Archives de Tag: guerre

La Mort Patriote

Du 11 novembre 2014 au 29 mars 2015
au Musée des beaux-arts de Montréal

Il s’agit d’une exposition de propagande diffusée par des affiches. De la propagande militaire, chauviniste, affreusement triste alors même qu’en notre siècle, 100 ans plus tard, les propagandistes se sont multipliés et leurs réseaux aussi.

L’exposition comprend des affiches canadiennes, américaines et allemandes. Parmi ces dernières une femme encouragée à pousser ses enfants hors du foyer pour aller se battre pour la gloire. La plupart des affiches montrent la guerre pour ce qu’elle est : amenant la souffrance à ceux qui la font autant qu’à ceux et celles qui la subissent. Sauf exceptions, tous les humains montrés sur ces affiches ont l’air triste ou souffrant horriblement. Toutes sauf trois : les deux affiches canadiennes-françaises où les hommes sont souriants ; à croire que les propagandistes se voyaient déjà millionnaires à faire du marketing militant ou de festivals subventionnés sur le dos des pauvres qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts à cause de toutes les mafias à l’oeuvre, de toutes les causes nombrilistes exclusives. La troisième affiche sur laquelle un homme sourit le montre qui « livre la marchandise », des obus, plusieurs à la fois, à partir de Springfield aux États-Unis… la Springfield des Simpsons ? C’est pourtant si triste de renier la paix pour aller faire la guerre, quelle qu’elle soit, et ce même s’il n’y a pas de bombes mais des morts par exclusion informatisée ou par oeillères communautaristes excluant tous les autres pour des buts de salut personnel ou la richesse ou l’évasion fiscale. Ce sont aussi des guerres meurtrières qui ont pourtant cours sans contraintes.

La deuxième salle de cette exposition temporaire commémorative centenaire de la guerre 1914-18 propose aux visiteurs une réflexion par le biais d’une murale où chaque humain représente cinq mille morts, cinq mille personnes qui ont perdu la vie au profit de la haine. On peut aussi y lire quatre poèmes, deux en français dont un texte éclatant d’amour déchiré et un texte d’Apollinaire et deux en anglais dont le célèbre Flanders’ Fields.

Signalons que le musée des beaux-arts de Montréal présente aussi en ce moment des affiches de Warhol. WAR-hol. Des couvertures de magazines, des affiches de vedettes, des dessins et photos parfois démultipliés en guerilla marketing avant et après l’heure du thé, à se saoûler de propagande à toute heure du jour et de la nuit. Comme si toute la population se trouvait dans les tranchées à trimer pour quelques-uns qui se prélassent bien à l’abri et dans l’hyper-luxe égocentrique dépravant. Je sais pas si la plupart des têtes que l’on voit sur ces affiches de guerre pour les millions sont tellement plus souriantes que celles des affiches propagandistes de la guerre pour le pays. Chaque fois, ce sont surtout les pauvres et les non-politiques qui en paient le prix.

À noter que des photos de la Grande guerre se trouvent aussi dans la très belle exposition des impressionnistes, expressionnistes, cubistes De Van Gog à Kandinsky. Des photos entre autres de peintres s’étant enrôlés volontairement ou de force mais aussi sur tout un mur de soldats et de civils subissant la misère humaine, la misère guerrière inhumaine.

https://www.mbam.qc.ca/expositions/a-laffiche/la-mort-patriote/

Publicités

Les dogmatismes aux pouvoirs

J’encourage tout le monde civilisé qui a le moindrement du coeur à signer ces deux pétitions.

http://www.avaaz.org/fr/petition/A_SangHyun_SONG_president_de_la_Cour_Penale_Internationale_CPI_Soutenir_la_Palestine_dans_sa_plainte_contre_Israel_pour_/?cBzxsfb

https://secure.avaaz.org/fr/israel_palestine_this_is_how_it_ends_loc/

Pourquoi ? Parce que partout, le dogmatisme et l’autoritarisme gagnent du terrain et ce, même chez les gens normalement cools et calmes, réfractaires aux enragés de pouvoir et d’argent.

Perso, je crois que le privilège de pouvoir adhérer à la religion ou à l’orientation ci ou ça que l’on veut n’amène que la guerre quand il y a de l’argent au bout du gros bout du bâton. Il faudrait, tout en permettant celle que l’on veut, obliger de garder telle religion ou telle orientation pour soi. Sinon, les revendications deviennent propagande, pouvoir et oligarchies corporatistes… à savoir qui aura le plus grand nombre de penthouses partout dans le monde où ils se déplacent pour voter et faire leurs lobbys.

« Our most cherished civil liberties have been taken from us. Our incomes are in free fall while obscene wealth is in the hands of a few oligarchs. We are watched and monitored by the most pervasive security and surveillance system in human history. We are hemmed in by archipelagos of prisons. And the ecosystem on which we depend for life is being destroyed. And, through it all, we are bombarded with propaganda, manipulated and mocked by our elites as we dance in their choreographed political charades.
Our democracy, with faux debates between two corporate parties, is meaningless political theater. There is no way within the system to defy the demands of the multinationals. The only route left to us, as Aristotle knew, is revolt. We have to grasp, as Marx and Adam Smith did, that corporations are not concerned with the common good. They exploit, pollute, impoverish, repress, kill, and lie to make money. They throw poor people out of homes, let the uninsured die, poison and pollute the ecosystem, slash social security programs, gut public education, plunder the treasury and crush all popular movements that seek justice for working men and women. They worship money and power.”
― Chris Hedges, The Death of the Liberal Class edited. »

Trouvé en commentaire sur https://www.facebook.com/#!/TheEcologist

COEXIST Israel-Palestine, religions, orientations sexuelles, enragés de pouvoirs et d'argent

COEXIST Israel-Palestine, religions, hommes et femmes, orientations sexuelles, les enragés de pouvoirs et d’argent n’en finissent plus de faire la guerre à l’autre !

Since 1967 Israel has destroyed 800,000 olive trees in Occupied Palestine in a 'scorched earth' policy to drive Palestinian farmers from their land. But the Tent of Nations farm near Bethlehem, which has lost 1,500 trees to army bulldozers, insists: "We will not be enemies ... Our response to this injustice will never be with violence, and we will never give up and leave." http://bit.ly/1ni5KTC

En Palestine, un homme s’agrippe à un olivier


Une petite guerre parfaite

Ce roman prend à la gorge tellement il ressemble à la vérité, aux nouvelles qu’on en avait de cette guerre de pouvoir au Kosovo. C’était la dernière année du vingtième siècle, les bombes et la cruauté humaine se multipliaient dans l’ancienne Yougoslavie où l’on avait oublié l’ancienne bonne entente avec une langue commune forgée de serbe et de croate. Maintenant, c’était les uns qui voulaient contrôler les autres. Et toutes les manoeuvres étaient de mise dans ce pays de tous les dangers qui se faisaient ouvertement avec parfois même de l’entêtement entre les bourreaux à savoir à qui appartenait telle ou telle victime : intimidation, vols, pillages, viols, charniers…

Une petite guerre parfaite    Auteure Elvira DONES  Titre original Piccola guerra perfetta  Traduit de l'italien par Leïla Pailhès Éditions Métailié, Paris

Une petite guerre parfaite
Auteure : Elvira DONES
Titre original :
Piccola guerra perfetta

Traduit de l’italien par :
Leïla Pailhès
Éditions Métailié, Paris

C’est un roman vérité, une fiction historique qui raconte la guerre du Kosovo vue de l’intérieur mais aussi vue par les journalistes étrangers ainsi que par les individus et familles qui avaient fui le pays, qui avaient senti la terreur à leur porte et qui étaient partis vivre ailleurs, peut-être pour toujours ou en tout cas le temps que la folie passe.

C’est un livre qu’on a du mal à poser tellement l’histoire est vraie de cette vérité crue, cruelle et limpide, se réservant un peu de chaleur humaine malgré la froideur générale et le manque d’humanité, l’inexistence du respect dans la rage de ces hommes imbus de leur chauvinisme de s’approprier tout ce qu’il est possible et de détruire le reste.

Mais en fin de compte, qu’est-ce qui fait le chauvinisme, a-t-on envie de se demander. Qu’est-ce qui crée l’intolérance à ce point avec la volonté aveuglée d’en imposer à l’autre ? La volonté d’en imposer à l’autre ? De se montrer supérieur ?

Elvira Dones nous rend dans ce roman toute l’ampleur de cette guerre de territoire entre deux peuples voisins, vraisemblablement une peur panique transformée en rage ethnique qui s’est emparée de son pays juste avant de passer au 21è siècle.

CITATIONS  / EXTRAITS

« La lumière est coupée à cet instant précis et Besa pense que maintenant elle doit vraiment courir chez elle. Besnik, Alma et Drin l’attendent : les valises de la fuite déjà prêtes dans le couloir. Elle s’imagine Besnik, son mari, essayant de s’adresser aux enfants sur le ton de la plaisanterie pour chasser la panique dans leurs yeux. » (p. 8)

« Ils sont essoufflés, les rues sont pleines de policiers serbes, il y a eu des assassinats cette nuit, on ne pourra plus sortir de la ville, ils ont brûlé les magasins et arrêté des gens mais impossible de dire qui, et certains murmurent même que si l’on essaye de quitter Pristina on vous tire dessus sans préavis.  » (p. 22)

« Personne ne veut plus allumer la télévision pour ne pas tomber sur les reportages propagandistes des chaînes serbes. » (p. 30)

critique de livre Montreal 157 servicesmontreal.comDepuis 2002 ServicesMontreal.com
Livres sur l’histoire du monde
Livres sur les prédateurs humains
Femmophobie.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles

Une petite guerre parfaite est publié aux Éditions Métailié, Paris.


DVD sur le divorce et les enfants

LA 3e GUERRE MONDIALE – LE CHOC, LE DIVORCE, L’ESPOIR !

LA 3e GUERRE MONDIALE LE DIVORCE, LE CHOC, L’ESPOIR ! SUR DVD IMAVISION

LA 3e GUERRE MONDIALE
LE DIVORCE, LE CHOC, L’ESPOIR !
SUR DVD IMAVISION

Ce film traite des conflits entre parents, apparemment selon la perspective de ceux qui sont souvent le plus affectés par le divorce : les enfants. Le concepteur de ce projet émouvant est le documentariste Marcel Simard, décédé pendant le tournage. Selon la coréalisatrice Marquise Lepage, le sujet était si important et le regard des enfants si percutant qu’elle se devait de mener à terme ce projet entamé par son grand ami et collègue qui partageait son amour du cinéma et des enfants.

Sous des aspects de belle naïveté, ce film porte néanmoins très clairement la marque de la mouvance masculiniste internationale qui est si présente au Québec que c’est à Montréal que s’est infiltré un réalisateur belge il y a quelques années.

C’est la 3e guerre mondiale
En effet, apparemment les enfants disent que la guerre que se mènent leurs parents est l’équivalent pour eux de la 3e guerre mondiale. En effet, comme pour marquer son intolérance et la guerre que mènent les hommes aux femmes, l’ex-mari et père porte des pantalons de combat. Des «fatigues» comme les appellent les anglophones. Des vêtements dans lesquels les militaires font l’apprentissage de la grande fatigue des plus durs combats et de l’usure physique et psychologique qui s’ensuivent.

Sois belle et tais-toi
Quand il parle, elle le laisse parler. Quand c’est elle qui cherche à s’exprimer, il l’interrompt sans arrêt et parle par-dessus et plus fort qu’elle.

La garde partagée
Dans ce film, la fillette se fait défenseresse de la garde partagée, autre cheval de bataille de la mouvance masculiniste dans le cadre de l’aliénation parentale qui a fait en sorte que récemment le gouvernement français a déclaré irrecevable une pétition signée par 700 000 personnes s’opposant à un projet de loi qui inclut d’office la PMA (procréation médicalement assistée) et la GPA (gestation pour autrui) sous le couvert du mariage pour tous.

Une réplique
Ce qui manque malheureusement dans ce film comme dans la mouvance masculiniste internationale ou comme dans la globalisation ayant engendré le mouvement des indignés, c’est le droit de réplique. La réplique par exemple d’une enfant qui aurait vécu la garde partagée. Pensons ici à Mélanie Carpentier ! Pensons également au réalisateur Patric Jean qui a tout récemment été invité et qui a participé à un débat télévisé mais qui a complètement été zappé au montage !

Des enfants fatigués de porter les messages
Ce qui est vraiment bien dans ce film, c’est la partie trop courte dans laquelle les enfants démontrent par des jeux de rôles comment les parents pourraient se passer eux-mêmes leurs messages au lieu de se les faire transmettre par le biais de leurs enfants, au lieu d’user à la corde des rejetons vraiment fatigués par tout ce poids que leur font porter les parents séparés.

Visionnez la bande-annonce : www.imavision.com/bandeannonce/3eguerremondiale.

Ce DVD est disponible chez Imavision.com ou en magasin.

Également sortis le 12 mars chez Imavision, SOS SAGES-FEMMES et Geronimo Stilton, volume 4 (13 nouveaux épisodes d’aventures fantastiques pour les jeunes de 5 à 8 ans, article à venir).

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002 : ServicesMontreal.com
Pétition – JUSTICE violences femmes et enfants
Calendrier intergénérationnel
Livres et DVD
femmophobie.com
Quoi faire à Montréal
À la Une sur les blogues
Tous les articles


SURVIVANTS DE L’EXTRÊME

Auteur : Richard Happer
(THE TIMES)
Broquet éditeur

Un livre extraordinaire pour les récits épiques extraordinaires !

60 récits épiques de survie extrême avec cartes et photos

Survivants de l’extrême
60 récits épiques de survie extrême avec cartes et photos
Auteur : Richard Happer
Broquet éditeur

Situant chacun des 60 récits, une mappemonde au début du livre ; reliure cartonnée ; nombreuses cartes marquant les trajets et magnifiques photos couleurs.

Divisé en cinq chapitres : Histoires de survie, Évasions de prisonniers, Évasions en temps de guerre, Naufrages, Prises d’otages

Des noms à retenir : La candidate à la présidence Ingrid Betancourt est enlevée par les FARC avec qui elle voulait discuter sur leur terrain, elle est séquestrée pendant six ans et demie et enfin rescapée de façon spectaculaire par les forces colombiennes de sécurité ; William Brydon, seul survivant de 16.000 hommes, femmes et enfants partis de Kaboul ; Marie, reine d’Écosse, s’échappe d’un château écossais isolé ; Papillon réussit à s’évader de l’infâme colonie pénitentiaire en Guyane française ; une jeune Haïtienne, Darlene Etienne, est enterrée vivante durant deux semaines…

Des épopées de partout sur le globe et même au-delà : Du goulag sibérien à l’île du Diable, en passant par l’espace et le centre de la Terre, on apprend que des individus comme vous et moi ont survécu à l’impossible.

Toutes sortes d’aventures : Le miracle de l’escalier B, l’unique survivante du vol 626, esclavage dans le désert ou au coeur de l’Europe, travaux forcés au Pakistan, éruption volcanique, accident d’escalade, navigation…

Épisodes de l’Histoire lointaine, récente ou contemporaine : La plupart des aventures dépictées ont eu lieu au 20e ou au 21e siècle mais on retourne pour quelques cas exceptionnels aussi loin qu’en 1587, à la mutinerie de 1789…

Des messages de détermination et d’espoir que malgré la folie des éléments ou celle des hommes, il y a toujours moyen, si infime ou ardu soit-il, de s’en sortir.

Des données pour chaque mésaventure
Des photos et carte de localisation accompagnent les récits mais surtout un encadré de données précises indique la date, le contexte, la nature et la durée de l’épreuve, les moyens de survie, les dangers confrontés, le nombre de survivants et l’équipement ayant permis de survivre.

EXTRAITS

« Équipement : Aucun au début, de l’équipement de ferme plus tard. » (p. 63, Pas de chance pour le bon Samaritain)

« Moyen de survie : Se cacher dans un trou de neige, traverser à pied un plateau couvert de neige… » (p. 142, L’incroyable odyssée de Jan Baalsrud)

« Dangers : Être découvert par les gardiens, effondrement du tunnel, suffocation, être tué » (p. 146, La Grande évasion)

« Quand l’alpiniste Heinrich Harrer s’évada d’un camp de prisonnier de guerre en Inde, il se dirigea vers l’Himalaya… » (p. 151, paragraphe d’introduction, Par le Toit du monde)

« Après trois semaines de navigation, le premier officier meurt. William Shotton, le troisième officier âgé de 18 ans, est désormais chargé de tout l’équipage. » (p. 193, deuxième point de localisation sur la carte du tracé, Le capitaine adolescent)

Une lecture édifiante
Chaque ligne et chaque image de ce livre révèle des difficultés outrepassées, d’obstacles surmontés, d’éléments conquis.

Pour en savoir plus ou pour acheter en ligne, consulter la fiche du livre sur le site Internet des éditions Broquet.

servicesmontreal.com depuis 2002 Depuis 2002  ServicesMontreal.com

Fête des pères
Les femmes dans le monde

Livres et DVD pour la famille

Livres sur l’histoire du monde et romans historiques monde

Calendrier Cinéma
Calendrier Intergénérationnel

À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles

(THE TIMES)