Noix de coco

noixdecocoUn petit trésor de livre de cuisine pour célébrer le mois de l’amour : Les bienfaits de la noix de coco, avec des recettes nourrissantes irrésistibles pour toutes les heures de la journée, pour des repas complets, des smoothies, des desserts à partir de lait de coco, eau de coco, farine de coco, huile de coco ou noix de coco séchée.

Le bonheur, tous les jours, à la noix de coco, mon coco ! Un superaliment pour une super personne.

Je sais pas si je pourrai attendre à l’été pour savourer la crème glacée instantanée, mets végétarien, sans produits laitiers, sans gluten… Un super dessert super simple à préparer, précédé peut-être de brochettes saumon et aubergine au miso.

Ou bien pour se sucrer le bec, le carpaccio d’ananas :

« Ce carpaccio élève un simple fruit tranché à un statut qui épatera vos invités. Les copeaux croustillants de noix de coco grillée et le sucre vif à la lime créent de merveilleuses textures et saveurs. »

Bon appétit !

Les bienfaits de la noix de coco, d’Emily Jozen, est disponible aux éditions Broquet.

http://www.broquet.qc.ca/produit/les-bienfaits-de-la-noix-de-coco/


Choisir la solidarité féminine

choisir-la-solidarite-feminineLa merveilleuse salvatrice Marthe Saint-Laurent reprend son bâton de pélerine, elle qui en 2009 a été la première à dénoncer l’immense problème du bitchage entre femmes.

Dans ce nouveau livre, elle analyse l’ampleur des forces féminines, les qualités qui nous caractérisent et pourraient nous propulser vers l’entraide et le succès si la jalousie, l’envie ou la trahison passées ou présentes ne nous poussaient pas à nous faire bêtement du tort mutuellement.

Pourquoi parler de bitchage et d’intimidation ? Comment reconnaître une relation saine ? Comment choisir une bonne alliée ? Quels sont les parallèles entre mère de famille et gestionnaire ?

Je dois avouer que j’étais contente de lire dans cet ouvrage qu’une femme qui travaillait en milieu d’aide aux femmes a dù se rendre aux constatations de Marthe Saint-Laurent puisque par expérience personnelle, c’est clair que dans ces milieux aussi, les femmes peuvent être confrontées au déni 101, à la mauvaise foi 203, aux clans fermés 306, à l’hypocrisie 405, etc.

CITATIONS / EXTRAITS

Pourquoi parler de bitchage et d’intimidation ? Simplement parce qu’il faut cesser d’avoir peur de dénoncer (p. 17)

Diviser pour régner, c’est parler dans le dos des autres, c’est monter un clan à force de gérer et de régenter afin d’affaiblir un individu ou un groupe. (p. 26)

Bien qu’il demande conseil, il ne suit pas nécessairement les recommandations. Il éprouve de la difficulté à essuyer un refus. Il vit dans la tristesse et pleure souvent. Bien qu’il recherche l’indépendance, il s’accroche rapidement aux autres. (p. 86, L’abandon)

Dans la mesure où une relation nous détruit, qu’elle gruge notre énergie et fait sortir ce qu’il y a de plus laid en nous, c’est qu’elle n’est pas ou plus pour nous. (p. 78)

Choisir la solidarité fémnine, de Marthe Saint-Laurent, est publié aux éditions Québec-Livres. En librairie le 8 février 2017.

Autres livres de Marthe Saint-Laurent sur le bitchage et l’intimidation :
servicesmontreal.com/jacqueline/l.bitchage.html
servicesmontreal.com/jacqueline/l.bitchage-guide-survie.html


Ai-je du sang de dictateur ?

Résultat d’une recherche identitaire personnelle, Didier Lucien présente ici le despotisme à travers un spectacle historico-burlesque mettant sous des projecteurs multimédias l’histoire d’Haïti.

aijedusangdedictateur-soi-memeDu dictateur aux hommes en robe ou en costume militaire qui imposent leurs diktats aux autres en passant par l’homme blanc qui en impose à l’homme noir ou par l’homme tout court sur la femme ou l’homme orchestre sur les enfants, toutes les raisons sont bonnes pour exploiter les noirs comme biens meubles (ou les femmes, au même titre, sauf qu’il n’y a pas de mois de l’histoire des femmes – il y a bien eu un frêle essai une année mais il fut avorté à mi-chemin et ne revint jamais – il a dû se perdre dans les méandres des petits bouts précaires et cassés de la rue Jeanne-Mance alors que le Sieur de Maisonneuve a, lui, un long boulevard avec ligne de bus, ligne de métro, piste cyclable, etc.

Mais revenons à notre sujet des dictateurs et despotes. (L’avions-nous quitté ?)

Dans ce spectacle, il y a en plus du burlesque, plusieurs ressentis qui assaillent la spectatrice : la perplexité et même l’effroi qui fait sursauter lors d’une expérience multi-sensorielle, le tout menant à une réflexion d’inquiétude face à  un mauvais sort de se retrouver dans une situation contrôlée par un fou nombriliste narcissique qui ne voit dans le monde que lui-même et lui-même seul, sauf quand il s’agit de surplomber des insectes qui le vénèrent. Mais dès que tels insectes atteignent la grosseur d’un chat, ils sont bons pour l’extermination.

De nombreuses images multimédia sur grand écran format cinéma multiplient le personnage et s’il y en a d’autres, ils lui ressemblent de multiples façons ou encore c’est lui-même dictateur narcissique qui est multiplié ad nauseam. Les gestes d’intolérance qu’il pose sont mimés ou accompagnés de textes, musique ou images marquantes.

Un montage graphique est assez réussi lorsque, comme un squelette pour étudiants d’arts, un des soi-mêmes à lunettes se retrouve avec un corps entièrement composé, pour chaque membre pliant, d’une tête de soi-même à lunettes.

Le spectacle a par ailleurs le mérite de raconter l’histoire de l’esclavage et celle d’Ayiti en moultes détails mais en soulignant les failles imposées aux noirs il pourrait aussi souligner les failles qui écrasent les femmes depuis la nuit des temps alors que la situation est loin de s’améliorer ces dernières années tout particulièrement depuis que les droits des femmes sont solidairement dénigrés et volontairement niés par les hommes qui posent en victimes entre eux et réussissent à se convaincre pour convaincre les autres et parvenir au narcissisme suprême. Mais il ne faut pas s’attendre à une pensée pour autrui dans un spectacle où l’unique personnage narcissique et despotique se met à chanter (faux) habillé d’une devanture rappelant une femme en décolleté, devanture qui lui est tombé du ciel et qui est accrochée un peu comme une robe sur une poupée de carton.

http://montreal157.blogspot.ca/2016/11/ai-je-du-sang-de-dictateur.html


Le chamane d’Ek-Balam

chamaneAlain Williamson a publié une suite à la merveilleuse Villa des Miracles. Cette fois, ce n’est plus à Hawaii que ça se passe mais au Mexique où les 5 codes d’éveil sont révélés au bien nommé Thomas Doubtful qui après avoir échappé de justesse au malheureux MH-370 fait le touriste dans des ruines du Yucatan afin de retrouver ses guides dont un chamane maya venu d’une dimension supérieure dans le but de lui enseigner des codes de vie bien terrestres.

CITATIONS / EXTRAITS

– On ne doit pas nous voir ensemble. C’est trop dangereux, me dit -il en mimant des gestes donnant l’impression qu’il m’expliquait quelque chose par rapport aux ruines.
– Ne t’en fais pas, je ne crois pas avoir été suivi, le rassurai-je.
– Pourtant, si ! Je vais te désigner trois bâtiments, comme si je te donnais des informations sur les ruines. Près de chacun d’eux, regarde bien et tu verras toujours deux hommes en tenue de touristes mais qui nous observent. (pp. 50-51)

Au contraire de ce que le monde peut penser, l’humilité est le témoignage de ta véritable grandeur. (p. 157)

Alain Williamson est fondateur et président, directeur général des éditions Le Dauphin blanc. J’ai eu le plaisir de le rencontrer en entrevue au SLM :  http://montreal157.blogspot.ca/2015/11/alain-williamson-editeur-le-dauphin.html

http://dauphinblanc.com/catalogue/le-chamane-dek-balam/


STRESS

Vaincre le stress sans médicaments

stressUn super petit livre un peu plus grand que la main mais tellement rempli d’infos pour comprendre, trouver les causes, observer les symptômes dus au stress et s’attaquer au problème, voir si on peut s’aider soi-même ou sinon auprès de quels spécialistes trouver de l’aide tout en sachant identifier les faux amis.

Vraiment ce nouveau livre du Dr. Marc Schwob paru en français aux éditions Broquet fait vraiment le tour de la question et la personne qui en parcourt les pages se sent éclairée, en tout cas sent qu’elle peut trouver la lumière au bout du tunnel.

Dans la même collection, il y a aussi DIGÉRER sans médicaments et DORMIR sans médicaments.

CITATIONS / EXTRAITS

Rappelez-vous qu’une série de petites irritations peut être plus stressante que certains grands problèmes de la vie. (p. 41)

Si vous vivez dans une ville très polluée, corrigez en prenant : Vit C ; Vit A ; Vit E (p. 76)

3. Si vous vous sentez extrêmement fatigué, arrêtez et reposez-vous : il y aura toujours un lendemain pour continuer. (p. 63, encadré intitulé S’AIDER SOI-MÊME PAR L’ACTIVITÉ PHYSIQUE EN CINQ POINTS)

http://www.broquet.qc.ca


Invendus

avaazpetitionpain

Si tu es d’accord pour que les épiciers, commerçants et restaurateurs du Québec cessent de jeter et volontairement contaminer le pain et autres invendus, signe la pétition : https://secure.avaaz.org/fr/petition

Et une bonne année 2017 à toutes !

 


Épices

epicesOn dit que le 3 fait le mois donc voici un livre à consulter pour préparer vos repas festifs : Le pouvoir des épices – Origines – Traditions – Faits – Saveurs.

Ce nouveau livre de Gill Davies, un auteur qui a plus de 400 livres à son actif, porte aussi la signature de Dalia Maori R.D., consultante en nutrition.

Sous sa couverture cartonnée, Le pouvoir des épices différencie les graines des fruits et baies ou des écorce, racines et autres sources de saveurs à inclure dans la préparation des repas afin de rehausser ou de pourvoir à des carences en santé ou même encore d’agir de manière proactive à l’aide du curcuma, de la vanille, du sumac, de la menthe poivrée…

Sous graine de céleri, on trouve l’histoire du bloody Mary mais aussi comme pour l’ensemble des sujets traités, les usages traditionnels, un tableau comprenant entre autres les usages culinaires, le conseil de nutritionniste et plus. Le pouvoir des épices renferme aussi un tableau des vitamines et minéraux, de même que plusieurs mélanges d’épices vendus dans le commerce et que l’on pourra dès maintenant préparer chez soi en les dosant à notre goût. Pour couronner le tout, le langage des épices : eh oui, comme les fleurs, les épices ont leur sens et leurs émotions.

CITATIONS / EXTRAITS

Il n’en faut que 30g (1 oz) pour produire un acre de culture (p. 20, Graine de céleri)

C’est au Moyen-Âge qu’elle mérite le nom de graine de paradis dans le but d’en augmenter le prix (p. 16, Maniguette)

Le pouvoir des épices est publié en français aux éditions Broquet.


La violence faite aux femmes

Trop vraie, cette vidéo de Nicole Ferroni intitulée Stéphanie et la violence conjugale, parce qu’en fait, les hommes qui disent nous aimer, ils nous aiment mais souvent avec des oeillères et seulement quand ça fait leur affaire. Autrement, ils nous traitent sans gêne comme de la poussière :..


PEN au SLM

salondulivredemontreal2016Le Salon du livre de Montréal est en pleine effervescence et j’aimerais signaler cette année parmi les entrevues vidéo que j’y ai réalisées cette rencontre avec Denise Pelletier du Centre québécois du P.E.N. international devant cette fameuse affiche du PEN, crayon en anglais, un crayon qui a une efface aux deux bouts et avec lequel il est impossible d’écrire. Chaque année, le PEN est présent au Salon du livre de Montréal et pratique des jumelages entre des auteurs et auteures québécoises et des personnes, hommes et femmes, emprisonées pour leurs écrits.

C’est important de le souligner car au Québec, si on n’emprisonne pas les personnes qui dénoncent les abuseurs organisés, on les persécute autrement en les excluant pour les empêcher de parler, de s’exprimer, d’avoir une vie sociale, de gagner leur vie honnêtement. Les femmes sont encore et toujours victimes de la mafia des hommes qui sont encore et toujours solidaires quand il s’agit d’écraser une femme, de nous bloquer par leurs amitiés dans les conseils d’administration où les femmes sont si absentes ou de nous éloigner quand nous ne nous jetons pas à leurs pieds pour leur offrir nos faveurs sexuelles, ce qui revient à une forme très nette de harcèlement sexuel, harcèlement psychologique, harcèlement social et économique. C’est toujours du mauvais narcissisme que de ne tolérer que son pareil. On dit que le féminisme est en train de renaître… Pas étonnant avec tous les abus des dernières années au nom des pauvres fausses victimes masculinistes qui sont pourtant si bien organisés pour se faire leur publicité, voire propagande.

En passant par ailleurs, l’occasion est belle pour souligner également à la télé dimanche dernier un rarissime concert de Beethoven, L’Héroïque, si bien choisie, avec deux dessinateurs de presse lors duquel on n’a vu aucune banderole mafieuse d’aucune sorte mais seulement L’EXPRESSION DE LA LIBERTÉ et LA LIBERTÉ D’EXPRESSION. Bravo Plantu et son organisme Dessins pour la Paix.

Livres comme l’Air, entrevue avec Denis Pelletier au stand PEN d’Amnistie qui relie en jumelage un auteur ou une auteure québécoise à un homme ou une femme qui est détenue pour ses écrits. Par exemple, l’écrivaine québécoise Danielle Dubé est jumelée à la romancière, nouvelliste et militante turque pour les droits humains Asli Erdogan qui a été arrêtée à son domicile d’Istanbul en août 2016.

https://penquebec.org/

http://montreal157.blogspot.ca/2016/10/salon-du-livre-de-montreal-2016.html

http://www.salondulivredemontreal.com/visiteurs/programmation/2016-11-16/

#SlMtl


Une super mémoire

Les techniques infaillibles pour apprendre et se souvenir de tout

une_super_memoireNouvelle parution passionnément utile chez édito de Sébastien Martinez qui traite de la mémoire, comment se souvenir des noms, réviser pour un examen, retenir une liste de mots ou une liste de chiffres, mémoriser les visages…

Avoir une bonne mémoire, cela s’apprend surtout avec les techniques décrites dans ce livre ! Et c’est plus que juste l’idée d’entrer dans la grotte d’Ali Baba.

CITATIONS / EXTRAITS

« Orge, ouvre-toi !» (…)  Quelle était la formule magique qui lui avait permis d’entrer quelques minutes plus tôt ? Il fallait prononcer le nom d’une céréale, ça, il en était certain… Mais laquelle ? Comment diable pouvait-il ne plus s’en souvenir ? Il tenta plusieurs noms, sans succès.  (Introduction, p. 11)

Non, non, ne les relisez pas. En revanche, écrivez-les, là, tout de suite, avant qu’ils ne s’échappent. Nous vous avons réservé un petit espace (p. 25)

Si vous tentez le coup, je vous promets que, dans dix minutes montre en main, non seulement vous connaîtrez les vingt items qui vous ont donné tant de fil à retordre, mais vous serez capable de les réciter à l’endroit et à l’envers. (p. 27)

editionsedito.com