Fête des Patriotes

Drapeau des Patriotes Québécois, photographié lors d’une manifestation du PRINTEMPS ÉRABLE / PRINTEMPS QUÉBÉCOIS
12 avril 2012, place Émilie-Gamelin, Montréal

Société distincte, le Québec – conquis par les Anglais qui tous les ans célèbrent la monarchique fête de la reine d’Angleterre – a changé d’anniversaire et célèbre depuis longtemps déjà en ce jour d’abord la fête de Dollard-des-Ormeaux (vaillant héros vaincu) et maintenant les Patriotes (vaillants révolutionnaires pendus ou expatriés).

Ici, on veut des moutons sinon on brûle les récoltes
Une exposition des dernières années à Pointe-à-Callière a mis en évidence qu’en 1837-38, il n’y a pas que le Québec qui était en rage mais au Québec, les détracteurs anti-patriotes s’en sont donné à coeur joie pour détruire le mouvement parmi la faible population de l’époque :

Le saccage de Saint-Benoit
[…] Concernant le saccage de St-Benoit, on apprend de Jean-Joseph Girouard que les loyaux auraient : incendié 2 églises, 2 presbytères, 1 couvent, 4 moulins, 111 maisons, 124 granges pleines et 168 autres bâtiments pour repartir avec un butin énorme. 

L’histoire du Québec et, s’appuyant, du Canada
En fait, ce n’était pas la première fois que les Anglais s’adonnaient au feu-vol-pillage sur ces terres (ni la dernière) ; on n’a qu’à lire les livres publiés par les historiens à l’occasion du 250e anniversaire de la Conquête du Canada par les Britanniques, tout particulièrement L’Année des Anglais – La Côte-du-Sud à l’heure de la Conquête qui raconte comment les habitants de la Côte-du-Sud, de Beaumont à Rivière-du-Loup, ont vécu la guerre de la Conquête de la Nouvelle-France par l’Angleterre, et Québec ville assiégée 1759-1760, d’après les acteurs et les témoins, grand ouvrage de compilation historique bilingue et au quotidien du siège de Québec par les Anglais tel que consigné par écrit par les acteurs et témoins de l’époque.

Ici, on veut des moutons sinon on enfourche leurs petits garçons

Ce sont les femmes qui écoeurées des abus et estomaquées par le diktat du pape dans les années 1960 ont cessé de fréquenter les églises et de donner en pâture leurs enfants aux curés abuseurs et manipulateurs qui ont longtemps fait la loi grâce à leurs arrangements confortables avec le pouvoir en place.  Ces curés enculés et enculeurs, autrefois sourcilleurs et toujours menaçants des représailles du bon dieu, semblent par ailleurs revenus pour occuper les lieux, avec leurs discours de la honte et revêtus de nouveaux habits qui ne sont pas religieux.

Ici, on veut des perroquets sinon on joue dans la programmation
Aujourd’hui, c’est une certaine forme d’art qui fait la loi et qui vit entre autres aux dépens de cette société publiques invérifiable qu’est Hydro-Québec. Mais comment est-ce possible qu’une société  du gouvernement, qu’elle soit privée ou semi-privée ou para-gouvernementale, qui engrange ses profits sur le dos d’une clientèle sociétale captive et à qui elle a imposé augmentations sur augmentations, puisse continuer de se pavaner sans que jamais un vérificateur ou une vérificatrice puisse poser le moindre regard dans ses livres, dans sa comptabilité ? À qui est-ce que cela peut bien profiter ? Certainement pas au peuple.

Si le gouvernement est aussi dur avec les jeunes, c’est pour faire oublier à quel point ils ont été mous avec la corruption.
Pauline Marois, 18 mai 2012

Ici on veut des moutons, sinon on critique dans le dos et on intimide
Au fond, le grand pouvoir des cercles vicieux, c’est qu’eux se connaissent et s’apprécient, se rencontrent souvent pour élaborer des stratégies nouvelles, se soutiennent pour ne pas dire se supportent, pendant qu’ils créent la zizanie. À partir du moment où on arrive à faire en sorte que la populace s’entretue, n’importe quels ignares ou tordus peuvent régner en maîtres absolus.

On va leur donner une leçon : Penche-toi, petit morveux !
Aujourd’hui, il y aura une marche des Patriotes – la manif a été dûment enregistrée auprès des autorités en fonction de la nouvelle loi 78 qui suscite énormément de foudre parmi les étudiants et toute la population qui réfléchit et qui tient à sa liberté d’expression. Après la loi sur les mesures de guerre Bourassa-Trudeau de la révolution dite tranquille dont les révolutionnaires furent expatriés à Cuba après qu’une quantité extraordinaire d’individus furent emprisonnés sans raison comme semble-t-il c’est le cas maintenant lors des manifestations quotidiennes et de la grève étudiante qui n’est pas entendue depuis plus de trois mois, cette loi adoptée en catastrophe par 68 députés et ministres du gouvernements actuel et d’autres auxquels on pourrait adjoindre le moqueur qualificatif de cacatoesques, limite sérieusement les droits et libertés alors que depuis Trudeau se pâme le monde entier sur notre cadre juridique en la matière. C’est toujours l’histoire de donner des leçons, surtout que la bataille des étudiants a débuté par la contestation du nouveau budget autrement si loose pour les subventions (ah c’est vrai, le possiblement plus grand subventionneur d’événements destinés à distraire la populace est invérifiable et disposerait en plus – comme s’il en avait besoin – de postes budgétaires discrétionnaires), budget Bachand qui augmentait les frais de scolarité de manière impensablement cassante pour les petits budgets des petits salaires d’étudiant (et de femmes  – mais ça, au Québec on en a de moins en moins à branler…), budget Bachand qui leur impose des amendes allant jusqu’à 125000 dollars (cent vingt-cinq milles dollars, mon cher Dollard !)

Et malgré tout, les manifs continuent, les arrestations même de journalistes aussi, les vidéos sont sur YouTube…

Le plus triste dans toute cette pagaille, c’est qu’il y aurait d’autres moyens de financer les universités, mais comme en Afrique du Sud il y eut Mandela, au Québec il y eut Camilien Houde, détenu 694, emprisonné pour avoir exprimé une opinion contraire à celle du gouvernement en place.

SOLUTIONS INTIMIDATION

Agresser, bousculer, frapper, battre, parler dans le dos, s’organiser pour faire mettre quelqu’un hors circuit… sont autant de formes d’intimidation. Et ce ne sont pas nécessairement ceux qui sont le plus en mesure de se plaindre à l’année qui en subissent le plus, malgré leurs dires (« C’est que cet homme-là, un teigneux, un bagarreur, est d’une sensibilité à fleur de nerfs. » Retraites à Bedford).

Congé férié
On rappelle que pour bénéficier du congé férié payé, il faut d’abord ne pas être au chômage (ou précaire et appauvri sans fin par les interminables taxes qui sont beaucoup plus lourdes pour les femmes et les étudiants quand elles sont les mêmes pour tout le monde – drôle de justice…), en fonction des normes et habitudes d’emploi qui autrefois, avant la loi 101, se faisaient appeler pushing, ailleurs de pistonnés ; maintenant on parle de réseaux de contacts. Mais le changement de discours ne change surtout pas le mode d’emploi.

La marche des Patriotes
Aujourd’hui, il y aura une marche mais en fonction de la loi qui interdit, on ne recommande pas d’y participer ni de porter un carré rouge, ni de se trouver proche. Ceci pourrait enflammer les forces de l’ordre, fondées par Napoléon le fourbe, le manipulateur, l’opportuniste. Elle se tiendra dans les rues de Montréal, le départ se fera à 12:30 à la Place de l’indépendance anciennement appelée Place du Canada (Peel et René Lévesque) http://www.facebook.com/events/141448012655914.

A la réflexion
Comme dans la chasse aux Nazis la réponse je ne faisais qu’obéir aux ordres est irrecevable, tout être humain se doit de réfléchir avant de poser un geste. Cela devrait aussi s’appliquer à tous les genres qui subissent ; par ailleurs, ceux qui ont subit ne devraient pas avoir le droits de faire subir aux autres tout en faisant croire qu’ils sont toujours les victimes.


servicesmontreal.com depuis 2002
Depuis 2002  ServicesMontreal.com
Livres : Conquête et Histoire du Québec

Les femmes dans le monde

Livres sur l’histoire du monde et romans historiques monde

Calendrier Cinéma
Calendrier Théâtre
Calendrier Spectacles
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles
Le pire, c’est qu’il y aurait d’autres moyens de financer les universités, mais comme en Afrique du Sud il y eut Mandela, au Québec il y eut Camilien Houde, détenu 694.

Publicités

À propos de montreal157

Fondatrice de ServicesMontreal.com en 2002 et auparavant guide chez About.com en 2000, j'écris en ligne depuis 1996. Voir tous les articles par montreal157

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :