Archives de Tag: Charleston Québec

Romans d’amour

Réchauffez votre coeur avec les nouveaux romans Charleston Québec :

Bienvenue à Big Stone Gap Auteure : Adriana Trigiani

Bienvenue à Big Stone Gap
Auteure : Adriana Trigiani

L’histoire se passe en Virginie dans un petit village des Blue Mountains où une pharmacienne célibataire endurcie s’occupe d’organiser un spectacle d’été. Elle est amie depuis des lustres avec un homme qui lui plait bien… Ce roman fera bientôt l’objet d’un film qui mettra en vedette Ashley Judd et Whoopi Goldberg.

CITATION

« De temps en temps, les mines ou l’école embauchent une personne du monde extérieur. Et, inévitablement, ces gens-là chamboulent tout en arrivant. Théodore a redonné vie à notre orchestre en même temps qu’à la libido de toutes les femmes de la ville » (p. 32)

La colline aux esclaves
Auteure : Kathleen Grissom
Une histoire de classes, de dignité et de lourds secrets avec une fillette ramenée par le capitaine du bateau sur lequel a émigré la famille d’Irlande. Les parents sont décédés pendant la traversée, son frère vendu et elle a perdu la mémoire. Elle se retrouve parmi les esclaves noires parmi lesquels certains sont les enfants du capitaine et sont des serviteurs vivant dans les dépendances alors que les enfants blancs vivent dans la grande maison avec tous les jouets qu’ils peuvent désirer…

« Et puis, aussi, dès que son père s’en va, Marshall recommence à m’embêter, à lancer des pierres quand je travaille dans le jardin. Il est sournois. Il agit quand personne ne peut le voir. Je sais qu’il pense que c’est moi, le problème de sa mère. » (p. 28)

Une valse à trois temps
Auteure : Patricia Gaffney

Après Les quatre Grâces, une merveilleuse histoire de complicité et de solidarité entre mères et filles. Carrie vient de perdre son mari dans un accident de voiture au cours duquel il a fait une crise cardiaque. Elle se tourne vers sa mère et sa propre fille.

« Les gens – surtout Birdie, et parfois Carrie – prétendent que je manque de tact. C’est faux. Je crois simplement qu’il y a un temps pour le tact et un temps pour l’action. Ce souper en est un parfait exemple. Le tact avait donné lieu à cet entretien d’embauche et l’action ferait le reste. » (p.  51)

Les romans Charleston Québec sont publiés chez Guy Saint-Jean éditeur.

Publicités

Le goût des souvenirs

Le goût des souvenirs d'Erica Bauermeister est publié aux éditions Guy Saint-Jean, collection Charleston.

Le goût des souvenirs d’Erica Bauermeister est publié aux éditions Guy Saint-Jean, collection Charleston.

Paru à l’automne dans la collection Charleston Québec, ce roman d’Erica Bauermeister réchauffera votre coeur et votre âme avec toutes ses histoires d’amour qui se font, se défont, se nouent selon toutes les inhabitudes de la vie.

Tout plein de réflexions infiniment tendres et humaines, c’est un véritable plaisir de lecture, des histoires de femmes et d’hommes de tous âges.

EXTRAITS / CITATIONS

« – Faire de la comptabilité, c’est un peu comme résoudre un meurtre, mais sans que le sang gicle, lui expliqua-t-il. Donne-moi des chiffres, et je te dirai pourquoi une affaire a périclité ou comment un mariage s’est dissous. » (pp. 16-17)

« Al n’avait jamais rien vu de pareil. Il avait bien tenté de compter les vagues, mais il avait rapidement compris qu’il valait mieux laisser tomber. Au lieu de cela, il avait demandé à sa mère quand les vagues s’arrêtaient, si elles s’immobilisaient pendant la nuit. L’infini devait avoir ce son-là. » (p. 32)

« Ce devait être horrible de passer du temps avec une grand-mère qui ne vous reconnaissait même pas. » (p. 173)

« À l’automne, Bob et Abby s’étaient retrouvés à l’université, presque gênés de se revoir. Le Bob et l’Abby réels correspondaient difficilement aux images qu’ils s’étaient faites l’un  de l’autre pendant l’été, et il leur sembla soudain déroutant d’être touchés par des mains plutôt que par des mots. » (p. 179)

« Il déchiffra ces accolades qui n’étaient, dans le fond, rien d’autre que des épaules qui se touchaient, des mains qui tapotaient un dos comme autant d’applaudissements mutuels. » (p. 214)

Le goût des souvenirs d’Erica Bauermeister est publié aux éditions Guy Saint-Jean, collection Charleston.


Jackie Collins – L’héritière des Diamond

L'héritière des Diamond de Jackie Collins, Guy Saint-Jean éditeur

L’héritière des Diamond
Auteure : Jackie Collins
Guy Saint-Jean éditeur

Le dernier traduit des grands romans GSJ est une super brique de 600 pages de Jackie Collins, la reine du glamour, qui nous a pondu dans une prose de velours une dure réalité d’homme ignoble, marié à plusieurs reprises le temps de faire un bébé garçon et de rejeter ou de tuer la mère. Et maintenant que les garçons sont adultes, qu’il ne peut plus se surpasser à les détruire, les casser, les diminuer physiquement et psychologiquement, il continue de les saccager autrement par le biais de ses contacts, de ses réseaux d’influence.

Les saloperies qu’un homme peut faire pour se sentir en vie en manoeuvrant, en écrasant et en se débarrassant des autres afin de trôner au-dessus de tout le monde sont aussi nombreuses que bien planifiées dans ce roman de la collection Charleston Québec où il est questions de millionnaires et de milliardaires sans scrupule pour l’humain et d’unique importance dans le paraître. Banques, avocats, affaires internationales, mode, célébrités, meurtres, fortunes dans l’immobilier ou dans la chanson, fiston drogué, femmes disparues soudainement ou virées alcolo, prostituées russes, grands mariages…

Dépêchez-vous de lire ce livre… Vous y reconnaîtrez peut-être des comportements de vos anciens proches ! Offrez-le à une amie !

EXTRAITS / CITATIONS

« Le vieil homme n’avait aucun respect pour les femmes. Il les traitait de façon lamentable. Il suivait toujours le même schéma : les conquérir, les épouser, les briser. Il avait anéanti Edie. » (p. 23)

« Tout le monde dans son empire était surveillé et, si l’un de ses employés avait le malheur de commettre un impair, il en était immédiatement informé. Red Diamond avait partout des espions qu’il payait très cher. » (p. 109)

« – Laisse-moi te dire comment ces gars fonctionnent, reprit Beverly. Ils coincent une belle fille, se servent d’elle tant qu’elle les amuse, puis ils passent à autre chose. Ah oui ! et s’ils se font prendre par leur femme, ils se font pardonner en lui achetant un autre diamant de dix carats. Ça ne fait qu’un tout petit trou dans leur compte en banque. » (p. 221)

« – Ce ne sera pas un voyage gratuit, Jett. Tu finiras par payer, d’une manière ou d’une autre. » (p. 224)

L’héritière des Diamond de Jackie Collins est publié chez Guy Saint-Jean éditeur, collection Charleston Québec. Disponible en formats papier et numériques.


La Villa Rose

Parfait chef d’oeuvre de roman à l’eau de rose ! Et ce n’est que le premier tome.

La Villa Rose, tome 1, Retour à Cedar Cove, Auteure  Debbie Macomber, Guy Saint-Jean éditeur

La Villa Rose, tome 1,
Retour à Cedar Cove

Auteure : Debbie Macomber
Guy Saint-Jean éditeur

L’auteure Debbie Macomber compte déjà 100 romans et 160 millions de livres vendus. C’est chez Guy Saint-Jean éditeur que l’on retrouve cette nouvelle série de romans qui se lisent comme l’eau coule si fluidement sur le dos d’un canard. C’est plus qu’agréable, c’est super plaisant de lire comment les autres règlent des problèmes ancrés, pour ne pas dire encastrés. Le temps file de page en page et on se laisse porter par le malheur suivi du bonheur de ces personnages qui sont là pour nous rappeler qu’il y a encore des moyens de se sortir des méchancetés des autres. La Villa Rose, Retour à Cedar Cove est un de ces romans qui nous remet du baume au coeur et redonne confiance en un monde meilleur.

Disponible en formats papier et numériques, La Villa Rose est un pur plaisir à lire. Installez-vous confortablement, de préférence sur un coussin de soie rose, pour parcourir des yeux l’histoire d’une femme qui quitte son emploi prometteur à la banque pour acheter une auberge en bord de mer, à Cedar Cove près de Seattle. Là-bas dans cette villa, les énergies sont tellement positives que les voyageurs qui s’y arrêtent finissent par laisser leurs tracas derrière eux pour retrouver une âme heureuse et repartir en paix avec eux-mêmes.

CITATIONS / EXTRAITS

« Une sensation de paix m’a immédiatement envahie quand j’ai pénétré dans cette demeure. La douleur et la tristesse qui étaient mes compagnes de tous les instants depuis des mois ont semblé refluer, cédant la place à une sérénité difficile à décrire. » (p. 9)

« — C’est épouvantable. Comment a-t-il pu faire une chose pareille ? Quel homme adulte se conduit de la sorte ? » (p. 79)

« Vance Willey était un tyran. Un pauvre type qui s’en prenait toujours à plus petit et plus faible que lui. » (p. 98)

« Il ne pouvait rester auprès de lui sans se sentir contaminé par sa mesquinerie. » (p. 126)

« Brusquement elle se secoua, leva les yeux et sourit.
— J’avais peur, mais c’était idiot. Si j’avais fait face à ces démons plus tôt, je me serais épargné bien des chagrins. » (p. 192)

La Villa Rose, tome 1, Retour à Cedar Cove est publié chez Guy Saint-Jean éditeur, dans la nouvelle collection bonheur : Charleston Québec.

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002 ServicesMontreal.com
Citations – femmes
Citations – hommes
Salon du livre de Montréal

Les quatre grâces
Femmophobie.com Moyens de se sentir plus heureuse
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles