MILLE FOIS BONNE NUIT

Ce film nous remue de l’intérieur et nous arrache les larmes, qu’il s’agisse du travail de photographe de guerre qui inquiète tout le monde et qui détruit la vie de couple et de famille ou qu’il s’agisse du réalisme des camps de réfugiés et des rebelles qui les attaquent ou encore d’une jeune fille à qui on enfile une ceinture d’explosifs.

MILLE FOIS BONNE NUIT (A THOUSAND TIMES GOODNIGHT) est un long métrage véritablement émouvant qui pose de nombreuses questions existentielles à savoir qu’est-ce qui est important dans la vie des uns et des autres ? La passion d’un travail qui met la vie en danger et qui par conséquent laisse la famille dans une incertitude et une inquiétude quasi constantes ? Est-ce que le projet de vie commune compte un peu ou pas du tout pour cette personne ? Comment il ou elle se sent quand il leur dit au revoir depuis une zone de guerre où tout peut arriver ? Comment se sentent les proches en attendant le prochain appel ? Y aura-t-il un  prochain appel de sa part ? Est-ce que l’adrénaline lui manque quand il ou elle se trouve à la maison ?

Du cinéma très réaliste
Le film multiplie les scènes de questionnement et de bonheur familial de même que des scènes tournées dans un véritable camp de réfugiés avec de véritables réfugiés ainsi que des scènes représentant des femmes qui se laissent enfiler des ceintures d’explosifs scénarisées à la suite de recherches minutieuses. Les images sont très évocatrices de la réalité.

Juliette Binoche
Contrairement à son personnage dans le film qui se laisse emporter par sa passion et son adrénaline, l’actrice française n’était pas à Montréal pour la présentation du long-métrage en compétition mondiale ; elle a concédé la priorité à sa vie de famille et aux célébrations à Paris du 20e anniversaire de son fils.

Équipe de production
Réalisation : Erik Poppe
Scénarisation : Erik Poppe, Harald Rosenløw Eeg
Direction photo : John Christian Rosenlund
Montage : Sofia Lindgren
Interprètes : Juliette Binoche, Nikolaj Coster-Waldau, Maria Doyle Kennedy, Larry Mullen Jr., Mireille Darc, Lauryn Canny, Adrianna Cramer Curtis, Mads Ousdal
Musique : Armand Amar

VIDÉO
Voir mon entrevue avec le réalisateur qui explique son choix du titre et son implication personnelle dans ce film qui est un peu son histoire à lui transposée dans un rôle féminin afin de le rendre encore plus dramatique.

photos de l’équipe présente à Montréal dans le cadre du FFM

Sur les photos : Erik Poppe, réalisateur et co-scénariste, Harald Rosenlow Eeg, co-scénariste, Lauryn Canny, actrice, Mads Ousdal, acteur, Finn Gjerdrum, producteur


Festival des films du monde

servicesmontreal.com depuis 2002Depuis 2002  ServicesMontreal.com
Livres et films sur l’histoire du monde
femmophobie.com
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles

Publicités

À propos de montreal157

Fondatrice de ServicesMontreal.com en 2002 et auparavant guide chez About.com en 2000, j'écris en ligne depuis 1996. Voir tous les articles par montreal157

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :