Archives de Tag: BEROAF

Le Joueur

Le Joueur  Auteur : S.E.K. Beddiari Éditions BEROAF,  Montréal.

Le Joueur
Auteur : S.E.K. Beddiari
Éditions BEROAF, Montréal

Il vous est déjà arrivé de subir un individu qui se moquait de votre vie ? Qui vous manipulait et se servait de vous puis vous jetait comme un vieux mouchoir de papier usé ? Qui vous racontait une manière de vivre à la manière des enfants en étant complètement déresponsabilisé de tout ? Qui se foutait complètement de milliers voire de millions ou de centaines de millions de personnes, une à la fois ou en bloc pour satisfaire ses petites préoccupations à lui ?

Lisez Le Joueur de S.E.K. Beddiari, premier roman publié aux nouvelles éditions BEROAF, à Montréal.

Ceux qui mènent et qui décident
Le Joueur
, c’est l’histoire d’un homme hyper sérieux et hyper à ses affaires qui un jour entre dans un café pour un repas tardif du midi. Il se fait accoster de manière farfelue par un individu qui se met à lui présenter une manière de vivre autre que celle dans laquelle il vient de se faire rabattre le caquet par ses supérieurs hiérarchiques / partenaires financiers… ceux qui mènent et qui décident, ceux qui racontent une histoire aux uns et qui racontent l’inverse aux autres pour mieux régner.

La société, les nations, le monde
L’auteur, non satisfait de nous présenter cette philosophie effectivement bien en place dans notre société de regroupements ou communautés regroupées ceci ou cela, inclut à sa manière toutes les histoires d’emprises et de contrôles qui se passent dans la géographie du monde et aussi dans le monde du spectacle /arts / vedettariat suprême et superficiel à se tordre.

La plume de S.E.K. Beddiari
Algérien d’origine, le Montréalais d’adoption nous présente un français qui va chercher ses influences ailleurs qu’en Amérique du Nord avec des tournures de phrases qui ont des origines avec lesquelles on n’a pas pris d’habitude.

Un monde de mises en scène observées et dépeintes
Le roman présente un nombre incroyable de situations actuelles mettant en scène des gens qui se foutent de toutes manières complètement de la souffrance qu’ils imposent aux autres et ce, tant qu’ils peuvent se jouer de leur vie selon leur propre vision et leurs propres scénarios qu’ils s’écrivent pour s’amuser, pour rire, pour se rebeller contre l’ordre établi tout en souhaitant à tout prix le devenir, de gré ou de force, d’une manière ou d’une autre, de front ou par en-dessus, jusqu’à l’aboutissement devant le fait accompli.

Un roman tout à fait édifiant ! Et puis, à la fin, il faudrait savoir sur quel sein se trouvent ces grains de beauté !!!

Au-delà de la critique, voici des CITATIONS, QUELQUES EXTRAITS du livre :

C’est une arme insidieuse, car elle est invisible, elle s’installe petit à petit comme la poussière, elle se dépose en quantité infinitésimale, imperceptible à l’oeil nu, mais avec le temps elle nous couvre d’une couche épaisse empêchant la réception des signaux vitaux.  (pp. 31-32)

Tout mon cinéma n’est dû qu’à l’oeuvre de ce sacré Joueur, c’est une influence manifeste. Sa parole, comme une injection intraveineuse d’une composition hallucinogène ou telle une morsure d’une créature venimeuse, réveille tout un village de vers dans mon brouillard mental. (p. 36)

Puis tentant une diversion pour ne pas prolonger la discussion autour de cette question, il a ajouté : « Oh, vous savez ces temples sont érigés pour les gens qui sont initiés au monde du jeu. Ceux qui ne le sont pas risquent de subir, au contact de ces indiscrétions, des chocs hautement dommageables pour l’intégrité de leurs facultés. » (p. 55)

Éditions BEROAF

Entrevue et présentation de l’auteur et fondateur de la maison d’édition lors du double lancement :

Publicités