Archives de Tag: film

Cinemania : DISCOUNT

cinemania.filmdiscountLouis-Julien Petit réalise un film drôle pour démontrer le ras-le-bol du petit peuple à qui l’employeur corrosif axé uniquement sur ses profits accorde 75 secondes pour ses pauses-toilette. Eh oui, quand on travaille pour un grand magasin à rabais, tout est compté et en plus de se faire comptabiliser le nombre de clients et clientes qu’ils passent à la minute, les caissiers et les caissières doivent sourire et donner comme on le sait ici leur 110 % minimum pour un maigre salaire de 1000 euros par mois.

Et voilà qu’ils apprennent qu’ils seront bientôt remplacés par des caisses self-service et qu’ils doivent envisager leur mise à pied prochaine. Tissés serré, ils célèbrent l’anniversaire de l’un d’eux, et l’alcool doublé du découragement il y en a un qui avoue qu’il pique déjà son shampoing et ses brosses à dents. Il leur donne un petit cours pratique et ils s’y mettent tous avec l’efficacité exemplaire typique des piteusement appréciés travaillant pour employeur miteux jusqu’à ce qu’ils cumulent tout un stock et ouvrent boutique aux voisins et amis.

Bon, ça n’ira pas toujours sans erreurs… Mais l’erreur, elle est où en réalité quand les milliardaires sont tellement pauvres dans la tête qu’ils ne voient plus clair dans leur frénésie de profits toujours plus fabuleux ?

DISCOUNT est un film cocasse de société dramatiquement détournée, un film qui n’hésite pas à mettre en lumière toutes ces denrées qui sont jetées, piétinées et gâchées alors que tant de personnes ont tant de mal à se nourrir.

Le film a eu un grand succès en France apparemment. Présenté ce matin, on  peut le revoir vendredi 13 novembre à Cinemania.

Publicités

FFM : En voie de construction

Film bengale présenté au FFM sous la rubrique Regards sur les cinémas du monde, UNDER CONSTRUCTION présente un personnage féminin qui joue sur scène un rôle de femme rêveuse et à la maison, épouse d’un homme qui s’il ne la bat pas physiquement passe son temps à la rabattre et à critiquer négativement tout ce qu’elle fait.

under-construction_shahana-goswami2

Elle est « en voie de construction » alors qu’elle est remplacée sur scène par une jeune et que son mari, qui ne la bat pas physiquement, moralement n’en rate pas une.

Alors en voyant cet homme qui est considéré comme un bon mari parce qu’il ne la bat pas physiquement lui reprocher que les fleurs dans le vase brisent l’harmonie de la pièce, que la viande du souper qu’elle a préparé uniquement pour lui aurait pu être plus tendre, qu’elle manquait de présence à tel endroit dans sa dernière représentation alors qu’elle donne son tout puisque elle sera remplacée dès le lendemain par une toute jeune femme, on se demande comment ne pas être indéfiniment en construction et en reconstruction quand on se fait constamment briser son estime de soi, quand on est jetée alors qu’on a cumulé des heures et des mois et des années de travail et acquis l’expérience parce que les hommes qui décident et sont fabuleusement bien organisés entre eux ne tolèrent pas l’excellence chez les femmes et craignent de se voir dépassés alors qu’ils veulent à tout prix briller et passer pour les meilleurs. C’est à  croire qu’ils sont prêts à tout pour empêcher meilleures qu’eux de s’épanouir, au détriment de tout, alors qu’ils parviendraient à de meilleurs résultats par la non-violence.

La langue française n’est certainement pas mieux : pour parler des humains et de l’humanité il est de coutume et de collusion masculiniste dictée par les hommes de parler de l’«Homme».

Montréal n’est pas mieux non plus…

Est-ce que ceux qui passent leur temps à détruire les autres se rendent compte qu’ils seraient plus heureux eux-mêmes s’ils adoptaient la vraie tolérance au lieu d’avoir peur du changement en faveur d’une réelle émancipation et liberté des femmes, tout particulièrement si eux aussi subissent des revers ? Ou veulent-ils en fait simplement rester entre hommes et que les femmes amoindries leur fournissent des tonnes de bébés comme au temps des masses ignorantes et des curés pédophiles ? Auquel cas comment peuvent-ils se dire victimes de quoi que ce soit s’ils sont en réalité solidaires entre bourreaux ? Et comment les hommes qui disent aimer les femmes peuvent-ils continuer à faire leur propagande et surtout continuer à dénigrer les femmes chaque fois qu’ils en ont l’occasion ?

EN VOIE DE CONSTRUCTION est le cheminement d’une femme en voie de se reconstruire.

EN VOIE DE CONSTRUCTION est présenté au Festival des films du monde de Montréal :
Le vendredi 4 septembre 2015 – 09:30 – CINÉMA QUARTIER LATIN 10
Le samedi 5 septembre 2015 – 14:00 – CINÉMA QUARTIER LATIN 10
http://montreal157.blogspot.ca/2015/08/ffm-under-construction-en-cours-de.html

Le FFM se déroule à Montréal du 27 août au 7 septembre 2015.

http://ffm-montreal.org/


L’autre moitié du soleil

Sortie le 20 janvier du DVD L’autre moitié du soleil, d’après le roman à succès de Chimamanda Ngozi Adichie et des producteurs primés des films Le dernier roi d’Écosse et La constance du jardinier.

Le film met en vedette Chiwetel Ejiofor, nommé aux Oscars pour 12 Years A Slave (Children of Men), Thandie Newton, gagnante de plusieurs prix (Crash, The Pursuit of Happiness), Anika Noni Rose (As Cool as I Am), Joseph Mawle (Abraham Lincoln: Vampire Hunter) et Hakeen Kae Kazim (Hotel Rwanda).

L'autre moitié du soleilFilm épique absolument sensationnel, une histoire d’amour, une histoire de guerre et de révolte contre le pouvoir toujours parmi les mêmes… Le film nous ramène à la fin du colonialisme anglais au Nigeria, aux moments enivrants de l’indépendance, aux tristes camps du Biafra.  L’autre moitié du soleil nous présente des gens qui profitent simplement de la bonne vie sans possiblement se rendre compte ou admettre ou vouloir lâcher leur complaisance et donc l’arrogance que leur comportement peut refléter sur ceux qui ne réussissent pas à s’en sortir en raison de leur appartenance à l’autre peuple, celui qui n’est jamais choisi, qui n’a pas les rênes du pouvoir et de l’argent.

En même temps, ce grand film africain raconte les chocs de générations et des traditions délaissées par les jeunes incompris par les aînés qui se sentent menacés par une belle-fille éduquée, les nouvelles relations de couples parfois interraciaux, les chocs d’indépendance des pays qui se sont faits découper n’importe comment par des étrangers colonisateurs, les conflits d’intérêts et sociaux engendrés par le peuple qui prend le pas sur l’autre en se déclarant entre eux que c’est la fin de la corruption avec les guerres et les exodes qui s’ensuivent… sans oublier la place des femmes et les comportements humains pas toujours humanistes.

L’autre moitié du soleil est un grand film avec de grands acteurs africains.

Quelques extraits des dialogues :

« Vas-tu ouvrir les jambes pour le premier ministre afin que papa signe son contrat ?

« Bonne journée de l’Indépendance !… Il y a des fêtes partout dans Lagos, ce soir. »

« … et les commérages sont impitoyables. »

« Les voisins ! Il y a une sorcière chez mon fils ! Écoutez-moi !!!

« Ne te conduis jamais comme si ta vie appartenait à un homme. »

« J’ai l’impression que j’ai été pris dans un piège et que je ne maîtrise plus la situation. »

SYNOPSIS

SÉPARÉS PAR LA GUERRE, RÉUNIS PAR L’AMOUR
Revenues au Nigeria après avoir fait de hautes études en Angleterre, les soeurs Olanna et Kainene profitent de l’indépendance nouvellement acquise de leur pays natal pour prendre à leur tour les rênes de leur destin. Olanna part ainsi rejoindre Odenigbo, un professeur révolutionnaire avec qui elle compte faire sa vie. Leur union connaît toutefois des hauts et des bas lorsqu’une aventure d’un soir donne à Odenigbo un enfant. Lorsque la guerre civile éclate, le couple, appartenant à la tribu ciblée des Igbos, doit se déplacer de village en village pour échapper à la mort, perdant peu à peu ses acquis, mais voyant se resserrer les liens qui l’unissent…

Bande-annonce anglaise : http://www.imdb.com/title/tt2215077/

Bande-annonce française : https://www.youtube.com/watch?v=jfHjGUX71KQ

Informations techniques – DVD
Langues : Français (Doublé au Qc), Anglais
Encodage pour les malentendants : Anglais
Son : 5.1 Dolby Surround
Durée : 111 minutes
Bonus (en anglais seulement) : Derrière la caméra – Court-métrage – Entrevues

TVA Films
Metro International


Elle l’adore

Votre idole vient soudainement sonner à votre porte parce qu’il sait que vous l’aimez et que vous êtes compréhensive ? Courrez voir ce film !

Elle l’adore dépeint infiniment bien les cellules de protection qui se créent autour d’un personnage qui a gloire, réputation, fortune, château et revenus exceptionnels à sauvegarder lorsque dans sa vie se produit un imprévu qui pourrait avoir de graves conséquences. Alors pour un homme adulé, quelle chance de pouvoir compter sur une belle inconnue, une belle poire bien utile. Une femme, bien sûr.

Sauf que s’il a, lui, tout une machine à son service avec des individus prêts à mentir effrontément parce qu’ils veulent garder leur boulot et leur fierté d’entourage de personnalité connue, elle a, elle, une force intérieure qui lui est inconnue. Une transfert psychologique est dès lors possible.

Le film est aussi drôle par séquences, par exemple quand la caméra se balade dans une pièce que la fan lui dédie dans son appartement où même le plafond a eu droit à des vers de ses chansons…

Elle l’adore a été présenté à Cinémania et sera vraisemblablement aussi au cinéma prochainement.

ELLE L'ADORE, un film de Jeanne Herry dans un scénario de Jeanne Herry et Gaëlle Macé, avec  Sandrine Kiberlain et Laurent Lafitte

ELLE L’ADORE, un film de Jeanne Herry dans un scénario de Jeanne Herry et Gaëlle Macé, avec
Sandrine Kiberlain et Laurent Lafitte


FFM : Snow

My Big Fat Iranian Wedding !

Le film SNOW est une parodie, presque du Feydeau avec cette porte qui n’en finit pas d’annoncer des visiteurs inattendus, une histoire de famille iranienne sur laquelle toutes les tuiles leur tombent dessus la journée tant attendue de la demande officielle en mariage de la seule fille. C’est super drôle.

Il y a le père qui est aux prises avec la justice alors que sa présence est impérative, il y a la grand-mère qui débarque à l’improviste et qui pourrait éventuellement prendre sa place, il y a la mère qui a perdu  les dots caritatives dont elle s’occupait, il y a le frère aîné qui a perdu l’argent prêté par l’ex-mari de la fille qui a subi une reconstruction de virginité, il y a le jeune frère, l’ex, l’amie, toutes les autres visites et crises qui peuvent survenir au moment le moins opportun.

Vraiment, c’est presque du Feydeau. A voir le 1er septembre.

Festival des films du monde


FFM : Sound of Tears

Sound of Tears est l’histoire d’une femme qui doit «choisir» entre le mariage forcé et l’homme qu’elle aime. En fait, elle n’a pas le choix, c’est un peu comme ici la religion des festivals qui impose une certaine propagande, contrôlée par un petit nombre : ceux et celles qui n’adhèrent pas ou qui ne sont pas des marionnettes de famille adulée sont assassinés.
C’est une «question d’honneur»
Dans Sound of Tears, la jeune femme subit le crime d’honneur, elle est tuée par ses père et frères qui intolèrent sa curiosité du monde dans lequel elle vit depuis que la famille a émigré dans un pays soi-disant libre de religion, pays qui irait peut-être jusqu’à croire que c’est l’amant qui a tué sa femme sauf que le film ne se rend pas jusqu’à l’enquête. Il s’arrête aux hommes et aux femmes de famille qui reprochent à la jeune femme universelle de vouloir regarder plus large et plus vaste que le martèlement obligé.
Festival des films du monde 2014Sound of Tears est un court-métrage canadien de 15 minutes, réalisé par Dorothy A Atabong. Dans le film, on reconnaît la sublime chanteuse Dobet Gnahoré qui a fait la musique avec Colin Laroche de Feline.

DVD LE TRIANGLE AMOUREUX

Three Night Stand est une comédie dramatique satirique sur les hommes qui ne comprennent de l’amour que la satisfaction et le ressactisfaction de leurs élans sexuels au rythme de leur production.

Pat Kiely, Le triangle amoureux (Three Night Stand) avec Sam Huntington, Emmanuelle Chriqui, Meaghan Rath et Anne-Marie Cadieux

DVD : Un film de Pat Kiely, Le triangle amoureux (Three Night Stand) avec Sam Huntington, Emmanuelle Chriqui, Meaghan Rath et Anne-Marie Cadieux

L’action se passe principalement dans une auberge des Laurentides où un informaticien spécialisé en création de jeux vidéo amène sa femme pour un week-end romantique. Sauf que c’est là où il allait avec une ex et que celle-ci a racheté l’endroit – qui est aussi une érablière – dans le but de tout rénover et d’en faire cadeau à son père. Surprise donc quand l’informaticien des jeux toujours amoureux d’elle débarque et retrouve celle qu’il considère comme l’amour de sa vie même si par la suite il s’est marié en se disant qu’il devait bien continuer de rouler sa bosse.

Des quiproquos débordants
Tout est mis en place pour en mettre plein la vue de ces quiproquos sur les histoires modernes du tout-dévoiler tout-dévoilable, du tout-remplacer tout-remplaçable instantanément, du linge sale lavé en public dans le but de choquer tout le monde et qu’on en parle pendant des années, de l’égocentrisme à satisfaction instantanée, de la vengeance obligée avec insultes et dénigrement, de la jalousie, des fils de bourgeois adulés et admirés pour pas grand chose, du vedettariat, de l’orgueil plus que tout, des enfants uniques devenus physiquement adultes, des parents envahissants, des mères femmes jaguars, de l’apparence, des tatouages, de la maigreur synonyme de beauté, de l’amour qui ne se résume qu’à la baise, des couples qui se font, se défont, se refont ailleurs, se retrouvent… On s’en doute, l’action très réaliste est débordante et hyperactive dans ce film de la génération non plus du jetable mais du remplaçable sur Internet mais toujours et peut-être encore plus affichant sa valeur par l’argent disponible. C’est presque du Feydeau, façon 21ème siècle !

CITATIONS

– Quand t’étais heureux, tout le monde te détestait.

– T’es accro aux hommes qui tombent amoureux de toi.

– Tu t’es jamais battu pour moi !

– Qu’est-ce que tu fais, au milieu de la forêt, avec un raté ?

Produit et réalisé au Québec et second long-métrage de Pat Kiely, Le triangle amoureux (Three Night Stand) avec Sam Huntington, Emmanuelle Chriqui, Meaghan Rath et Anne-Marie Cadieux est disponible dès aujourd’hui sur DVD, Vidéo sur demande, iTunes et Sony.


DVD Camille Claudel 1915

Camille Claudel 1915 réalisé par Bruno Dumont avec Juliette Binoche, entourée de Jean-Luc Vincent, Emmanuel Kauffman, Armelle LeroyRolland et Robert Leroy TVA Films et Niagara films

Camille Claudel 1915 film réalisé par
Bruno Dumont
avec Juliette Binoche,
entourée de Jean-Luc Vincent, Emmanuel Kauffman, Armelle Leroy-Rolland et Robert Leroy
TVA Films et
Niagara films

Toute la détresse de l’abandon est dépeinte dans ce film de Bruno Dumont où il ne s’agit plus de la Camille Claudel amoureuse de Rodin qui n’a jamais voulu l’épouser mais de la Camille Claudel délaissée et casée dans un asile psychiatrique.

Tout l’égoïsme discrétionnaire de celui qui la maintient là malgré les recommandations du médecin traitant, ce frère Paul Claudel qui jouit de sa pleine liberté pour vivre sa vie de famille, conduire son véhicule pour rendre visite à sa soeur, ancienne maîtresse de son ami sculpteur du Penseur, de même qu’à son ami de la robe, au monastère.

Sa soeur Camille Claudel qui ose se plaindre du comportement des riches qui lui volent ses oeuvres :

« Ces millionnaires qui se jettent sur une artiste sans défense »

Camille Claudel, interprétée par Juliette Binoche, qui ose aussi ne pas trop croire à cette foi qu’il lui aurait vendue comme un accroire salvateur alors qu’il ne faisait rien pour lui redonner sa vie normale, riche ou tranquille :

« Parlons-en de ton dieu qui me laisse pourrir dans un asile. »

Paul Claudel, interprété par Jean-Luc Vincent, qui assume ses décisions :

« Je me suis fait chrétien par obéissance et par intérêt(s). »

Et Camille Claudel de lui signaler dans toute sa clairvoyance :

« Tu te fais manipuler, Paul. »

SYNOPSIS
Sculptrice reconnue, Camille Claudel est internée pour troubles mentaux par sa famille. Deux ans après son enfermement – qui durera trente ans, soit jusqu’à sa mort – elle reçoit une lettre de son frère Paul Claudel l’avisant de sa venue prochaine. Pendant trois jours, la sculptrice pense à cette rencontre, sortant peu à peu de son mutisme, se mêlant aux autres patients, assistant même à une répétition de théâtre. Même si elle se sent persécutée, croyant que son ancien amour, Auguste Rodin, cherche à l’empoisonner et à voler son studio, l’artiste est convaincue de pouvoir retrouver rapidement sa liberté et ainsi reprendre son travail créatif.

Sorti l’année du 70e anniversaire de la mort de Camille Claudel, c’est un film fort et bouleversant sur la volonté d’éloignement d’une proche parente que l’on écarte du chemin quand on en a le pouvoir. Un film aussi sur la dure froideur des reproches quand cela sert les intérêts. Un film qu’il faut prendre le temps de regarder, au rythme des jours qui s’échelonnent tous pareillement difficiles de cette femme entourée de bruit et d’humains ayant besoin de soins réels avec lesquels elle n’a rien en commun mais que l’on case là parce qu’elle dénonce les puissants qui se servent d’elle et qui la volent et qui maintenant veulent s’en débarrasser. Un film de conscientisation, trop souvent doublée par la conscience religieuse au secours  exclusivement des hommes, un film puissant qui soulève aussi la question des héritages…

critique de livre Montreal 157 servicesmontreal.comDepuis 2002 ServicesMontreal.com
Citations – femmes – monde
Vies de femmes
Citations – hommes
Citations – religions
Femmophobie.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


CINÉMANIA

Anouk Aimée, classe de maître au festival CINEMANIA 2013 Photo Jacqueline Mallette

Avant de tourner la page sur CINEMANIA qui  était fabuleux encore cette année, je m’en voudrais de ne pas souligner la merveilleuse ANOUK AIMÉE et sa classe de maître qui a fait salle absolument comble et qui a réjoui tout le monde. Voir en fin d’article deux courts extraits de sa présence à Montréal dans lesquels elle parle de Claude Lelouch, Fellini, Mastroianni avec lesquels elle a travaillé sérieusement sans pour cela se prendre au sérieux et c’est ça, affirme-t-elle, qui faisait que c’était si agréable. Sa classe de maître était précédé du film La Beauté du geste, premier documentaire jamais présenté au Festival, qui nous l’a fait connaître un peu mieux.

J’aurais voulu voir tous les films, écrire un texte sur chacun d’eux mais voici quelques mots sur GRIGRIS, dernière œuvre du réalisateur Mahamat-Saleh Haroun, remarquable à tous points de vue que ce soit au sujet de la solidarité, des solidarités, mais aussi cette impeccable petite pointe d’humour trop réaliste reliant la religion au crime organisé tout autant que la présence du crime organisé par manque de véritables opportunités, pareil pour les femmes qui finissent prostituées (« Je serai jamais mannequin […] ils me trouvent trop grosse » alors qu’on se demande où sur son corps ils auraient pu trouver le moindre gramme en trop), ce qui lui enlève d’office toute ouverture à une vie vécue de façon honorable et répondant aux aspirations pour elle ou pour celui qui l’aime, danseur malgré sa jambe paralysée… tout cela présenté dans une histoire qui se déroule très fluidement tout en gardant l’intérêt du spectateur à vif par la manière africaine que nous connaissons si peu. Vraiment, espérons que ce film prendra l’affiche au Québec.

Et voici d’autres petites citations extraites des dialogues du film GRIGRIS :

« Pourquoi tu fais ce travail ? »

« Tu crois qu’elle fait ça par plaisir ? »

« Si tu la suis, je te vire ! »

Le festival CINEMANIA célébrera son 20e anniversaire à Montréal du 6 au 16 novembre 2014.

VIDÉO avec ANOUK AIMÉE :


DVD Discorde

DVD Discorde

DVD Discorde
Un film de Rufus Norris avec Tim Roth, Cillian Murphy, Lily James, Rory Kinnear, Denis Lawson, Lino Facioli

Bienvenue dans l’horrible monde d’une jeune adolescente qui, après avoir été témoin d’une agression brutale, se rend compte que la maison où elle vit, son quartier, son école et les gens qui l’entourent lui sont devenus étrangers, presque hostiles. Les certitudes rassurantes de l’enfance ont fait place à l’inconnu et à la peur. Le taxage, la violence, les insultes gratuites, l’intimidation font maintenant partie d’un quotidien amer où l’innocence n’est plus qu’un souvenir, ne laissant place qu’à de multiples brisures. Et en cherchant le réconfort dans l’amitié muette de Rick, un garçon doux mais abîmé par la vie, elle va se trouver confrontée à un choix : poursuivre un chemin dans lequel elle ne se reconnaît plus ou quitter les ruines de son ancienne vie…

« Elle devrait être placée dans un foyer. Et lui en prison. »

« C’est le prix que ça coûte pour pas être sur la liste. »

« C’est comme s’il y avait eu un nuage toxique. »

«Elle a 14 ans… Elle est également enceinte. »

Intitulé Broken en anglais, le film Discorde est disponible en DVD, VSD et sur iTunes.
TVA Films
Bilingue, on peut visionner le film en français ou en anglais sur le DVD.

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002 ServicesMontreal.com
Citation – ados – filles
Salon du livre de Montréal

Femmophobie.com Moyens de se sentir plus heureuse
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles