Archives de Tag: court métrage

RIDM : THE BLAZING WORLD

J’adore Winona Ryder. C’est une de mes actrices américaines préférées. Pourquoi ? Elle incarne vraiment ses personnages. Mais alors là, VRAIMENT ! À en perdre la raison…

Et ce film la raconte en vrai. Elle et d’autres femmes qui seraient cleptomanes par dépression.

Sauf que la société est constamment sur nous (les femmes) à bras raccourcis pour être jeunes, belles, jolies, gentilles, rangées, dociles, saines de corps et d’esprit, sexy, vierges, souriantes, compréhensives, habillées comme des reines et selon les derniers diktats de la mode malgré qu’elle nous concède de bien piètres salaires de misère et si infiniment peu de vraies possibilités de carrière. Alors quoi ? Il n’y a pas de quoi pleurer, peut-être ? Et qu’est-ce qui se passe quand on pleure ? On tombe sur les nerfs des gens qui nous envoient chez un psy à la con pour nous poser des questions à la con auxquelles il ne saurait répondre lui-même s’il subissait le quart de la manipulation réservée aux femmes. Mais encore… Comme si c’était pas assez.

THE BLAZING WORLD part d’un incident, le vol de vêtements d’une valeur de 5K $ alors que la femme avait les moyens de se les payer, pour élaborer une théorie selon laquelle les femmes seraient portées sur la cleptomanie lorsqu’elles ont la déprime. Mais enfin, si les hommes, la société et les religions ne se foutaient pas de nous à longueur d’années, serions-nous aussi déprimées ?

Par ailleurs, on oublie que des hommes s’adonnent aussi à la cleptomanie. Que dire par exemple à Montréal de cet animateur homme de radio-canada qui a été arrêté pour avoir volé du vin chez le distributeur monopolisant du Québec et qui s’était défendu, je crois à l’époque, en rouspétant sur le prix du vin ? Est-ce que les femmes n’auraient pas le droit aussi de se demander la vraie valeur des vêtements volés ? Est-ce que quelqu’un nous écouterait ou nos voix sont-elles trop aiguës pour que les petits poils des oreilles de ces messieurs nous entendent ? Est-ce que tous ces internements de femmes entourées d’individus véritablement malsains pouvaient vraiment aider à guérir leur dépression ?

The Blazing World, un court métrage de Jessica Bardsley RIDM

The Blazing World, un court métrage de Jessica Bardsley
RIDM

Courez voir ce film aux RIDM et discutez, faites-vous entendre, au nom de toutes les pipes et de toutes les baises qui nous sont demandées voire exigées par une si forte proportion des hommes qui nous entourent, qui nous emploient… et au nom de tous les regards de dégout que nous lancent ceux qui ne veulent pas ou plus de nous, après ou plus tard dans la vie.

THE BLAZING WORLD est un film de Jessica Bardsley, présenté en PREMIÈRE CANADIENNE, COMPÉTITION INTERNATIONALE COURTS MÉTRAGES aux Rencontres internationales du documentaire de Montréal.
États-Unis / 2013 / 19 min / anglais, s.-t. français
Un essai à la fois grave et tendre sur la cleptomanie comme signe de la dépression féminine. Tissée d’images d’archives, une réflexion complexe et émouvante sur un phénomène trop souvent méprisé.
Et si la cleptomanie était le signe de la mélancolie ? Au féminin. Voilà la question qu’explore Jessica Bardsley, avec tendresse et gravité. D’un film culte de son adolescence (Girl, Interrupted) aux images de caméras de surveillance ou de films des années 1960, du témoignage de Winona Ryder à sa propre expérience, la cinéaste tisse une réflexion profonde sur la dépression et sa perception médiatique. Sur un ton décalé et faussement ironique, Bardsley redonne une dignité à ces femmes humiliées et une force de témoignage à leur détresse souvent ridiculisée. La délicatesse de The Blazing World vous restera en mémoire avec autant d’insistance que l’air de It’s the End of the World, dont la version chantée par Skeeter Davis en 1962 est ici brillamment réemployée. Une vraie découverte. (ACO)

http://www.ridm.qc.ca/fr/programmation/films/602/blazing-world-the

Autres liens pertinents

Winona Ryder, séquences du film Une vie volée (Girl, interrupted, un film extraordinaire qui serait basé sur une histoire vraie, du vécu, un peu comme l’histoire aussi de Lady Alys Robi)

Publicités

FFM : Le petit nuage

Il reste une chance de voir ce merveilleux film dimanche après-midi. Bien nommé, on est tout simplement sur un nuage tout au long de ce trop court court métrage qui est aussi charmant que Renée George avec qui j’ai réalisé une entrevue vidéo

Le Petit nuage, court métrage en compétition au Festival des Films du Monde de Montréal 2012. Une jolie histoire d’amour, un chouette coup de foudre en cinéma muet, en noir et blanc.

2012 / N/B / 8 min, USA, Compétition mondiale (courts métrages)

Réalisation : Renee George
Scénariste : Renee George
Photographie : Stella Liberte
Montage : Renee George
Interprètes : Sarah Demeestère, Joffrey Platel, Sébastien Pierre, Leopold Nam Levêque, Margaux Twardowski
Maison de production : Renee George, 02 Films Inc., 1742 Herrin Street, Redondo Beach, CA 90278-2828 (États-Unis), tél.: (1 310) 381-9098, renee@02films.com

Le Petit nuage

Deux personnes se rencontrent dans un café à Paris et c’est le coup de foudre. Renee George a travaillé sur le plateau de THE ARTIST. En hommage à la beauté de ce film, elle crée ici un film muet en noir et blanc, un conte enchanté qui nous entraîne sur les traces d’un nouvel amour dans la Ville-lumière.

Renee George

— Renee George travaille à Los Angeles comme chef électricienne. Elle a également réalisé Nowhereville (1992).

Projections au FFM
1 septembre 2012 • 11h30 • CINÉMA IMPÉRIAL • CI.01.2 •
1 septembre 2012 • 21h30 • THÉATRE MAISONNEUVE • TM.01.2 •
2 septembre 2012 • 16h30 • CINÉMA IMPÉRIAL • CI.02.4 •


Festival des Films du Monde de Montréal

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


FFM : À mi-chemin (Halfway There)

2011 / Couleur / 23 min, France, Regards sur les cinémas du monde (courts métrages)

À mi-chemin se regarde comme une peinture abstraite en ce sens que le film laisse au spectateur le choix et le loisir de se faire les suppositions qui lui effleurent l’esprit, à savoir : est-il permis à un homme adulte de se plaindre d’avoir mal alors qu’il est un homme d’affaires et qu’il se rend à rendez-vous d’affaires dans sa ville natale ? Ou se le permettra-t-il ? La confusion progressive vient-elle de l’accident ou bien du lieu et des émotions ? Souhaite-t-il inconsciemment retrouver son amour de jeunesse dans ce parc ?

J’ai pu poser quelques-unes de ces questions au réalisateur et scénariste, Arnaud Bénoliel, dans une entrevue vidéo :

Bon cinéma !


Réalisation
 : Arnaud Bénoliel
Scénariste : Arnaud Bénoliel
Photographie : Denis Gaubert
Montage : Aurélien Manya
Interprètes : Laurent Lucas, Garlan Le Martelot, Christine Citti, Léa Maisonneuve
Maison de production :

À mi-chemin (Halfway There)

De retour dans sa ville natale, Samuel se fait renverser par une voiture. Il se repose dans un parc où les souvenirs de sa jeunesse affluent, alors que les conséquences de l’accident se font progressivement sentir.

Arnaud Bénoliel

— Scénariste et réalisateur, Arnaud Bénoliel a également réalisé Soir bleu en 2007.

Festival des Films du Monde de Montréal

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com

À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles


FFM : Le Voile

Court métrage présenté en première partie des Pirogues des hautes terres, film historique franco-sénégalais sur une grève d’opprimés pendant le colonialisme en Afrique de l’Ouest, LE VOILE fait le rapprochement entre VOL, VIOL et VOILE et comment une petite fille violée alors qu’elle jouait paisiblement près du ruisseau d’un boisé a vu sa vie complètement détruite par la méchanceté égocentrique d’un homme adulte. Alors qu’elle est elle-même devenue adulte et nonne voilée, elle se retrouve face à lui qui est mal en point, qu’il a besoin de soins intensifs et qu’elle en prend la charge.

Réalisation : Max Rheault
Scénariste : Max Rheault
Photographie : David Gascon
Montage : Max Rheault
Interprètes : Catherine Bérubé, Véronique Beaudet, Emmanuel Pimentel, Leia Scott
Maison de production : Maxim Rheault, MxM Films, 6525, rue Alma, Montréal, QC H2S 2W4, tél.: (1 514) 495-1478, mxm_montreal@hotmail.com


FFM : LES PIROGUES DES HAUTES TERRES (SAND’S TRAIN)