SPECTACLES GRATUITS : Syli d’Or, demi-finales

Les groupes et artistes qui se sont démarqués au cours des dix-huit semaines de compétition acharnée vont se succéder les mardi 24, mercredi 25 et jeudi 26 avril 2012 à partir de 20h30 sur les planches du Club Balattou à raison de trois groupes par soir.

BIOS DES ARTISTES


Heavy Soundz (Amérique latine)

Il n’y a aucun doute là-dessus : Heavy Soundz a vu le jour pour faire danser les foules. Le nom du groupe l’indique sans aucune ambigüité, leurs productions s’appuient sur des styles musicaux réputés pour leur énergie communicative. Salsa dura, reggae, ska et hip hop sont mélangés, secoués et découpés sans aucun ménagement pour donner jour à des morceaux explosifs. Heavy Soundz est un véritable collectif qui regroupe sur scène cinq musiciens et cinq MC provenant des quatre coins de l’Amérique (El Salvador, Haïti, Québec, République Dominicaine, Pérou, Guatemala). Une formule détonante qui se fait les dents depuis quelque temps sur les scènes montréalaises. En 2011, le groupe sort un premier album, Tumba Parlante. Une boule d’énergie compressée en seize morceaux festifs et pleins d’entrain. Sur cet album, les vocalistes manient le verbe en français, anglais ou espagnol de manière percussive sur des beats lourds et ciselés au couteau.
King Shadrock and The Intouchable (Jamaïque)
Né en Jamaïque, King Shadrock est désormais l’un des chanteurs de reggae les plus appréciés au Canada. Ses fans ont coutume de le surnommer « Little Buju », en référence à sa voix puissante et rauque qui rappelle le flow de Buju Banton. Lorsqu’il arrive au Canada en 1994, il s’installe d’abord à Toronto puis déménage au Québec. Aujourd’hui, cela fait quinze ans que King Shadrock a quitté sa Jamaïque natale, quinze ans qu’il chante, enregistre, se produit sur scène au Canada et à l’étranger, sans relâche. Peu après son arrivée au Canada, il joue avec le High Energy Band. Au début des années 2000, King Shadrock fait partie du groupe Full Vibes. En association avec Morgan Heritage et Chaka Demus & Pliers, ils prennent part à une grande tournée en Afrique du Sud en 2002. Durant ces années, King Shadrock se rend également plusieurs fois aux Seychelles pour des tournées et des projets éducatifs. Là-bas, il a été plusieurs fois numéro un des ventes de disques. En 2005, il enregistre son album Moving Forward, qui lui vaut le prix « Toronto International Reggae Music » pour la meilleure chanson, avec Shotta. Depuis, il enchaîne les tournées dans le monde entier.
Oktopus (Europe de l’est)
Oktopus c’est huit musiciens de talent, huit instruments différents et huit approches uniques de la musique, qui s’unissent en vue de donner naissance à un seul et même projet. À travers une instrumentation éclectique inspirée de la tradition klezmer, le groupe revisite divers styles d’Europe de l’Est. Tout débute en 2009, lorsque Gabriel, le clarinettiste, est pris d’un insatiable désir de concrétiser ses vieux rêves : former un groupe pour jouer de la musique festive et la faire partager à qui veut bien l’entendre. Il s’attèle alors à la tache afin de créer des arrangements qui pourraient être joués par huit musiciens : flutiste, violoniste, trompettiste, tromboniste, tubiste, pianiste, percussionniste et clarinettiste. Sur scène, le groupe compose avec une large palette d’émotions en passant d’un registre festif à un autre plus mélancolique. Ces changements d’état d’âme s’accompagnent d’un voyage en caravane entre la Russie et la Bulgarie, en passant par Israël et les territoires nord-africains.
Madin Free’K (Martinique)
Jahme rencontre Khanel au cours de l’année 2009, dans les brumes du nord de la France, à Lille plus précisément. Elle est chanteuse, danseuse et conteuse, lui est un compositeur d’oeuvres originales en langue créole et un musicien accompli. Deux personnalités colorées qui détonnent dans la grisaille du Nord de la France, deux personnalités qui étaient faites pour se rencontrer. L’attachement des deux jeunes gens à la musique traditionnelle ne tarde pas à donner naissance à Madin’Free-K. Une formation généreuse qui a à coeur de diffuser et de défendre la musique et le patrimoine original et ancestral de leur île natale, la Martinique. De la musique traditionnelle des mornes à la musique populaire, à eux deux, ils donnent vie à un large panel de styles musicaux mais toujours à la sauce Madin’Free-K. Leur sensibilité, leurs thèmes musicaux variés et leur parcours vous permettront de découvrir leurs compositions aux accents musicaux tantôt suaves tantôt veloutés mais toujours engagées.
Umojha Band (Afrique – Haïti)
Vêtu d’un costume noir de jais, un panama solidement vissé sur la tête, Julien Reiher Umojha dégage une classe naturelle. Ce chanteur voit le jour sur l’ile d’Haïti, d’une mère clairvoyante et d’un père guérisseur. Une ascendance mystique qui lui offre une sensibilité artistique hors du commun. En 1985, il crée avec l’aide de cinq amis le groupe Umojha. Un nom à la symbolique forte qui résume l’esprit de cohésion du groupe puisqu’il signifie : « unité » en swahili. La musique de Umojha qu’il appelle Meta-kata est d’inspiration afro-haïtienne, son style est notamment reconnaissable de par l’utilisation du conga, percussion traditionnel de Cuba. Le chanteur raconte, en français et en créole, à travers ses morceaux les joies et les peines causées par l’amour.
Benkadi (Guinée)
C’est à grand renfort d’instruments traditionnels que le groupe Benkadi invoque l’image d’une Afrique mystérieuse et enchanteresse. Djembé, doundouns et balafon donnent jour à des rythmiques fiévreuses et endiablées qui invitent au rapprochement des corps. Et pour cause, Benkadi signifie « l’union fait la force » en langue malinké. Un nom qui renvoie aussi directement aux racines du groupe qui provient de Hamana, une région mandingue en Haute-Guinée. Créée par Mohammed Mara Ginola et ses amis en 2011, cette formation réunit des musiciens provenant d’horizons divers. Elle est constituée de trois guinéens, Mohamed Mara Ginola, Lancinet Condé et Sidafa Koïta ; d’une québéco-guinéenne, Cynthia Morneau et d’un burkinabè, Mamadou Koita. Les quatre premiers se sont rencontrés en Guinée où ils ont joué et dansé au sein du même collectif pendant plusieurs années. C’est donc tout naturellement que Benkadi s’est formé lorsque ceux-ci ont posé le pied sur le sol québécois.
Naël’C (Brésil)
Accro au rap et au reggae, c’est à l’âge de 14 ans que NaëL’C découvre sa vocation. Alors qu’il compose sa première chanson, intitulée ”L’adolescence”, il comprend que l’écriture est un champ d’exploration sans limite. Il enchaîne avec une deuxième chanson, puis une troisième. Depuis, le jeune homme n’a jamais cessé de noircir des feuilles blanches en y posant ses notes et de mots. Remarqué par plusieurs organisateurs, NaëL’C est rapidement sollicité pour participer, entre autres, à un concert donné par Alpha Blondy dans l’Ouest de la France. Cet événement le poussera à continuer dans cette voix. Sa musique est riche d’une énergie qu’il puise dans ses racines brésiliennes. À la chaleur de ces rythmiques, Naël’C ajoute un lyrisme percutant hérité de son amour des lettres. Depuis quelques années, le jeune homme a quitté la France pour vivre à Montréal. Loin d’être dépaysé, il poursuit son cheminement artistique qui s’apparente pour lui plus ‘’à une mission qu’à une compétition’’. Plus d’information sur : http://naelc.skyrock.com/
Grre en famille (France-Québec)
La musique est affaire de rencontres et Grre en famille en est la parfaite illustration. Le groupe s’est constitué, au fil du temps, autour de Grre. Le guitariste, originaire du sud de la France, débute sa carrière dans les années 1990 sous l’influence de la scène reggae française dont Sinsemilia est le fer de lance. C’est en arpentant les rues de Montréal, sa guitare sur le dos, que Grre rencontre Aidan, le bassiste. À force de jammer dans toute la ville, les deux compères ne tardent pas à rencontrer Juliette, violoncelliste, et Marina, violoniste. Peo va venir ajouter une véritable dynamique en faisant profiter le groupe de son expérience à la batterie. La rencontre avec Rob-dogg, un rappeur venu de Dallas, finira de compléter le groupe. La famille trouve dès lors son identité, navigant entre reggae acoustique et ska, sans renier des accents de classique et parfois de gipsy. Une formule originale qui conduit le groupe à enregistrer un EP de 4 chansons qui sortira courant février.
Krakatoa (Uruguay-Québec)
Le Krakatoa est un volcan indonésien réputé pour son caractère explosif. Krakatoa, c’est aussi un groupe québécois qui partage avec le volcan la même énergie naturelle. Cette formation construit, à travers sa musique, une passerelle entre le jazz-fusion, le rock progressif et la musique du monde. Trois influences qui proviennent du riche patrimoine musical des trois musiciens qui composent le groupe. Richard Duval découvre le saxophone à l’occasion de l’exposition de Montréal de 1967, il est alors âgé de neuf ans. Depuis cette période, il n’a jamais abandonné l’instrument qui l’a accompagné dans divers groupes et à travers différents courants musicaux. Robert Duval, le frère de Richard, est lui aussi passionné de musique et c’est derrière les fûts d’une batterie qu’il exprime le mieux sa créativité. Le groupe est complété par le musicien d’origine uruguayenne Gustavo Zecharies, spécialiste de la guitare à 12 cordes. À eux trois, ils proposent un bouillonnement de notes et de rythmiques qui transporte l’auditeur à travers une étendue de paysages sonores infinie.

servicesmontreal.com depuis 2002 Depuis 2002 ServicesMontreal.com
Les femmes dans le monde
Calendrier Spectacles
À la Une sur les blogues
Toutes les chroniques LIVRES, CD, DVD
Tous les articles

Publicités

À propos de montreal157

Fondatrice de ServicesMontreal.com en 2002 et auparavant guide chez About.com en 2000, j'écris en ligne depuis 1996. Voir tous les articles par montreal157

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :