Archives de Tag: festival

Vidéos Nuits d’Afrique 2015

Encore une fois cette année, le Festival international Nuits d’Afrique nous concocte des spectacles qui en mettent plein la vue et plein les oreilles.

Voici quelques nouvelles vidéos tournées sur le site extérieur gratuit où les festivités se poursuivent aujourd’hui se terminant par une grande fête au Balattou en fin de soirée.

Los Van Van, Grand Événement du samedi soir : https://youtu.be/hcVzQzGMqNo

Awa Sangho, Coup de coeur 2015 :
Entrevue : https://youtu.be/h9iVQbS96t8
Extrait de spectacle : https://youtu.be/K4VlLXdAtEg

AKAWUI, Coup de coeur 2015 :
Entrevue : https://youtu.be/vxfGQ6V6uMg
Extrait de spectacle : https://youtu.be/izpP31O5dMo

Yamoussa Kora & 1000 Colors : https://youtu.be/afOV0fgPg-E

Sur place, il y a toujours des bars, restos africain et antillais, le marché Tombouctou, des t-shirts du festival à 20 $, des disques à 10 $ et même des DVD à 2 $. Ce soir, le grand événement est Afrique en cirque, précédé par plusieurs spectacles de musiques du monde, des continents du Sud.

Bonne fin de festival !

Publicités

Festival Présence autochtone

Ce soir, le 23e festival Présence autochtone a démarré devant une salle comble comprenant des Autochtones, Allochtones, individus d’ici et touristes. On y a présenté trois films dont le principal, Paroles amérikoises, un long-métrage absolument exceptionnel sur la poésie de l’Indien. De l’Amérindien. La vie dans la nature dans un monde qui la respecte. Un chemin d’eau et une terre qui nourrissent.

« Il n’y a pas de frontières. On est là. »

Et puis, il y a Hydro-Québec et toutes les mines :

« Je préfère le rire du vent au bruit des bulldozers. »

Ici et là des membres d’un groupe de poètes expliquent leur point de vue. Et vlan !, une phrase frappe ; elle est brève, c’est un commentaire lancé par l’un d’eux nous informant que la NASA a publié des cartes du Nord et que « tout a été claimé ». Faisons une brève parenthèse pour expliquer que toutes ces claims impliquent que chaque millimètre de terre dans le Grand Nord pourrait devenir une immense mine s’ils trouvent quelque chose qui pourrait leur rapporter une mine d’or. Leur rapporter. Encore détruire la terre… Ne pourrions-nous pas réfléchir et décélérer au lieu de multiplier les effrénées courses aux développements soi-disant économiques ?

Paroles amérikoises est un très beau film, sensible, dans lequel on peut observer des gestes amérindiens du quotidien. On se sent vraiment embarqué dès les images d’installation de la tente. On voit les femmes faire cuire le pain dans le sable. On est capté par les magnifiques paysages : ils n’ont « pas besoin d’aller dans le Sud. »

La première soirée cinéma du Festival s’est terminée par une ovation qui a ramené le réalisateur Pierre Bastien ému sur scène, puis direction le bar du Festival.

Deux courts-métrages
Les deux films présentés en début de programme étaient tout aussi magnifiques : L’Enfance déracinée et Umätu, le chant du notou.

L’Enfance déracinée porte sur les anciens pensionnats religieux où tant d’enfants ont été abusés sexuellement en plus d’y avoir été coupés de leur famille, de tout ce qu’ils avaient connu au jeune âge de 6 ans. On se demande par quels moyens les pédophiles d’aujourd’hui s’en sauvent et quand les nouvelles manoeuvres pour s’attirer les enfants seront découvertes, dicibles et entendables.

umatu

Umätu, le chant du notou

Umätu, le chant du notou a énormément charmé tout le public pendant 2 courtes minutes en provenance de Nouvelle-Calédonie à propos du drôle de chant d’un oiseau expliqué par un homme dont le clan en porte le nom.

PROGRAMMATION
Il y a de nombreux films qui seront présentés principalement à la Cinémathèque, des spectacles avec DJ, L’existoire ultime de Richard Desjardins  et aussi la chanteuse Beatrice Deer, des expositions dont des photos de la longue marche des femmes innues vers Montréal le Jour de la Terre 2012, une Masterclass avec Michel Poulette, La Place des Festivals s’animera particulièrement le samedi 3 août avec le défilé de l’amitié Nuestroamericana, l’hommage à la femme du ciel ATAHENSIC. Samedi et dimanche, il y aura aussi des tours guidés autochtones et des danses amérindiennes de même que de la gastronomie à l’amérindienne.

Le 23e festival Présence autochtone se poursuit jusqu’au 5 août 2013 à Montréal, à Verdun et à Kahnawake.

http://montreal157.blogspot.ca/2013/06/23e-festival-presence-autochtone.html

Le calendrier complet des activités se retrouvera sous peu sur le site www.presenceautochtone.ca.

Première, Winter in the Blood
Exposition Ginette Aubin
Du cinéma qui en met plein la vue


Nuits d’Afrique : tour d’horizon de nos vidéos des spectacles extérieurs et liens multiples

Les 4 jours de spectacles, ateliers, marché, restaurants, boutiques de disques et de souvenirs se sont terminés dimanche soir après de nombreux grands spectacles marquants et d’ateliers plus intimes mais combien intéressants pour la culture générale, tout particulièrement africaine et pas seulement.

Quelques nouvelles vidéos ont été publiées, 3 spectacles et ateliers et 3 entrevues qui se retrouvent sur YouTube, dans la playlist Festival Nuits d’Afrique.

Tout d’abord, cette chanteuse iranienne qui interprète ses propres compositions en langue perse. Sa formation : SHISTA. Tout de suite après, la magnifique musique d’Abdoulaye Diabaté au n’goni qui met de la joie dans le coeur, lui qui a fait un hommage aux femmes et qui comptait parmi ses super musiciens Adama Daou que l’on a revu par la suite donnant des ateliers de balafon, un premier d’une heure pratique en début de journée dimanche avec la participation du public et ensuite un autre plus encyclopédique et explicatif à l’Agor’Afrique en après-midi.

On a aussi vu LASSO avec son groupe SINI-KAN donner un spectacle toujours plus dynamique et professionnel ; je l’ai rencontré à sa sortie de scène. On signale que Lasso a lancé un appel visant à obtenir de l’aide des amis et fans pour la production de son premier CD.

Parmi les trucs à faire pendant les 4 journées gratuites au centre-ville, il y a le marché Tombouctou où se trouvait, entre autres, Toumany de la boutique SEHO perles d’Afrique où l’on peut faire ses achats exotiques toute l’année à Montréal.

TIMBA MM a fait danser la foule avec sa musique cubaine et de nombreuses autres formations que je ne pas pu toutes filmer.

Un très beau festival de musique et de musiciens et musiciennes authentiques.


Festival du Film Grec de Montréal

Maria Callas, Irène Pappas, Melina Mercouri…

Des films classiques et d’autres sur le point de sortir en Grèce, des documentaires, des rencontres, le tout premier ordinateur de l’histoire et un prof pour nous en expliquer le concept, une exposition…

De concert avec l’Italie
Pour sa 4e édition, le Festival du Film Grec de Montréal (FFGM) qui s’associe toujours à un autre pays invité, célèbre ses affinités avec l’Italie. Ce qui amène Médée, la seule performance filmée à l’opéra de l’immortelle Maria Callas tournée par un réalisateur italien ; Méditerranoe, un film déjà tourné il y a 21 ans qui raconte que malgré les différences et la guerre, l’amour peut survenir si on l’y laisse (film de clôture, Oscar 1992 du meilleur film en langue étrangère) ;

Deux portraits féminins
En plus de l’opéra Médée, deux portraits féminins incarnés par deux grandes femmes grecques, Melina Mercouri et Irène Pappas, dans les rôles principaux de Stella (une femme indépendante, une Carmen grecque ; Golden Globe du meilleur film étranger en 1955) et d’Electra (Festival du documentaire à Thessalonique 1962 : meilleur film, meilleure réalisation, meilleure actrice dans un rôle principal Greek Critics Union Awards : meilleur film, meilleure réalisation, meilleure actrice dans un rôle principal et Nomination aux Oscars pour le meilleur film en langue étrangère).

Festival du film grec de Montréal

Festival du film grec de Montréal, Dos

Films récents
Trois films très récents dont l’un sortira en Grèce en même temps qu’il sera présenté à Montréal, J.A.C.E. (Just Another Confused Elephant) sur le trafic des organes humains ; Dos (Prix du meilleur film et prix du public du Festival du film indépendant de New York, 2012) portant sur les relations amoureuses d’aujourd’hui avec deux couples – l’un à Athènes et l’autre à Barcelone ; et le troisième film récent, Christmas tango, qui est un roman de campagne un peu bizarre se situant à l’époque des dictateurs en 1972.

Deux fois étranger

Festival du film grec de Montréal, Deux fois étranger

Documentaires grecs
Des documentaires grecs, l’un sur sur les musiciens crétois Encardia et l’autre sur un ordinateur antique qu’il a fallu 50 ans à comprendre et qui ressemble à un film noir… un polar expliqué par le Dr. Batistas, ingénieur et professeur à l’université Concordia, qui donnera une conférence et animera une rencontre, et d’autres documentaires aussi comme Deux fois étranger (Twice a Stranger /DUO FORES XENOS) qui raconte des exodes passés avec les Turcs, à partir de l’ancien empire ottoman multiethnique. Il y aura même un film fleuve le jour de la fête nationale (28 oct) sur un grand homme politique grec du début du 20e siècle ainsi qu’un film ayant également gagné un prix et s’étant classé pour un autre sur une musique et des problèmes sociaux, plus un autre film sur les cinéastes.

JEUNES, soir de l’Halloween
Des courts métrages de jeunes réalisateurs issus de la diaspora grecque montréalaise et californienne avec un 5 à 7 qui fera aussi office de party d’Halloween puisqu’il aura lieu le 31 octobre…

Film d’ouverture
L’ouverture du Festival aura lieu au Rialto le 25 octobre 2012. Le film présenté sera Encardia (Prix du public du meilleur film grec au Festival du documentaire de Thessalonique, 2012), du nom d’un groupe de musiciens grecs qui voyage dans le sud de l’Italie et rencontre des musiciens locaux, poètes et chercheurs menant à un processus créatif unique. Par ailleurs, en plus de mettre l’accent sur un dialecte commun entre la Grèce et l’Italie, le film fait revivre la pizzica, une danse italienne bien connue qui a pris des dimensions magiques, religieuses et thérapeutiques dans la région.

INFOS
Bref, un festival à ne pas manquer, du 25 octobre au 3 novembre 2012.
Tous les détails sur : MontrealGreekFilmFestival.com

Citations à propos des femmes au Québec

Calendrier CINÉMA

servicesmontreal.com depuis 2002femmophobie.com
Depuis 2002  ServicesMontreal.com


Madagascar Wake Up aux Nuits d’Afrique

Razia Said, Jaojoby,
Saramba et Charles Kely
réunis sur scène pour l’écologie de leur île

Un article combinant les efforts et les talents de Leslie Merle et de Jacqueline Mallette
Grande fête malgache hier au Festival Nuits d’Afrique avec toute la communauté montréalaise de Madagascar présente pour saluer ces 4 artistes et formations de musique qui sont arrivés graduellement sur scène puis se sont reformés diverses fois en configurations variables et dont la tounée est un plaidoyer afin d’ouvrir les yeux des gens sur la beauté de leur île, sur « les forêts qui pleurent, les forêts qui demandent notre attention » comme l’a exprimé Razia Said toute habillée de blanc.

Émouvant moment que de voir la communauté malgache se retrouver pour un soir pour fêter autour d’artistes bien aimés de chez eux. Une communauté qui semble avoir un goût prononcé pour la musique et qui transpirait sa joie d’être réunie.

Du côté musical, quel plaisir ce fut que d’apprécier la virtuosité du guitariste Charles Kely, impressionnant musicien dont la complexité du talent se marie impeccablement aux rythmes chauds qui nous ont été offerts hier soir.

La prestation du groupe Saramba a été un des points culminants de la soirée : les pas cadencés se multipliaient sans retenue dans la foule échauffée.

Cette soirée dédiée à Madagascar, aussi festive qu’engagée, fut une nuit d’Afrique à ne pas manquer.

On peut tous les voir et entendre sur ma vidéo, 3 extraits LIVE réunis
Avec Charles Kely (RABEKIJANA), auteur, compositeur et virtuose de la guitare ; Jaocoby (Un faible pour les filles) que ses compatriotes surnomment le roi du salegy ; la très populaire et traditionnelle Dina qui à la tête du groupe Saramba a fait fureur avec ses chansons, son costume national et son maquillage = Claudine Robert Zafinera de son vrai nom est aussi l’épouse de Jaocoby depuis 1988 et elle rallie le nord et le sud de l’île de par ses parents ; et enfin la très belle Razia Said qui nous a expliqué leur motivation en français avant de se mettre à chanter et danser avec toute la bande.Tout ce beau monde sur scène a attiré une salle pleine à craquer.

Voir la vidéo de la soirée malgache :
Photos et vidéo : Jacqueline Mallette
Aujourd’hui, c’est au centre-ville que se déplace le Festival et débutent les spectacles et ateliers gratuits :
Le village des Nuits d’Afrique : Tiken Jah Fakoly en spectacle de clôture

RIDM en plein air

6 parcs, 6 documentaires gratuits
(été 2012)

Pour lancer les projections estivales, le jeudi 5 juillet, le film Marina Abramović: en présence de l’artiste, de Matthew Akers, sera projeté gratuitement à la place de la Paix, située sur le boulevard St-Laurent, entre Sainte-Catherine et René-Lévesque. La projection sera précédée d’un barbecue qui se tiendra entre 19h et 21h au cours duquel les chefs du Labo culinaire de la SAT offriront des grillades aux invités tandis que le DJ Alexis Bowles s’occupera de la musique. Le public est invité à apporter chaises et couvertures.

La suite de la programmation en plein air des RIDM
Plusieurs succès de la dernière édition des RIDM seront projetés en juillet et août dans les parcs de Montréal :

· 19 juillet : Chartrand, le malcommode (Manuel Foglia) : parvis de l’église, rue de Castelnau;

· 24 juillet : L’or des autres (Simon Plouffe) : Ilot Charlevoix, marché Atwater;

· 1er août : Inside Lara Roxx (Mia Donovan) : Parc Laurier;

· 11 août : Les États-Unis d’Afrique (Yanick Létourneau) : Parc de Normanville, Villeray;

· 23 août : Carnet d’un grand détour (Catherine Hébert) : Parc Molson, Rosemont.

Les projections du programme Cinéma sous les étoiles présentées par les RIDM commenceront dès la tombée de la nuit, en présence des réalisateurs. Pour des détails sur les projections et les synopsis des films, voir le site des RIDM :
http://www.ridm.qc.ca/fr/actualites/nouvelles/485/ridm-en-plein-air

On rappelle que c’est aux RIDM que fut présenté il y a quelques années le documentaire sur le masculinisme qui fit fuir le réalisateur belge invité par le Festival mais tellement effrayé par les menaces accablantes des masculinistes occupant le territoire ici qu’il se décommanda ! Lire

La 15e édition des RIDM se déroulera du 7 au 18 novembre 2012.
Informations :
www.ridm.qc.ca


servicesmontreal.com depuis 2002
Depuis 2002  ServicesMontreal.com

RIDM

8 mars :  Journée internationale des femmes dans le monde

Calendrier expositions
Calendrier intergénérationnel : enfants, parents, aînés

À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles