THÉRÈSE DESQUEYROUX

Le Cinéma Impérial était plein ce soir pour la présentation à CINÉMANIA de ce classique, dernier film du regretté Claude Miller.

Thérèse Desqueyroux est fille de propriétaire terrien qui épouse par sens des affaires son voisin immédiat afin qu’ensemble ils détiennent des milliers d’acres de pins. Les événements importants de cette fiction se situent en France dans la région de Bordeaux entre les années 1928 et 1930. Avant son mariage, elle pensait que sa tête cesserait d’être remplie d’idées mais voilà que son mari a des faiblesses cardiaques et se fait prescrire quelques gouttes d’arsenic à boire tous les jours dans un grand verre d’eau et que le devoir conjugal ne l’intéressant pas, elle décide d’en rajouter.

Annie Miller et Natalie Carter, épouse du regretté Claude Miller et scénariste du film Thérèse Desqueyroux

Annie Miller et Natalie Carter,
épouse du regretté Claude Miller
et scénariste du film
Thérèse Desqueyroux

Si le réalisateur ne souhaite pas selon sa femme et la scénariste du film, ANNIE MILLER et NATALIE CARTER, inclure de message dans ses films, il reprend dans Thérèse Desqueyroux le thème de l’oppression qu’il avait déjà abordé dans L’Effrontée, film que l’on a pu revoir au Festival dans le cadre de l’hommage qu’on lui rend. Mais alors que l’effrontée était une jeune adolescente de famille pauvre voulant se sortir de la misère, Thérèse Desqueyroux est une femme riche et froide. Elles ont donc des vies diamétralement opposées mais la question qu’il faut se poser est la suivante : est-ce qu’aujourd’hui, François Mauriac qui a écrit cette histoire que Claude Miller pousse plus loin à notre époque où il est davantage possible de discuter ouvertement de certaines choses, est-ce qu’aujourd’hui donc on n’assiste pas à un retour encore plus fort de ce repli et de la protection à l’intérieur du clan ou de la communauté chez les bourgeois qui se connaissent ? Personnellement, je suis persuadée que oui. Je le sais pour l’avoir vécu et pour constater trop souvent l’exclusion organisée et planifiée et pour avoir vu des individus se faire mentir et manipuler honteusement par leurs proches qui les regardaient souffrir sans montrer le moindre signe de leur jouissance intérieur, au nom du pouvoir ou de l’argent ou des deux. Nous le savons tous à Montréal qui restons scotchés à nos chaises en entendant les témoignages de la Commission Charbonneau. Et si ce n’était que la pointe de l’iceberg ? Si alors que dans Thérèse Desqueyroux on s’organise pour mentir et tous raconter la même histoire au juge… Allez, je vous laisse à votre propres discussions et je retourne au film.

Et alors que c’est elle qui l’a empoisonné, c’est aussi elle qui se fait passer aux yeux de tous pour celle qui le ramasse à la petite cuillère et le soigne sans relâche.

Les interprètes

Audrey Tautou est majestueuse dans tous les excès et sa fausse amitié avec sa belle-soeur, sa jalousie, ses machinations, sa froideur, son propre déclin, sa libération ; elle va au-delà des espérances selon la scénariste. Elle incarne ce personnage comme si elle l’avait tricoté. Elle s’efface fabuleusement dans les clairs-obscurs de sa petite chambre vers la fin du film. Et elle sautille de bonheur lorsqu’elle est enfin libérée de sa prison familiale.

Son partenaire de film, Gilles Lellouche, a su parfaitement intégrer dans son interprétation du mari chef de famille et décideur une certaine bonhommie qui n’était pas dans le livre et qui permet d’aimer cet homme exigeant malgré tout. Il sait démontrer avec finesse l’autoritarisme jusqu’à la fin quand il ne comprend pas qu’elle aimerait elle-même s’occuper de ses affaires puisqu’elle en est parfaitement capable et qu’il balaie ses aspirations du revers de la main en lui disant qu’elle n’aurait à se soucier de rien et qu’il s’occuperait de tout.

L’image
Les scènes sont grandioses, la pinède est magnifique, le bord de l’eau… ; on dirait de l’hyperréalisme tout en douceur.

Le film sera à nouveau présenté samedi matin, à 11h10, au festival CINÉMANIA ; à voir absolument !

THÉRÈSE DESQUEYROUX, dernier film de Claude Miller

THÉRÈSE DESQUEYROUX, dernier film de Claude Miller
avec Audrey Tautou et Gilles Lellouche

Publicités

À propos de montreal157

Fondatrice de ServicesMontreal.com en 2002 et auparavant guide chez About.com en 2000, j'écris en ligne depuis 1996. Voir tous les articles par montreal157

One response to “THÉRÈSE DESQUEYROUX

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :