Archives de Tag: gangs de rue

ESCLAVE SEXUELLE

« Celui qui l’avait gâtée et qui lui voulait du bien devient complètement indifférent à son sort. » (p. 244)

« Rajoutez la honte à la souffrance physique et psychologique, et cela restera un secret enfoui à tout jamais. » (p. 247)

J'ai été une esclave sexuelle  Se sortir des gangs de rue Quand l'adolescence se change en cauchemar Auteure : Mélanie Carpentier,  Béliveau éditeur

J’ai été une esclave sexuelle
Se sortir des gangs de rue
Quand l’adolescence se change en cauchemar
Auteure : Mélanie Carpentier
Béliveau éditeur

J’AI ÉTÉ UNE ESCLAVE SEXUELLE, SE SORTIR DES GANGS DE RUE
Ce livre est un témoignage réaliste et bouleversant, une autobiographie racontée depuis l’enfance, avec l’ami de son père qui la tripotait et son père ne la croyait pas, son accident qui a tout changé dans sa vie, le divorce de ses parents et ses deux adresses qui font qu’elle ne se sent jamais autrement qu’en situation de confrontation…

Bref, elle l’avait écrit dans le front qu’elle serait une victime facile pour les abuseurs qui savent les reconnaître. Pourquoi ? Elle nous l’explique avec précision et force dans son livre et sûrement aussi dans ses conférences de même qu’à La Maison de Mélanie, centre d’hébergement qu’elle a fondé pour aider d’autres victimes qui comme elle se seraient laissé entraîner par les gangs de rues dans la danse-contact, la prostitution, l’esclavage sexuel.

Vraiment à lire !

EXTRAITS

« Et puis, il y a les autres, ces clients insatiables, les plus vicieux parmi les pervers, souvent des personnalités publiques, politiques ou des hauts placés dans la hiérarchie et dans la société. Ils veulent s’offrir du plaisir au détriment d’une personne réduite à un besoin financier, sans se soucier de ses autres besoins, ses besoins d’être humain. Et plus ces gens sont connus ou détiennent le pouvoir, plus ils s’en permettent… » (p. 154)

Prévention 12-17 ans
Mélanie Carpentier souhaite maintenant faire de la prévention auprès des 12-17 ans « car la moyenne d’âge des filles qui entrent dans le réseau est de 12-14 ans » comme elle l’explique dans son Avant-propos. On ne s’imagine pas à quel point ces filles et ces femmes sont sciemment brisées et manipulées pour leur laisser croire que la situation désastreuse dans laquelle elles se trouvent est le résultat de leur propre choix. Mais qui voudrait de cette vie ? Et comment redevenir crédible quand on a été danseuses nues ou comment se faire entendre quand déjà en tant que femme c’est extrêmement difficile mais en plus si elles se retrouvent, par exemple, devant « des intervenants, policiers, avocats, juges et autres professionnels qui ont fait partie de sa clientèle »  (p. 14, Préface de René-André Brisebois, criminologue au Centre d’expertise Délinquance et Troubles de comportements au Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire).

La Maison de Mélanie http://www.lamaisondemelanie.ca/

« En réalité, ils n’ont aucun pouvoir si tu choisis de t’affirmer et de te tenir debout. D’autres personnes, d’autres ressources sont disponibles pour venir en aide à ceux qui en ont besoin ! » (p. 122)

Voir la fiche du livre sur le site de Béliveau éditeur.

Publicités