Les blessures du silence

Les blessures du silence est un roman du Québec absolument québécois dans son histoire, ses croyances changeantes, ses générations bouleversantes, signé Carmen Robertson (La Fugueuse) et publié aux éditions Guy Saint-Jean.

Les blessures du silence
Auteure : Carmen Robertson
Éditeur : Guy Saint-Jean

Un nouveau roman sublime d’intelligence de l’auteure québécoise Carmen Robertson raconte l’histoire de trois femmes, la grand-mère, sa fille la mère et la petite-fille. Elles ont grandi, comme on pourrait dire, à l’abri du besoin, surtout la petite-fille dont la mère a réussi à force de travail sans relâche à être promue au poste de sous-ministre du tourisme. Oui, mais voilà que soudain elle se fait renverser par une bande d’hommes organisés avec leurs pions plantés là où il faut, surtout qu’ils ne parviendraient jamais à obtenir les postes par leurs compétences ou leur rigueur au travail.

Le destin de la grand-mère avait été tout aussi de son temps : sa naissance avait provoqué le décès de sa mère et elle s’était mariée complètement ignorante des choses de la vie, ce qui ne l’a pas empêchée de tenir un journal. La petite-fille est une jeune un peu perdue entre le choix d’études qui ne l’intéressent pas ou les causes humanitaires… Et le bonheur dans tout cela ? A-t-il une place ?

Carmen Robertson parvient même à incorporer l’aïeule de la Commission Charbonneau dans ce roman et c’est, comment dire, plus-que-parfait.

CITATIONS / EXTRAITS

« – Jamais ! J’ai vraiment envie de t’entendre, que tu me racontes ton enfance, ta jeunesse ! Depuis que je suis en anthropologie, j’ai pris conscience de l’importance de comprendre le monde dans lequel on baigne et comment il s’est formé. » (p. 53)

« La fascination pour ce bel homme aux fonctions prestigieuses avait éclaté comme une bouteille de champagne qu’on lance contre la coque d’un navire, gaîté en moins. » (p. 71)

« C’est comme si je pensais habiter dans une maison et je découvre que ce n’était qu’un décor de théâtre. » (p. 77)

« Ce savant courriériste parlementaire déplace les pions au pifomètre, affectant au Tourisme l’actuel ministre de l’Agriculture. » (p. 85)

« On lui enseignerait alors que les filles d’Ève sont les pommes empoisonnées par qui tous les malheurs du monde sont arrivés, leçon qu’elle délogerait plus tard de ses croyances à grand renfort de colère. » (pp. 146-147)

Les blessures du silence est un roman du Québec absolument québécois dans son histoire, ses croyances changeantes, ses générations bouleversantes, signé Carmen Robertson (La Fugueuse) et publié aux éditions Guy Saint-Jean.

Publicités

À propos de montreal157

Fondatrice de ServicesMontreal.com en 2002 et auparavant guide chez About.com en 2000, j'écris en ligne depuis 1996. Voir tous les articles par montreal157

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :