Archives de Tag: FFM

FFM 2017

ffm2017Elvis, Jerry Lewis, Bjork, la mafia italienne avec le maire et les pouvoirs publics dans la poche et avec leurs convainquantes communications globalisées, collusion, corruption, un père haitien qui combat pour les droits des femmes a contrario de tous les hommes lâches et solidaires ce qui en revanche ne rend pas toute religion sainte et sans reproche… Des sujets de quêtes pour combattre les guerres, les truands et les malfrats si bien organisés. Des contes épiques, des films pour se réexpliquer l’histoire, des documentaires, des drames psychologiques poussés…

Le Festival des films du monde de Montréal 2017 présente une sélection choisie de films en provenance de l’Iran, d’Azerbaijan, Italie, Chili, France, Kyrgyzstan, Mexique, Pologne, Chine, États-Unis, République dominicaine, Taiwan, Japon, Hongrie, Russie, Corée du Sud, République tchèque, Slovaquie… et même de chez nous.

Voir l’horaire :
http://www.ffm-montreal.org/actualites/150-horaire-des-films-au-ffm.html

Ou visionner une des bandes annonces : Les éléphants perdus

Publicités

FFM 2015 : films

ET MAINTENANT NOUS SOMMES EN VIE est un film sur l’amour absolu avec des visions hologrammiennes. Dans ce monde où l’homme choisit les yeux bandés le jour de ses 25 ans une épouse au son de sa voix et doit ensuite la retrouver dans la ville sans avoir aucun indice, notre protagoniste a l’impression que le système lui a refilé une autre femme.
J’ai eu le plaisir de rencontrer le très sympathique comédien du film Charles Lemaire qui nous en dit davantage sur le film AND NOW WE ARE ALIVE..
https://www.youtube.com/watch?v=Z9pjxsrSqTQ

GET HAPPY! / SOIS HEUREUX !
Un éditeur suggère à son ami malheureux qui le prend au mot d’écrire un livre. Mais l’ami éditeur voudrait retrouver son vieux copain malheureux et s’emploie ensuite à redémolir le moral de l’auteur à succès et des groupes de motivation qui se sont formés. Encore là, le Festival des films du monde m’a permis de rencontrer les très sympas réalisateur et productrice (en anglais) :
https://www.youtube.com/watch?v=sVa2OCa9DqU

2 NUITS AVANT LE MATIN est un film à 2 personnages dont l’un est tenu par Marie-Josée Croze qui est en couple avec une personne manipulatrice et jalouse hypercontrôlante qui s’est amenée chez elle avec ses affaires en moins d’une semaine il y a 7 ans. Depuis elle multiplie les amants lors de ses voyages d’affaires jusqu’à ce qu’elle rencontre ce père qui lui aussi voyage beaucoup pour ses spectacles, rôle tenu par Mikko Nousiainen que l’on peut voir et entendre en conférence de presse au FFM de même que le réalisateur Mikko Kuparinen. 2 NIGHTS TILL MORNING
https://www.youtube.com/watch?v=o7rGbUpTF48
https://www.youtube.com/watch?v=SRmraD7HAxw

Come Away With Me est un court métrage qui relate l’histoire d’un couple, femme blanche et homme noir, qui se sont connus il y a 50 ans à l’école aux États-Unis mais qui ne se sont pas mariés, ce qui a donné lieu à un nombre élevé d’unions pour la femme. Ils se retrouvent un peu tard…
https://www.youtube.com/watch?v=SVM1kT4cIvc

JOHN HRON était un jeune athlète prometteur qui s’est retrouvé aux prises avec un groupe de jeunes délinquants qui se sont mis à plusieurs pour se débarrasser d’une image trop belle de la société alors qu’ils étaient jaloux de voir sa photo dans les journaux pour ses mérites et ses médailles vraiment gagnées aux sports. Une histoire vraie de gang de rue néo-nazi en Europe. On sait pas si le choix néo-nazi est vraiment néo-nazi ou simplement utilisé pour attirer fort et rapidement l’attention sans trop d’efforts.

QUESTION DE COURAGE
Je n’ai pas vu ce film mais la conférence de presse était très animée j’ai voulu laisser s’exprimer le réalisateur brésilien.
https://www.youtube.com/watch?v=fx-YB9_wQD0

FFM : Entrevue de fond avec Roberto Gervitz, réalisateur brésilien du film QUESTION DE COURAGE

http://www.ffm-montreal.org/


FFM : films

Parmi les films que j’ai aimés jusqu’à présent (il reste encore plusieurs jours au Festival des films du monde 2015) :

Aria de la vie : il y a beaucoup de personnes âgées en Chine qui vivent seules à la campagne alors que leur enfant unique doit vivre à la ville en raison de leur travail. Personne ne souhaite se retrouver dans une résidence, ils souhaitent tous et toutes être auprès de leur unique enfant. J’ai eu le plaisir de rencontrer la jeune réalisatrice chinoise qui parle très bien le français et qui a pris soin de sous-titrer son film de manière impeccable autant en français qu’en anglais. À suivre…
http://montreal157.blogspot.ca/2015/08/aria-de-la-vie.html
http://montreal157.blogspot.ca/2015/09/entrevue-avec-ma-mingzhu-realisatrice.html

LO QUE LLEVA EL RIO / AUTANT EN EMPORTE LE FLEUVE
Une incursion dans une culture millénaire des amérindiens Warao qui habitent dans un delta du Venezuela. C’est l’histoire d’une femme et de son couple ainsi que sa famille mais aussi son profond désir de sortir des sentiers battus et d’étudier. Et elle n’est pas la seule, un homme de la communauté veut aussi habiter la ville et devenir quelqu’un.
« Pourquoi as-tu tant de mal à comprendre ce que je fais ? » demande la jeune femme à l’homme de sa vie, celui qu’elle connaît et qu’elle aime depuis toujours.
http://montreal157.blogspot.ca/2015/08/ffm-autant-en-emporte-le-fleuve.html

SUM OF HISTORIES
Un film sur le destin et les vies parallèles, sur la valeur d’une vie et sur les vies qui seront changées si nous cherchons à déforger le passé pour sauver quelqu’un du malheur. SUM OF HISTORIES a été tourné en Flandres, dans une université du XVe siècle. J’ai eu le plaisir de rencontrer le réalisateur Lukas Bossuyt qui m’a accordé une entrevue en français.
http://montreal157.blogspot.ca/2015/08/ffm-entrevue-sum-of-histories.html
http://montreal157.blogspot.ca/2015/08/ffm-sum-of-histories.html

WOLF TOTEM / LE DERNIER LOUP
Toute récente oeuvre cinématographique de Jean-Jacques Annoud, vous serez scotchée à votre siège toute la durée du film.
http://montreal157.blogspot.ca/2015/08/ffm-le-dernier-loup.html

LA VISITEUSE
Cinéma turc, l’histoire d’une femme qui doit rentrer quelque temps chez ses parents en raison du mauvais état de santé de sa mère. Une femme moderne qui ne souhaite pas qu’il arrive à sa fille ce qu’il lui est arrivé à elle dans son enfance.
http://montreal157.blogspot.ca/2015/08/ffm-misafir-la-visiteuse.html


FFM : TREE MAN

Touchant et humain, ovationné au Festival des films du monde de Montréal, le joyeux documentaire TREE MAN raconte en images de chaleur et de neige l’histoire de ces vendeurs et vendeuses de sapins de Noël dans les rues de New York à travers le personnage de François, québécois pur souche, qui doit quitter sa propre famille et laisser sa femme et leurs trois jeunes enfants à la maison pendant plus d’un mois pour ne revenir à Montréal que pour la fête mais sans jamais participer à la joie et aux rêves de décorer leur arbre à eux.

Le film se ballade de quartiers en quartiers pour rencontrer les autres robustes qui font ce métier, hommes, femmes, jeunes qui prennent la relève, les jeunes dont s’occupe François qui autrement n’auraient pas le soutien d’un personnage masculin moralement solide dans leur vie et qui parcourent les rues et le métro avec sapin sur le dos pour en faire la livraison chez les clients et clientes.

Dans ce souriant documentaire, tous et toutes autant catholiques qu’athées que juifs (le film montre des scènes et des chants de la fête juive Hanuka qui se célèbre à peu près à la même période de l’année) sont d’accord pour affirmer que la fête de Noël et la neige sur Broadway, c’est vraiment très très agréable.

J’ai eu le plaisir de rencontrer le réalisateur et producteur Jon Reiner ainsi que François le « Tree Man » au Festival des films du monde de Montréal et d’y tourner une entrevue vidéo, en français avec François et en anglais avec Jon Reiner.

http://montreal157.blogspot.ca/2015/08/ffm-entrevue-tree-man.html
https://www.youtube.com/watch?v=IF66w_3UoxE


FFM : WILDLIKE

En direct du Festival des films du monde, WILKLIKE est un film pour ceux et celles qui aiment les grands espaces avec hautes montagnes et vastes vallées, pour amateurs et amatrices de longues randos, pour ados et jeunes qui prennent de l’âge et qui ont le coeur possiblement chamboulé mais à la bonne place, pour amateurs de cerfs-volants et de rivières aux eaux vives et sauvages.

C’est un film sublime qui raconte l’histoire d’une jeune adolescente en visite chez son oncle en Alaska et qui se sauve, sans savoir vers quoi ou vers qui mais qui doit partir de là. Une jeune d’aujourd’hui qui a appris la vie en function des normes hypersexualisées d’aujourd’hui mais qui avec un peu de chance fera des rencontres salvatrices. Une belle aventure dans des paysages magnifiques.

Coup de coeur : la rencontre avec l’ours !!!

Un film à voir ce soir ou demain matin au FFM.

http://montreal157.blogspot.ca/2015/08/ffm-wildlike.html


FFM : En voie de construction

Film bengale présenté au FFM sous la rubrique Regards sur les cinémas du monde, UNDER CONSTRUCTION présente un personnage féminin qui joue sur scène un rôle de femme rêveuse et à la maison, épouse d’un homme qui s’il ne la bat pas physiquement passe son temps à la rabattre et à critiquer négativement tout ce qu’elle fait.

under-construction_shahana-goswami2

Elle est « en voie de construction » alors qu’elle est remplacée sur scène par une jeune et que son mari, qui ne la bat pas physiquement, moralement n’en rate pas une.

Alors en voyant cet homme qui est considéré comme un bon mari parce qu’il ne la bat pas physiquement lui reprocher que les fleurs dans le vase brisent l’harmonie de la pièce, que la viande du souper qu’elle a préparé uniquement pour lui aurait pu être plus tendre, qu’elle manquait de présence à tel endroit dans sa dernière représentation alors qu’elle donne son tout puisque elle sera remplacée dès le lendemain par une toute jeune femme, on se demande comment ne pas être indéfiniment en construction et en reconstruction quand on se fait constamment briser son estime de soi, quand on est jetée alors qu’on a cumulé des heures et des mois et des années de travail et acquis l’expérience parce que les hommes qui décident et sont fabuleusement bien organisés entre eux ne tolèrent pas l’excellence chez les femmes et craignent de se voir dépassés alors qu’ils veulent à tout prix briller et passer pour les meilleurs. C’est à  croire qu’ils sont prêts à tout pour empêcher meilleures qu’eux de s’épanouir, au détriment de tout, alors qu’ils parviendraient à de meilleurs résultats par la non-violence.

La langue française n’est certainement pas mieux : pour parler des humains et de l’humanité il est de coutume et de collusion masculiniste dictée par les hommes de parler de l’«Homme».

Montréal n’est pas mieux non plus…

Est-ce que ceux qui passent leur temps à détruire les autres se rendent compte qu’ils seraient plus heureux eux-mêmes s’ils adoptaient la vraie tolérance au lieu d’avoir peur du changement en faveur d’une réelle émancipation et liberté des femmes, tout particulièrement si eux aussi subissent des revers ? Ou veulent-ils en fait simplement rester entre hommes et que les femmes amoindries leur fournissent des tonnes de bébés comme au temps des masses ignorantes et des curés pédophiles ? Auquel cas comment peuvent-ils se dire victimes de quoi que ce soit s’ils sont en réalité solidaires entre bourreaux ? Et comment les hommes qui disent aimer les femmes peuvent-ils continuer à faire leur propagande et surtout continuer à dénigrer les femmes chaque fois qu’ils en ont l’occasion ?

EN VOIE DE CONSTRUCTION est le cheminement d’une femme en voie de se reconstruire.

EN VOIE DE CONSTRUCTION est présenté au Festival des films du monde de Montréal :
Le vendredi 4 septembre 2015 – 09:30 – CINÉMA QUARTIER LATIN 10
Le samedi 5 septembre 2015 – 14:00 – CINÉMA QUARTIER LATIN 10
http://montreal157.blogspot.ca/2015/08/ffm-under-construction-en-cours-de.html

Le FFM se déroule à Montréal du 27 août au 7 septembre 2015.

http://ffm-montreal.org/


FFM : High Performance

FFM, High Performance, femme informaticienne,start-up, pdg, carriériste, chauffe-eau

High Performance est un film autrichien réalisé par Johanna Moder qui en signe également la scénarisation. Il s’agit de carriériste manipulateur prêt-à-tout… et aussi de chauffe-eau qui se répare au lieu de le jeter en parfait état de fonctionnement à la décharge en même temps que les femmes informaticiennes brillantes… Dans un pays masculiniste et marionnettiste près de chez vous…

Un film jeune et actuel sur les méthodes de couteau dans le dos pour carriéristes sans limite et brièvement sur la réparation de chauffe-eau au lieu de remplir les décharges, un film brillant qui se passe à Vienne dans une boîte informatique dont le pdg a acheté la start-up d’une femme informaticienne de talent et d’intelligence avec l’intention de la balayer avec l’aide de qui il peut et pourquoi pas de son frère comédien trop humain avec lequel il utilisera tous tous tous tous mais encore tous les moyens de manipulation possible pour en faire sa marionnette de famille, y compris pleurer dehors sur un banc à sa porte pour s’attirer la pitié et lui faire croire pour le finir émotionnellement que leur père est à la fois malade physiquement et économiquement avec une entreprise familiale en pleine déroute.

Tous les moyens sont bons pour s’approprier des autres pour ce petit truand de carrière officiellement père de famille dont la vie ne semble avoir de sens que s’il gère un agenda aussi complètement débordé que son coeur est complètement vide de sentiments et de comportements humains. Il vit uniquement pour faire de l’argent et bâtir sa carrière sur le dos des autres tout en se faisant passer pour altruiste, en utilisant autant ses proches que des détectives pour détruire les uns comme les autres.

Mais dans la ville bcbg de Vienne où il existe encore des humains capables de réparer un chauffe-eau au lieu de les jeter en masse comme on le fait ici alors qu’ils sont encore parfaitement en bon état de fonctionnement pour encore plusieurs années, la brillante femme informaticienne s’étant mérité un prix pour son travail réussira peut-être à trouver le moyen de reprendre sa place.

Un tel film ne prendrait jamais l’affiche dans cette ville d’anciens prêtres catholiques hyper-contrôlants ayant repris les rennes du pouvoir sous de nouvelles formes et nouvelles appellations et nouvelles organisations, tout aussi masculinistes qu’avant. Ça les dérangerait beaucoup trop…. Heureusement, il y a encore envers et contre tous le Festival des films du monde. C’est la Fête du travail, dernier jour, le film est projeté aujourd’hui, dernière chance, au cinéma Quartier Latin.

High Performance est un film autrichien réalisé par Johanna Moder qui en signe également la scénarisation.


FFM : Snow

My Big Fat Iranian Wedding !

Le film SNOW est une parodie, presque du Feydeau avec cette porte qui n’en finit pas d’annoncer des visiteurs inattendus, une histoire de famille iranienne sur laquelle toutes les tuiles leur tombent dessus la journée tant attendue de la demande officielle en mariage de la seule fille. C’est super drôle.

Il y a le père qui est aux prises avec la justice alors que sa présence est impérative, il y a la grand-mère qui débarque à l’improviste et qui pourrait éventuellement prendre sa place, il y a la mère qui a perdu  les dots caritatives dont elle s’occupait, il y a le frère aîné qui a perdu l’argent prêté par l’ex-mari de la fille qui a subi une reconstruction de virginité, il y a le jeune frère, l’ex, l’amie, toutes les autres visites et crises qui peuvent survenir au moment le moins opportun.

Vraiment, c’est presque du Feydeau. A voir le 1er septembre.

Festival des films du monde


FFM : La vie pure

En Première mondiale, ce film viril, fou-viril, fou d’accomplir son rêve de devenir explorateur et d’avoir son nom dans les livres d’histoire pour avoir été le premier à atteindre une montagne au milieu de la jungle sud-américaine.

C’est donner toute sa vie que de croire à ses rêves, dit le proverbe.

Enfant, son père lui faisait découvrir la géographie, l’Amazone et ses peuples uniques au monde. Adulte, il décide de partir, seul. Il trouvera bien de l’aide sur place…

Le film vous collera à votre siège.

Tout le film repose sur un comédien qui a perdu tout le poids qu’il pouvait avant le tournage qui a débuté par la fin. De l’équipe, ils sont six à Montréal pour présenter leur chef d’œuvre de souffrances viriles. Il n’y a que deux femmes dans le film, la mère et la fiancée : les deux attendent passivement. Les deux savent déjà qu’il ne reviendra pas.

LA VIE PURE sera présenté à nouveau le 31 août et compte aussi parmi les meilleurs  films rajoutés à la programmation en fin de ce festival de films qui a ont de la gueule.

Festival des films du monde


FFM : Kajarya

d5029-afficheffm2014Ce Bollywood amène très adroitement le sujet des bébés filles sacrifiées en Inde par le biais d’une jeune journaliste qui est envoyée à 80 km de la capitale pour couvrir une cérémonie religieuse. Elle y découvrira une femme complètement ravagée que sa famille avait mariée de force à 13 ans à un vieillard lequel est décédé un an plus tard mais seulement après l’avoir menée au temple trois fois la semaine, seule, sur les conseils du beau du village afin qu’elle puisse enfin concevoir (un fils).

« S’il était mort un an plus tôt, j’aurais été sauvée. »

« Avez-vous vraiment tué ces filles ? … de vos mains ? … 10… 20… 100 ? »

« On en tue une, on en tue 100. »

« Mais on s’en fout ! Dans ce pays, les femmes se font tuer pour toutes sortes de raisons, parfois sans raison aucune. »

« Pourquoi n’utilisent-elles pas des machines à ultrasons comme tout le monde à Delhi ? »

« J’étais seulement le bourreau. Ces petites filles avaient été condamnées à mort par leurs parents. »

« Ils ne veulent que des fils. Ils veulent radier toutes les femmes de la surface de la Terre ! Ça ne sert à rien de simplement emprisonner celle qu’ils utilisent comme bourreau ! »

Ce film de moins de 2 heures est captivant sur des sujets graves, l’avortement et l’assassinat des bébés filles mais aussi les mariages forcés en Inde alors qu’il faut des gens d’autorité venues de l’extérieur pour faire prendre conscience de cette horreur car au village, typiquement, tout le monde se tient et n’importe quel homme peut commettre les pires méfaits et imposer sa méchanceté et sa cruauté sans jamais être inquiété grâce à la politique de la mafia des hommes. Par contre, une femme se fait vite battre physiquement, socialement ou moralement, traiter de folle ou de tous les noms d’oiseaux si elle ose s’affirmer ou dénoncer – et ça, c’est pratiquement global.

Kajarya est un film réalisé par Madhureeta Anand.

Festival des films du monde