-droits et de venir me rejoindre à la première occasion possible. » (p. 21)

« Il me fatiguait si souvent avec ses justifications à l’emporte-pièce que j’évitais de le confronter pour ne pas m’épuiser inutilement dans des conversations où tous mes arguments seraient balayés du revers de la main. » (p. 24)

« Je devais néanmoins faire attention pour ne pas vider trop rapidement le réservoir d’eau. Le remplissage de ce dernier ne se faisait qu’une fois par semaine. » (p. 41)

« Concentré il essayait de s’allumer une cigarette malgré un vent à vous déboiser un caribou. » p. 47

« L’humour noir a pourtant ses limites et je n’avais qu’à regarder Julie, qui sanglotait maintenant en parlant de la violence faite aux femmes du village, pour réaliser la sincérité de sa peine et de son désarroi. » (p. 53)

Voir la fiche du livre

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


L’Arctique et l’API, une des plus grandes conférences polaires de l’histoire

API

Conférence de l’Année polaire internationale 2012, De la connaissance à l’action

Conférence de l’Année polaire internationale 2012, De la connaissance à l’action, Montréal, 22-27 avril 2012

Un article signé Jacqueline Mallette, ServicesMontreal.com

Cette semaine, Montréal était le lieu de rencontres scientifiques internationales pour la Conférence de l’Année polaire internationale 2012, De la connaissance à l’action, une des plus grandes conférences polaires de l’histoire. C’était l’occasion de se renseigner et de discuter des changements climatiques et des effets de l’action humaine dans les pôles nord et sud. Les données et les degrés de connaissance y ont été présentés lors d’ateliers ou par le biais de documents expliquant les études en cours ou réalisés sur les hardes de caribou, les organismes marins formant partie de la chaîne alimentaire des baleines, manteau neigeux, pergélisol, données obtenues par de l’échantillonngage, l’âge de la glace, son étendue rétrécissante, la salinité de l’eau etc.

Cet article se veut vulgarisateur.

L’ARCTIQUE

Le clercle qui fond, c’est véritablement un cercle vicieux !
L’accélération du réchauffement des températures (la banquise d’été risque de disparaître d’ici 30-40 ans) affecte sans fin la planète puisque la fonte de la glace réduit le reflet de la lumière, ce qui en retour occasionne  davantage de fonte puisqu’au lieu de se refléter sur la glace ou la neige, la chaleur est absorbée par le sol et l’eau, ce qui réchauffe encore davantage et ainsi de suite. Ceci aurait pour effet de refroidir l’Europe, entre autres. (Entendu lors d’une présentation et visionné dans un film produit au Groenland danois – site web : amap.no – obtenu au stand de l’Union européenne)

La calotte glaciaire et le manteau neigeux
Les observations et risques évoluent rapidement. Parmi ceux-là, l’élévation du niveau des mers menace les populations (chaque année, plus de 205 gigatonnes de glace disparaissent dans l’océan) ; également, la fonte du pergélisol (permafrost) libère du carbone dans l’atmosphère, ce qui amplifie dans certains cas les gaz à effets de serre.

Travailler conjointement
Les scientifiques prônent de travailler globalement, tous pays et regroupements de nations ensemble, pour mieux comprendre et préserver l’Arctique. Car si le réchauffement de la planète pourrait faciliter l’accès à ces terres nordiques y compris l’exploitation minière de même que la navigation commerciale et les croisières touristiques dans ces eaux dangereuses, il faut aussi s’assurer de ne pas laisser détruire autant les lieux que les peuples qui en subissent les changements et en ressentent de l’inquiétude sinon de l’angoisse face aux incertitudes, de même que les animaux qui voient leurs habitudes migratoires et alimentaires dérangées. (Entendu à une conférence qui faisait l’objet d’une webdiffusion mercredi apres-midi, les webdiffusions sont archivées.)

Retourner une partie des profits à l’Arctique, ce ne serait pas les jeter à l’eau
A la même conférence de mercredi après-midi, un homme d’affaires islandais des pêcheries a suggéré qu’une partie des profits engrangés par la pêche devrait retourner à l’océan pour les réinvestir dans la recherche arctique, ce qui semble une excellente idée à négocier dans les contrats d’entreprises exploitant le Grand Nord.

Festival du Film Polaire
Le film d’ouverture raconte entre autres à quel point Hydro-Québec, notre trop fière société d’électricité, irrite les Inuits partout au Canada en raison de ses déversements d’eau de réservoirs à l’inverse des saisons dans les eaux du Nord, ce qui désaliniserait l’océan Arctique et pourrait complètement changer les ressources en poissons et organismes marins dont les populations et les animaux se nourrissent. Il ne faudrait pas faire exprès pour participer aux changements importants à la glace de mer dans l’Arctique, glace qui devient instable et cahoteuse alors que normalement, elle devrait présenter une surface lisse et relativement prévisible, lourde de son propre poids.

Jour de la Terre
Par ailleurs, un groupe de femmes innues ont marché 900 km pour participer à la marche montréalaise du Jour de la Terre afin de faire connaître leurs inquiétudes face aux agissements d’Hydro-Québec dans le Grand Nord.

PARENTHÈSE QUÉBÉCOISE
Mais où était Hydro-Québec ? Je suis allée à trois reprises à la Conférence de l’Année polaire internationale 2012, De la connaissance à l’action sans jamais y apercevoir Hydro-Québec qui, il est vrai, semble engagée depuis quelques années beaucoup plus dans le divertissement, autant auprès de la populace sans moyens que de tous les publics y compris ceux qui se distinguent le plus richement, que dans l’administration consciencieuse de l’hydroélectricité qui devrait être son affaire. A tel point que les dépenses futiles semblent se multiplier pour la société publique invérifiable – donc au-dessus des lois comme se le disaient les religieux représentants du Dieu catholique romain – Hydro-Québec qui n’a pas arrrêté sur plusieurs années de suite d’augmenter ses tarifs alors que la société s’activait entre autres dans des négociations en bord de mer province maritime qui ont échoué mais coûté très cher à la population ; alors qu’on découvre maintenant que des soi-disant études en divins lieux de pourvoiries n’auraient pas démontré les résultats que les acquéreurs ont découvert sans délai, résultats pouvant leur rapporter des sommes pharamineuses ; Hydro-Québec qui soudainement doit remplacer d’urgence des équipements coûteux… Mais ils font quoi de leurs journées de travail? Vivement, réorienter cette société en fonction de ce dont elle devrait s’occuper devrait être une priorité au Québec si on ne veut pas que le Nunavik parte en carnaval costumé à plumes de paons arc-en-ciel renversé par le biais de regroupements d’hommes ne tolérant pas nécessairement beaucoup les femmes. Par ailleurs, si Hydro-Québec n’était pas plus visible que ça à cette conférence d’envergure scientifique et politique internationale est-ce que semble-t-il les amateurs d’amusements et de bouffe qui l’administrent n’auraient qu’intérêts à se regarder singulièrement le nombril en organisant à côté leur petite affaire comme le faisaient à l’époque trop catholique les curés donneurs de leçons qui abusaient des petits garçons ?
PARENTHÈSE QUÉBÉCOISE FERMÉE

Les initiatives internationales
De nombreux pays et regroupements de pays s’intéressent aux pôles nord et sud et travaillent déjà à des recherches. Pour ne nommer que ceux-là, citons ceux de l’Union européenne dont on peut prendre connaissance aux adresses citées en fin d’article.

L’implication du Canada
Le programme du gouvernement canadien pour l’Année polaire internationale s’étend sur de nombreux ministères et organismes gouvernementaux. Selon une publication d’Environnement Canada (Réalisations d’Environnement Canada dans le cadre de l’Année polaire internationale, en date de juin 2010) : «Le programme du gouvernement du Canada pour l’Année polaire internationale 2007-2008 a versé 98 millions de dollars en financement de recherche direct pour 45 projets canadiens ayant pour objet deux sujets de recherche d’une grande importance pour le Canada :
1. la science des impacts et de l’adaptation liés aux changements climatiques;
2. la santé et le bien-être des collectivités nordiques.»

Par ailleurs, parmi les principales constatations en page 12 du document Faits saillants canadiens : «Nombre des changements intervenus récemment dans les propriétés et la circulation des eaux de l’Arctique canadien sont liés à des changements dans les profils et la force des vents.»

Les provinces et territoires canadiens
Plusieurs provinces et territoires dont le Manitoba et le Nunavut étaient aussi sur place. Le Québec était surtout représenté par l’Université Laval qui y a annoncé de nouvelles bourses d’études. Le gouvernement québécois apparaît parmi les partenaires par le biais de son mercantile Plan Nord lequel ne cesse de faire l’objet de contestations populaires en raison des enquêtes de corruption et de mauvaises gestions passées, des mines qui ont été laissées à l’abandon avec toute leur pollution.

Une animation HD sur 9 écrans de la NASA
Était aussi présente la NASA qui avec sa fascinante simulation des mouvements des vents sur le globe ainsi que de deux tempêtes de neige sur la côte Atlantique a su attirer beaucoup d’attention des scientifiques et universitaires à l’exposition, surtout que des experts offraient trois fois par jour une présentation les expliquant. C’était aussi une occasion unique de discuter avec des employés de la NASA.

Nunavik - photo Jacqueline Mallette

Nunavik – photo Jacqueline Mallette

Inuits
Des artistes inuits étaient sur place de même que des commerçants à petite échelle avec des produits inuits comme des épices faites à partir d’algues arctiques et des vêtements. Ce sont les Inuits qui sont les premiers intéressés puisque les terres que cet océan de glace baigne, c’est eux qui l’habitent depuis déjà longtemps. C’est eux qui y survivent de chasse et de pêche, n’en déplaise aux investissements dans les industries de substituts. A moins 50 degrés celsius, ces gens partent en canot à travers les glaces pour aller chercher le duvet et les œufs non fécondés d’eider, ou encore en motoneige tirant une sleigh pour faire la chasse au caribou, la meilleure viande du monde, selon eux. Oui mais voilà, avec les incessantes agressions qu’y mène l’homme avec ses brise-glaces industriels, ses mines qui exploitent et détruisent alors que les profits sont parfois savamment passés d’un pays à lautre ou offshore pour ensuite parti avec un déficit.

Antartique

En Antartique où les observations sont plus avancées, 9 346  nouvelles espèces ont été découvertes.

Le bassin Arctique
L’Arctique est un bassin fermé qui est trois fois plus grand que l’Europe, selon un des conférenciers.

Des conférences pointues
On ne peut que sortir plus avertis de conférences comme celles-là. Quelques exemples :

  • Les algues et le phytoplankton vivant au fond de l’Arctique dépendent de la lumière disponible selon les saisons dont dépendent les migrations d’animaux, y compris les oiseaux migrateurs.
  • Le Calanus glacialis est l’équivalent arctique du calanus des mers plus chaudes. En effet, il existe des populations et organismes qui vivent dans ces environnements que nous trouvons  trop froids, depuis le détroit de Behring jusqua la mer du Labrador.
  • Les écosystèmes fonctionnent interdépendamment les uns des autres et de cela dependent les migrations calanus marshallae versions pacifique ou arctique. Leur présence suit aussi les mouvements des courants d’eau.
  • La capacité tampon d’absorption de l’acidification par CO2 par les océans est déjà dépassée. Ceci impacte l’épaisseur des coquilles ou des squelettes d’organismes et d’êtres marins qui font partie de l’alimentation par exemple des baleines.
  • De Paris, les gens du projet IAOOS envoient des bouées transportant un GPS doté d’une batterie d’une durée de 2 ans
  • Il y a toujours eu des changements ; c’est la rapidité des changements actuels qui inquiète.

Plus on en apprend, plus on a de questions…
Ce qui nous amène à parler des nombreux programmes de recherches disponibes au Canada, aux USA, en Union européenne. De nombreux hyperliens sont inclus en fin d’article.

En fin de compte…
Ce qui ressort de ce que j’ai pu constater à cette conférence à laquelle s’étaient déplacés pour une semaine complète des très nombreux experts venus de plusieurs pays du monde pour rencontrer d’autres scientifiques, politiques, gens d’affaires et échanger, discuter, présenter, se renseigner, etc., c’est  l’ampleur grandissante que suscite l’Arctique à tous points de vue.

Une mappemonde, ronde comme le globe
Je me suis rendue compte que nombre d’individus et sociétés ou pays regardent le monde et les cartes à partir du pôle – par exemple, une mappemonde de l’Arctique risque d’être ronde au lieu de rectangulaire et se plier en parts de gâteau !

Se renseigner pour mieux réfléchir et mieux agir
Après la prise de renseignements, une réflexion s’impose avant de se lancer dans la vente et les revenus rapides qui pourraient occasionner des dépenses ultérieures ou des manques à gagner graves.

Sites Internet – API
Webdiffusion : http://www.ipy2012montreal.ca/multimedia/webcast-fr.php
Photos de l’Arctique sur Facebook
Films sur YouTube : http://www.youtube.com/user/IPY2012Conference

Sites Internet – Territoires du Nord-Ouest :
NWT Geomatics Centre :  http://geomatics.gov.nt.ca
NWT Discovery Portal : www.nwtdiscoveryportal.enr.gov.nt.ca

makivik.org

Sites Internet – Commission européenne où l’on parle en terme d’horizon 2020  :
access-eu.org
Acobar.nersc.no
Arcrisk.eu
Eu-atp.org
Inuendo.dk/clear
Epoca-project,eu
Euro-basin.eu
eu-hermione.net
hypox.net
ice2sea.eu
page21.eu
fp7-reconcile.eu
eu-thor.eu
elscat.se
emso-eu.org
eri-aurora-borealis.eu
esonet-noe.org
eurosites.info
icos-infrastructure.eu
eu-interact.org
sios-svalbard.org

Sites Internet – Autres liens internationaux :
ArcticNet.ulaval.ca
Axys.com
Campbellsci.ca
Fednav, une société de brise-glaces qui transportent depuis 65 ans le vrac et l’équipement requis par les mines comme l’ancienne Polaris.

On pourrait continuer d’en parler sans fin car le sujet est extrêmement vaste et infiniment à reconquérir, redéfinir, comprendre, etc. De fait, on va continuer d’en parler sans fin au cours des prochaines décennies.

Un article signé Jacqueline Mallette, ServicesMontreal.com

Depuservicesmontreal.com depuis 2002 is 2002  ServicesMontreal.com


CINÉMA : Au gré de la plume Arctique

Meilleur film de Colombie Britannique pour 2011 selon le cercle des critiques de Vancouver, prix du film environnemental le plus populaire et parmi les 10 meilleurs films canadiens du Festival international du film de Vancouver, Au gré de la plume Arctique – la survie dans les remous d’un arctique canadien agité est un documentaire créé par Joel Heath et la communauté de Sanikiluaq prend l’affiche au cinéma du Parc à compter du 27 avril prochain.

Mettant en scène de magnifiques images capturées en sept hivers passés dans l’arctique canadien, Au gré de la plume Arctique (en sélection officielle du festival de Vancouver 2011 et à Hotdocs) vous transporte à travers le temps dans le monde des Inuits des Îles Belcher, dans la Baie d’Hudson.

Vie traditionnelle et vie moderne des Inuits
Une relation unique avec les canards eiders traverse leur passé, présent et futur. Le duvet d’eider, la plus chaude plume au monde, permet aux Inuits et aux canards de survivre le dur hiver arctique.

Des mises en scènes recréant la vie traditionnelle sont juxtaposées avec des scènes de la vie moderne à Sanikiluaq, alors que les Inuits et les eiders font face aux défis posés par une banquise et des courants marins en changement, perturbés par les gigantesques barrages hydroélectriques qui alimentent en électricité New York et d’autres villes majeures de l’est de l’Amérique du Nord.

En montrant comment une technologie aussi simple qu’une plume permet la survie, une communauté de subsistance mets au défis le monde de trouver de nouvelles solutions énergétiques qui fonctionneraient avec les saisons de notre cycle hydrologique [90 min].

Projet sans but lucratif
Ce projet a été produit sans but lucratif. Tous les revenus seront investis dans la production et la distribution de matériel éducatif, dans la recherche communautaire sur l’environnement et dans des programmes de surveillance de l’Arctique canadien.

Festival du film polaire de Montréal
La société des eiders de l’arctique (www.arcticeider.com) est partie prenante de la diffusion de ce film qui sera présenté en avant-première du festival du film polaire de Montréal le 24 avril à 19 h au cinéma Impérial de Montréal.

Conférence de l’année polaire internationale (API – 2012)
Ce festival est lié à la conférence de l’année polaire internationale (API – 2012) qui réunit 2500 délégués en provenance de 60 pays (www.ipy2012montreal.ca). Grâce à son soutien la présentation de ce documentaire se fera en présence du réalisateur et des principaux protagonistes du film Simeonie, Lucassie et Johnny qui représentent leur communauté.

Visitez le site officiel http www.peopleofafeather.com

Depuis 2002 ServicesMontreal.com
Les femmes dans le monde
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
LIVRES HISTOIRE MONDE ET ROMANS HISTORIQUES MONDE
Tous les articles