Archives de Tag: éditions Druide

Lola et les sauvages

Après avoir noirci 13 000 pages, l’auteur Robert Maltais a plongé dans une série de sept livres indépendants et ce roman en est le cinquième.

Lola et les sauvages, de Robert Maltais, est publié aux éditions Druide, collection Écarts.

Lola et les sauvages, de Robert Maltais, est publié aux éditions Druide, collection Écarts.

Autonomes plus ou moins car c’est peut-être dans la suite que l’on pourra comprendre la fin qui semble parachutée un peu comme le serait une habile conclusion sortie de nulle part puisque n’étant pas vraiment reliée aux quelque 525 pages intelligentes et informées qui la précèdent et qui nous emmènent principalement en France, en Suisse et au Québec (Trois-Rivières et Montréal), s’engageant dans des tranchées de considérations et groupuscules de propagandes politiques fédérale et provinciale et autres formes semblables de communautarisme théâtral du Plateau et du Mile-End, LOLA et LES SAUVAGES nous est raconté avec vivacité et verve savoureuse avec plein de réflexions dites pour les uns qui valent souvent aussi pour les autres, sans oublier les bonnes idées pour éloigner la criminalité des festivals pour la famille.

Parmi les personnages : orphelins, curés, autochtones, femmes de carrière, mères nourricières, papa gâteau, familles de province, châteaux, maîtres et valets…Parmi les sujets : se sentir étranger chez soi, la durée du temps qui passe, milieu du spectacle, démarchage d’idées, réseaux religieux et vastes résidences, festivals, maltraitance des femmes, besoin d’affirmation, fédéralisme vs indépendantisme… l’Amour, la famille, les enfants…

CITATIONS / EXTRAITS

« On a choisi de ne pas cultiver l’hystérie, les jeux d’argent, les distractions canailles, les spectacles « pour adultes ». On rassemble trop d’enfants sur l’île pour se permettre les divertissements douteux. » (p. 33)

« Il décline. Il ne se sacrifie pas. Simplement, il s’embête au milieu de la foule. Il se remémore le tableau de Jérôme Bosch, justement intitulé La Fête, où personne ne sourit. » (p. 79)

« Parfois, les demi-heures peuvent sembler longues et les journées courtes. Mais l’année a passé en coup de vent. » (p. 89)

« Dans la troupe de baudets ensoutanés qui abusaient d’un pouvoir illusoire, il se trouvait des exceptions, des hommes surprenants d’intelligence, des rescapés de la bêtise. » (p. 114)

« En écoutant Raoul, Olivier s’affermit dans l’idée qu’un coup de foudre peut durer plus longtemps qu’un feu de paille. » (p. 115)

« – Nom de bleu ! Ils n’ont pas de couilles, les mecs, chez vous ou bien ? – Des couilles, oui. Mais la tête, c’est plus faible. » (p. 159)

Lola et les sauvages, de Robert Maltais, est publié aux éditions Druide, collection Écarts.


RANNAÏ t1

Premier tome de la série Rannaï, de Karine Raymond est publié aux éditions Druide

Premier tome de la série Rannaï, de Karine Raymond est publié aux éditions Druide

Super nouvelle série super actuelle située dans le prochain siècle avec les folies que pourront inventer nos gouvernements pour nous faire croire que la population sera mieux protégée dans des villes sous globe aux systèmes d’aération ne fonctionnant pas nécessairement aussi bien qu’ils le disent, aussi pour racheter les propriétés privées à rabais pour les donner en cadeau aux fonctionnaires dociles et pour imposer une discipline de rideau de fer, rideau total du ciel jusqu’au sol… sans oublier une sous-population imprésentable vivant dans les égouts de la ville. Il y a toutes les misères actuelles dans ce livre : un amasseur compulsif haut gradé, un père voleur de bébé, des moyens pour faire la publicité du gouvernement dirigiste aux valeurs discutables justifiant l’injustifiable, des gens qui disparaissent, des espions intermédiaires, des jeunes en fuite, des milliardaires aux contrats gouvernementaux juteux et leurs enfants hyper contrôlés et hyper malheureux…

C’est un premier tome sensationnel et emballant, une fiction hyperréaliste, premier roman de l’écrivaine exceptionnelle Karine Raymond qui parvient à tout élaborer et inter-tricoter de manière sublime en parsemant son texte de multiples phrases chocs trop vraies.

EXTRAITS / CITATIONS

« Autant sa sœur lui donnait une certaine assurance, autant elle se sentait opprimée par tout ce qu’elle représentait. Anya serait-elle prête à quitter la ville et tous ses avantages : un emploi, un toit, une protection contre la pollution et les rayons du soleil ? Leur ville, leur Rannaï dans laquelle elles avaient fondé tant d’espoir. Tant d’espoirs déçus… » (p. 12)

« Plusieurs stratégies avaient été mises en place pour amener les gens à faire la publicité de leur gouvernement. » (p. 17)

« Toutes les demandes de bourse étaient équivalentes, donc la rencontre déterminait le gagnant. » (p. 25)

« Le cours d’eau avait été asséché pour permettre la construction du mur du dôme. » (p. 28)

Premier tome de la série Rannaï, de Karine Raymond est publié aux éditions Druide.


Ce livre n’est pas un journal intime

Ce livre n'est pas un journal intime, Tome II  Auteure : MARYSE PAGÉ Illustration : Mathieu Potvin Éditions Druide

Ce livre n’est pas un journal intime, Tome II
Auteure : MARYSE PAGÉ
Illustration : Mathieu Potvin
Éditions Druide

Pour cette littérature jeunesse, l’auteure Maryse Pagé choisit un format ligné comme on écrirait dans un cahier, à la main avec des textes entrecoupés de tags, illustrations de Mathieu Potvin.

C’est la réflexion d’un jeune qui poursuit dans ce tome II ses recherches sur le monde et comment y faire face, partager ses bonheurs et ses inquiétudes, les filles et choisir entre deux blondes y compris les discussions qui s’ensuivent et les standards de beauté pour les femmes et pour les hommes, se préoccuper de l’environnement et des autres thèmes de l’heure, discuter avec son grand-papa, observer le faux, découvrir des idées de métiers, s’occuper de son nouveau chien…

C’est assez rigolo de percer les pensées critiques ou proactives d’un ado et pour les ados c’est assez rigolo de percer le fonctionnement du monde.

CITATIONS / EXTRAITS

« Élyse, je ne lui demande pas d’utiliser des betteraves pour rougir ses joues, des sachets de thé pour se donner un teint bronzé ou encore des mûres pour se colorer les lèvres, ce serait un peu exagéré. » (p. 60)

« — Des robots, on en voit souvent, ils existent, mais il ne font pas partie de nos vies. Chez papa, l’aspirateur est comme un petit robot. Il a l’air d’une soucoupe volante. Il se déplace au sol tout seul dans la maison. Il est assez intelligent pour ne pas débouler l’escalier. » (p. 66)

« — Tu trouves ça normal, toi, qu’une poupée qu’on présente comme un modèle de beauté, dans la réalité, ne pourrait pas se tenir la tête tellement son cou est petit et devrait se déplacer à quatre pattes à cause de ses disproportions ? » (p. 98)

« Pourquoi ne pas devenir sosie de vedette ? C’est peut-être moins vrai ici, mais aux États-Unis il y a une forte demande. » (p. 121)

Ce livre est mignon, il ouvre l’esprit et critique gentiment tout en observant le monde autour de lui et se demandant si c’est pareil pour un jeune de son âge qui vivrait ailleurs sur la planète.

Ce livre n’est pas un journal intime, Tome II, de l’auteure MARYSE PAGÉ, avec les illustrations de Mathieu Potvin, est publié aux Éditions Druide.


Le retour de l’ours

Le retour de l'ours Auteure Catherine Lafrance Éditions Druide

Le retour de l’ours
Auteure : Catherine Lafrance
Éditions Druide

Roman de l’Arctique, conte d’un futur retour aux sources, une histoire telle que serait racontée par une vigile aînée dans un lointain avenir, 150 ans après un cataclysme effroyable qui aurait détruit toute la planète sauf en apparence ce village nordique où l’on verrait graduellement les hivers se rallonger et dont les habitants attendraient avec ferveur et anticipation le retour de l’ours polaire, surtout que les morses commencent à vraiment les empêcher d’avoir accès à la mer afin de pouvoir pêcher pour leur survie.

Mais la loi du plus gros et du plus fort et du plus imposant a aussi ses répercussions parmi les hommes et les femmes qui écouteront un bon chef réfléchi ou subiront un guerrier assoiffé de pouvoir qui gagnera sa place par la destruction organisée.

Et puis, il y a cette autre tradition selon laquelle certains postes ne peuvent être assumés que par un individu de configuration masculine, mais que faire s’il n’y a qu’une fille pour prendre la relève ?

Le retour de l’ours, même s’il se passe à une époque inconnue, dépeint très bien la vie communautaire du partage intelligent qui a cours chez les inuits dans le grand nord du Québec.

Un roman pour toutes et pour tous qui plaira aussi certainement aux écolos.

CITATIONS / EXTRAITS

« Du courage, il en aurait besoin. Convaincre les autres ne serait pas facile, il le savait. Toute sa vie l’avait préparé à cet instant, et voilà qu’il se sentait si nerveux qu’il ignorait s’il trouverait les bons mots. » (p. 26)

« Ça veut dire qu’il faudra apprendre à nous protéger, et à protéger nos familles, ce que nous n’avons jamais appris, parce qu’il n’y avait pas de danger. » (p. 38)

« — Il y a un siècle et demi, quand les vigiles ont commencé à monter sur le rocher, la banquise avait déjà complètement fondu. En fait, les hivers n’existaient plus, pratiquement. » (p. 103)

Le retour de l’ours, de Catherine Lafrance, est publié aux éditions Druide.

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
Arctique
Citations, filles, ados
femmophobie.com
LIVRES HISTOIRE MONDE ET ROMANS HISTORIQUES MONDE
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles