Archives de Tag: étudiants

FFM : Étudiants

J’ai vu deux très bons films qui traitent des jeunes du secondaire / cégep / lycée et plus précisément de la violence qu’ils peuvent causer ou subir sous forme d’intimidation : Oh! My Princess et Fièvres.

Oh! My Princess est un court métrage présenté au Festival du Film étudiant, le plus vieux festival de cinéma au Canada qui fait partie du Festival des films du monde et qui annoncera demain ses gagnants. Le réalisateur sud-coréen Heewook SA est à Montréal pour présenter son thriller psychologique dans lequel un chauffeur de taxi découvre qu’il véhicule l’intimidatrice de sa fille qu’il élève seul et que cette jeune femme lui réserve un soirée terrifiante en plus de lui pourrir la vie à l’école de même que son avenir et ses futures études universitaires. Quelle réaction risque-t-il d’avoir pour protéger sa princesse ?

Fièvres est un long-métrage qui traite de la banalisation de la violence. Deux jeunes sont toujours ensemble pour faire leurs 400 coups, l’un est plutôt de famille riche, l’autre se laisse un peu mener. Ensemble ils commettent un meurtre totalement gratuit et, lors d’une conversation avec son grand-père, le plus aisé des deux entend ce dernier lui citer presque mot à mot une phrase de sa propre dissertation écrite à la suite du méfait : « Et alors sa phrase à lui, elle cache quoi ? ». C’est la question qu’il pose à l’autre et qui les mènera à faire des recherches Internet sur sa famille et sur l’Histoire, ce qui leur fera découvrir que pour certains petits fonctionnaires, il fallait être en mesure de fournir un certificat de naissance des parents et grands-parents.en quelques heures pour ne pas être envoyé aux camps juifs.

Festival des films du monde

Publicités

Le grand livre de la boîte à lunch

120 repas et collations pour les petits et les grands

 Préparer facilement un lunch santé, GUY SAINT-JEAN Éditeur

Le grand livre de la boîte à lunch
Auteure : Annabel Karmel
GUY SAINT-JEAN Éditeur

Préparer facilement un lunch santé
Vient de paraître chez Guy Saint-Jean éditeur un livre qui fait le tour des repas pris à l’extérieur de la maison avec une multitude de recettes succulentes, nutritives et rapides à préparer qui sauront fournir une bonne dose d’énergie tout au long de la journée.

Tout en couleurs
Loin des lunchs ternes et toujours les mêmes, ce livre de recettes propose des menus vraiment variés, des idées de déjeuner ou de dîner faciles et qui souriront même aux tout-petits qui ne seront pas les seuls à avoir un coup de coeur pour les « Têtes d’oeuf » ou pour les « Petits gâteaux aux fruits tropicaux, au chocolat blanc et aux céréales ».

Le petit plus dans le sac-repas
Et comme l’explique l’auteure réputée internationalement, ce n’est pas uniquement dans le contenu ou dans le goût que ça se passe. Et à cet égard, Annabel Karmel a truffé son recueil de conseils élaborés en début d’ouvrage et de « conseils éclairs » parsemés un peu partout, fournissant de l’aide pour aller chercher l’information auprès des enfants à savoir pourquoi par exemple il ou elle n’a pas touché à tel ou tel aliment de son sac-repas de la veille ou pour y inclure le petit plus qui fera plaisir.

Un lunch santé simple et efficace
Des inspirations, présentations amusantes, photos couleurs, infos pour bien emballer la nourriture, et même des trucs pour encourager votre enfant à préparer lui- ou elle-même le repas qu’il ou elle prendra à l’extérieur… Un livre plus qu’intéressant pour que les écoliers et les étudiants mangent un bon repas du midi, une excellente collation, un succulent repas du soir aussi pour les travailleurs qui prolongent leur journée au boulot tard dans la soirée ou dans la nuit…

L’AUTEURE
Soucieuse d’élaborer des repas savoureux et nutritifs pour les tout-petits, Annabel Karmel est une auteure renommée à l’échelle internationale pour ses livres de cuisine centrés sur les besoins alimentaires des enfants, comme 100 plats faciles pour bébé gourmand. Elle participe régulièrement à de nombreuses émissions de télévision et ses articles sont publiés dans les magazines et journaux.

Voir la fiche du livre sur le site de Guy Saint-Jean éditeur, possibilité de commander en ligne.

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
De la même auteure : 100 plats faciles pour bébé gourmand

Livres de recettes

À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


Le FFM ouvre ses salles aux étudiants en cinéma et en journalisme

Le Festival des films du monde annonce qu’il offrira gratuitement l’accès à l’ensemble de ses sections (hormis les soirées d’ouverture et de clôture) à tous les étudiants en cinéma et en journalisme de toutes les écoles de cinéma et universités. Pour ce faire, le FFM créera un badge spécial que les étudiants de ces disciplines pourront obtenir sur présentation de pièces justificatives.

Le FFM, un événement culturel de réputation mondiale, dont l’ouverture sur le monde et le cinéma de qualité sont au cœur même des principes fondateurs, fait une large place à la relève avec la Compétition mondiale des premières œuvres ainsi que le Festival du film étudiant (le plus ancien festival au Canada).

« En offrant l’accréditation gratuite aux étudiants en cinéma et en journalisme, le FFM accorde une place privilégiée aux créateurs de demain et aux futurs professionnels des médias, il amplifie ainsi son action en faveur de la relève cinématographique » a déclaré Serge Losique, président du CA du FFM.

Pour obtenir les formulaires « Étudiant en cinéma » ou « Étudiant en journalisme », veuillez faire parvenir vos demandes à : accreditations@ffm-montreal.org

Le prochain Festival des films du monde se déroulera du 23 août au 3 septembre 2012.

Source : FFM

servicesmontreal.com depuis 2002 Depuis 2002  ServicesMontreal.com

Fête des pères
Les femmes dans le monde

Livres sur l’histoire du monde et romans historiques monde

Calendrier Cinéma

À la Une sur les blogues

Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


Fête des Patriotes

Drapeau des Patriotes Québécois, photographié lors d’une manifestation du PRINTEMPS ÉRABLE / PRINTEMPS QUÉBÉCOIS
12 avril 2012, place Émilie-Gamelin, Montréal

Société distincte, le Québec – conquis par les Anglais qui tous les ans célèbrent la monarchique fête de la reine d’Angleterre – a changé d’anniversaire et célèbre depuis longtemps déjà en ce jour d’abord la fête de Dollard-des-Ormeaux (vaillant héros vaincu) et maintenant les Patriotes (vaillants révolutionnaires pendus ou expatriés).

Ici, on veut des moutons sinon on brûle les récoltes
Une exposition des dernières années à Pointe-à-Callière a mis en évidence qu’en 1837-38, il n’y a pas que le Québec qui était en rage mais au Québec, les détracteurs anti-patriotes s’en sont donné à coeur joie pour détruire le mouvement parmi la faible population de l’époque :

Le saccage de Saint-Benoit
[…] Concernant le saccage de St-Benoit, on apprend de Jean-Joseph Girouard que les loyaux auraient : incendié 2 églises, 2 presbytères, 1 couvent, 4 moulins, 111 maisons, 124 granges pleines et 168 autres bâtiments pour repartir avec un butin énorme. 

L’histoire du Québec et, s’appuyant, du Canada
En fait, ce n’était pas la première fois que les Anglais s’adonnaient au feu-vol-pillage sur ces terres (ni la dernière) ; on n’a qu’à lire les livres publiés par les historiens à l’occasion du 250e anniversaire de la Conquête du Canada par les Britanniques, tout particulièrement L’Année des Anglais – La Côte-du-Sud à l’heure de la Conquête qui raconte comment les habitants de la Côte-du-Sud, de Beaumont à Rivière-du-Loup, ont vécu la guerre de la Conquête de la Nouvelle-France par l’Angleterre, et Québec ville assiégée 1759-1760, d’après les acteurs et les témoins, grand ouvrage de compilation historique bilingue et au quotidien du siège de Québec par les Anglais tel que consigné par écrit par les acteurs et témoins de l’époque.

Ici, on veut des moutons sinon on enfourche leurs petits garçons

Ce sont les femmes qui écoeurées des abus et estomaquées par le diktat du pape dans les années 1960 ont cessé de fréquenter les églises et de donner en pâture leurs enfants aux curés abuseurs et manipulateurs qui ont longtemps fait la loi grâce à leurs arrangements confortables avec le pouvoir en place.  Ces curés enculés et enculeurs, autrefois sourcilleurs et toujours menaçants des représailles du bon dieu, semblent par ailleurs revenus pour occuper les lieux, avec leurs discours de la honte et revêtus de nouveaux habits qui ne sont pas religieux.

Ici, on veut des perroquets sinon on joue dans la programmation
Aujourd’hui, c’est une certaine forme d’art qui fait la loi et qui vit entre autres aux dépens de cette société publiques invérifiable qu’est Hydro-Québec. Mais comment est-ce possible qu’une société  du gouvernement, qu’elle soit privée ou semi-privée ou para-gouvernementale, qui engrange ses profits sur le dos d’une clientèle sociétale captive et à qui elle a imposé augmentations sur augmentations, puisse continuer de se pavaner sans que jamais un vérificateur ou une vérificatrice puisse poser le moindre regard dans ses livres, dans sa comptabilité ? À qui est-ce que cela peut bien profiter ? Certainement pas au peuple.

Si le gouvernement est aussi dur avec les jeunes, c’est pour faire oublier à quel point ils ont été mous avec la corruption.
Pauline Marois, 18 mai 2012

Ici on veut des moutons, sinon on critique dans le dos et on intimide
Au fond, le grand pouvoir des cercles vicieux, c’est qu’eux se connaissent et s’apprécient, se rencontrent souvent pour élaborer des stratégies nouvelles, se soutiennent pour ne pas dire se supportent, pendant qu’ils créent la zizanie. À partir du moment où on arrive à faire en sorte que la populace s’entretue, n’importe quels ignares ou tordus peuvent régner en maîtres absolus.

On va leur donner une leçon : Penche-toi, petit morveux !
Aujourd’hui, il y aura une marche des Patriotes – la manif a été dûment enregistrée auprès des autorités en fonction de la nouvelle loi 78 qui suscite énormément de foudre parmi les étudiants et toute la population qui réfléchit et qui tient à sa liberté d’expression. Après la loi sur les mesures de guerre Bourassa-Trudeau de la révolution dite tranquille dont les révolutionnaires furent expatriés à Cuba après qu’une quantité extraordinaire d’individus furent emprisonnés sans raison comme semble-t-il c’est le cas maintenant lors des manifestations quotidiennes et de la grève étudiante qui n’est pas entendue depuis plus de trois mois, cette loi adoptée en catastrophe par 68 députés et ministres du gouvernements actuel et d’autres auxquels on pourrait adjoindre le moqueur qualificatif de cacatoesques, limite sérieusement les droits et libertés alors que depuis Trudeau se pâme le monde entier sur notre cadre juridique en la matière. C’est toujours l’histoire de donner des leçons, surtout que la bataille des étudiants a débuté par la contestation du nouveau budget autrement si loose pour les subventions (ah c’est vrai, le possiblement plus grand subventionneur d’événements destinés à distraire la populace est invérifiable et disposerait en plus – comme s’il en avait besoin – de postes budgétaires discrétionnaires), budget Bachand qui augmentait les frais de scolarité de manière impensablement cassante pour les petits budgets des petits salaires d’étudiant (et de femmes  – mais ça, au Québec on en a de moins en moins à branler…), budget Bachand qui leur impose des amendes allant jusqu’à 125000 dollars (cent vingt-cinq milles dollars, mon cher Dollard !)

Et malgré tout, les manifs continuent, les arrestations même de journalistes aussi, les vidéos sont sur YouTube…

Le plus triste dans toute cette pagaille, c’est qu’il y aurait d’autres moyens de financer les universités, mais comme en Afrique du Sud il y eut Mandela, au Québec il y eut Camilien Houde, détenu 694, emprisonné pour avoir exprimé une opinion contraire à celle du gouvernement en place.

SOLUTIONS INTIMIDATION

Agresser, bousculer, frapper, battre, parler dans le dos, s’organiser pour faire mettre quelqu’un hors circuit… sont autant de formes d’intimidation. Et ce ne sont pas nécessairement ceux qui sont le plus en mesure de se plaindre à l’année qui en subissent le plus, malgré leurs dires (« C’est que cet homme-là, un teigneux, un bagarreur, est d’une sensibilité à fleur de nerfs. » Retraites à Bedford).

Congé férié
On rappelle que pour bénéficier du congé férié payé, il faut d’abord ne pas être au chômage (ou précaire et appauvri sans fin par les interminables taxes qui sont beaucoup plus lourdes pour les femmes et les étudiants quand elles sont les mêmes pour tout le monde – drôle de justice…), en fonction des normes et habitudes d’emploi qui autrefois, avant la loi 101, se faisaient appeler pushing, ailleurs de pistonnés ; maintenant on parle de réseaux de contacts. Mais le changement de discours ne change surtout pas le mode d’emploi.

La marche des Patriotes
Aujourd’hui, il y aura une marche mais en fonction de la loi qui interdit, on ne recommande pas d’y participer ni de porter un carré rouge, ni de se trouver proche. Ceci pourrait enflammer les forces de l’ordre, fondées par Napoléon le fourbe, le manipulateur, l’opportuniste. Elle se tiendra dans les rues de Montréal, le départ se fera à 12:30 à la Place de l’indépendance anciennement appelée Place du Canada (Peel et René Lévesque) http://www.facebook.com/events/141448012655914.

A la réflexion
Comme dans la chasse aux Nazis la réponse je ne faisais qu’obéir aux ordres est irrecevable, tout être humain se doit de réfléchir avant de poser un geste. Cela devrait aussi s’appliquer à tous les genres qui subissent ; par ailleurs, ceux qui ont subit ne devraient pas avoir le droits de faire subir aux autres tout en faisant croire qu’ils sont toujours les victimes.


servicesmontreal.com depuis 2002
Depuis 2002  ServicesMontreal.com
Livres : Conquête et Histoire du Québec

Les femmes dans le monde

Livres sur l’histoire du monde et romans historiques monde

Calendrier Cinéma
Calendrier Théâtre
Calendrier Spectacles
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles
Le pire, c’est qu’il y aurait d’autres moyens de financer les universités, mais comme en Afrique du Sud il y eut Mandela, au Québec il y eut Camilien Houde, détenu 694.