Archives de Tag: Agora de la danse

Danse intergénérationnelle

La 2e Porte à Gauche / Pluton, à l'Agora de la danse avec Ginette Laurin, Daniel Soulières, Louise Bédard, Michèle Febvre et Linda Rabin @ Julie Artacho

La 2e Porte à Gauche / Pluton, à l’Agora de la danse avec Louise Bédard, Michèle Febvre, Ginette Laurin, Linda Rabin, Daniel Soulières Photo @ Julie Artacho

Cinq danseurs reviennent sur scène pour inaugurer la dernière saison Agora de la danse rue Cherrier.

Pour ce spectacle intergénérationnel intitulé Pluton, les chorégraphies souvent très théâtrales sont écrites par des jeunes, et les danseurs ont quelques années en plus.

Parmi les quatre tableaux, j’ai nettement préféré le duo de Ginette Laurin et Daniel Soulières. Captivants et attachants, les deux racontent l’histoire d’un couple amoureux à travers les années.

Dans les autres tableaux, on semble vouloir montrer, pour en parler de manière abstraite, l’impression de points blancs cherchant à impressionner un immense tableau tout aussi blanc ou laisser voir l’immense difficulté de communiquer, avec parfois aussi le sentiment qu’ils ne veulent pas les revoir trop souvent.

C’est à l’Agora de la danse, du 16 au 19 septembre.

http://montreal157.blogspot.ca/2015/08/pluton-danse-intergenerationnelle.html

Publicités

Margie Gillis, 40 ans !

La grande danseuse inspirée, innovante, unique et réinspirée célèbre 40 années !

Margie Gillis, spectacle, Agora de la danse

Margie Gillis à l’Agora de la danse Crédit photo © Valerie Simmons

Florilège
Pour bien se rappeler les grands moments de sa carrière, Margie Gillis a repris ses chorégraphies et en a concocté un spectacle rassemblant cinq extraits marquants avec cinq costumes qui reflètent cinq extériorisations d’émotions complètement différentes.

Margie Gillis danse l’âme meurtrie sur musique chantée de blues autant que l’hyper-dynamisme sur chanson rythmée ou la vie d’une femme sur prose poétique et, au retour de l’entracte, un long extrait très fort qui dépeint l’émigration où elle est sur scène avec deux valises qu’elle traîne à bout de bras ou sur le dos, qu’elle pousse du pied, utilise pour se cacher la tête, pour s’asseoir ou pour marcher… Tout un jeu scénique poussé par la volonté et rempli d’une lueur d’espoir.

Margie Gillis est un monument ! Il ne faut pas rater cette occasion de la revoir ; Florilège est présenté à l’Agora de la danse les 26, 27, 28 février à 20 h et le 1er mars à 16 h.

Fondation de la danse Margie Gillis