Archives de Catégorie: vie

Constats d’une jeune maman

Brèves réflexions maternelles… drôles et réalistes !

constats dune jeune mamanJeune maman au comble du bonheur… oui, totalement émerveillée… mais aussi totalement les deux pieds sur Terre… ou presque. Pratique et au septième ciel, c’est possible ?

L’auteur, Julie Niquette, a d’abord été avocate et attachée de presse, puis se consacre désormais à ses véritables passions, écrire et animer. C’est son deuxième livre.

CITATIONS / EXTRAITS

Constat du jour d’une jeune maman :
L’héritier (qui a 16 mois) compte déjà jusqu’à 9. Je dis  » un  », et il continue avec  » deux, deux, deux, deux  ». Alors, compte ça comme tu veux, ça fait 9.
Il n’y a pas de doute, il est un génie, comme sa mère ! (p. 26)

Constats d’une jeune maman, de Julie Niquette, est publié aux éditions Le Dauphin Blanc.

https://dauphinblanc.com/catalogue/constats-dune-jeune-maman/

Publicités

Estime de soi

Comment améliorer son estime de soi
Pour l’adolescent et le jeune adulte

estime de soi pour ados

Essentiel pour la jeune adolescente et pour la rentrée, ce livre de Geneviève Pelletier donne de nombreuses pistes de compréhension et de solutions ainsi que des suggestions pour éviter les séquelles ou pour survivre et se remettre en état de bien foncer et profiter de notre unique vie.

Trucs concrets d’une psychologue spécialisée auprès des enfants et des adolescentEs, exercices pratiques et pistes de réflexion avec de nombreux exemples tirés de sa pratique clinique, Comment améliorer son estime de soi examine de nombreux sujets qui touchent les jeunes : amitié, réseaux sociaux, relations amoureuses, sexualité, réussite scolaire, anxiété et dépression et problèmes de dépendance comme l’alcool, les drogues et jeux de hasard.

CITATIONS / EXTRAITS

Les distortions cognitives sont des pensées énoncées comme des faits, mais qui présentent la réalité de manière déformée. Il s’agit souvent d’exagérations. Par exemple, après une dispute avec ta mère, tu te dis :  » Elle ne comprend JAMAIS rien ! À quoi bon lui parler ?  » Il est certainement faux de dire que ta mère ne comprend JAMAIS rien. Il serait plus juste de dire que lors de votre dispute, tu n’as pas senti qu’elle te comprenait. (p. 47)

L’amitié est donc importante pour le développement de ton estime de toi et tes amis peuvent grandement contribuer à construire une image positive de toi-même. En somme, l’amitié nourrit l’estime de soi. (p. 72)

Il faut éviter de tomber dans le piège de prendre tous les commentaires pour la réalité.  (p. 78, COMMENT RÉAGIR LORSQU’ON EST INSULTÉ, DÉNIGRÉ OU REJETÉ SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX)

La façon dont tu interprètes tes performances et la façon dont tu te compares aux autres peut nuire à ton sentiment de compétence. (p. 116)

Il va sans dire que la langue française étant ce qu’elle est, c’est toujours une étape de plus pour les filles de comprendre que tous ces textes s’adressent à elles également. On dirait souvent que les hommes ont écrit entre eux les droits de l’homme pour servir l’homme et rabaisser les femmes. Nous devons être deux fois plus fortes étant donné qu’en plus, les femmes voulant s’affirmer ou réussir ou bien profiter de la vie sont souvent portées à se jalouser et à se dénigrer entre elles dans un monde où le masculinisme a très bonne presse et où la défense des droits de l’homme laisse trop souvent les femmes à l’écart. A commencer par la grammaire.

Comment améliorer son estime de soi de Geneviève Pelletier est disponible aux éditions Broquet. Un livre qui ne se démode pas.

http://www.broquet.qc.ca/produit/ameliorer-estime-de-soi/


Jugement des autres et culpabilité

jugement des autres

Une couverture qui reflète le fléau d’aujourd’hui
J’ai été vraiment très attirée par ce nouveau livre de Marthe Saint-Laurent, ne serait-ce que par la page couverture qui reflète exactement un très grand fléau d’aujourd’hui : l’exclusion des meilleurs par les bandits. Que l’on parle de mobbing, de bitchage, de bandes organisées autour de la photocopieuse ou en comités bidon rassemblant des pions aux agendas cachés, dans les sociétés subventionnées ou des émissions de téléréalité, le but reste souvent le même : se débarrasser des meilleurs pour que les pires éléments puissent se protéger entre ignares incompétents et jaloux du vrai talent.

Pour en finir avec le jugement des autres et la culpabilité
En effet, si on crée quelque chose on se fait copier-coller par des gens qui ont peu d’idées ou de talent et voilà que l’on se sent mal et que ceux qui avaient à la base un mal-être cherchent à le passer à meilleures qu’eux pour prendre leur place. Quand la personne qui a le plus de compétences n’est plus en mesure de s’opposer à la perversité des usurpateurs qui ont pour objectif de briser les personnes de talent. Mais on n’a pas à se sentir mal à cause de ces bandits organisés.

Retrouvez votre liberté intérieure
Dans ce livre, Marthe Saint-Laurent explique que l’opinion des autres, ce qu’ils vont penser, est en première ligne des préoccupations. Mais en cherchant l’approbation de l’entourage, on s’oublie soi-même pour donner une importance illimitée à l’opinion des uns et des autres qu’importe leur connaissance du sujet qui nous préoccupe. Sournoisement, on risque alors que la peur et l’angoisse s’installent. Et alors, quel bonheur et quelle aubaine pour les bandits !

L’auteure démontre toutefois que le jugement des autres n’est que le reflet de notre propre jugement. Quelle image avons-nous de nous-mêmes ? Quel regard posons-nous sur notre entourage ?

On reconnaît les commentaires dont l’origine est la jalousie lorsqu’ils cherchent à nous comparer… habituellement de manière désavantageuse pour nous. C’est ainsi que nous nous retrouvons à être moins bons, moins beaux, moins minces, moins sportifs que… d’autres. L’élément comparé est toujours supérieur à nous. (p. 47)

Cet ouvrage fait le point sur notre fragilité et sur notre trop grande disposition à laisser les autres nous définir. Malgré leur incommpétence à le faire ! C’est votre vie, c’est votre corps, c’est votre coeur, c’est votre âme, c’est à vous de décider. Ceux qui veulent le faire à votre place ne sont que des imposteurs jaloux qui veulent vous casser, vous écraser.

Pour en finir avec le jugement des autres et la culpabilité  • Retrouvez votre liberté intérieure, de Marthe Saint-Laurent, est publié aux éditions Québec-Livres et est disponible en librairie dès le mercredi 29 août.


Méthodes de guérisons spirituelles

livreQuoi faire quand on a été drainée de toutes nos ressources intérieures pour résister à l’appel de la mort ?

Un nouveau livre d’Hélène Lefebvre qui raconte son histoire et rassemble un certain nombre de bouées spirituelles, comporte entre autres un chapitre intitulé Suicide : non !

Elle survole en paragraphes courts et nombreux quelques couleurs et leurs significations négatives ou positives, les chakras avec leur utilité et leur positionnement sur le corps, les systèmes corporels qui doivent continuer de fonctionner malgré tout, des méthodes spirituelles, des faits vécus.

Publié aux éditions de l’Apothéose, ce livre rassemble des appels au secours qui ont subi une transformation réussie.

leseditionsdelapotheose.com


La maîtresse récidive

la maitresse récidiveSuite de récits Les mémoires de la maîtresse, histoires d’une notaire, par Marie-Josée St-Laurent.

Tout le monde pense que le travail de notaire est ennuyant à mourir. Eh bien non ! Marie-Josée St-Laurent nous en raconte dans deux livres les histoires les plus cocaces et les plus incroyables, pourtant basées sur des faits vécus.

Dès le premier récit du tome 1, Les mémoires de la maîtresse, on est tout de suite dans le bain avec l’affaire de Madame Vermette dont le mari procède d’abord honnêtement en couple avec sa femme mais ensuite – ayant par hasard oublié son carnet de chèques – revient le lendemain avec ordre de tout refaire pour déshériter son épouse au profit de sa maîtresse.

Et maintenant tout juste sorti des presses, La maîtresse récidive ose plus encore avec de nouvelles histoires sur toutes les clientèles, y compris la famille.

Ce qui est bien dans ces deux livres, c’est que Maître Marie-Josée St-Laurent fournit avec chaque histoire les éléments juridiques qui s’appliquent. On ressort donc un peu plus savante de ces lectures amusantes.

D’une pierre deux coups
Amusez-vous en apprenant des fragments de loi, c’est ce que vous propose cette auteure-notaire.

Aussi disponible en version numérique.

http://maisondeditionstlaurent.com


TUEURS EN SÉRIE

Dans la tête des meurtriers les plus monstrueux

Un meurtre de femme sur trois, c’est le conjoint ou l’ex qui est le meurtrier en France ; souvent on enseigne aux filles que si un gars est cruel avec elle c’est qu’il est amoureux d’elle ! ; et quand un tueur finit par avouer où par exemple après trois mois de mensonges et de déni et de moyens comme se constituer partie civile pour suivre l’évolution du dossier comme ce serait le cas en ce moment du mari de la victime Alexia Daval, les individus qui tuent veulent s’en sortir à tout prix. Parfois, ils tuent une fois et cela leur suffit mais d’autres tuent et recommencent. C’est le sujet de ce livre publié aux éditions Broquet.

tueurs en sérieEn tout début du livre TUEURS EN SÉRIE, l’auteure Charlotte Greig décrit avec des exemples le tueur solitaire, le tueur  »ordinaire », les personnages historiques, les tueurs anonymes et le psyché maléfique.

Toutefois, à l’insu de ses voisins et depuis des années, il attirait chez lui des garçons (les plus jeunes ayant 9 ans)… (p. 9)

De nombreux tueurs en série sont étudiés dans ce livre sous des sous-titres comme  »Pilier de la communauté »,  »Coeur solitaire »,  »Citoyen modèle »,  »Ressemblances » mais aussi , »Fiction culte »,  »Frénésie ».  »Meurtre en plein jour »,  »Deux fois la même nuit »,  »Faux alibi » ou même  »Conversion à l’Islam » et sous des titres de chapitre comme  »Amants démoniaques »,  »Chercheurs d’or »,  »Prédateurs de grand chemin »,  »Meurtriers sanguinaires »,  »Tueurs pédophiles »,  »Tireurs fous », etc.

Sa déclaration suscita des émois dans la foule qui n’avait aucune idée de ce qu’il avait fait aux trois femmes qu’on l’accusait d’avoir tuées. (p. 39)

Après les avoir rencontrées, il volait leur argent, leurs chéquiers, leurs bijoux et tout autre bien de valeur sur lequel il pouvait faire main basse. Parmi les femmes qu’il dupa, très peu le dénoncèrent à la police, parce qu’elles avaient honte de leur liaison avec un séducteur. (p. 83)

La police postula que les femmes disparues s’étaient tout simplement installées ailleurs. (p. 279)

Le malheur dans les cas de traitement des meurtres, c’est souvent exactement cela : les hommes qui mènent le bal ou l’opinion publique, les policiers, les journalistes sont humains et les humains défendent leurs semblables, donc s’ils sont tous ou en majorité des hommes, les femmes n’arrivent jamais à se faire entendre (et si elles sont des femmes, elles sont habituellement dirigées par des hommes et doivent convoyer leurs opinions à eux sous peine d’être expulsées) et trop souvent on répète sans fin des paroles radoucissant les actes meurtriers comme on parlera de crise de couple ou l’homme a une bonne tête, quelqu’un de bien, ou encore la phrase classique Il ne tuerait pas une mouche… Ou pire, on en fait des héros !

TUEURS EN SÉRIE est disponible en librairie et en ligne, une publication des éditions Broquet.


Professeur de paragraphe

Professeur de paragraphe, Auteure : France Boisvert, Lévesque éditeur, Réverbération

Professeur de paragraphe, Auteure : France Boisvert Lévesque éditeur, Réverbération

Un nouveau roman de France Boisvert dans lequel l’enseignant Lecamp, comme dans l’expression connue, mais le pauvre, il a perdu sa particule et il doit faire avec les élucubrations de la société québécoise actuelle.

Toute une année dépeinte du début à la fin dans des digressions et des jeux de mots sans fin. Ses étudiants, ses étudiantes, ses collègues, sa vie privée, l’hiver, les cellulaires, les auteurs de tous genres et de toutes les époques…

A 50 ans, Maurice Lecamp assiste à son propre trop-plein d’expériences en une accumulation compulsive inévitable de mots et de situations en surcharge.

CITATIONS / EXTRAITS

– Faites-vous de l’ironie, monsieur ? réplique Jean-François Laforêt qui intervient fort à propos. Parce que l’ironie, c’est ce qui m’a fait couler la session dernière. Cela m’échappe. Soyez clair, monsieur, sinon… (p. 36)

– Oui, Guillaume, moi aussi, je suis contre la mise à l’écart, l’index, la quarantaine, l’objection, la plainte, la punition, la récrimination, les remontrances, les réprimandes inutiles, la réprobation, les reproches, le réquisitoire des parents, la semonce improductive, le sermon moralisateur et le tollé. (p. 70)

Professeur de paragraphe, de France Boisvert, est paru chez Lévesque éditeur, collection Réverbération.


Mon idéal de vie

Comment choisir la vie qui me ressemble ?

monidealdevieOù sont passés vos rêves d’enfance ? Et vos rêves de jeunesse ? Et que dire de vos rêves actuels ? Comment faire pour les retrouver, les réaliser ?

Marthe Saint-Laurent propose dans ce livre de vous guider à chacune des étapes de votre cheminement pour atteindre cette vie dont vous rêvez puisqu’il n’est jamais trop tard pour y croire et pour s’engager dans une existence qui se rapproche de vos aspirations.

Êtes-vous à l’écoute de vous-même ?
Lorsque vous passez des heures sur les réseaux traqueurs, êtes-vous à l’écoute de vous-même, posez-vous des gestes pour la réalisation de vos rêves ? Ou alors vous laissez-vous dévier vers les idées et réalisations des autres ?

CITATIONS / EXTRAITS

Pour choisir sa vie, il faut être honnête envers soi-même. (p. 13)

Quant à la médecine, elle cherche trop souvent à mettre un bandage sur la plaie au lieu de chercher l’origine de la maladie. (p. 39)

Sans attendre que le malheur frappe, il faut développer l’envie et le plaisir d’apprendre et de connaître. (p. 122)

Imaginez que vous parlez de votre projet à un ami et que ce dernier commence à vous dire que ce n’est pas réaliste, que c’est complètement insensé et que vous exagérez. (p. 140)

Osez le bonheur ! (p. 153)

Mon idéal de vie : Comment choisir la vie qui me ressemble ? de Marthe Saint-Laurent est publié aux éditions Québec-Livres, collection Développement personnel.


ANXIÉTÉ

VAINCRE L’ANXIÉTÉ SANS MÉDICAMENTS

vaincre anxiete sans medicamentsQuelques motifs d’anxiété dans le monde
Pourquoi les femmes sont-elles à nouveau obligées de courber l’échine et d’accepter d’être exclues comme au temps des politico-catholiques protégeant les curés pédophiles au Québec et au Vatican ? Il arrive parfois que les hommes soient tellement préoccupés à nous réduire en purée qu’ils s’emploient à nous convaincre de n’importe quoi pour se remonter eux-mêmes et aussi souvent pour faire oublier leur incompétence et leur propre anxiété solidaire et en fin de compte nous obliger à tolérer et à encourager leur intolérance à notre égard.

Pour mieux comprendre et contrôler l’anxiété, que cette anxiété soit à un niveau normal ou élevé, il vaut toujours mieux se renseigner et quoi de mieux qu’un livre pour éclairer le sujet – à condition bien sûr que la maison d’édition ne soit pas polluée par un masculiniste manipulateur qui obligerait ses écrivains à inclure de la propagande qui l’arrange (oui, oui, ça existe, même au Québec – surtout au Québec avec l’historique qui nous accable encore).

VAINCRE L’ANXIÉTÉ SANS MÉDICAMENTS ne porte pas spécifiquement sur le Québec, le problème étant mondial. Il porte sur l’état de fait et sa correction sans faire appel à des médicaments qui ont pratiquement toujours des effets secondaires néfastes.

Ces inégalités éducatives ne sont pas sans conséquence
VAINCRE L’ANXIÉTÉ SANS MÉDICAMENTS
publié aux éditions Broquet, tout comme dans la même collection Vaincre le stress sans médicaments, fait la différence dans notre volonté d’y voir clair et d’adopter des mesures qui nous seront favorables dans le but d’atteindre la santé.

Qu’est-ce qui cause l’anxiété particulièrement chez les femmes
Qu’il s’agisse de la façon d’éduquer les filles et les garçons ou du régime de vie ou de la constante pression sur les femmes d’être jeunes et belles et minces à l’excès et habillées pour plaire sinon gare à leur emploi et donc à leur vie sociale, et donc à leur intégrité mentale et donc à leur survie économique déjà réduite par le sexisme.

Tests, infos, explications, exercices, moyens de contrôler l’anxiété
Le livre du Dr. Jérôme Palazzolo contient des tests psychologiques, des encadrés révélateurs, des explications sur les stéréotypes et surtout de nombreux moyens d’y faire face. En fait, plus de la moitié du livre est consacré à la gestion et au traitement de l’anxiété, à commencer par la relaxation mais aussi des exercices et des infos sur entre autres les points d’acupuncture.

JE N’AI PLUS HONTE DE DIRE QUE JE SOUFFRE D’ANXIÉTÉ

Cette anxiété, je l’ai longtemps cachée, par honte. Je me sentais seule et m’enfermais dans cette solitude. Avec le temps, j’ai appris à en parler à mon entourage. (encadré signé Ghislaine T., p. 151)

Dans ce livre, il est donc question de peur, d’angoisse, d’anxiété, de troubles de la panique… De la peur d’avoir peur que vous jetteront sur le nez des patrons incompétents qui s’amuseront de vous voir développer un trouble anxieux et qui se sentiront par le fait même supérieurs de vous avoir réduit en miettes alors que vous avez toutes les compétences mais que la société ne cesse de vous rabattre le caquet. Renseignez-vous !

VAINCRE L’ANXIÉTÉ SANS MÉDICAMENTS est disponible aux éditions Broquet.

http://www.broquet.qc.ca/produit/vaincre-lanxiete-medicaments/


CINEMANIA : La fille inconnue

lafilleinconnue-adelehaenel

Le festival Cinemania présente en première québécoise le plus récent film des frères Dardenne, La fille inconnue, avec Adèle Haenel, César de la meilleure actrice pour Les Combattants.

C’est l’histoire de deux femmes aux vies diamétralement opposées, une qui est brillante, jeune médecin généraliste fraîchement diplômée qui se voit offrir une carrière dans un magnifique bureau super classe, au top du top, en apparence que du bonheur. Mais cette jeune femme devenue médecin, jouée brillamment par Adèle Haenel, a du coeur et donc au lieu d’une carrière carriériste soignée elle choisit de reprendre le cabinet du vieux docteur qui l’emploie en fin d’études. L’autre femme, c’est une jeune Africaine qui vient sonner à son cabinet une heure trop tard et qui est retrouvée morte au bord du fleuve quelques heures plus tard.

C’est aussi l’histoire d’un jeune homme qui veut devenir médecin parce qu’il a subi la violence de son père si souvent pendant son enfance et qui soudain pense tout laisser tomber quand il se retrouve confronté à un jeune patient en convulsions.

Ce film arrive chez nous alors que notre premier ministre médecin de formation mais non pratiquant cherche à augmenter de façon plus que substantielle les salaires des députés et ministres, donc son salaire à lui et vraisemblablement aussi en retombées toutes les pensions déjà si généreuses, pensions et fonctions publiques multipliables à l’envi, alors aussi que les organismes d’aide aux personnes précaires et dans l’extrême besoin subissent une disette systémique et cherchent à se faire entendre des gros politiciens qui possiblement préféreraient glisser dans leurs poches ou dans leurs investissements fiscaux tous ces millions qui aident à réduire la violence associée aux frustrations et aux disettes quotidiennes de plus en plus répandues puisqu’il est de plus en plus difficile de trouver du travail.

Le film plus qu’actuel entre le choix de se laisser bercer dans un système aux écarts de plus en plus béants ou de foncer dans la bataille ne passera qu’une fois, le lundi 7 novembre, juste à la sortie du bureau, 17h45, au cinéma Impérial. À voir, pour réfléchir aux abus des politiquement puissants qui finissent par créer de la précarité tout en tenant un discours tout autre.

festivalcinemania.com

https://www.festivalcinemania.com/fr/film/la-fille-inconnue

https://montreal157.wordpress.com/2014/11/13/les-combattants/