APARTHEID UNIVERSITAIRE : Financement des universités au Québec et au Canada

Surfinancement des univs anglos au Qc

Apartheid universitaire
Auteur : Louis Préfontaine
Louise Courteau éditrice, Montréal

Épatant, plus que d’actualité
À l’heure où au Québec les étudiants ont passé pratiquement toute la session en grève et se butent encore, semble-t-il, malgré une entente avec le gouvernement québécois à une fin de non-recevoir historique, une nouvelle publication voit le jour, une étude approfondie et totalement renversante et libératoire sur le financement des institutions d’enseignement, tout particulièrement le surfinancement des universités anglophones du Québec par rapport au nombre d’individus de la minorité linguistique anglophone… comparativement à son inverse dans le reste du Canada.

Chiffres, données, tableaux
L’auteur appuie ses résultats de recherches québécoises, canadiennes et dans plusieurs pays du monde par des statistiques récentes et une imposante bibliographie.

Étudier au Québec pour apprendre l’anglais
Dernièrement, on a constaté au Québec que nombre d’étudiants viennent de France pour vivre ici en français et étudier et faire l’apprentissage de l’anglais ; mais où trouver l’argent pour permettre aux jeunes d’ici d’acquérir une éducation plus que nécessaire dans le monde actuel ?

Immigrer au Québec et oublier son français…
Qui ne connaît pas un ou plusieurs individus qui est arrivé ici parlant le français mais qui au bout de quelques années, se trouve en parfaite situation de le désapprendre ?

Les extraits suivants son éloquents :

«Le problème – et il est de taille – est le suivant : si les francophones n’ont pas hésité à confronter les anciennes prérogatives de l’Église, notamment avec la création d’un ministère de l’Éducation ou de la Santé lui enlevant ces responsabilités, ils n’ont osé affronter le pouvoir de l’élite anglo-montréalaise déclinante qu’avec précaution et de manière circonscrite. » (p. 46, Une Loi 101 fixant les droits des anglophones)

« La minorité anglophone historique de la région de Montréal, avec un peu plus de 300 000 locuteurs, forme 8,8% de la population totale de la région, mais ses institutions universitaires accaparent 42,2% du financement total. Ce déséquilibre du financement ne peut qu’accentuer la vitalité de l’anglais dans la région et contribuer au recul de la langue française. » (p. 141, À quoi ressemblerait un financement équitable ?)

« Il faut comparer le financement per capita offert aux minorités anglophones du Québec et francophones du reste du Canada pour mesurer l’ampleur du surfinancement des institutions de langue anglaise au  Québec. » (p. 141, Comparaisons croisées)

Ailleurs dans le monde
Pour les nombreux exemples tirés d’autres pays, je me suis laissée intéresser par le frison, qui est parlée par les gens vivant l’équivalent si on peut dire des Îles de la Madeleine malgré que ces îles sont beaucoup moins éloignées de leur terre d’appartenance, au large des Pays-Bas et de l’Allemagne.

« Pays-Bas
« Langue minoritaire reconnue : frison (5%)
« Sur une population totale de 16,5 millions d’habitants (2008), le pays a accueilli 140 000 immigrants, soit près de 0,8% de sa population […]
« Or, devant la ghettoïsation croissante […] le gouvernement a corrigé le tir en introduisant davantage de mixité sociale et en imposant un cours de langue et de culture néerlandaise aux nouveaux candidats à l’immigration. » (p. 185)

Accéder à la fiche du livre sur le site de Louise Courteau éditrice

LECTURES CONNEXES

Livres d’histoire

L’Année des Anglais – La Côte-du-Sud à l’heure de la Conquête
Québec ville assiégée 1759-1760, d’après les acteurs et les témoins

Romans historiques
La Ville oubliée
Marie-Anne . La vie extraordinaire de la grand-mère de Louis Riel

Études
Territoires francophones . Études géographiques sur la vitalité des communautés francophones du Canada

Publicités

À propos de montreal157

Fondatrice de ServicesMontreal.com en 2002 et auparavant guide chez About.com en 2000, j'écris en ligne depuis 1996. Voir tous les articles par montreal157

2 responses to “APARTHEID UNIVERSITAIRE : Financement des universités au Québec et au Canada

  • William Girard

    Le collectif rassemblant des militants d’Occupons Montréal, du Forum Social Québecois, de groupes communautaires, d’étudiants et de Profs Contre la Hausse organisent cette fin de semaine des rassemblements de convergence vers l’élargissement des mobilisations autour d’ateliers de travail, de groupes de discussion et d’organisation d’actions.

    Nous aimerions vous inviter à tenir un atelier / kiosque sur votre lutte et indignation et partager vos connaissances militantes.

    Voici la page de l’événement: http://www.facebook.com/events/407769989242075/

  • Fête des Patriotes « montreal157

    […] dans toute cette pagaille, c’est qu’il y aurait d’autres moyens de financer les universités, mais comme en Afrique du Sud il y eut Mandela, au Québec il y eut Camilien Houde, détenu 694, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :