Archives de Tag: Émilie Dequenne

Cinemania 2017

LE SENS DE LA FÊTE
J’adore le commentaire de l’excellent Jean-Paul Rouve (Poupoupidou, Quand je serai petit dont il était le réalisateur) qui marque vraiment le coup dans la peau d’un photographe complètement intolérant aux femmes qui ne cadrent pas dans son focus. Et ils sont nombreux et pas seulement chez les photographes…

PETIT PAYSAN
Un film puissant sur la vie d’un paysan éleveur de vaches qui s’inquiète en raison d’un virus qui se propage dans les cheptels et qui amène les officiels à la ferme pour tout éliminer et désinfecter, par mesure de précaution. Entre les commentaires Internet des Illuminati et le Wallon qui n’a toujours reçu que des documents mais pas un centime pour compenser les pertes et qui a sa chaîne Youtube, les sujets sont effleurés juste assez pour provoquer des discussions au café après le cinéma à propos des autorités et les décideurs et les bétails (peut-être même aussi les populations qui n’ont pas de lobby organisé et qui subissent leurs peurs).

cinemania2017

Le Festival CINEMANIA a débuté hier soir et se poursuit toute la semaine prochaine avec tout spécialement BARBARA, CHACUN SA VIE (avec un hommage à Claude Lelouch qui sera à Montréal pour une rencontre intime et des projections comme LES UNS ET LES AUTRES de même que LA BONNE ANNÉE), TOUT NOUS SÉPARE avec l’immortelle Catherine Deneuve en compagnie de Nekfeu, CHEZ NOUS avec l’exceptionnelle Émilie Dequenne.

festivalcinemania.com

Proch

Publicités

Pas son genre

Pas son genre, un film de Lucas Belvaux, dans un scénario de Lucas Belvaux, avec Émilie Dequenne, Loïc Corbery ainsi que Sandra Nkaké, Charlotte Talpaert et Anne Coesens

Pas son genre, un film de Lucas Belvaux, dans un scénario de Lucas Belvaux, avec Émilie Dequenne, Loïc Corbery ainsi que Sandra Nkaké, Charlotte Talpaert et Anne Coesens

Elle s’en tire pas trop mal comme coiffeuse avec son fils et ses copines-collègues avec lesquelles elle forme un trio dans un club local de talentueuses inconnues.

Lui, il est éduqué, Parisien, enseignant de lycée qui ne croit pas au couple et qui est soudain affecté dans la mortelle petite ville d’Arras où tout de même l’on s’organise pour ne pas lui rendre la vie trop pénible en rassemblant tous ses cours sur trois jours. Mais dès son arrivée, après les cours, il s’ennuie à mourir et il décide d’aller se faire couper les cheveux.

Une bonne baise, pas une belle prise
Elle lit des romans d’amour, il enseigne la philo ; ils ne sont pas au diapason. Elle est une bonne baise, un bon passe-temps mais certainement pas une belle prise avec genre un père possédant des châteaux et des acres et des hectares dont elle hériterait un beau jour. Pas de quoi être fier, pas de quoi la présenter à sa collègue quand ils se croisent au hasard du carnaval. Et après s’être cassée en quatre pour le sortir de sa torpeur, elle s’en rend compte.

Pas son genre est un film exceptionnel sur l’inégalité des chances dans la vie, habituellement les hommes infiniment au-dessus des femmes. Un film sur les relations d’accommodement, les femmes servant trop souvent de bouche-trou temporaire pour le seul plaisir d’hommes qui savent qu’ils peuvent amplement et à répétition profiter de la donne. Un film qui étonne tout de même à la fin, avec des actrices excellentes et un acteur qui joue très bien son rôle de mort vivant séducteur d’expérience.

Présenté à Cinémania.