Archives de Tag: collusion

Gouverner avec équité

Comment mettre fin à la manipulation

Constats et Solutions, Gestion de la transparence

Gouverner avec équité, Comment mettre fin à la manipulation Auteur Gilles Gagnon Éditions Véritas

Gouverner avec équité, Comment mettre fin à la manipulation
Auteur Gilles Gagnon
Éditions Véritas

Vous avez manifesté ou n’avez pas osé sortir les casseroles de la cuisine pour jouer de la batterie avec les carrés rouges ? Vous êtes indigné chaque fois que vous entendez parler des magouilles et de la malhonnêteté des élus et fonctionnaires ou autres pour cacher dans des paradis fiscaux ou d’énormes coffres-forts privés l’argent public qui devrait servir pour la santé ou l’éducation ? Je vous propose une lecture pour le temps des Fêtes qui saura certainement susciter des discussions et, espérons-le, participer au changement à partir de la nouvelle année qui arrive.

Publié aux éditions Véritas, Gilles Gagnon a compilé un outil de réflexion et de remise à l’ordre, intitulé : Gouverner avec équité – Comment mettre fin à la manipulation – Constats et Solutions, Gestion de la transparence. Un livre qui parle des conflits d’intérêts et des manières de mettre fin aux innombrables abus de pouvoir que l’on retrouve dans nos systèmes d’administration publique et d’affaires ou de justice. Un ouvrage de réflexion qui s’adresse aux décideurs politiques, gestionnaires, universitaires, spécialistes institutionnels, gens épris de liberté, gens épris de « justice », étudiants en gestion, développeurs de systèmes informatisés, gens créatifs, individus curieux, employés, parents et grands-parents, gens conscients de l’importance de préserver un environnement sain et durable, citoyens, électeurs, activistes, spécialistes en relations de travail, tous les indignés de la terre et « toute autre personne qui aurait pu être oubliée et qui verrait une raison valable d’apporter sa contribution dans l’amélioration du fonctionnement des organisations. » (pp. 12-14, Préface)

EXTRAITS

« S’en laver les mains, devenir cynique, s’exclure du processus démocratique sont autant de réactions qui trahissent un manque de moyens pour faire réellement changer les choses. Se mobiliser… mais à partir de quel modèle ? » (p. 14, Préface)

« Les termes d’imputabilité, de responsabilisation et de transparence ont, dans ce contexte pris une ampleur nouvelle. » (p. 30, Chapitre 1, La gouvernance actuelle et ses effets sur nos vies)

« La transparence présuppose, de la part du gestionnaire, la notion de bonne foi. » (p. 31, Chapitre 1)

« Des rapports de force inégaux :

◊ entreprises transnationales en mesure de contrer les effets des lois nationales; » (p. 42, Chapitre 1)

« 4.23 Un système de droit recourant à la preuve, hors de tout doute, mais dont les lois favorisent la multiplication des délits et l’impunité pour les dirigeants d’organisations structurantes » (p. 231, Chapitre 4, Un portrait incomplet : vingt-six autres obstacles systémiques à une gouvernance équitable)

« Prévoir dans ces lois, la mise sur pied d’un organisme de surveillance indépendant des pouvoirs législatif, exécutif, judiciaire, monétaire et médiatique en lien avec la fonction « Suivi de la pertinence, de la qualité, de l’efficacité, de l’efficience et de l’économie » dont il a été question dans l’illustration 1.1 Représentation d’une organisation structurante logique se fondant sur la séparation des pouvoirs, au chapitre 1. » (p. 391, Chapitre 8, Différents pôles d’action pour aspirer à une gouvernance équitable)

À la suite de quoi, je vous souhaite BONNE LECTURE, BONNES REVENDICATIONS, BON ACTIVISME et EXCELLENTES MISES EN OEUVRE pour réduire un à un tous les obstacles que nous imposent volontairement et systémiquement les individus, seuls ou en groupes aux intérêts douteux afin de nous empêcher de nous faire entendre et de rediriger les budgets et habitudes, à tous points de vue et dans tous les domaines, vers un chemin qui serait confortable pour toute la population puisqu’il ne serait pas bâti en fonction de se réserver des réparations  aussi piètres que fréquentes et trouées de corruption et collusion coûtant infiniment cher à la société. Nous avons de nombreux correctifs en perspective…

Ce magnifique document intitulé Gouverner avec équitéComment mettre fin à la manipulation – Constats et Solutions, Gestion de la transparence est disponible en versions papier et numérique.

Rencontre vidéo avec l’auteur au Salon du livre de Montréal 2013 : http://youtu.be/Dv4nN5N3WQE

http://www.editionsveritasquebec.com/

critique de livre Montreal 157 servicesmontreal.comDepuis 2002 ServicesMontreal.com
Citations – religions
Bruno Boulefkhad contre les banques
Femmophobie.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques
LIVRES, CD, DVD

Tous les articles

Publicités

La dette, un roman sur la corruption

Je viens de terminer la lecture d’un nouveau roman écrit à partir d’un fait divers survenu au Chili et qui rappelle étrangement le combat que mènent actuellement les Québécois contre la corruption, contre la collusion, contre les escroqueries.

La Dette	  - 	 Rafael GUMUCIO . Titre original : La deuda . Traduit de l'espagnol par Bertille Hausberg

La Dette
Auteur : Rafael GUMUCIO
Titre original : La deuda
Traduit de l’espagnol par :
Bertille Hausberg
Éditions Métailié, Paris

C’est l’histoire d’un cinéaste reconnu qui, au moment d’avoir enfin obtenu du financement de sources diverses jusqu’en Espagne pour tourner le film de ses rêves, se fait dire par son comptable que ce dernier lui vole son argent et que loin d’être en mesure de commencer ce nouveau projet si longtemps planifié il est en fait criblé de dettes. Et pas seulement lui, par ailleurs…

De fait, le comptable qui l’épiait tout le temps était un escroc qui jouait double jeu avec tous ses clients, ceux de jour comme ceux de nuit. Et lui, l’artiste cinéaste, en aura pour plusieurs années à se débattre contre les accusations puisque c’est lui qui apposait sa signature aveuglément depuis des années et donc c’est lui qui est pointé du doigt alors qu’il n’a rien fait de mal ! Comment survivre, comment faire, à qui s’adresser, qui sont ces gens qui l’entourent et qui se disent ses amis, qu’ils soient sous-traitants, employés ou politiques ?

LA DETTE est un roman extraordinaire, riche en réflexions très très opportunes, en bouleversements, en réalité trop tristement vraie quand on fait confiance à un escroc. C’est un roman exceptionnel et infiniment d’actualité, au Québec en tout cas, un roman marquant.

EXTRAITS

Comment choisir parmi les 92 marqueurs que j’ai mis de part en part, tout au long de ces chapitres très courts…. Je ne mettrai pas les numéros de page. Tout est dans le livre, et c’est cité dans le désordre. Un livre à lire puisqu’on ne sait jamais quand ou comment nos proches parmi nos proches se mettront en tête de nous saigner à blanc.

« Des employés qui n’étaient pas des employés, une maison de production qui n’en était pas une, un chef d’entreprise qui ne voulait pas se reconnaître comme tel. »

« Et la chargée de communication s’avance vers les pompiers pour les interroger d’un ton péremptoire comme s’il s’agissait de serveurs surpris à cracher dans sa soupe. »

« Si personne ne s’était donné la peine de prévenir Fernando, c’était seulement parce qu’on supposait qu’il était le mieux informé. »

« Moi, j’écoute mieux quand je parle. »

« Tu fais jouer sa femme dans ton film et il financera tout ce que tu voudras. La nana est jolie, complètement refaite. »

« Le règlement de la clinique interdit à une femme d’être inséminée sans que son mari lui tienne la main. »

« … je me suis finalement rendu compte que je pataugeais dans la merde et j’ai décidé de me réveiller. »

Consulter la fiche du livre ou en lire un extrait sur le site des Éditions Métailié

Calendrier CINÉMA

servicesmontreal.com depuis 2002femmophobie.com
Citations à propos des femmes au Québec
Depuis 2002  ServicesMontreal.com


CINÉMA : Guilty of Romance

Tant qu’ils ne vous riront pas en pleine face de vous voir pleurer

Trilogie de la haine
Dernier volet de la trilogie consacrée à la haine par le réalisateur Sion Sono, Guilty of Romance se présente à prime abord comme une critique acérée de la société japonaise machiste, ayant pour base un meurtre survenu dans les parages d’hôtels de passe fluos à l’esthétique pop-trash dans des fonds de ruelles tokyoïtes.

LES PERSONNAGES
Il y a deux femmes principales dans ce film et une troisième qui ne donne pas sa place. Les hommes horriblement machos sont accessoires. La haine et la violence, la méchanceté et l’imposition du pouvoir sont omniprésents sous toutes sortes de formes.

Épouse préservée
La première femme est mariée à un écrivain célèbre qui la préserve. Bourgeoise au foyer, ses uniques préoccupations se limitent à s’assurer qu’il a son savon de Marseille, à lui préparer son thé pour 21h et à lui replacer ses pantoufles de façon à ce qu’il glisse les pieds dedans quand il se lève ou quand il rentre à la maison. Elle s’ennuie à mourir. Elle part à la recherche d’elle-même et fait des rencontres. Rapidement une machesse la découvre et veut lui faire faire de la photo.

Prof mal dans sa peau, en clair-obscur
Le caractère sombre auquel elle sera sérieusement confrontée est une femme en apparence sobre et poétique, professeure de lettres à l’université Toto. Infiniment mal dans sa peau, elle a cependant besoin de vivre quotidiennement son côté sombre, kafkaïen. Elle nourrit une haine d’elle-même qui la fera tendre une main haineuse à l’épouse d’écrivain pour l’amener là où elle veut la mener, là où elle se détruira elle-même.

La troisième femme, je crois qu’il faut la découvrir au fil du film.

La haine
La haine et la violence rassemblent plusieurs personnages qui marquent leur pouvoir par leurs haussements de ton, les sons gutturaux et les regards soutenus, la baise sans ménagement, le discours souriant et suave mais tellement dur, les contrats qui redoublent de valeur et les moyens pour se faire payer.

La collusion
Le plus étonnant, c’est qu’au retour du cinéma, je me suis mise à penser que la collusion et les attrapes n’existent pas que dans les bas-fonds de la société… Sans en avoir l’air, ce film raconte cela aussi. La collusion chez les individus haineux, qui ne sont jamais satisfaits de ce qu’ils ont, si riches et bourgeois qu’ils soient ; les coups montés pour détruire la vie de ceux qui ne s’y attendent pas, qui cherchent simplement à se distraire et sur lesquels ils s’acharneront tant qu’ils ne leur riront pas en pleine face de les voir pleurer. Et de ce genre d’individus, on en trouve aussi chez nous.

Un film bouleversant
C’est certainement un film bouleversant dans lequel les machos sont les rois et les femmes en subissent les conséquences. Violence et érotisme sont au rendez-vous mais, l’air de ne s’en prendre qu’à cela, Guilty of Romance démonte aussi ultimement le coup monté.

On trouve deux vidéos de ce film sur Youtube :

et

GUILTY OF ROMANCE de Sion Sono
Japon. 2011. 112 min. v.o. japonaise avec s.‐t. français
Distribution : K‐Films Amérique
Avec : Megumi Kagurazaka, Miki Mizuno, Makoto Togashi

Consulter notre calendrier CINÉMA