Archives de Catégorie: Photos-Vidéos

WPP 2016

wpp2016
© Rohan Kelly – Storm Front on Bondi Beach.jpg
WORLD PRESS PHOTO Montréal 2016

L’exposition des photos de presse les plus marquantes de 2015 est présentement à Montréal et comme l’année qu’elle couvre, elle fouette avec ses enfants syriens ensanglantés, ses réfugiés en mer et aux frontières fermées par des clôtures dans lesquels certains réussissent à trouver une brèche, ses femmes anciennes militaires états-uniennes devenues sans abri après avoir été abusées par leurs collègues masculins  qui sont protégés par d’autres collègues masculins et qui causent à ces femmes encore plus de tort…

Ce sont à nouveau quatre expositions en une sur deux étages, débutant par les photos les plus dramatiques et incluant tout de même quelques photos de ski ou de baleines ainsi que quelques bonnes caricatures à propos des paradis fiscaux.

Comme par les années passées, c’est une exposition à ne pas manquer, jusqu’au 2 octobre prochain.

MARCHÉ BONSECOURS
325, rue de la Commune Est dans le Vieux-Montréal

Tous les jours de 10 h à 22 h
Nocturnes : jeudis, vendredis et samedis jusqu’à minuit

http://montreal157.blogspot.ca/2016/09/wpp.html


L’âge économique

L'âge économique Auteur : Claude Vaillancourt M éditeur

L’âge économique
Auteur : Claude Vaillancourt
M éditeur

Un livre révélateur de Claude Vaillancourt que j’ai eu le plaisir de rencontrer en entrevue vidéo, au sujet des abus de toutes sortes que la folie de vouloir mettre une valeur sur tout et n’importe quoi impose à la société et surtout à ceux et celles qui en subissent les conséquences.

Vous remarquez qu’il y a de plus en plus de personnes démunies et par opposition il y a aussi des hommes qui disposent d’une fortune telle qu’ils ne sauraient jamais dépenser sur toute une vie ? Vous voyez clair et vous avez raison de penser que le gouvernement se laisse enfirouaper par ces gens-là qui par ailleurs sont reconnus pour ne pas participer aux dépenses communes dont ils bénéficient (et vont possiblement même jusqu’à recevoir des subventions de ces mêmes gouvernements aussi appauvris que vous et qui manquent comme vous de revenus d’impôts et conséquemment coupent dans les programmes sociaux, vous empêchant de donner de l’élan à votre vie et donc vous appauvriront encore plus gravement quand vous aurez véritablement tout donné alors que ceux qui ont la phobie de donner la moindre cenne vivront toujours dans leurs multiples penthouses et châteaux subventionnés de par le monde).

La cupidité folle du monde actuel
L’âge économique de Claude Vaillancourt décrit les mécanismes de la cupidité folle dont sont atteints ceux qui sont maladivement incapables d’arrêter d’accumuler tout en rejetant complètement toute forme de redistribution de « leur » richesse et explique ce qui a causé la puissance de l’âge économique et ce qui causera sa perte.

Voir l’entretien vidéo (avec les planchistes en background – oui oui nous avons fait l’entrevue dehors, en plein air et en pleine ville) : https://youtu.be/rSE5qWFHARI

CITATIONS / EXTRAITS

« Cette cupidité folle, cette incapacité totale de s’arrêter d’emmagasiner des revenus, s’accompagne en général d’un rejet net et indiscutable de toute forme de redistribution de la richesse, sinon par le biais de fondations privées, qui donnent d’importants avantages fiscaux, tout en favorisant une générosité narcissique, sans planification réelle puisqu’elle est basée sur le caprice et sur les intérêts personnels et momentanés des donateurs et donatrices. » (p. 20)

« L’État social et solidaire, l’une des plus belles avancées de notre civilisation, est démantelé partout dans le monde. Les inégalités sociales redeviennent ce qu’elles étaient il y a plus de cent ans […] et la démocratie est muselée de multiples façons. » (p. 21)

« En produisant des oeuvres peu ancrées dans notre réalité sociale, on transforme le rôle de l’écrivain. On le confine à des sujets […] Une intervention sur un sujet politique devient alors si incongrue, tellement loin de ce qu’on attend de cette personne, que l’écrivainE comprend derechef qu’il doit se taire ; et si l’écrivainE ne le fait pas, on entourera son oeuvre et son propos d’un mur de silence. » (p. 112)

Vous voulez comprendre l’aplatventrisme global et local actuel ? Lisez le livre de Claude Vaillancourt, intitulé L’âge économique, publié chez M éditeur.


Des chevaux…

DSC01594DES CHEVAUX ET DES HOMMES, grande exposition à Pointe-à-Callière, présente la collection Émile Hermès, Paris.

DES CHEVAUX ET DES HOMMES, exposition à la Maison des Marins de Pointe-à-Callière, cité d'archéologie et d'histoire de Montréal Photo Jacqueline Mallette

DES CHEVAUX ET DES HOMMES, exposition Pointe-à-Callière
Photo Jacqueline Mallette

Des petits objets datant de quatre millénaires aux voitures d’époque où elles étaient tirées par les chevaux disposées de manière très scénique, les beaux objets de collection Hermès racontent celui qui a fondé la Maison Hermès et surtout le cheval en termes de tableaux de rois, d’outils du maréchal-ferrant, de selles en provenance de multiples pays y compris une originaire de France et gracieusement ornée pour l’usage des femmes avec habit de cavalière incluant la clip pour retenir la jupe – le contenu de cette vitrine a été donnée par une famille préférant faire parler les objets de la grand-mère que de les laisser se taire dans un grenier.

DES CHEVAUX ET DES HOMMES est une exposition pour les amoureux des chevaux et les amoureux du voyage avec ses belles pièces de voyages datant de la jeunesse du fondateur Émile Hermès. L’expo est présentée à la Maison des Marins de Pointe-à-Callière, cité d’archéologie et d’histoire de Montréal, du 20 mai au 16 octore 2016.

pacmusee.qc.ca


100 jours sans viande

Pourquoi et comment arrêter de manger de la viande ?

100 jours sans viande Auteure : Aline Perraudin Éditeur : édito

100 jours sans viande
Auteure : Aline Perraudin
Éditeur : édito

Journaliste spécialisée dans le domaine de la santé, Aline Perraudin révèle dans ce livre qui paraît aujourd’hui chez édito son expérience sur 100 jours de constituer ses repas sans apport de viande et surtout le pourquoi de cette décision.

Et c’est sur plusieurs pages de références en fin d’ouvrage qu’elle appuie sa motivation : la publicité inventive, la maltraitance et la vie trop courte des animaux qui nourrissent l’industrie de la viande, l’étiquetage récent qui n’informe pas, le réchauffement de la planète…

Après cette mise en bouche des plus attristante sur l’être humain, Aline Perraudin nous raconte son vécu d’une semaine à l’autre, relatant entre autres un dîner d’affaires somptueux où elle a dû se contenter des garnitures dans son assiette et se passer de dessert si elle voulait s’en tenir à un régime sans viande. Au cours des 100 jours, elle a rencontré des flexivores, des végétariens, des véganes ; elle a observé leurs assiettes et leur plein d’énergie. Et puis elle a appris comment remplir sa propre assiette de protéines non-animales, elle qui a grandi dans une région de France où les belles Charolaises dans la ferme de ses grands-parents avaient toutes un prénom et étaient traitées comme le prescrit le code rural français toujours en vigueur.

100 jours sans viande est un livre révélateur de nombreuses questions de plus en plus posées par les gens qui veulent manger santé, consommer humainement à l’égard des veaux, vaches, cochons et poules dont l’industrie qui les mène à l’abattoir est loin de pouvoir se targuer d’avoir une conscience à toute épreuve. Vous y découvrirez des gens, des études, des tableaux, des méga fermes productivistes, des produits substituts pas toujours meilleurs que leurs équivalents traditionnels, des Salons de l’Agriculture en compagnie de José Bové, des lois adoptées au Canada en 2016 pour tenter de correctement identifier la provenance…

CITATIONS / EXTRAITS

« À travers mon expérience, voici comment lâcher le steak, tout en gardant une vie sociale intense et une santé de fer. » (p. 8)

« J’ai seulement pu voir ma grand-mère et ma tante – deux générations cohabitaient dans la ferme – aller se servir dans le clapier à lapins comme je le ferais dans le réfrigérateur. »  (p. 12)

« En regardant ces spots, qui pourrait penser qu’en réalité les poules pondeuses sont majoritairement élevées en batterie et ne disposent pour vivre que de l’espace d’une feuille 8,5 x 11 ? » (p. 16)

« J’ai pu ainsi continuer à manger de la viande dissimulée, reconstituée, sous forme de billes ou de cubes. » (p. 18)

« Mais ce qui a achevé de me couper l’appétit, ce fut de découvrir comment était fabriquée la viande hachée de nos plats industriels. » (p. 26)

J’ai eu le plaisir de rencontrer l’auteure à Montréal. L’entrevue vidéo est en ligne :  https://youtu.be/HyMBt8jw_cs

100 jours sans viande, de la journaliste Aline Perraudin, est publié aux éditions édito et disponible en librairie.


Le forgeron du destin

dreamwalkers_3

Enfin le troisième tome doublement fantastique de la collection Dreamwalkers que l’auteur Alain Lafond nous a fait attendre, bien malgré lui comme on l’apprend dans ses remerciements, plus de deux ans.

Le dernier livre de la trilogie nous emmène bien plus loin que dans les rêves, bien plus profond que dans les religions aux adeptes solidaires et prêts à tout pour réussir.

Dans l’immensité universelle de ce thriller fantastique, les personnages de Sam, Sarah, Charlie, Ariel, Ève, Jérémy, Rose et Calaan ne lâchent pas le morceau vers des aventures au-delà du réel menées jusqu’au bout.

Le forgeron du destin est une trilogie emballante et surtout totalement inédite avec ses scènes imaginatives à souhait et ses clins d’oeil au monde dans lequel nous vivons.

CITATIONS / EXTRAITS

« C’est un comédien de première, un jury ne le condamnera jamais. » (p. 26)

« – Arrêtez une minute de réfléchir avec ce que vous avez entre les jambes et utilisez votre tête. C’est tout ce que je demande. Ce n’est pourtant pas si compliqué ! » (p.99)

« Mais comment discuter avec un être qui jugeait la race humaine aussi insignifiante qu’une colonie d’insectes ? » (p.160)

« Il ne pouvait y avoir qu’un responsable à ce gâchis : lui-même. » (p. 237)

« Une telle puissance ne pouvait être remise entre les mains d’une créature comme le renégat. Celui-ci était incapable de voir plus loin que ses ambitions personnelles. C’était inacceptable. »

Publié aux éditions Onirium, Le forgeron du destin est le dernier volet d’une trilogie de genre thriller fantastique accessible aux 15 ans et plus, disponibles en formats papier et numérique, bientôt aussi en audio. … Aucune prison n’est éternelle ! Mais l’amour, lui… ?

http://editions-onirium.com/dreamwalkers_3/

Entrevue vidéo avec l’auteur Alain Lafond


Terre des femmes

nassirabelloulaSLM2015

Bouleversant, le plus récent roman de Nassira Belloula dans lequel se mêlent dans une prose poétique le sang des accouchements à celui des batailles et des guerres menées par les hommes et les femmes sur cinq générations.

La nouveauté, c’est qu’au lieu de voir l’Histoire en excluant les femmes, cette fiction historique part des femmes, de mère en fille, leur accueil au village lorsqu’elles sont déplacées, leur histoire d’amour et leur vie auprès ou en l’absence de leur homme ou de la famille ou encore des personnes de confiance recommandées par des hommes ou des femmes qui leur veulent tout le bien possible même si toutes ces vies sont assujetties aux atrocités des colonialistes et opportunistes parfois politiques, d’autres fois de la « noblesse » ou encore militaires Français en Algérie pendant les plus de cent années d’occupation. Individus égorgés, filles violées, villages rasés, maisons et récoltes brûlées, Algériens pourchassés pour être tués, chassés de chez eux, hommes et femmes ensemble ou esseulés devant tout recommencer ailleurs. Et de mère en fille, la vie continue dans ce roman qui se situe entre 1847 au moment de l’invasion des Français jusqu’au déclenchement de la Guerre d’Algérie. C’est souvent déchirant. C’est toujours dense d’Histoire et de féminité mais aussi de masculin. Pour la dernière de la lignée, un chapitre haletant, un vrai page turner.

CITATIONS DE NASSIRA BELLOULA EN ENTREVUE

« Pour chaque femme, il y a une époque qui est relatée avec les faits, les événements, ce qui s’est passé à cette époque-là », explique Nassira Belloula en entrevue vidéo dans laquelle il est aussi fortement question de la condition féminine. « Un survol de cent ans d’Histoire » dans les Aurès avec « beaucoup de déchirements ». « les derniers attentats de Paris […] on voit que rien n’a changé. »

CITATION EXTRAITE DU LIVRE

« Tadla soupira, les choses devaient passer ainsi, elle ne dérogeait pas à la règle, après tout, son sort était lié intimement à sa filiation féminine, ce lien confus et douloureux qui faisait d’elle le prolongement de la destinée des siennes, destinée de souffrance, semble-t-il, car à partir de ce passé, le chemin tracé était assez laborieux. Il finirait bien par arriver quelque part. Elle pensa à Yélli, sa mère, ne lui avait-elle pas donné la vie dans la plus profonde des solitudes. Elle, le fruit d’un amour interdit. Qui sait ce qui serait advenu d’elle, sans la force et la ténacité de ses deux grands-pères, ennemis héréditaires, réconciliés dans le malheur. » (p. 108)

Dans le texte sont par ailleurs insérées de nombreuses citations, des paroles ou des écrits notamment de personnalités à la carrière de tous niveaux, y compris des plus hauts perchés.

Terre des femmes mériterait bien une Note de l’auteur en fin d’ouvrage s’il était publié ici, mais vu qu’il est publié en Algérie (Chihab éditions), il n’est malheureusement pas disponible chez nous. S’agirait-il là d’un triste manque dans les réseaux de communications mondiaux qui font en sorte que nous ne sommes pas en mesure de connaître aussi bien qu’on le voudrait ? Comment y remédier ? La France a-t-elle une oreille à l’écoute ou une idée d’apaisement pour rétablir la paix de l’âme ?

J’ai eu le plaisir de rencontrer Nassira Belloula au Salon du livre de Montréal 2015 où elle m’a accordé une entrevue vidéo : Nassira Belloula, algéroise et montréalaise.

 


Projetez confiance et crédibilité

Projetez confiancePour bien débuter l’année, pour trouver plein de bonnes résolutions à adopter tout au long de l’année et toujours faire une bonne première impression, notre spécialiste québécoise certifiée en étiquette et protocole nous a préparé une bible à avoir sous la main, qui pour sa garde-robe, chapitre homme et chapitre femme, qui pour participer aux réunions, communiquer avec la technologie, bien se comporter aux repas d’affaires, pour réseauter, etc.

Vraiment, après Quoi dire, comment faire et quand ?, Julie Blais Comeau nous revient avec Projetez confiance et crédibilité. un livre à garder sous la main avec ses innombrables soins à décrire les comportements corrects autant traditionnels qu’hyper modernes. Son aide-mémoire pour le réseautage pourrait vous être particulièrement utile en tout temps et en tout lieu.

CITATIONS / EXTRAITS

« Quand votre message est de cinq mots ou moins, écrivez-les comme objet, suivi de FM (Fin du message). La première fois que vous utiliserez FM, épelez l’acronyme pour votre destinataire. » (p. 136, Début du message et formule d’appel, LES COURRIELS)

« Comme indiqué précédemment, le pain n’est pas un amuse-gueule. Il ne doit pas être mangé en attendant le repas. Le pain accompagne le repas. » (p. 204, MANGER LE PAIN)

J’ai eu le plaisir de rencontrer Julie Blais Comeau au Salon du livre de Montréal 2015 où elle m’a accordé une entrevue vidéo au stand de Béliveau éditeur.

etiquettejulie.com


Agatha Christie

Photo (détail) d'Agatha Christie lors de son premier tour du monde en vue de négocier avec tous les pays leur participation à l'exposition universelle de Londres. Pointe-à-Callière présente une exposition inédite « Sur les traces d'Agatha Christie » du 8 décembre 2015 au 17 avril 2016

Photo (détail) d’Agatha Christie lors de son premier tour du monde en vue de négocier avec tous les pays leur participation à l’exposition universelle de Londres.
Pointe-à-Callière présente une exposition inédite « Sur les traces d’Agatha Christie » du 8 décembre 2015 au 17 avril 2016

Pointe-à-Callière présente sa nouvelle exposition « Sur les traces d’Agatha Christie » du 8 décembre 2015 au 17 avril 2016, une expo unique et inédite remplie d’images d’elles tout au long de sa pétillante vie et aussi de photos et films qu’elle a réalisés pendant les 30 années où elle a accompagné son marie archéologue en Mésopotamie.

Un grand bas-relief archéologique, une Remington antique, des wagons de train historiques ainsi que de somptueux bijoux sertis de lapis-lazuli ponctuent le parcours qui débute par un jardin de poisons et nous fait découvrir de la prolifique auteure son enfance, ses voyages, ses images, sa maison où elle a passé ses dernières années. Entre son fauteuil et son piano, ici et là des piles de livres parmi les 66 romans policiers, 6 romans publiés sous son nom de plume Mary Westmacott, 150 nouvelles, 18 pièces de théâtre et 2 livres de souvenirs.

L’exposition présente aussi sous vitrine la page de son scrapbook sur lesquelles se trouvent ses photos du Québec.

Son petit-fils – qui est présentement à Montréal en même temps que Henrietta McCall, commissaire invitée du British Museum, et Michel Cozic, collectionneur de l’Orient-Express – Mathew Prichard voue une admiration et un amour sans borne pour sa grand-mère qui lui a donné une enfance heureuse, elle qui croyait selon ses dires que cela est de prime importance pour toute personne.

Malgré toute sa gentillesse, Elisabeth Monast Moreau, commissaire de l’exposition, nous a raconté des anecdotes sur les problèmes d’acceptation auxquels a dû faire face Agatha Christie en raison du fait qu’elle était une femme dans un monde d’hommes. Au fond et dans les faits, le monde n’a pas tellement changé sur ce point…

Deux vidéos :
Mathew Prichard, petit-fils d’Agatha Christie et administrateur du fonds Christie Archive Trust

Francine Lelièvre, directrice générale, Pointe-à-Callière

L’exposition inédite « Sur les traces d’Agatha Christie » est présentée du 8 décembre 2015 au 17 avril 2016 à Pointe-à-Callière, cité d’archéologie et d’histoire de Montréal.


Sordide complot

« Si tu crois que j’ai réussi
à me rendre où je suis en étant honnête,
tu rêves en couleur. »

SLM 2015
Tant d’hommes sont tellement prêts à tout et n’importe quoi pour parvenir à leurs fins.

Perso, il m’est déjà arrivé d’avoir à subir une seconde fois des tests pré-emploi en raison d’une maladie impossible. Ce jour-là, une infirmière a soit subi de l’intimidation soit reçu un grosse enveloppe brune de la part de cet homme d’une cinquantaine d’années qui discutait vivement avec elle de l’autre côté des vitres. Dommage qu’en échange de ses problèmes de prostate je n’aie pas été enceinte…

J’ai aussi connu un cancre qui est un jour passé VP d’une grande banque canadienne et dont le visage se défaisait immanquablement quand je lui disais que non je ne connaissais personne là où je venais d’être embauchée. Moi je n’avais pas accès à tous ces lieux réservés aux hommes.

Et connaissez-vous quelqu’un qui faisait tout bien et qui était sur le sentier d’une belle carrière et qui dans l’espace d’un éclair a vu le sol se dérober sous ses pieds et soudain se voir déchu au profit de trolls aux magouilles bien rodées avec des intermédiaires et même un journaliste bien graissés qui en beurrent épais pour convaincre tout l’entourage ?

Nous aurions besoin de la chouette équipe de Caméra Danger pour nous sortir de tous ces cauchemars.

Tome 9, Sordide complot, raconte l’histoire d’une course de vélo de montagne qui tourne au cauchemar à Sugarloaf. C’est un roman, un polar oh combien d’actualité.

Une fiction grinçante de vérité avec des rebondissements vraiment bien menés.

CITATIONS / EXTRAITS

« Il espère s’y voir tenant fièrement la médaille d’or qui lui ouvrira la porte des prochains Jeux olympiques. Il vient d’avoir dix-huit ans. Passionné par son sport et très tenace, il envisage l’avenir avec optimisme. » (p. 14)

« Il semble plutôt du genre solitaire, mais il est quand même venu s’entraîner un pe avec nous. Il est vraiment bon et m’a d’ailleurs donné quelques conseils. » (p. 45)

Sordide complot, tome 9 de la série Caméra Danger, est écrit par Lucia Cavezzali et est publié chez Marcel Broquet, la nouvelle édition.

J’ai eu le plaisir de rencontrer l’auteure en entrevue au Salon du livre de Montréal 2015.


Rencontres au SLM 2015

SLM 2015

Voici les entrevues vidéo réalisées avec des auteurs au Salon du livre de Montréal 2015 :